20/07/2004

UN JOINT POUR LES CANAILLES OU LA VIANDE DE CANARIS

VIANDE DE CANARIS, DROGUE POUR SINSITRES CANAILLES
Envoi de dr idrissi my ahmed le 14 Janvier 2002 02:49:12:

UN JOINT POUR LES CANAILLES

OU

HACHIS DE CANARIS POUR SINISTRES CANAILLES

 

 

Vous aimez les canaris, je n’y vois pas d’inconvénients ! Sauf que s’ils sont en cage, ça me fait mal aux libertés ! Car, je n’aime pas voir ces êtres souffrir, encore moins les tuer, pour en manger la chair.
Que vous leur lanciez de la fumée de kif pour les faire chanter, passe encore ! Deux plaisirs en un pour vous distraire ! Mais de là, à les meurtrir pour leurs couper les ailes, clouer le bec ou arracher les griffes ! Si vous les enfumez, passe, mais que vous ignoriez comment on produit et d’où vient le kif, est une injure, un affront à l’histoire et au génie de ces zones dites inutiles, pour les exploiter ! Une sinécure pour la minorité des avertis qui en deviennent des pervers nantis ! Mais, c’est plus un trait d’ignorance caractéristique de mecs développés, superflus, gonflés et superfétatoires ! C’est qu’on nous les gonfle plus que supportable avec cette histoire d’anxiolytiques doux et fumables !
C’est l’occasion pour les jeunes cadres euro-pensant de leur rappeler, que cette herbe, qu’ils grillent à la place des cigarettes ( mind : smoking may be hazardous for your health ) est pour un produit de colons ! Apportée d’ailleurs, des Indes, pour être plantée par des colons ibères ! Un fait aussi colonial que les carcans qui ne quittent plus nos têtes, les chaînes aux pieds des esclaves et les entraves faites aux gens pour s’exprimer dans leurs langues ou pour bouger sans visa malgré la mondialisation ! Vous souriez, c’est gratuit ! Herbe pas chère donc, pour les pobrès d’entre les desperados, que ceux-ci furent entre leurs guerres civiles et autres européennes qu’ils ont naguère mondialisées !
Pas chère non plus, comme drogue douce, pour servir de chimie et de tranquillisant mineur aux pauvres bougres de canaques que les séides asservissaient au Nord et au Sud de ce qui nous reste comme bled ! Ce sont quelques une de ses vertus ! Cette herbe permet aux riches, qui la commercent, de JOINdre les deux bouts ! Comme pour payer leur justice, quand ils se font prendre, ou avant qu’ils ne se fassent pendre ! L’exception justifiant la règle, permet parfois d’appliquer la loi ! C’est tout ce que je lui dirais, à ce beau monde, qui vit des paillettes dorées que lui procure l’herbe, dans les îles exotiques, où la banane aura supplanté le chanvre, à la place des amandiers, du maïs ou des fleurs !
Oui, pour revenir au canari, en tôle, que l’on encense de fumées de kif, pour le faire chanter, malgré sa présence derrière ses barreaux, semble s’être habitué à sa prison ! Né dedans, il n’en a pas conscience ! Comme les jeunes Sahraouis de Tindouf, kidnappés, tout petits, enrégimentés de force, embrigadés et lavés du cerveau, jusqu’à aimer leurs gardes chiourmes, depuis leur rapt, pour servir de monnaie d’échange ( et de chantage ) Ou que, plongés tout petits, ils ne s’en rappellent plus ! Comme nos soldats, « invités » pendant vingt ans chez nos frères hospitaliers, les Poligériens*, pour égayer leurs bagnes, par de vrais militaires ! Cruauté et vice pour traduire les sentiments possessifs de cet ancien département d’une puissance coloniale, qui avec le bagou de son orgueil hypertrophié, en a saisi l’esprit et la méthode ! L’Afrique de l’apartheid n’est pas loin ! La sainte ingérence des colons, non plus, pour ces fils de caporaux, devenus pour la diplomatie des choses, de vrais généraux ! Et des industriels !
Revenez compagnons ! On devrait les inviter au Bled, question d’humanitaire, une fois l’an, pour l’Aïd, afin de leur permettre de revoir les leurs de parents, qui n’ont jamais renié leur pays ni qui se sont alliés avec l’adversaire ! Question d’enseigner plus de cœur ou de morale, voire de préceptes religieux, à ces renégats, non encore repentis, pour calmer leurs tendance impubères de mutins. Cette graine de révolutionnaires, ringardisés, qui se sont embourbés les méninges dans une utopie slave qui aura lâché même les siens, auront-ils encore de la nostalgie pour regagner leurs pénates ! Rendez-nous nos canaris, chers voisins et frères !
