20/07/2004

DICHOTOMIE, DELIRES ET VISION STENOPEIQUE

DICHOTOMIE, DELIRES ET VISION STENOPEIQUE

pétition

MOTION POUR ECARTER LA GUERRE



« DEVOIR » DE REPONSE A MONSIEUR SIMON LEVY



JE SOUTIENS ABSOLUMENT LE PR. SIMON LEVY. Il nous manquait de le lire ! Heureux retour sur les pages d’Al Bayane et de Libé ! Comme nous manquent les multiples collaborateurs des Yata et tant de belles plumes, celle de Khalid Jamai, celles de Meg et d’un tas de profs… Seulement une chose, je lui propose en tant que patriote, humaniste, engagé et inaltérable, de s’élever un peu mieux, un peu plus… contre d’autres ineptes invectives et sordides prévarications. De se lever contre d’autres détracteurs, qui outragent, à mort, leurs frères sémites et d’objecter, en peine conscience, sur les journaux où ils sévissent.


Il s’agit ni plus ni moins que de répondre point par point, à ceux de parmi les philosophes insidieux et les bien-pensants du tout Paris, de New York et de Washington. Invités gouailleurs et pétillants, ils «gambadent » sur toutes les chaînes et nous font crever, face aux écrans ! Ils s'agitent sur TFJ, ils sévissent sur d’autres revues, contre cet AUTRUI dont vous appelez plus de circonspection et de tolérance, l’ami ! Vous connaissant, à travers le Pcm et le Pps, pour votre amour de notre pays, le Maroc, de Fès et de par votre proximité amicale des autres Marocains, il me semble que l’on peut attendre de vous, de votre honorable dignité, que vous vous démarquiez de la ligne belliciste et dure. Ouvertement, pour nous rassurer tous, et pour stigmatiser le sérail du Potentat américain qui nous sert d’Imperator ! Agir, au même titre que les adeptes des autres confessions, qui ont marché et crié leur vaste opposition, en Amérique, en Espagne, en Australie, en Angleterre ! Pour faire face, intellectuellement, poliment et radicalement, à l’invasion prophylactique mais carnassière du Moyen Orient ! Nous sommes en droit d’attendre ce « devoir de réponse » de nos autres concitoyens, qui relèvent de votre solidaire communauté, à travers le monde, celui de continuer à plaider la cause de la paix. Pour qu’ils se lèvent, malgré le chaos des bombes et la vue de la violence, pour manifester, avec l’éloquence qui est la leur, contre tous les suppôts de la ligne impitoyable et odieuse préconisée hélas par notre ami, Monsieur Bush ! Nos avons adopté, pour la crise de l’Irak, selon la même vision pacifique du monde, la méthodologie diplomatique, promue a contrario, comme une nouvelle éthique et magistralement assumée, avec brio et courage, par ce même Chirac que vous invoquiez ! Plus religieusement encore, par Sa Sainteté le Pape ! Aussi convaincus que ces foules séculières, effervescentes et multicolores, qui descendront dans les rues, pacifiquement encore, pour continuer de crier non à l’agression illégale, nous prônons le retour à la voie pacifique !


SAUF QUE MONSIEUR SIMON LEVY, IL Y A DES NON-DITS, flagrants que l’on veut obvier et laisser en filigrane ! Des tabous, que par pudeur et par calcul, l’on évite de soulever, en termes dialectiques, pour ne pas faire d’ombre ni d’accroc ou d’amalgame avec la Croisade Sacrée du Fils Bush. La chevauchée apocalyptique, le Busher de l’Irak, nous désoblige et nous déconcerte ! Cette guerre ultra coloniale, commet le crime et nous ment, en prétextant exporter des valeurs de démocratie avec la « Liberté à l’Irak » ! Conduites fanatiques, jeux fantasques et leurres mystiques ! Vivons-nous au vingt et unième siècle, Maître, ou dans un moyen age, spatio-temporel, qui se passerait en pays de Far West ?
Comment vous tromper et faire les hypocrites, en ne reconnaissant pas les mêmes symptômes de la même paranoïa et associer les deux conduites comme un terrorisme d’état. Menées et dérives, selon les mêmes principes d’exclusion avec les mêmes pratiques, basées sur des différences de race et de culte ! Raidissement et flagorneries d’ethnies supérieures, axés sur le principe de deux poids, deux mesures ! Les larmes et les exactions en Terre Sainte de Palestine, se sont-elles tues ? Les manigances, la duplicité, la fourberie et l’arrogance sharoniennes ne cachent pas ses ignobles procédés barbares d’apartheid, de barbarie et de carnages industriels ! La Nation de Dieu, (la vôtre, qui a tant payé depuis le moyen age, en pogroms et en holocaustes), fait payer en retour les innocents, en commettant sur eux les pires abjections qu’elle avait subies dans le passé, par d’autres mains criminelles ! Autrui ! Tout le monde reconnaît ses droits, elle, Israël seule, ne (re)connaît pas ses limites !


