22/05/2005

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES

APPEL A CELUI QUI AGIRA
POUR SAUVER LES MALADES


Ethique, Douanes et TVA sur les soins et les médicaments.

Un appel civique à Ceux qui peuvent agir pour sauver les malades

Plaidoyer


Mesdames et messieurs, les Conseillers du Souverain, Ministres et Députés de la Nation, vous qui pouvez avoir l’audience et l’écoute du Souverain, cadres sains de l’Etat, vous les médiateurs et leaders d’opinion, juristes, médecins, pharmaciens, des cliniques et de l’industrie, présidents des ONG, vous les garants des Partis, vous êtes responsables ! A ce titre, vous êtes sensés sentir les dols de la population et surtout de les transmettre à S.M le Roi. Nous percevons pour le Pouvoir une gloire de plus. C’est une action qui suscitera une exaltation immense en popularité, dont les bénéfices rejailliront sur tout le Peuple. Il s’agit ni plus ni moins que d’une mesure de justice. A savoir de gracier les malades en les dispensant de payer des taxes sur leurs maladies. Cette plaidoirie mérite Votre Haute Attention.

Une citation


« Célébrer les morts, est-ce utile aux vivants ? La civilisation est-ce de commémorer les morts ou de collectionner leurs faits et actes ? Défendre les malades à qui cela sert-il ? Supporter les malades est si lourd, mais, est-ce tellement ingrat ? Si vous dites encore que soutenir les vieux et les handicapés est une charge onéreuse et improductive, c’est que vous optez pour le meurtre et l’euthanasie ! Les Valeurs humanitaires d’un peuple se développent dans les soins attentifs aux malades et le courage exercé par tous, dans la poursuite de ce deal…Sachez qu’avant de naître, que vos enfants sont prédestinés et passibles d’une contravention originelle ! Ils assumeront des charges et des taxes que leurs parents ont laissé sévir sur leur propre santé ! »
Par Mme Student, in « Chronique des gens qui passent»

Le constat social


Serait-il utile aux militants des Partis, à tous les Cadres Responsables du Royaume, qui analysant les événements, les idées et les actes, entre la morosité et les cataclysmes, politiciens ou telluriques, de se pencher aussi sur cette autre calamité, que sont les maladies ? Les simples maladies et leurs approches, législatives et économiques ! Médecins et pharmaciens ne suffisent plus ! Ils réclament une réforme ! Le Maroc nous regarde ! Nous sommes tous concernés !
Est-il socialement productif de continuer à délaisser ce secteur vital, odieusement taxé d’inutilité, au profit d’autres factions plus dynamiques ? Est-il défendable de saborder ainsi sa base, la population de son propre pays ? Là où la souffrance réduit même les plus aisés d’entre les gens, au statut tragique d’assistés, rendant la dignité, donc la citoyenneté, à sa plus basse expression.

Les Partis, par voie de fait, se transforment en collèges virtuels où des arrivistes sabordent les concepts de démocratie, en niant au peuple des quartiers leurs bons droits ! Du coup la signification même de représentants, leur crédibilité d’élus se perd ! Les milieux, ruraux, pauvres ou besogneux, dénigrés au profit d’expédients extatiques et de pétarades de salons, sont ceux qui requièrent le plus l’affection et justifient des Cadres leur temps, leur énergie et leur abnégation. Les actes de présence, les gestes de solidarité sont la base de la vie en communauté, donc de toute politique. Est-ce abâtardir les cadres et polluer leurs méninges que d’aspirer leur rencontre salvatrice avec les couches qui les ont générés ?


La logique, la raison, les sentiments, la nécessité, le JUSTICE, requièrent le courage de ce retour. Le Peuple a besoin de ses fils pour reformer la famille ! Ces immersions dans les rues, les usines et les quartiers sont synonymes de rencontres entre condisciples et de proximité avec ceux qui remplissent les urnes, voire avec ceux qui avec raison s’en détournent et fuient les suffrages et les scrutins !

L’appel des parents


Le service humanitaire, acte altruiste de citoyenneté, est la meilleure audience pour les militants avec leurs électeurs potentiels. Le Peuple, ces simples sujets qui travaillent pour vous instruire, attendent qu’on étanche leur sueur. Ils attendent, non sans crainte d’être déçus et non sans espoir de fierté, un juste retour des sentiments de ces cadres, de ces cigognes, qu’elles refassent leur printemps ! Ils attendent que les programmes des Partis intègrent leurs soucis et leurs justes espoirs. Ils attendent que ces patriotes leur rendent justice et qu’ils lavent la honte des exactions et des abus ! Que les fils et les filles se détachent des innommables amalgames et se différencient de ceux qui les subornent et les trompent ! Que les programmes, leurs volontés écrites, soient aussi réalistes, que vrais et qu’on ne vole plus leurs droits, leurs aspirations et leurs rêves !


Ils veulent que leurs besoin, les plus simples, soient réalisés. Que les élus ne soient plus que de virtuels pastiches, les uns des autres, bons à placarder les murs de fausses promesses qui restent les témoins balafrés de leurs mensonges !
Et les chantiers à couvrir sont légions, dans tous les domaines, du travail à l’éducation et de la justice à la santé ! Le premier travail est de leur rendre leur confiance en soi et de régénérer un sang par trop corrompu par la paresse ! Le premier travail est de retrouver cette fierté légitime, cette richesse que nul adversaire n’avait pervertie. A commencer par chasser toutes les formes de mépris et tous les stigmates de l’humiliation : celles exogènes et celles dues au destin de tout être vivant ! Leur droit à la santé, le droit des personnes malades à être soignées, le droit de ne pas subir d’entraves ni d’être d’un système de soins, les otages muets ! Le droit de ne pas subir de surenchères, ni d’embargo sur leur santé.