Autre canari, voici Arafat, qui continue d’agiter la feuille d’olivier et de montrer ses blanches colombes, au regard assassin des faucons et des rapaces qui le séquestrent et détiennent son sort ! Triste épreuve, dans laquelle c’est notre honneur qui souffre de l’embargo, pendant que notre liberté se ternit et se meurt ! La faute est à ce paranoïaque de bourreau, devenu premier geôlier en Israël, et qui refuse, ostensiblement, la paix en soufflant par toute son haleine de monstre, la mort et les crimes ! Malade d’embonpoint dans les idées, cet évadé des tribunaux de guerre est un ennemi de toute l’humanité ! Bien sur qu’il a des adeptes…Fanatiques, aliénés et démoniaques !
Arafat, le Président qui a serré avec sympathie la main de presque tous ses pairs de la Terre, leur fait honte ! Aucun n’aura été assez diligent, assez puissant et fort pour le sortir des griffes de la Bête perfide ! Otage piégé, prisonnier de conditions fourbes et machiavéliques, il est emmuré derrière les catacombes de maisons. De là, il sent les affres de son peuple embastillé qui lutte pour sa dignité et son indépendance. Ils ont plus de prestige que leur funeste égorgeur ! Hier, l’Amérique était, dans sa Maison Blanche, le témoin de ses droits et l’acteur unique de sa reconnaissance ! Or voici le parrain qui épouse subitement les effronteries folles et la cause des assassins imprévisibles et qui renie par la même ses engagements d’arbitre et ses garanties !
Arafat et ses millions de concitoyens, auxquels l’Occident, en maître absolu, parangon civilisé, veut faire apprendre la démocratie et le respect des droits de l’homme et des femmes, sont maintenus prisonniers. Ignominieusement, dans des camps bourbiers, sans travail et sans toits, sans médicaments ni soins, asservis par ceux-là que les Puissances ont sauvé des Nazis ! Interdit d’avion et de bateaux, pour cause de destructions de ses élémentaires infrastructures ! Poursuivi dans sa maison et en dehors, on détruit ses bureaux et sa police. Comble de paradoxe, on lui demande de rechercher, sans moyens, des militants, que les colons perfides ont transformés en kamikazes ! Arafat reçoit encore de la visite dans sa cellule ! Qui sera le prestigieux grand chef d’état à le visiter dans sa taule lors de cette épreuve ? Y a-il des amateurs de canaris vivants, parmi vous ? Mandéla ?
Ta main tendue, Arafat, ton sourire et tes baisers, ta sagesse et ton âge, sauront-ils assagir le Fils Bush et le convaincre pour dompter cette nuisible et cruelle canaille. Charonne, puisqu’il faut le citer, dans son entêtement cynique de meurtrier, ternit l’image de l’Amérique comme celle de son Président. Qui plus est, il répand la honte et la terreur, indirectement sur la nation d’Israël ! Quelle paix et quel avenir, garantir en Israël et aux Israélites, si l’inquiétude des siens les fait vivre dans l’injustice et la guerre ? Où est alors la Démocratie juive et les préceptes bibliques que l’Occident avec Israël, partage ? S’il n’est pas décrié et fustigé par le siens, quel paix quelle sécurité garantir aux Juifs de partout dans le monde ? L’abominable Sharonne ne peut pas être partout où il a y des gens devenus fous !
Oui, j’oubliai Monsieur Bush de vous rappeler le cas de ce grand chef, qui dans son implacable amour de l’Orient et de ses chants d’oiseaux, avait poussé la finesse jusqu’à manger avec délectation, des langues de canaris, en hachis !

Dr IDRISSI My Ahmed 13 janvier 2002

Maidoc2@caramail.com

MERCI DE VOTRE LECTURE ET DE VOTRE BONNE TRADUCTION

IDRISSI My Ahmed 112, DIOURI, , KENITRA, MAROC, TEL 00212-0-376330

02:54 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.