NOUS AURIONS DIT « OUI » A LA CAMPAGNE D’IRAK, SI LES VALEURS universelles de l’Onu étaient respectées de tous et par tous ! Sauf que vous voulez ignorer et faire passer sous silence les convoitises impérialistes ! Israël et par les Usa, s’en foutent de l’Onu ? Victoire, demain l’Amérique vaincra ! On le sait et on a dit qu’on le craint !

Mais au prix de quel injuste « Holly Cost » hollywoodien ? Nous savons que Hitler a sévi, mais, il a laissé la rancœur et ses consignes de vindicte au Peuple qu’il a sauvagement déchiré et transmis à la fière Amérique ses visions de peuple expansif !
Depuis, la fin de la deuxième guerre mondiale, la guerre semblait être devenue une horreur, or voilà que Junior en fait un war game. Saddam, « wanted dead or alive », son « game is over » ! La raison, la politique, la justice semblaient être devenues les seuls critères susceptibles de gérer le monde ! Capables de régler la tragédie israélo-palestinienne vers la paix et de guider la région vers un judicieux équilibre, un partage de la terre, des hommes et des lieux de culte. Des temples et des mosquées élevés au même Dieu par les fils éclatés d’Abram ! Ce qui parait être un leurre ou un rêve aujourd’hui, la paix, sera la nécessaire réalité de demain ! Regardez comment les foules des pays aliénés par Bush dans sa coalition s’opposent avec vigueur à la sale guerre qu’il incarne ! Capricieux, gâté par sa mère puritaine, toutes les simagrées, tous les louvoiements qui caractérisent, Israël, l’enfant chéri de l’Amérique, devront bien cesser, un jour ! Pour considérer, Autrui, Monsieur Simon, le Palestinien, notamment, avec plus d’égards et afficher moins de mépris aux valeurs de notre monde musulman et de son imprescriptible civilisation.


IL EST EVIDENT QUE NOTRE AMI SIMON LEVY, en homme politique avisé des manœuvres que s’offrent « les services », se rappelle du jeu d’un certain lobby et d’une spermatique stagiaire, appelée Monika. Un bel instrument qui a servi de bouche de sortie, dans une déstabilisation tactique, qui devait chasser l’équipe Clinton pour asseoir celle des Bushs à sa place. Il sait la composition puritaine, les éminences bibliques, grises et industrielles, des armées et de leurs finances dichotomiques, les alliés de Dieu de l’argent, de l’industrie de guerre et du pétrole, affairistes, qui font les méninges de son brain trust à JWB. Si sa plume, avisée et honnête le peut, pourquoi le Professeur ne se range-t-il pas, plus ouvertement avec les Pacifistes, pour contrer vertement, ceux qui minimisent la responsabilité d’Israël et entrent en kabbale contre les efforts de paix ? Les soulèvements résistants, les jets de pierres et autres malheureuses bavures terroristes, ne sont que des ferments, des artifices qui céderont quand Israël leur offrira à la place des ses faucons indécrottables, des démocrates, non militaristes. Des hommes de dialogues et non des terroristes extrémistes patent et fanatisés, confiants et fiables, qui cultiveront la paix et inspireront la sérénité et la confiance de leurs alter ego, les Palestiniens ! Nous osons parier sur la paix, alors que tonnent les bombes et meurent des milliers d’innocents, nos frères, et les frères de tous les marcheurs contre la guerre ! Nous attendons la « feuille de route » de Monsieur Bush, pour vérifier ses données et le sérieux de ses dires, afin de croire en un gendarme, sympa, un grand frère, capable de se montrer plus juste, pas trop prêt de la gâchette, ni des quatre Cavaliers de l’Apocalypse !
En attendant nous ne justifions guère cette flash war, ni les dérives barbares que commettent les Alliés sur une population civile, effondrée. Une population sérieusement affectée, victimisée durant plus de vingt ans par de sordides machinations et de guerres. Comme nous stigmatisons la continuation de sévir du potentat, honni ou déifié, sur lequel ils se cristallisent et s’ingèrent, et, qu’ils furent les premiers à armer en toxiques et en gaz, durant la guerre froide !