La santé, un droit


Que dire de la santé, de l’accès aux soins, du coût des actes et du prix des médicaments, et qui plus est, des taxes que l’Etat prend sur les maladies et les malades, EN EXPLOITANT LEUR SOUFFRANCE ET LEUR MALADIE ?
Les maladies représentent deux faces de la responsabilité des gestionnaires que l’on peut réexaminer sous un nouvel angle, plus moderne et plus contemporain. Celui qu’il est d’assurer les besoins communautaires en médications et celui des moyens et règlements d’approche pour l’acquisition des médicaments et des soins. Sachant qu’il ne saurait y avoir de conflit d’intérêt entre les obligations de l’état dans ses deux facettes de régulateur et de commanditaire, ni de schizophrénie entre l’offre des médicaments qu’il organise et leur accessibilité, dont il décrète les coûts, la qualité et les obligations. Or, obligé d’assurer une couverture, il ne doit pas lui être étranger d’en abaisser les coûts pour répondre aux besoins élargis. Et nous connaissons l’impact de la maladie dans la genèse de l’inconfort, du chômage, de la misère, du mécontentement social, dans l’origine des grèves, dans les troubles et dans la sédition !


Il s’agit pour nous, à partir de l’AAMM, qui vous remercie de votre engagement et de votre affable soutien, entre autres associations dynamiques et ONG civiques, d’éclairer l’Etat sur un dol qu’il entretient et de faire prendre conscience à la cascade des décideurs, d’un concept nouveau, celui du DROIT DES MALADES. Nous sommes devant des punitions collectives, perpétrées selon un système organisé et des modes légalisés. Exactions aberrantes, devenues institutionnelles et inconscientes, revers d’un droit naturel mais ignoré, doublées d’un devoir oublié. Nous ne disons pas dénigré, de par notre immense espoir en notre Pays et en ses Cadres nationalistes, car ce Droit et sa solution sont simples !

Ce droit légitime et naturel est celui d’être traités, sans arnaques ni surenchères, comme il devient coutumier de le lire, de le voir, de le souffrir et de le déplorer. Droit de refus nouveau et devoir de délation nôtre, doublé d’une violente condamnation face à des prélèvements coutumiers, impropres et inconséquents. Des taxes abusives dans leur concept, qui saignent les malades ! Une aberration, dès qu’il s’agit pour le fisc de frapper les médicaments et de pénaliser les demandeurs de soins ! Dès lors, il nous parait juste de ne pas laisser le malade crouler sous la chape des TAXES DOUANIERES et autre antinomique TVA sur la maladie !


Reformater les taxes


La loi qu’il s’agit d’exorciser, l’abcès torpide qu’il s’agit d’inciser est donc cette ostensible et publique tare de l’Etat ! Une infamie, qui aberrante déjà, obère l’accès aux soins ! C’est-à-dire qu’IL S’AGIT POUR VOUS MAINTENANT DE RAISONNER AVEC LE LEGISLATEUR, de lui demander de repenser des réglementations devenues infâmantes. Des us contreproductifs, qui freinent la santé, car ils pèsent sur l’accès aux médicaments et aux soins ! Des soins que l’Etat veut élargir pourtant par l’AMO !
Un leitmotiv libératoire s’entend ! Reformater les taxes de douane et de TVA ! Ces pénalités sur les fièvres et les douleurs, ces contraintes contraires que l’Etat nous impose. Des charges superflues qui représentent entre 25 à 42 % du prix des laits de bébés et autres médicaments, cruciaux et de première nécessité ! Sauf exception ! Exonérer les médicaments que notre pays n’est pas capable de fabriquer et qu’il ne sait guère inventer ! Détaxer tous les médicaments et leurs intrants !

 
La chimie n’ayant pas fait d’adeptes dans les coursives de l’état, ni assez de promoteurs dans l’industrie du pays ! Des taxes donc, perçues comme autant d’exactions punitives et qui datent de l’ère qui précède celle des droits de l’homme ! Ces dissonances, artefacts fossiles, archaïques, dignes des gestions reptiliennes, sont gravement antisociales ! Ce ne sont pas nos économistes et maîtres à penser, militants es-fibres socialistes, qui nous contrediront, maintenant qu’ils sont à la barre du Ministère qui gère nos Finances ! Elles plombent l’accès aux soins. Vous m’excuserez de m’appesantir sur cette punition collective qu’on administre à la Nation ! Elle est indigne du Maroc de demain, indigne de l’Islam, civilisé antérieur et que l’on veut cautériser à présent, indigne de notre ouverture moderne. Indigne de notre tolérance, qui doit être une passion envers autrui, et d’abord envers ceux qui souffrent dans leur chair, dans leur être, dans leur santé et dans leur personne.


Un exemple de " Roi"


En effet, l’école de solidarité et de défense des tranches pauvres et des handicapés, exprimée avec ardeur, en temps réel et sur le terrain, par NOTRE ROI , stimule notre énergie civique. Elle éveille en nous, médecins, vos amis, admirateurs, militants et concitoyens, une volonté de voir les gouvernants et les réglementations suivre, avec réalisme et dans les actes, la JUSTE PASSION DE SA MAJESTE LE ROI ET DE LA PRENDRE EN EXEMPLE


Un besoin de réformes humanitaires


Réformer les concepts, c’est donc, pour l’Etat de réviser le cadre même de sa fiscalité sur les soins, à la lumière de clairvoyance de SM LE ROI. A commencer par les médicaments et leurs divers intrants. De l’usine au labo et de la pharmacie au bloc !


Un besoin de réformes démocratiques


Supprimons alors les taxes rédhibitoires qui pénalisent l’accès aux soins. Car ces prébendes usuraires sur les souffrances, génèrent de la haine et suscitent la sédition ! Ces pénalités révoltantes sur les fièvres et les douleurs, injustes et inhumaines, surmultiplient les mécontentements populaires ! Comme ces entraves augmentent notre lot d’incapacités et de handicaps, par les retards, sinon par l’empêchement des secours initiaux et dans les prises en charge ! La cherté mine le chemin des soins et barre leur administration.
En défiscalisant les soins, les médicaments et leurs intrants, c’est le budget de la Santé publique, (en premier, celui des hôpitaux, civils et militaires), qui sera décuplé. Ses médicaments, ses instruments, ses réactifs. Car l’investissement dans la Santé doit être vu comme celui du Tourisme, comme des priorités aussi importantes que la fourniture du blé !
Et tous les malades, du plus dramatique, au plus complexe, du moins grave au plus léger, seront dispensés de frais superflus ! La Santé s’offrira à un plus grand nombre ! Ils seront plus soignés et mieux soignés. Ils seront reconnaissants au Pouvoir qui aura libéré leur santé des contraintes ! Cette OPA, géniale, profitera à l’AMO prochaine qu’elle consolidera par des coûts de médicaments et de soins plus accessibles. Cette réforme, sur nous-mêmes et nos réglementations, est à faire en bloc et d’un seul tenant pour qu’elle soit productive et efficiente.

Des lois justes


En supprimant les taxes décriées, messieurs les Conseillers du Roi, vous rendez justice à l’Etat et vous rendrez sa pureté aux lois en les ré-humanisant. Agissant ainsi et conseillant de la sorte, vous rendrez les lois plus louables, plus amènes, plus convenables, plus en harmonie avec la politique de solidarité imaginée par SIDNA.
En plus de la reconnaissance de la part du peuple, l’effet produira un rejaillissement psychologique sur son imaginaire et un stater sur son enthousiasme rouillant ! Un plus en sera l’effet humanitaire, qui confortera notre image au sein des Nations ! Cette reforme de la fiscalité des soins et des médicaments, sera une option curative du brouhaha généré par toutes les hausses des prix dans les hospices publics et autres ! Une chance, qui, si elle est bien pulsée, sera capable de stimuler, sans doute, cet amour pour la Patrie, qui semble en défection depuis la Marche Verte et qui se vit dans la morosité ambiante et le dégoût navrant de certains !

Dr Idrissi M. Ahmed,
Kenitra Président de l’AAMM
ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC
112, AVENUE MOHAMED DIOURI KENITRA MAROC
Assistance : 061252005, Telfax : 00212-0-37376330, Mail : idrissi.o.a@menara.ma



04:40 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES

AAMM

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES


Ethique, Douanes et TVA sur les soins et les médicaments.

Un appel civique à Ceux qui peuvent agir pour sauver les malades

Plaidoyer


Mesdames et messieurs, les Conseillers du Souverain, Ministres et Députés de la Nation, vous qui pouvez avoir l’audience et l’écoute du Souverain, cadres sains de l’Etat, vous les médiateurs et leaders d’opinion, juristes, médecins, pharmaciens, des cliniques et de l’industrie, présidents des ONG, vous les garants des Partis, vous êtes responsables ! A ce titre, vous êtes sensés sentir les dols de la population et surtout de les transmettre à S.M le Roi. Nous percevons pour le Pouvoir une gloire de plus. C’est une action qui suscitera une exaltation immense en popularité, dont les bénéfices rejailliront sur tout le Peuple. Il s’agit ni plus ni moins que d’une mesure de justice. A savoir de gracier les malades en les dispensant de payer des taxes sur leurs maladies. Cette plaidoirie mérite Votre Haute Attention.


Une citation


« Célébrer les morts, est-ce utile aux vivants ? La civilisation est-ce de commémorer les morts ou de collectionner leurs faits et actes ? Défendre les malades à qui cela sert-il ? Supporter les malades est si lourd, mais, est-ce tellement ingrat ? Si vous dites encore que soutenir les vieux et les handicapés est une charge onéreuse et improductive, c’est que vous optez pour le meurtre et l’euthanasie ! Les Valeurs humanitaires d’un peuple se développent dans les soins attentifs aux malades et le courage exercé par tous, dans la poursuite de ce deal…Sachez qu’avant de naître, que vos enfants sont prédestinés et passibles d’une contravention originelle ! Ils assumeront des charges et des taxes que leurs parents ont laissé sévir sur leur propre santé ! »


Par Mme Student, in « Chronique des gens qui passent»