Cependant comme vous, monsieur Lévy, nous décrions les injures mièvres et les chants stupides, qui autant que les armes insultent aussi gauchement l’avenir. Nous leur préférons, l’entente et la tolérance, que nous offrons, en bons diplomates, cultivés sur cette terre hospitalière des Juifs, des Berbères et des Arabes, où la civilisation de l’Islam connut ses plus belles heures, en Andalousie, en Perse et en Irak !
Voulez-vous faire revire à nos enfants, ces belles inventions de la pensée humaine ? Mais, c’était au temps des mille et une nuits, avec Sindbad et Shéhérazade, quelque part entre Bagdad et Bassora ! Croyez-vous au retour de ces rêves fastes d’Orient, de tapis volants et de princesses de légendes ? Dites-le donc, Cher Monsieur Simon, à ceux qui ont peur…de la paix !


DR IDRISSI MY AHMED
maidoc@caramail
112, avenue Diouri
Tel 037376330, Kénitra

Ecrit le 27 -28 03 03
Adressé par fax précédemment
A AL BAYANE ET LIBERATION

EDITE SUR MAROC HEBDO DU 04 04 03


[Edité le 4/4/2003 par maidoc]

  

02:30 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

TANGO POUR UN AVATAR

Un ange et sa lyre, aux plumes qui riment,
Du haut des nuages sourit aux éléments.
Je veux acheter cette fresque sublime,
Œuvre de Dieu, destinée aux seuls rois !

Tableau vivant, qui parle et qui aime,
Qui chante et qui danse en riant.
Mais je n'ai ni force ni voix ni argent,
Pour te ravir et dire au régent
Harbach, sir bhalek, va-t-en !

Sans voix, qui puis-je élire comme sultan?
Mon luth s'est éteint et mon violon
A cassé ses cordes depuis longtemps.
Mon corps étique et ma flute livide
Ont perdu leur souffle d'antan.

Et le chef d'orchestre, rendu fou
Est parti comme un dément,
S’il ne se pend dans le fracas
De tes sillons en se lamentant.

Chœur de déesse aux charmes ardents
Ta jeunesse brille, Circée, de belles dents.
Tu changes en pourceaux les hommes
Qui te désirent et t'admirent,
Et en sirènes, les reines et leurs démons !

Tes joues de lumière embrasent le soleil
Tu défies le ciel de ton front étincelant.
Le croissant de lune s'étire et s'efface
Pâle devant la morgue de ton menton.


Méduse, quand tu secoues tes mèches,
Ton haleine aux parfums d'éden
Jaillit de tes boucles d'ébène
Et tu paralyses celui qui t’entend
Tuant d'envies folles le mâle qui te sent

De ton cou de marbre opalescent,
Des vagues de verdeur roulent sur les flancs
Du bateau ivre au mât vacillant.
ô princesse sort tes voiles maintenant
Et vogue au loin en m'emportant !

Bercé par ta vue, je croule littéralement
Asphyxié dans le vertige des vagues
Qui déferlent et me hissent, ô misère,
Jusqu’aux courbes taboues du firmament.

Dans les vallées de ton Olympe d'airain
Tes dunes diaphanes, en torrents bouillonnants,
Ivres de rosées suaves et de givres salins,
Cascades d’ambroisie et de nectars
Inondent de sueurs les replis de tes reins.
Pour que me prives-tu de mes aliments ?

ô privations, ô miracles, ô détresse des saints !
Mais qui donc est ton prince, Déesse,
Ou ton Cerbère pour m'ignorer autant ?

Tes divines ondées giclent en glissant
Sur le mont vénusien de tes printemps
Rien ne reste pour inspirer tes aèdes,
Tu as mangé tous tes amants !

L'âme et la vie, le bonheur et le temps,
Réaniment d'espoirs mes souvenirs de manant.
Enserrées de tabous; tes méninges closes,
Exilent au néant mes fols entêtements.

Appendus à tes lèvres, lié au serment,
Attaché comme Ulysse à l'artimon,
J'espère le privilège de tes châtiments !

ô cruelles épines serties de piquants,
Où sont les perles où sont les diamants ?

Roses en bouton, cactus ou asphodèles ?
Orchidées, tulipes, œillets, clivias,
Amaryllis, dahlias, Eve ou Zahra ?

Une fleur coupée ne saurait durer tant,
Quelle que soit l'élue déifiée qui la sent !

Mais tu n'es qu'une image de légende,
Un mirage pervers, osé et turbulent,
Bonne à te jouer du barde et de sa raison,
De ses bouquets fleuris et gluants sentiments.

Un jour mes vers te sortiront de la fiction.
De ton harem, de ton jeûne, de ton ramadan,
De l'écran obscur où zappe ton avatar d'aura.

Et je te donnerais ton esclave Bassou,
Comme illustre amant pour te délivrer
De la tombe cynique ou tu te plais tant.

Dr Idrissi My Ahmed
Kénitra le 11 Juillet 2013

Écrit par : DR IDRISSI | 13/07/2013

Les commentaires sont fermés.