Le constat social


Serait-il utile aux militants des Partis, à tous les Cadres Responsables du Royaume, qui analysant les événements, les idées et les actes, entre la morosité et les cataclysmes, politiciens ou telluriques, de se pencher aussi sur cette autre calamité, que sont les maladies ? Les simples maladies et leurs approches, législatives et économiques ! Médecins et pharmaciens ne suffisent plus ! Ils réclament une réforme ! Le Maroc nous regarde ! Nous sommes tous concernés !
Est-il socialement productif de continuer à délaisser ce secteur vital, odieusement taxé d’inutilité, au profit d’autres factions plus dynamiques ? Est-il défendable de saborder ainsi sa base, la population de son propre pays ? Là où la souffrance réduit même les plus aisés d’entre les gens, au statut tragique d’assistés, rendant la dignité, donc la citoyenneté, à sa plus basse expression. Les Partis, par voie de fait, se transforment en collèges virtuels où des arrivistes sabordent les concepts de démocratie, en niant au peuple des quartiers leurs bons droits ! Du coup la signification même de représentants, leur crédibilité d’élus se perd ! Les milieux, ruraux, pauvres ou besogneux, dénigrés au profit d’expédients extatiques et de pétarades de salons, sont ceux qui requièrent le plus l’affection et justifient des Cadres leur temps, leur énergie et leur abnégation. Les actes de présence, les gestes de solidarité sont la base de la vie en communauté, donc de toute politique. Est-ce abâtardir les cadres et polluer leurs méninges que d’aspirer leur rencontre salvatrice avec les couches qui les ont générés ?
La logique, la raison, les sentiments, la nécessité, le JUSTICE, requièrent le courage de ce retour. Le Peuple a besoin de ses fils pour reformer la famille ! Ces immersions dans les rues, les usines et les quartiers sont synonymes de rencontres entre condisciples et de proximité avec ceux qui remplissent les urnes, voire avec ceux qui avec raison s’en détournent et fuient les suffrages et les scrutins !


L’appel des familles


Le service humanitaire, acte altruiste de citoyenneté, est la meilleure audience pour les militants avec leurs électeurs potentiels. Le Peuple, ces simples sujets qui travaillent pour vous instruire, attendent qu’on étanche leur sueur. Ils attendent, non sans crainte d’être déçus et non sans espoir de fierté, un juste retour des sentiments de ces cadres, de ces cigognes, qu’elles refassent leur printemps ! Ils attendent que les programmes des Partis intègrent leurs soucis et leurs justes espoirs. Ils attendent que ces patriotes leur rendent justice et qu’ils lavent la honte des exactions et des abus ! Que les fils et les filles se détachent des innommables amalgames et se différencient de ceux qui les subornent et les trompent ! Que les programmes, leurs volontés écrites, soient aussi réalistes, que vrais et qu’on ne vole plus leurs droits, leurs aspirations et leurs rêves !
Ils veulent que leurs besoin, les plus simples, soient réalisés. Que les élus ne soient plus que de virtuels pastiches, les uns des autres, bons à placarder les murs de fausses promesses qui restent les témoins balafrés de leurs mensonges !
Et les chantiers à couvrir sont légions, dans tous les domaines, du travail à l’éducation et de la justice à la santé ! Le premier travail est de leur rendre leur confiance en soi et de régénérer un sang par trop corrompu par la paresse ! Le premier travail est de retrouver cette fierté légitime, cette richesse que nul adversaire n’avait pervertie. A commencer par chasser toutes les formes de mépris et tous les stigmates de l’humiliation : celles exogènes et celles dues au destin de tout être vivant ! Leur droit à la santé, le droit des personnes malades à être soignées, le droit de ne pas subir d’entraves ni d’être d’un système de soins, les otages muets ! Le droit de ne pas subir de surenchères, ni d’embargo sur leur santé.


La santé, un droit


Que dire de la santé, de l’accès aux soins, du coût des actes et du prix des médicaments, et qui plus est, des taxes que l’Etat prend sur les maladies et les malades, EN EXPLOITANT LEUR SOUFFRANCE ET LEUR MALADIE ?
Les maladies représentent deux faces de la responsabilité des gestionnaires que l’on peut réexaminer sous un nouvel angle, plus moderne et plus contemporain. Celui qu’il est d’assurer les besoins communautaires en médications et celui des moyens et règlements d’approche pour l’acquisition des médicaments et des soins. Sachant qu’il ne saurait y avoir de conflit d’intérêt entre les obligations de l’état dans ses deux facettes de régulateur et de commanditaire, ni de schizophrénie entre l’offre des médicaments qu’il organise et leur accessibilité, dont il décrète les coûts, la qualité et les obligations. Or, obligé d’assurer une couverture, il ne doit pas lui être étranger d’en abaisser les coûts pour répondre aux besoins élargis. Et nous connaissons l’impact de la maladie dans la genèse de l’inconfort, du chômage, de la misère, du mécontentement social, dans l’origine des grèves, dans les troubles et dans la sédition !
Il s’agit pour nous, à partir de l’AAMM, qui vous remercie de votre engagement et de votre affable soutien, entre autres associations dynamiques et ONG civiques, d’éclairer l’Etat sur un dol qu’il entretient et de faire prendre conscience à la cascade des décideurs, d’un concept nouveau, celui du DROIT DES MALADES. Nous sommes devant des punitions collectives, perpétrées selon un système organisé et des modes légalisés. Exactions aberrantes, devenues institutionnelles et inconscientes, revers d’un droit naturel mais ignoré, doublées d’un devoir oublié. Nous ne disons pas dénigré, de par notre immense espoir en notre Pays et en ses Cadres nationalistes, car ce Droit et sa solution sont simples !


Ce droit légitime et naturel est celui d’être traités, sans arnaques ni surenchères, comme il devient coutumier de le lire, de le voir, de le souffrir et de le déplorer. Droit de refus nouveau et devoir de délation nôtre, doublé d’une violente condamnation face à des prélèvements coutumiers, impropres et inconséquents. Des taxes abusives dans leur concept, qui saignent les malades ! Une aberration, dès qu’il s’agit pour le fisc de frapper les médicaments et de pénaliser les demandeurs de soins ! Dès lors, il nous parait juste de ne pas laisser le malade crouler sous la chape des TAXES DOUANIERES et autre antinomique TVA sur la maladie !

Reformater les taxes


La loi qu’il s’agit d’exorciser, l’abcès torpide qu’il s’agit d’inciser est donc cette ostensible et publique tare de l’Etat ! Une infamie, qui aberrante déjà, obère l’accès aux soins ! C’est-à-dire qu’IL S’AGIT POUR VOUS MAINTENANT DE RAISONNER AVEC LE LEGISLATEUR, de lui demander de repenser des réglementations devenues infâmantes. Des us contreproductifs, qui freinent la santé, car ils pèsent sur l’accès aux médicaments et aux soins ! Des soins que l’Etat veut élargir pourtant par l’AMO !
Un leitmotiv libératoire s’entend ! Reformater les taxes de douane et de TVA ! Ces pénalités sur les fièvres et les douleurs, ces contraintes contraires que l’Etat nous impose. Des charges superflues qui représentent entre 25 à 42 % du prix des laits de bébés et autres médicaments, cruciaux et de première nécessité ! Sauf exception ! Exonérer les médicaments que notre pays n’est pas capable de fabriquer et qu’il ne sait guère inventer ! Détaxer tous les médicaments et leurs intrants !


La chimie n’ayant pas fait d’adeptes dans les coursives de l’état, ni assez de promoteurs dans l’industrie du pays ! Des taxes donc, perçues comme autant d’exactions punitives et qui datent de l’ère qui précède celle des droits de l’homme ! Ces dissonances, artefacts fossiles, archaïques, dignes des gestions reptiliennes, sont gravement antisociales ! Ce ne sont pas nos économistes et maîtres à penser, militants es-fibres socialistes, qui nous contrediront, maintenant qu’ils sont à la barre du Ministère qui gère nos Finances ! Elles plombent l’accès aux soins. Vous m’excuserez de m’appesantir sur cette punition collective qu’on administre à la Nation ! Elle est indigne du Maroc de demain, indigne de l’Islam, civilisé antérieur et que l’on veut cautériser à présent, indigne de notre ouverture moderne. Indigne de notre tolérance, qui doit être une passion envers autrui, et d’abord envers ceux qui souffrent dans leur chair, dans leur être, dans leur santé et dans leur personne


Un exemple de " Roi"


En effet, l’école de solidarité et de défense des tranches pauvres et des handicapés, exprimée avec ardeur, en temps réel et sur le terrain, par NOTRE ROI , stimule notre énergie civique. Elle éveille en nous, médecins, vos amis, admirateurs, militants et concitoyens, une volonté de voir les gouvernants et les réglementations suivre, avec réalisme et dans les actes, la JUSTE PASSION DE SA MAJESTE LE ROI ET DE LA PRENDRE EN EXEMPLE
Un besoin de réformes humanitaires
Réformer les concepts, c’est donc, pour l’Etat de réviser le cadre même de sa fiscalité sur les soins, à la lumière de clairvoyance de SM LE ROI. A commencer par les médicaments et leurs divers intrants. De l’usine au labo et de la pharmacie au bloc !


Un besoin de réformes démocratiques


Supprimons alors les taxes rédhibitoires qui pénalisent l’accès aux soins. Car ces prébendes usuraires sur les souffrances, génèrent de la haine et suscitent la sédition ! Ces pénalités révoltantes sur les fièvres et les douleurs, injustes et inhumaines, surmultiplient les mécontentements populaires ! Comme ces entraves augmentent notre lot d’incapacités et de handicaps, par les retards, sinon par l’empêchement des secours initiaux et dans les prises en charge ! La cherté mine le chemin des soins et barre leur administration.
En défiscalisant les soins, les médicaments et leurs intrants, c’est le budget de la Santé publique, (en premier, celui des hôpitaux, civils et militaires), qui sera décuplé. Ses médicaments, ses instruments, ses réactifs. Car l’investissement dans la Santé doit être vu comme celui du Tourisme, comme des priorités aussi importantes que la fourniture du blé !
Et tous les malades, du plus dramatique, au plus complexe, du moins grave au plus léger, seront dispensés de frais superflus ! La Santé s’offrira à un plus grand nombre ! Ils seront plus soignés et mieux soignés. Ils seront reconnaissants au Pouvoir qui aura libéré leur santé des contraintes ! Cette OPA, géniale, profitera à l’AMO prochaine qu’elle consolidera par des coûts de médicaments et de soins plus accessibles. Cette réforme, sur nous-mêmes et nos réglementations, est à faire en bloc et d’un seul tenant pour qu’elle soit productive et efficiente.


Des lois justes


En supprimant les taxes décriées, messieurs les Conseillers du Roi, vous rendez justice à l’Etat et vous rendrez sa pureté aux lois en les ré-humanisant. Agissant ainsi et conseillant de la sorte, vous rendrez les lois plus louables, plus amènes, plus convenables, plus en harmonie avec la politique de solidarité imaginée par SIDNA.
En plus de la reconnaissance de la part du peuple, l’effet produira un rejaillissement psychologique sur son imaginaire et un stater sur son enthousiasme rouillant ! Un plus en sera l’effet humanitaire, qui confortera notre image au sein des Nations ! Cette reforme de la fiscalité des soins et des médicaments, sera une option curative du brouhaha généré par toutes les hausses des prix dans les hospices publics et autres ! Une chance, qui, si elle est bien pulsée, sera capable de stimuler, sans doute, cet amour pour la Patrie, qui semble en défection depuis la Marche Verte et qui se vit dans la morosité ambiante et le dégoût navrant de certains !


Dr Idrissi M. Ahmed, Président de l’AAMM
ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC
112, AVENUE MOHAMED DIOURI KENITRA MAROC
Assistance : 061252005, Telfax : 00212-0-37376330, Mail : idrissi.o.a@menara.ma



04:35 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

SANTE : UN APPEL DEFERENT A SM LE ROI POUR UNE REFORME DES REGLEMENTATIONS SUR LES MEDICAMENTS

RESUME DE NOTRE APPEL , ISSU DU RAPPORT MORAL DE L' AG

Envoi de DR IDRISSI -AAMM le 15 Mai 2005 16:13:39:

"SANTE : UN APPEL DEFERENT POUR UNE REFORME CIVIQUE DES REGLEMENTATIONS SUR LES MEDICAMENTS ET LES SOINS."


EXERGUE

La myasthénie demeure au Maroc plus handicapante et plus orpheline qu’ailleurs ! Parallèlement au pain qui n’est pas sanctionné, les soins et les appareillages entrant dans les actes médicaux et la fabrication des médicaments, méritent l’attention solidaire et régalienne de notre ROI Sidi Mohamed. .../...

SUBVENTIONS ET ASPIRATIONS

Malgré notre travail pour les couches handicapées et pauvres et notre militantisme pour rendre le diagnostic plus accessible et les médicaments moins chers, et contrairement à d’autres associations en vogue dan les capitales, nous n’avons reçu aucune aide des associations similaires francophones ou internationales. Pas plus, pour le moment, de celle demandée à notre propre Communauté Urbaine ! Nous avons sollicité dernièrement, à titre de partenariat à la Direction de la Famille, de nous permettre d’acquérir un pied à terre pour notre Association. C’est un vœu pieux. On va voir ce que feront pour nous, le Pr Harrouchi et Mme Baddou, si nous trouvons des intermédiaires pour les convaincre ! Une collaboration avec le Lions Club de Kénitra local, est à l’étude, pour mettre en commun nos complémentarités.

NOTRE APPEL CIVIQUE

Notre diffusion d’un message, demandant par civisme, la réforme de la fiscalité des taxes sur tous les actes, est approuvée par tous les confrères avec lesquels nous agissons. Notre appel va au Souverain, à Celui qui peut soulager les malades et qui Seul, saurait entreprendre cette œuvre de bienfaisance publique. Notre appel déférent est là, comme pour répondre à la Sa charité démontrée envers Son Peuple par Sidna. Spécialement à l’adresse des tranches les plus pauvres de notre société et pour avoir été Le Pionnier à relever la dignité, retrouvée des handicapés ! Nous lançons donc, pour vous et avec vous, une prière à Qui de droit, une suggestion, une véritable demande de grâce en faveur des malades. Celle de réformer toutes les taxes de Douane et de TVA qui frappent injustement les malades, qui sont les seules tranches, fragiles de Son Peuple à payer la dîme sur la maladie et la gabelle sur les fièvres et les douleurs !


UNE SOLLICITATION A SM LE ROI,



Pour confirmer leur présence dans le champ communautaire, les médecins devraient donner un peu de leurs temps aux associations des malades. Créer ces cellules sociales interactives d’entraide civique, les encadrer, afin de donner plus de compétences et plus d’aménité aux relations médecins-malades. Voici enfin pour clore, notre appel révérencieux, pudique et affectueux, à SM le Roi. Nous l’exprimons à la conscience des Cadres qui dirigent le Pays, à ceux qui façonnent les lois et les régulent, afin de le soumettre, avec chaleur et espoir, à la Haute Sollicitude de SM. Parallèlement au pain, qui n’est pas sanctionné, les soins et les appareillages entrant dans les actes de soins et la fabrication des médicaments, méritent l’attention humanitaire et régalienne de notre bon Roi, Sidi Mohamed VI, que Dieu Le préserve. Nous pensons que du timbre à la cigarette, des liqueurs aux produits de luxe, que le Marocain dont la valeur citoyenne, sociale, musulmane et libérale, n’a jamais failli, saura assumer et supporter une augmentation sur ces produits de luxe ou de confort, afin de dégager des ressources compensatoires au fisc, pour contrebalancer le manque à gagner sur les médicaments, en dispensant les pathologies d’alimenter, insidieusement et par contrainte, les finances de l’Etat! Il faut peu de mots pour exprimer l’essentiel, mais beaucoup plus pour le rendre réel. Paul Eluard.



KENITRA, LE 01 05 05
RESUME POUR LE FORUM 15 05 05
DR IDRISSI M. AHMED, PRESIDENT DE L'AAMM,


ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC

112, avenue Mohamed Diouri, Kénitra, Moroc

Banque : SGMB, Kénitra, 0110005159473, Tel-fax: 0021237376330, Assistance: 061252005


04:30 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

A Son Excellence, Si Meziane Belfquih Conseiller de Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed

A Son Excellence, Si Meziane Belfquih

Conseiller de Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed

 

Votre Excellence,

 

J’ai l’honneur de vous adresser ces documents, issus de nos rapports derniers d’assemblée générale élective et de quelques travaux du bureau de l’AAMM.

 

Nous réitérons, devant Votre Excellence, avec déférence indue à l’endroit de SM le Roi, notre exhortation de voir SM, que Dieu Le garde, procéder à une réforme sur la fiscalité indirecte sur les soins. Spécialement de ce qui est des taxes de Douane et de T.V.A. Cet acte d’abnégation en faveur d’autrui, le citoyen malade, appauvri ou non, est hautement juste et éthique. Il sera, grâce à vos efforts particuliers, sans doute, Excellence, la meilleure aide pour l’AMO balbutiante et pour le lancement de l’INDH, que Sidna vient de lancer comme projet sociétal régalien, afin de restructurer du Maroc ses strates marginalisées  !

 

Ces taxes de Douane et de T.V.A. globalement, et sauf exception, Excellence, cumulent près de 24 % des coûts et intéressent tous les secteurs de la santé. Une cascade de frais supplémentaires, grossis au fils des ans, qui décuplent les prix du matériel et des intrants. Ces impôts surérogatoires vont des réactifs aux médicaments, touchant les équipements des laboratoires industriels, ceux des biologistes, de la radiologie, en affectant tous les secteurs des soins, tant ceux des hospices publics et militaires, que ceux du privé !

 

Perçues comme largement injustes, parce qu’elles ne touchent que les tranches malades, ces pénalités d’un autre âge, devraient voir leurs réglementations antisociales, abrogées en faveur des malades. Ceci par respect de leurs douleurs et par éthique, vu que LEURS PATHOLOGIES NE SONT PAS DES VALEURS AJOUTEES.

 

  En nous excusons d’insister, Excellence, les malades sont donc, les seules tranches de la communauté à souffrir du coût des soins et des médicaments, du fait qu’elles sont les seules à être contraintes de payer des taxes sur leurs médicaments ! Selon leur lecture, les malades voient en ces taxes de véritables sanctions discriminatoires, vu que le fisc ne taxe point les personnes saines ! C’est dire, qu’elles sont vécues comme des atteintes contre leur état santé, et qu’ils les perçoivent comme des IMPOTS SUR LA MALADIE.  

 

Nous vous remercions Excellence, de votre écoute, de votre compréhension et de votre adoption de cet appel civique. Appel dont les retombées de sympathie grandiront tous ceux qui oeuvreront pour en accélérer l’échéance, avant 2010. Date butoir qui verra les taxes de douanes bannies, par les seules prescriptions internationales !

 

Nous renouvelons à cette occasion nos vœux de succès et de santé à SM le Roi, et, nous vous prions, Excellence, que Dieu augmente votre prestige, d’exprimer notre confiance, nos espoirs et notre gratitude, à l’adresse de notre Souverain magnanime, que DIEU Le garde, pour la gloire de notre Nation et les progrès des Marocains.

 

  

Kénitra, le 20 Mai 2005, Dr Idrissi My. Ahmed

 


04:25 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

A Son Excellence, Si Meziane Belfquih Conseiller de Sa Majes

A Son Excellence, Si Meziane Belfquih

Conseiller de Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed

 

Votre Excellence,

 

J’ai l’honneur de vous adresser ces documents, issus de nos rapports derniers d’assemblée générale élective et de quelques travaux du bureau de l’AAMM.

 

Nous réitérons, devant Votre Excellence, avec déférence indue à l’endroit de SM le Roi, notre exhortation de voir SM, que Dieu Le garde, procéder à une réforme sur la fiscalité indirecte sur les soins. Spécialement de ce qui est des taxes de Douane et de T.V.A. Cet acte d’abnégation en faveur d’autrui, le citoyen malade, appauvri ou non, est hautement juste et éthique. Il sera, grâce à vos efforts particuliers, sans doute, Excellence, la meilleure aide pour l’AMO balbutiante et pour le lancement de l’INDH, que Sidna vient de lancer comme projet sociétal régalien, afin de restructurer du Maroc ses strates marginalisées  !

 

Ces taxes de Douane et de T.V.A. globalement, et sauf exception, Excellence, cumulent près de 24 % des coûts et intéressent tous les secteurs de la santé. Une cascade de frais supplémentaires, grossis au fils des ans, qui décuplent les prix du matériel et des intrants. Ces impôts surérogatoires vont des réactifs aux médicaments, touchant les équipements des laboratoires industriels, ceux des biologistes, de la radiologie, en affectant tous les secteurs des soins, tant ceux des hospices publics et militaires, que ceux du privé !

 

Perçues comme largement injustes, parce qu’elles ne touchent que les tranches malades, ces pénalités d’un autre âge, devraient voir leurs réglementations antisociales, abrogées en faveur des malades. Ceci par respect de leurs douleurs et par éthique, vu que LEURS PATHOLOGIES NE SONT PAS DES VALEURS AJOUTEES.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En nous excusons d’insister, Excellence, les malades sont donc, les seules tranches de la communauté à souffrir du coût des soins et des médicaments, du fait qu’elles sont les seules à être contraintes de payer des taxes sur leurs médicaments ! Selon leur lecture, les malades voient en ces taxes de véritables sanctions discriminatoires, vu que le fisc ne taxe point les personnes saines ! C’est dire, qu’elles sont vécues comme des atteintes contre leur état santé, et qu’ils les perçoivent comme des IMPOTS SUR LA MALADIE.  

 

Nous vous remercions Excellence, de votre écoute, de votre compréhension et de votre adoption de cet appel civique. Appel dont les retombées de sympathie grandiront tous ceux qui oeuvreront pour en accélérer l’échéance, avant 2010. Date butoir qui verra les taxes de douanes bannies, par les seules prescriptions internationales !

 

Nous renouvelons à cette occasion nos vœux de succès et de santé à SM le Roi, et, nous vous prions, Excellence, que Dieu augmente votre prestige, d’exprimer notre confiance, nos espoirs et notre gratitude, à l’adresse de notre Souverain magnanime, que DIEU Le garde, pour la gloire de notre Nation et les progrès des Marocains.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kénitra, le 20 Mai 2005, Dr Idrissi My. Ahmed

 


04:24 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

taxes sur les soins : quel est votre avis humanitaire, très cher lecteur ?








DR IDRISSI AHMED
Le 18 décembre 2003.

Lettre ouverte à qui la lira


Quel est votre avis humanitaire, très cher lecteur ?

Comment concevoir que la Communauté, aide pour le pain et l'huile un tant
soit peu, qu'elle nous laisse nous instruire sans taxer à l'importation les
livres, qu'elle permette, qui plus est, aux investisseurs dans les loisirs,
d'édifier de grands ensembles touristiques et des hôtels, utiles certes,
sans payer de taxes de douanes à l'importation, mais qu'à l'inverse, pour le
lait, elle harcèle les nourrissons par 42 % de taxes de douane ! Les
médicaments, paient jusqu'à 40 % de taxes iniques de dédouanement,
surmultipliant les peines et majorant en plus d'autres impôts, peu amènes,
les mécontentements. En laissant ces taxes infâmes sur les médicaments
ulcérer le bon peuple du ROI, nous souffrons dans nos prescriptions et nous
contribuons aux exactions par
notre silence.

Inconsciemment, sans remettre en cause ses ressources douanières, l'Etat
jaloux de ses fonctions sociales, continue de faire de véritables extorsions
sur les malades. Forfaiture sans éthique aucune ou simple insouciance vécue
sans réfléchir chez les cadres, et avec autant de passivité par les
citoyens, comme si c'était un arrêt inéluctable et malveillant du destin !

Oui, sauf pour de rares créneaux et encore à titre d'exception, les
cardiaques, les asthmatiques, les diabétiques, jeunes et vieux,
neurologiques, myasthéniques, continuent de payer la DIME sur leurs tares et
leur santé précarisées ! C'est là, une véritable honte à stigmatiser, si
l'Etat continuait, demain, quel que soit le degré de gravité des maladies, à
pénaliser encore plus la santé de ceux qui souffrent et de ceux qui, faute
de travail pour tous, n'ont aucune couverture sociale !

Une méchanceté inconsciente mais avérée, une perversité perfide, un
laisser-faire inique, une habitude retorse héritée des artefacts
administratifs des colons, pompe les populations, des plus pauvres aux rares
tranches des plus aisées. Celles des campagnes, celles des bidonvilles,
comme celles que l'on voudrait pourtant aider, afin de relever le défi de la
modernité et de continuer à obtenir le calme et la confiance des classes
précarisées des quartiers déshérités...Ce serait un aveuglement des
gestionnaires que de continuer à prêter le flanc aux dérives malsaines de la
misère ! Celles des maladies, sensu stricto, qui s'amplifient sur les
tertres de la pauvreté. Là où s'activent des manipulateurs et s'agitent des
populistes et des extrémistes en tous genre.
Populations qu'un rien peut faire soulever et révolter contre la superbe de
l'Etat qui les ignore ! Et cela, nous en sommes témoins, malgré le très bel
exemple de Sidna, qui nous sert de phare et de courage !

Les hausses sur les médicaments, encore récentes, quant à elles, persistent
malgré le discours humanitaire de solidarité. Des zones d'apartheid, dans
les douars crasses et les no man's lands subsistent et offensent ! Là où,
dit-on, même les Sécuritaires abhorrent pénétrer. Cette population, autant
que les couches moyennes et désorientées, seront de plus en plus mécontentes
et insatisfaites. Elles seront plus fragiles, et, l'ignorance et
l'analphabétisme aidant, prédisposées, elles céderont volontiers aux sirènes
des fanatiques des agitateurs de tous bords ! Ceux qui achèteront leurs
voix, comme ceux qui les armeront de discours malveillants ou d'instincts
révoltés. Adieu alors, pour de bon, à la sérénité légendaire du Maroc, à la
tolérance des siens et à sa sécurité exemplaire. La voie est ouverte pour
les lancer contre leurs frères, inciviques, dynamite au poing !

Très chers lecteurs,

Dès lors, soulageons un peu plus les malades, pour faire moins de mécontents
autour d'eux et pour générer moins de malades handicapés parmi eux !
Otons-leur toutes les taxes du chemin de leur droit à la santé. D'abord
celles, inopportunes de la douane et ensuite, grâce à SM le Roi, Sidi
Mohammed, TOUTES les autres pénalités et contraintes fiscales sur les
médicaments et leurs intrants ! On a bien vu le bénéfice local et
international de la leçon que SM a administrée, par Son action sur la
Moudawana !

Et que les meilleurs laboratoires et les meilleurs produits, génériques ou
de référence, soient ceux qui étant les plus abordables, puissent penser un
peu moins au lucre, mais un peu plus aux frères malades ! Avant que ne
s'ouvrent, demain, les vannes de la mondialisation !
C'est là, pour les décideurs du moment, un gain politique percutant, pour
affirmer encore plus et élargir à l'ensemble de son Peuple, la politique
solidaire et cordiale de Notre Souverain bien aimé, Sidi Mohammed, que Dieu
Le garde !

Merci de votre écoute, très cher Président et j'ose espérer grand Ami, avec
mes prières de vouloir bien transmettre ce message du coeur autour de vous,
afin que, Médecins et Pharmaciens, comme leurs amis Ordonnateurs, soient les
premiers cadres conscients de la lutte civique et civilisée, pour la santé
et le bien-être de leurs concitoyens ! Et ce n'est que juste éthique !
Parlez-en, je vous prie, autour de vous, aux oreilles généreuses des patrons
et autres gourous du Pouvoir, aux concepteurs des lois, comme aux acteurs
bienveillants de l'industrie pharmaceutique de Rabat et de Casa.

Dr Idrissi M. Ahmed,
112, ave Diouri,
Kénitra, Maroc,
Tel 037376330- P: 061252005



04:11 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |