20/07/2004

DES POEMES POUR VOTRE BOHNEUR

 

" CRIS AU KOSOVO " PAR DR IDRISSI MY AHMED

Les fous furieux, Sous la musique des tirs, S'allument au firmament !

Noyés dans les gravats , Qui pleurent du ciel Les cendres rougies Sous la colère des siens.

Les pieds coupés, Les mains déchiquetées, Sa gorge est nouée, Sa voix s'est cassée : Il ne respire plus ; Il ne peut plus être !

La terre violée tremble, Comme ces filles éclatées Par les hordes sauvages.

Les fosses s'ouvrent Avalant par milliers Des innocents, expiés A jamais, de leurs péchés !

On viole nos filles, On tue nos mâles ! Les fleurs brûlent, Leurs chairs pourrissent !

You go, sale vie ! Fosses communes ! Union de chimères, You go Slavie !

Adieux tes chantiers ! Les camps d'esclaves, Attendent du Nord: Que les frères Serbes, Creusent pour eux, De vastes charniers !

Kosovo, Terre promise, Jérusalem sœur Iraq, Ruanda en Bosnie ! Que valent tes églises Quand tes adeptes Sont des meurtriers ?

Les vieilles, dans les brouettes, Pleurent, de honte et regardent Les convois morbides des charrettes Voler en éclats sous les obus, Que nul dieu serbe n'arrête !

J'ai déjà vu cette femme, Une maja aux grands yeux, Pleurer sous le mur en Algérie ? Etait-ce l'Iraq, Babylone ! Ou les Somalies, peut-être ?

Ses cris, criblent le ciel, De flammes d'espoir, Mêlés de fiers reproches, Teints de sang et de fiel !

Pleurs du soir que la vie emporte, Espoir du matin que le feu damne ! Le soleil ahuri se cache derrière Tes volcans, humanité en flammes !

Des usines vides, Des cimetières sans âmes, Des marchés qui explosent Comme les temples orientaux Sous nos salves de prières !

Des hôpitaux flambent, Sous les tirs affolés, Comme les ministères vides Et les prisonniers des commissariats.

Les fous furieux, Sous la musique des tirs, S'allument au firmament ! Pour devenir amnésiques !

Combustibles du soir, Comme dans un cauchemar, Les édifices allumés par la guerre, Illuminent les concerts de rock, De stupides soirées !

Blanchies, les torches de l'Union, Mêlées au flambeau des Libertés, Eclairent la victoire de l'Occident, En allumant ses propres guerriers !

Vacillante, comme un mirage, Qu'on craint de rencontrer le soir, Sous le tir fourbe des snippeurs, La silhouette d'une djin Kosovare, Sort son nez aquilin du guêpier !

De son sac, perce ticket ! Est-ce un bon de farine, Ou un billet de ciné oublié ?

Non, c'est la page arabesque D'un Livre Saint de prières, Un talisman de Soulaeymane Arrachée au prophète Guerrier !

Quoique belle, l'Odalisque, Comme une turque laïque, On refuse ton dieu œcuménique, Même, s'il te plaisait de L'adorer !

La couleur que tu portes, Est un défi, une honte ! Une erreur, que t'avais de naître, Dans le compartiment Europe, Qui n'est plus le tien !

Nul besoin de films d'horreurs, Les acteurs de cinéma, sont là ! Des siècles qu'ils nous épurent, Nos cousins serbes de race pure !

Exilés de nos terres Cette Palestine est notre ! Parqués au milieu des camps, Sur le chemin des frontières, Vos superbes et aimables bombes Nous déciment par milliers !

Ouvrez-nous, l'Amérique Les cœurs de notre pâle Union, Et donnez-nous le secret génétique De sa lumineuse portée !

Il vous suffit de voir, les Héros, Qu'on est blancs comme vous, Laïcs, vaccinés et pratiques, A ne plus croire en Zorro !

Nos fils n'ont plus de cris ! Ils n'ont pas besoin de pleurs ! Ils n'ont plus besoin de lumière, Mais ils respirent encore, Aux rythme des sirènes !

Si ce n'est en l'amour, De nos beaux enfants ! On n'attend que la mort, Notre vie, c'est ça !

Vous avez compris, Hommes de bonne volonté, Qu'on n'est pas si différents Des autres humains, Qui attendent le trépas !

MERCI DE VOTRE LECTURE

DOCTEUR IDRISSI MY AHMED

A NARJIS RERHAYE CONTRE TOUTES LES RAILLERIES

PHASE DEUX, DE MONDOC

RUMEURS ET STERCORS

Laïcs, pieux ou païens, Extrémistes de la morale, Pauvres ou puant le fric, Ils citent l'amour, Pour l'occire, en mangeant !

Il est dommage que les purs, Qui se croient du moins tels, Vivent sur cette terre, Pour se ternir en chiant !

Participe exécrable, Rune scatologique, Forfait naturel, alors, Répétez le mot avec moi!

Le mal pour lequel tu râles, Excréments et fiel, Fientes, cacas et purin, Engrais de leurs nourritures, Est la juste conséquence, Du manger cannibale De la chair des autres.

Ils sont l'essence, De l'impérieux mouvement, L'origine première, Qui t'essore du cœur, Et s'allège en chantant !

Même chez les gens bien, La gente parfumée, locale, Qui pète d'ostensibles rôts, S'accompagne d'ordures ! Outrage ! Encore un mot, De ce style infâme Et je te boucle, Pour censurer ton drame, Petit bout d'homme ! Et toi, ta gueule, Petite femme !

LES MAINS SUPERIEURES

Leur orgueil, Est que nés, anges, Ils souffrent du ciel, L'azur éthéré, Criant à son imperfection !

Journées banales, sans âme; Corps sans esprit ! Acrimonieuses imprécations, Des ventres avides et des poches, Qui insultent, et fauchent Sans jamais donner !

Des mains, La paresse en pire, Aux ailes cassées, Si ce n'est de vampire.

La mort, spectre infâme ! Ses doigts, comme des chicots, Son squelette, ses griffes Aux arrêtes de faux, Plonge son venin Dans ta chair et tes os !

Des mains, Qui grossissent les barreaux Des libertés barbelées, Aux limites acérées, Que sous sa tutelle, Nous sommes !

Des têtes, cela s'appelle ainsi, Dont on n'utilise que les dents ! Fronts abscons, offensés, Par ton ecg plat !

Des narines, sans nez Comprenez fierté, Manquant d'honneur, Avides de ton air superbe, Et du servage de nos libertés.

LA RUMEUR

Et là, au fond, Entre les dents qui saignent, Aux cafés, dans les rues, Autour des tables en fête, Qu'elle assiège souvent, Jure, palpite et ment, La Bête.

Satan le Diable, le monstre, Véhément seigneur, La haine en furie, l'horreur, Ce tout qu'est à la fois, La Rumeur !

Sa langue, fourchue sordide, Dans son assassine fureur, Souffle des vents putrides, Pour que geigne l'amour !

La rumeur qui s'occupe de vous, Balaie la fierté de son souffle, Et éteint de votre imperceptible Degré zéro d'intelligence, La lumière et le chant !

Naissances sans youyou, Anniversaires sans fête, Fêtes sans éclats, Défilés de voyous ?

*********

COURBETTES ET PRIERES

De quoi je me mêle Si t'est heureux ployé, Dormant sur ta pelle ? Devant Dieu, l'Eternel, Pioche et prie, mais va, va !

La prière est pour toi ! Tes ablutions, Il n'en a cure. La prière est pour toi, LUI, a ses anges qui L'adorent Prie, mais relève ton dos ! !

De quoi je me mêle, Si t'es heureux courbé, Sous les affres d'une morale, Qui pue d'hypocrisie ? PLUMES ET CROCS

Ils invoquent du ciel la loi, Ses dix commandements, Dénoncent tes frasques, Et odieux scandales , Et récitent leurs litanies, Contre tout entendement !

Tenue de parade, factice, Pureté en apparence, Index et délations, Charriant des livres de morale !

La vérité ondule sa balance, Laissant tes juges émus, Et les médias en latence !

Ils comptent tes misères Les plus intimes, je vois, Aux grains de leurs chapelets : Le m'as-Tu-vu, hypocrite, Elevé comme des Prières Au Seigneur !

Des cendres d'épaves, A l'effigie humaine, En robes, burnous et boubous, Adorent des totems, Divinisées en tabous !

Riche comme Crésus, De tes promesses d'ors, Fière des luttes, Que t'a confié le sort : Que aimer est le défi L'essence et l'arôme pour exister !

Dis-toi : Que m'importent les richesses, Si je suis comblée par Toi Seigneur; Une plume, comme arme, A la place des crocs !

PAR DOCTEUR IDRISSI MY AHMED PAR LE DR IDRISSI MY AHMED

1 °) FIEVRE APHTEUSE ET RME

Les cimes des arbres flottent, Comme des nues dans le vent. Spectres d'articles ténébreux et longs, Tels ces écrits, qu'au Bayane, je rends !

Dans ta charité secrète, Science, accepte mes défis, Pour que les politiques, Lisent avec amour, mes écrits !

Sur un pont de navire, en rade. Ton cœur, nostalgique, chavire. Tremblant au froid du temps, Tes mains sur la balustrade, Tu lèves au ciel le front !

Tes yeux ont percé là-haut, L'étoile filante, qui lit les visages, Et réalise du chômeur et des sages Les vœux et les justes présages.

Plaît-il au ciel, que la vue, Qu'un rancard avec une comète, Une touriste, l'espoir, la patère, Te sortent brûlant de la réalité !

Je leur dis, voisins et frères, Que tu es l'otage des sables, Et des visées insatiables, Du polisario et des ibères.

Mort ou vif, sans visa, Si les anges viennent, Comme les avions au ciel, Toi, tu ne peux y aller, va !

Je jure par l'Espagne et la CEE, Nos poissons et leurs barbelés, Qu'au retour, tu deviens mulet !

Tu as la fièvre équine, TME ! Grande Question chez les râleurs, Quand pour du poisson leurs docteurs, En deviendront les inquisiteurs !

Inquiet, tu doutes des valeurs, Quand nous recevons les leurs ! Restent-ils immuns, s'ils n'ont rien ? Nous laissent-ils indemnes, au retour ?

Humble, calme et travailleur, Foulard de Dieu, chez les laïcs, Esclave, humilié chez eux , Tu souffres de ce qu'on fut, Et qu'on ne veut plus être !

2° °) DES YEUX DANS LE CIEL

Dans le noir qui t'avale, tu pars, Laissant au pays tes enfants ! Etoiles du ciel profond, Qui vous crée ? Qui en a mis tant ?

Molécules de lait sur une assiette, Offertes en obole aux chats, Fossiles sous un microscope, Sabliers pour calculer l'instant !

Des mots que tu ne peux chanter, A la gloire du passé défunt ! Des songes que tu ne sais lire, Ni encore interpréter ou retenir?

Des trilles, sur une portée, Des hiéroglyphes, pour toi ! Enfant pauvre, nu, analphabète, Eternel malade, sous développé !

Immenses Etoiles, Brillantes par milliers, Lointains Soleils, Lequel est Le Premier ?

Ils disent que T'es Dieu ! Et ils se tuent, N'ayant qu'une mort, A Te chercher !

Ils disent que t'es la Grande Ourse, Sais-tu que tu t'appelles ainsi ?

Ils disent que t'es la Lune ! Sais-tu que ma mie, S'appelle ainsi ?

Des larmes sur tes tresses, Nattes de prière ou presque, Livre, dont tu es le feuillet, Destin, je te confie leur détresse !

Conscient de nos faiblesses : Paix, justice, tolérance, liberté, Je lis dans tes yeux, ô Lumière, Que tu peux venir m'assister !

PAR LE DR IDRISSI MY AHMED

KENITRA, LE 25 / 05 / 1999

" CRIS AU KOSOVO " PAR DR IDRISSI MY AHMED

Les fous furieux, Sous la musique des tirs, S'allument au firmament !

Noyés dans les gravats , Qui pleurent du ciel Les cendres rougies Sous la colère des siens.

Les pieds coupés, Les mains déchiquetées, Sa gorge est nouée, Sa voix s'est cassée : Il ne respire plus ; Il ne peut plus être !

La terre violée tremble, Comme ces filles éclatées Par les hordes sauvages.

Les fosses s'ouvrent Avalant par milliers Des innocents, expiés A jamais, de leurs péchés !

On viole nos filles, On tue nos mâles ! Les fleurs brûlent, Leurs chairs pourrissent !

You go, sale vie ! Fosses communes ! Union de chimères, You go Slavie !

Adieux tes chantiers ! Les camps d'esclaves, Attendent du Nord: Que les frères Serbes, Creusent pour eux, De vastes charniers !

Kosovo, Terre promise, Jérusalem sœur Iraq, Ruanda en Bosnie ! Que valent tes églises Quand tes adeptes Sont des meurtriers ?

Les vieilles, dans les brouettes, Pleurent, de honte et regardent Les convois morbides des charrettes Voler en éclats sous les obus, Que nul dieu serbe n'arrête !

J'ai déjà vu cette femme, Une maja aux grands yeux, Pleurer sous le mur en Algérie ? Etait-ce l'Iraq, Babylone ! Ou les Somalies, peut-être ?

Ses cris, criblent le ciel, De flammes d'espoir, Mêlés de fiers reproches, Teints de sang et de fiel !

Pleurs du soir que la vie emporte, Espoir du matin que le feu damne ! Le soleil ahuri se cache derrière Tes volcans, humanité en flammes !

Des usines vides, Des cimetières sans âmes, Des marchés qui explosent Comme les temples orientaux Sous nos salves de prières !

Des hôpitaux flambent, Sous les tirs affolés, Comme les ministères vides Et les prisonniers des commissariats.

Les fous furieux, Sous la musique des tirs, S'allument au firmament ! Pour devenir amnésiques !

Combustibles du soir, Comme dans un cauchemar, Les édifices allumés par la guerre, Illuminent les concerts de rock, De stupides soirées !

Blanchies, les torches de l'Union, Mêlées au flambeau des Libertés, Eclairent la victoire de l'Occident, En allumant ses propres guerriers !

Vacillante, comme un mirage, Qu'on craint de rencontrer le soir, Sous le tir fourbe des snippeurs, La silhouette d'une djin Kosovare, Sort son nez aquilin du guêpier !

De son sac, perce ticket ! Est-ce un bon de farine, Ou un billet de ciné oublié ?

Non, c'est la page arabesque D'un Livre Saint de prières, Un talisman de Soulaeymane Arrachée au prophète Guerrier !

Quoique belle, l'Odalisque, Comme une turque laïque, On refuse ton dieu œcuménique, Même, s'il te plaisait de L'adorer !

La couleur que tu portes, Est un défi, une honte ! Une erreur, que t'avais de naître, Dans le compartiment Europe, Qui n'est plus le tien !

Nul besoin de films d'horreurs, Les acteurs de cinéma, sont là ! Des siècles qu'ils nous épurent, Nos cousins serbes de race pure !

Exilés de nos terres Cette Palestine est notre ! Parqués au milieu des camps, Sur le chemin des frontières, Vos superbes et aimables bombes Nous déciment par milliers !

Ouvrez-nous, l'Amérique Les cœurs de notre pâle Union, Et donnez-nous le secret génétique De sa lumineuse portée !

Il vous suffit de voir, les Héros, Qu'on est blancs comme vous, Laïcs, vaccinés et pratiques, A ne plus croire en Zorro !

Nos fils n'ont plus de cris ! Ils n'ont pas besoin de pleurs ! Ils n'ont plus besoin de lumière, Mais ils respirent encore, Aux rythme des sirènes !

Si ce n'est en l'amour, De nos beaux enfants ! On n'attend que la mort, Notre vie, c'est ça !

Vous avez compris, Hommes de bonne volonté, Qu'on n'est pas si différents Des autres humains, Qui attendent le trépas !

MERCI DE VOTRE LECTURE

DOCTEUR IDRISSI MY AHMED




02:16 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES DU MAROC
A LIBERATION
POUR PUBLICATION EN CES TEMPS D’EVEIL ET D’EFFERVESCENCE.
NOUS VOUS PRIONS DE TITRER AINSI :

« RÉQUISITOIRE DEFERENT AU GOUVERNEMENT
DÉFAILLANCES SOCIALES ET NECESSITE DE RÉFORME FISCALE POUR LA SANTE »

Avons-nous le devoir de vous exposer de nouveau et malgré les silences opaques, nos dols ? Et d’être pour une fois favorablement écouté ? Si la politique renâcle à s’occuper, avec justice, de la santé, comment peut-elle avoir l’adhésion des foules ? Certes, si elle nous émeut, parce que nous l’avons précédée dans le cadre de nos estudiantines corpos, la fièvre des rues ne nous excite pas ! Nous sommes des malades qui refusons de nous exhiber ! Mais, humiliés ou amoindris par la santé devons-nous supporter la morgue administrative et rester des patients placides, courbant le dos aux frappes fiscales iniques ?!
Nous devons vous dire ouvertement ce pensent les malades des réglementations ringardes et sordides, des lois antisociales et des réglementations prévaricatrices qui régissent, freinent et pénalisent leurs accès aux soins ! A ce titre ils perçoivent la TVA et Taxes de Douane sur les médicaments comme des lois scélérates. Avec eux, nous les dénonçons et les conspuons.
Nous vous demandons de trouver la solution équitable pour dispenser les malades des taxes indirectes qui frappent le matériel d’explorations médicales et de soins, les réactifs de laboratoire, les intrants et les médicaments ! Le médicament n’est que la partie visible de l’iceberg ! La Réforme fiscale éthique que nous sollicitons et requérons depuis 10 ans est un complément indéniable de l’INDH. A ce titre la Réforme sollicitée doit éliminer tout ce qui bride et entrave la quête de santé.
En effet pénaliser un malade, lui extorquer de l’agent, uniquement quand il est malade est la pire des humiliations et des incuries ! Nous la fustigeons comme indigne de l’évolution de notre pays et de son courage réformateur ! Indigne d’un pays aux valeurs musulmanes, sociales et démocratiques, comme avancé par nos gouvernants.
Nous vous demandons, comme responsables et Leaders, Conseillers du Roi et réformateurs, d’en prendre conscience, malgré les filets filtrants de vos secrétariats. Nous voulons vous convaincre de nos droits naturels. Nous vous demandons d’agir avec civisme et altérité, en tant que responsables et nationalistes, proches de l’écoute et des gens.
Nous affirmons ce droit moral naturel. Nous tenons à ce que les lois et réglementations soient corrigées afin de respecter la dignité des malades et de ne pas exploiter leurs situations de faiblesses et de sous information. C’est le minimum du civisme et la moindre des gouvernances.




TEL EST NOTRE APPEL RÉITÉRÉ AUX CADRES RESPONSABLES
A PROPOS DES TAXES DE DOUANE ET DE TVA SUR LES MALADIES ET LEURS FREINS NÉFASTES SUR L’ACCÈS AUX SOINS

Si nous vous interpellons en ces circonstances de troubles et de questionnements sociaux patents, c’est pour requérir votre esprit d’à propos et d’équité. Et ce à propos des taxes de Douane et de TVA sur les maladies, dont la défiscalisation entre dans le cadre des objectifs et des priorités du millénaire pour le développement !

Médecins, pharmaciens, professeurs et malades, nous nous activons à l'AAMM, à travers la presse écrite, toutes tendances confondues, les médias d'avant-garde et les écrits directs, et ce depuis près de 10 ans, face aux taxes sur les soins et les médicaments. Une indécence fiscale qui date des troglodytes et qui a besoin du Peuple et du Roi pour une autre révolution libératoire !
Hélas et désolés pour notre franchise, nous sommes dépités et perplexes, ahuris par l'indolence que nous observons de la part du Gouvernement ! La négligence face aux exactions sur les malades est un fait qui reste avéré et constant, nonobstant les rares correctifs face aux maladies les plus graves et les progrès de l'AMO !

Les nôtres semblent atteints d'aphasie, de mutisme, peut-être de timidité ou de superbe, en ce qui concerne nos sollicitations, alors qu’elles sont vouées au bénéfice et au bien-être de tous les Marocains ! Ils donnent à penser, en ne l’appuyant pas, qu'ils rejettent l'importance, la justesse, l'éthique, la logique et l'équité de cette Réforme sollicitée des Hauts Lieux.

Nos cadres, sont-ils en manque de solutions civiques ou d'ardeur dans les rouages réglementaires et juridiques ? Est-ce trop complexe pour eux que de comprendre qu’il faut libérer les malades des entraves fiscales qui les aliènent et les atteignent ? Ces taxes indirectes, ces arnaques invisibles et illégitimes, les frappent lorsqu’ils sont malades. Et seulement s’ils sont malades, angoissés et impuissants, en quête de prise en charge techniques médicales et de recherche de médicaments !

Ceux qui sont sains, ne paient heureusement pas de taxes sur leur bonne santé en n'achetant pas de médicaments du tout ! Pourquoi alors et dans quel cadre de philosophie ou de libéralisme pénaliser les malades ? Pour ceux qui sont couverts par les Caisses, ce sont les Caisses qui se vident à payer pour eux des taxes indirectes sur leurs maladies ! Et ces Caisses, cette AMO, cette ANAM restent hautaines dans leurs silences !

Détaxer, évoluer, reformer ! Elles ne le savent pas, ou qu’elles ‘'s'en fichent'' ? Inefficaces sur ce plan primaire et primordial…Incapables de réfréner ces taxes pour le moment ou de solliciter des Hauts Lieux leur juste détaxation ! Timorées, incapables de visions novatrices pour réformer les taxes fourbes, perfides et scélérates qui frappent leurs administrés. Et ce, contrairement aux aspirations claires et salvatrices de SM le Roi. Contrairement aux directives de SM le Roi qui veille sur tout ce qui est social et qui veut relever le Peuple et les gens de la misère et de l’appauvrissement !

On appelle ces exactions coercitives et tyranniques, du sadisme !

TVA et Taxe de Douane sur tout ce qui est destiné aux malades. Ça n'a pas d'autres dénominatifs plus pudiques, voire plus diplomatiques. Ce fait d'exploiter les souffrances et d'appliquer la sinistre TVA sur les maladies et l’inique Taxe de Douane sur les médicaments est une punition collective. Cette perversion légalisée et reptilienne demeure une exaction soutenue, inconsciente et coercitive sur tous les malades ! Un non-sens, pour toute personne malade ou saine d’esprit, qui a conscience de l’exploitation féodale et sadique des situations de faiblesse !

Ce, quand on sait sciemment que la maladie est un état d’impotence et d'improductivité, d'absence de gains et de bénéfices. Ces taxes sur les maladies sont donc clairement des atteintes à l'intégrité physique, à la dignité et à la vie même. Pourtant l’état de maladie n’est guère un produit de luxe ou de confort, justifiant qu'il soit taxé à l'importation et fiscalisé. Il est une phase de la vie qui a besoin de la solidarité de tous et l’humanité de la loi !

Sommes-nous, messieurs les légistes coincés, incapables d'oser ou d’inventer ce qui est meilleur pour nous ? Sommes-nous incapables d'imaginer, de réformer, jusqu'à ce que nos protecteurs culturels et politiques nous impulsent leurs lois venues des concepteurs du Nord ? Ou qu’ils nous livrent des ordres pour application, sous le label moderniste des droits de l'homme et du devoir d’ingérence ? Des invectives dictées, lancées comme des mises à niveau humiliantes, sous le couvert forcé de la mondialisation ?!

Excellences et chers lecteurs, jeunes activistes ou rompus à la politique, nous nous devons d'ouvrir chirurgicalement, volontairement, indépendamment, ce chantier humanitaire de développement sanitaire ! Le financer, donner l'exemple du Maroc, là aussi, comme SM Mohammed VI le fait souvent par ses innovations sociales et sa présence passionnée sur le terrain ! Il s’agit donc pour l’Exécutif de translater les manques à gagner de ces rubriques éhontées, de les appliquer éventuellement sur les produits de luxe, d’inventer le concept qui se doit et la formule qui convient. Il s’agit pour vous, messieurs, dames, d’innover ce qui est juste et bien ! Non point de rester anesthésiés par les occupations routinières, que nous affrontons de façons vitales certes, et existentielles pour la sauvegarde notre de souveraineté.

Nous sommes indépendants depuis le retour de Mohammed V et libres de créer, de concevoir, de réglementer et de façonner les lois qui servent notre Peuple, au lieu d'en asservir honteusement les couches les plus faibles ! Celles des malades, exténués par près de 25% de taxes sur toutes les étapes des soins ! Des taxes fossiles, pire que la dîme et la gabelle du moyen-âge, qui affectent le parcours des soins et en limitent l'accès.

Avec deux Chambres de Députés et de Parlementaires, tellement de Conseils et de Conseillers, assister à autant de faiblesses, dans ce secteur social si sensible, est décevant et consternant ! Et dire que ces cadres, hier respectés, sont les messagers du Peuple ! En fait, il y a lieu de croire diriez-vous, que certains de ces fantômes en mal de retraites à vie, ne représentent qu’eux-mêmes ou leurs intérêts ! Sinon les gens ‘’sains’’, blasant les électeurs par le vide des amphis dont brillent leurs abscondes absences ! Preuves de leur désintérêt, ostensible, en sont leurs parachutages versatiles, leurs ratés et leurs défections certaines, qui sont autant de trahisons de ces ‘’rares’’ électeurs qui ont eu le courage d’aller aux urnes afin de voter pour eux !

Néanmoins, Dieu est miséricorde ! Il faut positiver avec ce qu’on a et dépasser les déchirements entre factions pour ne voir que ce qui est utile à la société et aux malades. Nous nous adressons à travers leurs fonctions, à tous ceux qui se respectent encore, et qui nous représentent et nous dirigent, pour défendre les malades et les principes éthiques enfreints par ces lois déloyales et machiavéliques !

Ceci est un cri embrasé. Il est celui de tous les malades.

Ceci est un appel enflammé, sans distinction entre les tares, sans discrimination entre le tragique, le chronique et les simples affections banales, qui se compliquent volontiers dans la négligence de ceux des patients qui sont le plus dans le besoin.

Ce cri respectueux, que nous ne craignons pas de répéter en échos et en Haut Lieu, cette demande de Grâce, ne s'embarrasse pas des précautions hypocrites d'usage. Il veut interpeller tous les responsables, avec considération et responsabilité, afin qu’ils puissent, qu’ils osent donner le meilleur d'eux-mêmes ! Et ce ne sont pas nos dignes Premier Ministre et Présidents, passés, présents ou a venir, des deux Chambres qui nous en voudront ! Car, le Parlement peut produire et proposer des lois pour supprimer des réglementations antisociales ! Et là, il se situe dans l'essence la plus superbe de ses fonctions législatives, que garantit la Constitution ! Un point que viennent de corroborer les ouvertures et les volontés de réformes constitutionnelles novatrices et récentes de SM le Roi, que nous saluons !

Les malades, n'ont qu’Allah à espérer pour réveiller nos cadres et nos élus. Perclus qu'ils nous semblent dans leurs simples et étroits devoirs de figurants, machinaux, qui minorent les premiers préceptes d'écoute et de proximité pour une meilleure gouvernance.

Qui plus est, ces médiateurs vers lesquels des centaines de lettres sont tombées depuis près de 10 ans se sont montrés inhibés, jusque là, incapables de lire la presse et de soumettre nos dols et nos respectueuses demandes de grâce à SM le Roi Sidi Mohammed VI, qu’Allah Le préserve ! SM qui détient le Pouvoir arbitral, est l’emblème et le guide, pour la cohésion et les progrès, l'unité de ce peuple de paix. Il ne répugnera pas à sa libération fiscale des impôts et taxes qui entravent les malades. Nous espérons le réveil rapide de nos ministres et médiateurs et leur intercession efficiente agissante et urgente pour cette Réforme, digne du Souverain ! Et non plus les silences usuraires du laisser-aller, complices du laisser-faire et des us et impositions forcloses !

Si par ailleurs, les Caisses de Compensation nous permettent le pain, nous ne comprenons pas que les médicaments et les soins demeurent stigmatisés et frappés par ces taxes ineptes et surérogatoires ! Cette Réforme bénie, rejoint le chantier de règne de SM qui est un autre tremplin pour les progrès humains et la dignité retrouvée. Clairement, il n’y a pas de progrès sans santé. Et la santé est le complément ontologique, vital et moteur de cette INDH. Que Dieu vous aide tous à nous entendre et à transmettre nos doléances, nos vifs souhaits et nos espoirs, à SM le Roi, que Dieu Le guide !

FAIT A KENITRA, LE 08 AVRIL 2011, DR IDRISSI MY AHMED














ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES DU MAROC

CENTRE DE RÉFÉRENCE RÉGIONAL DES MALADIES NEUROMUSCULAIRES

112, avenue Mohamed Diouri, Kénitra, Telfax : 0537376330, Assistance:661252005
http://myasthenie.forumactif.com , aamm25@gmail.com

Écrit par : DR MY AHMED IDRISSI | 10/04/2011

O MA PATRIE ! JE SUIS VENU TE SALUER.

Mais ta rue est une impasse, un labyrinthe…Un mythe. L’intention est chargée de regrets, d'actes manqués, de défis et d’interdits. Les libertés sont bridées de par les moyens limités et les privations, quand elles ne sont pas entravées de menaces, de peurs ou de sanctions exagérées.

CITOYENS !

Voici des paroles de nihilistes. Ceux qui jaloux, espèrent beaucoup, mais trouvent si peu de satisfactions autour d’eux.

« On n'est pas des parents, on n'est pas une famille, ni un pays uni ! Ni nationalisme, ni civisme, ni citoyenneté, ni idéologie, claire, ni religion apaisée, encore moins la culture, ne viennent renforcer nos liens, pour faire de nous un pays, jaloux de sa terre et une communauté soudée. Tout autour de nous n’est que frasques et apparences, discriminations, fractures sans honte et ostensibles prédations. Les gens râlent en silence ou s’époumonent en marches, en manifs et en cris. »

« La cause du déni et l’essence de la crise de conscience sont dans la perte des référentiels et de leurs oublis. On en vient à dédaigner notre histoire. On nous pousse à la dénigrer et à la mépriser. On ramollit nos convictions pour les affaiblir, certes. On incrimine nos clans, nos races, nos frères, nos amis, nos métissages, et notre entité plurielle. On nous déracine, on nous pousse à nous renier. Devenus traîtres et apostats, on parjure notre identité pour la dénoncer, volontiers. On affaiblit nos liens antérieurs pour les rompre, afin de nous amoindrir devant les autres pays et nous humilier devant les grandes nations. Nous avons réussi à nous dégrader et à abîmer notre image de nous-mêmes. Dépréciés, nous renonçons à nous-mêmes, en annihilant tous les efforts, toutes les opportunités qui peuvent ressusciter le ’’ sens de la patrie’’, que nous ont légué les plus anciens. »

A PAS DE BELGHA* POUR LE DEVELOPPEMENT !

Ou à pas de babouches vers la modernité. La zerba âla çlah ! Avec autant de retards, de crédits, de chômage, d'analphabétisme, d'exclusion, de racismes divers, de régionalismes fanatisés, de guerres larvées et de pauvreté, comment voulez-vous qu'ils se relèvent, qu'ils aident autrui ou qu'ils fassent plaisir à leurs maîtres ou au bon Dieu ? A fortiori qu'ils se sacrifient pour autrui, quand cet autre les néglige ou les pompe, s'il ne les asservit. Directement ou de façon téléguidée ! Comment voulez-vous qu'ils votent ou qu'ils aiment leur '' résidu de pays'' ? Je parle de l'endroit où ils sont nés et où ils passent leur temps et leur unique vie. Celle qu'ils tentent de gagner un tant soit peu !

Comment voulez-vous qu'ils se dévouent ou qu'ils pensent seulement au devoir de défendre, ce pays-leur, malgré les privations, contre les forces contraires à nos progrès ? Ou qu'ils soient, un tant soit peu, jaloux de nos retards, de nos besoins et de nos nécessités, pour les satisfaire ou les éponger? Non, il y a une INDH, morale, citoyenne nationaliste, civique, patriotique à faire entendre, à enseigner, à perfuser, à greffer A faire aimer et à développer !

Je ne généralise pas. Mais, le plus important pour positiver les acquis est ceci. Et ce sont les exceptions qui sont les cadres et les moteurs, les starters auxquels il revient de persévérer pour déployer cette dynamique renouvelée. Faire aimer son pays, cela s'enseigne…Il y a tant de chantiers pour développer cette culture à travers bien des thématiques…Mais elle a besoin d'abnégation et de rigueur sans faille. Pas de mensonges ni de tergiversations mais des exemples à multiplier pour donner confiance et lancer ce chantier ! Et la première entreprise est de stigmatiser les mal-acquis, les privilèges indus et la corruption. Les trafics de douane, les taxes antisociales, qui doivent commencer par une fiscalité encourageante et progressive, de tous les métiers productifs, qui échappent depuis des décades aux impôts.

FRACTURES CIVIQUES ET SERVICES COMMUNAUX…

Droit de grève, manifs et excès dans celles-ci, pénalisant les seuls usagers…Sabotages des études et des services de santé, de justice, les scolaires en premier...Voilà une des raisons de nos retards divers, de la baisse du niveau, voire de la démocratie ! Greffiers et profs, en grève ou en fonction, la différence est mince, pour certains ! Relation que beaucoup vivent comme des sévices et des exactions.

Ramed, extraits, cartes, permis, passes, papiers divers et compagnie, labyrinthes, au bout desquels, un sphinx en quête d’obole, vous persécute de sibyllines questions ! Le Graal des papiers. Le Procès de Kafka ne soulevait pas directement ce pan, obligé ou latent, de la ‘’corruption’’. Esperanto, langue universelle, que l’on parle quasiment dans toutes les nations, quelles que soient leurs administrations. Complexes, difficultés, entraves, que l’ignorance exacerbe. Monde dépravé et climat relationnel interhumain, de mépris, d’arrogance et de bassesses, où les abus, le pillage, les prébendes sont les manifestations les plus courantes de sordides concussions.

Il nous serait plus loisible de faire la queue sous la pluie battante ou le soleil de feu, pour un visa Schengen. Voire d’aller forcer le blocus, dans un pays sous embargo guerrier, que de subir les affres de nos frères du makhzen. Ce qu’on fait en leur mendiant de nous faire un simple papier en leur bonne administration. Ou, de nous indiquer, simplement et parfois encore, nos droits, avant de payer un impôt quelconque. Le collecteur, infime ou majuscule, devient un agent pénal, un monstre odieux, un maton punitif, qui exécute en s’enrichissant, les sanctions !

LA STRATEGIE DE LA CORRUPTION

Ils sont nés, esclaves dans leur pays, exploités par leurs concitoyens, qui les voient comme des êtres inférieurs, des gadgets gênants ou des proies. Les vermines infâmes, devenues des ronds de cuir, collent de sales réputations à leurs supérieurs et rares bons administrateurs. Au point que les cadres ont remplacé les colons, les plus haïs par leurs outrances routinières. Les administrés sont leurs assujettis obligatoires. Ils respirent mieux, ils jouissent, quand ils les méprisent et se sentent supérieurs quand ils les écrasent. Par leurs façons froides, détachées et narquoises, cyniques, voire méprisantes et hautaines, ils regardent les administrés, comme des gêneurs ou des offrandes obligatoires, qu’on leur sert pour les apaiser ou pour les payer, les soudoyer, quand ceux-là viennent chercher un service quelconque ou demander un droit.
Sans parler de l'accueil et des services, de la qualité de la réception et des locaux, des conseils sensés y être rendus, avec politesse, justesse et rigueur, aux citoyens dans leurs administrations. Des brimades, oui ! Les assujettis ressentent alors une forme de mépris et d'arrogance, une frustration, qui les éloignent de la citoyenneté véritable. Avec cette alternative qui s’impose aux administrés pour amadouer les forces contraires, celle de faire un sacrifice. De concéder une faveur contre un don, une offrande de cadeau. Le pourboire est une forme de reddition, un tribut dans ce lâche complot tactique. Le geste de corruption est vu alors comme geste libérateur, face à un mal pervers vivace, incontournable et persistant. Sinon un paiement, non facturé, qui ramollit l’adversité instrumentalisée, dans le but d’obtenir in-fine des droits ou pire de détourner à la loi à son avantage, dans un milieu qui ne sait vivre que de cela et comme cela !

L'INCIVISME FAIT RAGE

Là, sur les trottoirs et dans les rues…Voilà au demeurant, une concitoyenneté forcée, qui s'appelle un pays, un état, une patrie, une nation, c’est trop dire, avec des génériques d’homo sapiens, comme figurants. Mais, est-ce vrai ? Ils ne sont pas chez eux, puisque rien ne leur appartient ni ne les interpelle ! Fracturés sociaux, mal ligotés au bled et à la nation, fâchés avec leur pays, leurs maîtres, leurs langues et leurs gérants, ils sont incapables de se définir eux-mêmes. Ils n’ont pas ‘’d’identité’’ ! Le mot ayant perdu de sa valeur et de sons sens, colle mal à notre ‘’entité’’ ! Sont-ce des Personnes, ces gens que l’on rencontre et ces individus ? Déracinement, pulsions claniques, déshérences, perte des repères, errance aventureuse et désir passionnel de partir… Partir même en patère, le Styx et la galère, le sacrifice ultime ! Et ce, pour aller travailler chez les anciens maîtres réactualisés. Comme domestiques ! Peu considérés, chez des gens qui vous détestent, à cause de la crise, à cause de votre profil, du chômage qui est le leur.

Désintégration ! Qu’ont-ils de commun, qu’ont-ils à partager ? Savent-ils ‘’être’’ pour pouvoir donner ? Ou s’offrir et se sacrifier, pour une idée noble, un idéal, une terre, un pays, un deal ? Les leçons qui nous proviennent de l’extérieur ou du passé, de notre passé, ne peuvent pas être nous appliquées, maintenant et ici. Et les leçons scolaires, voire celles de la rue, de l’usine et du chantier montrent d’autres horizon, où la haine sévit et où la jalousie, la volonté d’avoir pour être, l’insatisfaction ne permettent pas qu’inculquer le ‘’minium vital de civisme’’, le ‘’minimum social d’amour’’ pour ce pays ou d’amitié et de respect envers autrui.

VOILA UN TERRAIN VAGUE,

Voilà un terrain vague, où des montagnes d’ordures s’étalent au nez du makhzen, défiant les autorités ! L’un de ces multiples espaces qui valent des milliards, qui sont sis au centre ville…Des centaines de ce type de propriété sont devenus des dépotoirs pour les voisins du quartier. Cet espace est livré aux détritus les plus immondes. Des vagues de déchets qui se déversent sur le trottoir et qui vomissent leur surplus sur le macadam, empêchant de marcher là où il le faut et gênant et les piétons et les autos. Au su et au vu de tous les cadres !
Les grands comme les petits, qui devraient circuler, chaque jour, un calepin à la main, régulièrement dans les quartiers, pour relever ce qui va de travers et qu’il faut restaurer en laissant des notes de travaux, aux services concernés ! Seulement, ils seront vite dépassés par le laisser-aller des apaches et des hooligans. Des horreurs sur le plan de la qualité de vie, de la santé, comme des apparences de propreté de la ville. La plaque d’immatriculation de notre sous-développement est vissée sur nous, sociétale, organique quasi génésique. On serait trop dépaysé si on nettoyait tout ça ! Et les Autorités n’ont pas d’autorité sur ces affres-là !


NOUS SOMMES DONC DANS UNE RUE.

Une ruelle devenue trop étroite et qui le devient encore plus, à cause d'une voiture ! Une auto, stationnée dans l’angle gauche, quasi parallèlement à une autre empêche toute tentative de passer entre les deux véhicules. Car le pauv'type d'ado, mal équarri, se permet d'ignorer le droit des gens. Celui simplement qu’il est de passer. Voici donc un droit qu’on a tendance à ne pas réclamer…Passer, là simplement où c’est public de passer ! Ce blocage est à l'image de certains fonctionnaires qui refusent comme des mules de bouger. Casé dans son véhicule, le chauffeur fait obstruction. Lui seul est le Cerbère de la rue, sinon de l’administration.
Dans notre cas, c’est seulement parce qu'il est occupé ! Et qu'il est en train de conter fleurettes, de discuter sans gêne avec une fille, laquelle est en train de se pâmer debout, sur le trottoir attenant. Après plusieurs coups de klaxons, il bouge. A peine, et ostentatoirement encore, pour montrer sa virilité. Et pour ne laisser qu'un passage difficile et très étroit. Un défi, une sorte de ‘’je t’emmerde, tu me déranges’’. Je le dérange en voulant passer ! Interpellé, lors de ma manœuvre pour tenter une issue, il refuse de comprendre qu'il obstrue la rue ! Les imbéciles et les cons, ont trop de classe, pour qualifier ce freluquet, cette gueule à claques, de ces noms. Ma kaïye makhzen, ma kayene oualdine, wa la qraya ! Et, le voilà qui répond avec insolence, le mépris que l'on peut deviner chez cette espèce de hooligans de quartiers, qui n'ont pas été concernés par l'évolution. Sans morale aucune dans leurs comportement, sans respect ni politesse et encore moins de droit.

EDUCATION ET CIVILISATIONS

Alors, ne leur reprochons pas à nos tuteurs, de parler de civilisations supérieures ?! Ni à la race des dieux de s’entendre sur toute la terre. Maîtresses qu’elles sont des finances, des armes, de la technologie et des lois. Et cela, malgré les guerres immondes qu’elles ont commises et qu’elles continuent de fomenter pour s’approprier les ressources et à susciter à pour dominer les états et nations…inférieures. Les races transcendantes et leurs civilisations éminentes, jusqu’à quand le resteront-elles encore, avec cette acrimonie et cette féroce voracité qui sont les leurs ? L'impolitesse n'a qu'un maître. Celui qui brime toute démocratie, pour écraser les velléités de libertés des gens, à cause justement de ces malappris, des sauvages en civil, restés pire que les bêtes, à qui ne conviennent, ad vitam, que les brimades, la prison et les sanctions. Diriez-vous !

Hélas, ça couterait cher de leur construire des pénitenciers et trop cher encore de leur donner à manger et de les surveiller ! Mieux vaut investir dans des écoles, à plein temps, sans récré, pour y placer leurs pères, faute de s’être correctement occupés de leurs mioches ! Alors, pour les rééduquer, leur inculquer la politesse et les manières, leur faut-il une république ? Comme celle des grenouilles de la fable de Jean De La Fontaine, avec comme chef, un roi, qui les gobbe et les croque !

A DEUX PAS DE LA, L'ENFER

Le fils du despote. Ce drôle d’oiseau, sur ses longues pattes élancé, ce tyran à contre courant, existe pourtant. Il est encore là, sévissant des plus belles en Syrie, où il prodigue aux siens, les mêmes exactions et répète, en plus haïssables encore, les scénarios de meurtres à grande échelle, qu’exécuta son assassin de père. Grand fossoyeur qu’il fut devant l’Eternel.

El Assad fils, planche sur la version ‘’guerre civile’’ afin de finir en grande pompe, comme Saddam et Kadhafi. Il semble persister dans le struggle envers Israël, encouragé par l’Iran, au lieu de suivre la voie démocratique, celui de la reddition et de la paix, il poursuit sa chute, dans le vide prescrit. Le piège et les plans machiavéliques des superpuissances, qui le vouent aux gémonies. Le plan est une décision vitale pour la liberté de l'entreprise et la place de leader du monde libre, qu'occupent dans le monde, les States et son filleul Israël. Il s'agit d'effacer toutes traces de forces contraires de même que les menaces, fussent elles verbales, qui viserait l’état d’Israël. Ce pays qui fut offert par les grandes puissances aux Juifs du monde, en réparation de l’holocauste nazie. Qui plus est, on laisse la Tribu de Dieu pratiquer avec arrogance son sport céleste favori ! S’étendre à perte de vies, étendre sa domination sur tout le Moyen-Orient, en volant avec plus de zèle, plus de terres à la Palestine engloutie, avec en agrément des arpents du bon dieu sur le voisinage. Un voisinage brimé, révolté par le silence de leurs parrains et maîtres permissifs, ou simples esclaves, inconscients et identitaires, qu’ils sont ?

C'EST UN HITLER DONC, QUE CE DESPOTE POURRI !

Mais seulement sur ses propres coreligionnaires ! Il tue, nargue et assassine pour raison d’Etat ! Un seul but qu'il manifeste celui de persister, accroché au pouvoir sur des gens, qu’il élimine par milliers, parce qu’ils ont le malheur de naître en Syrie et de crier barra*, dehors ! En se réclamant depuis le Printemps de faire dans la démocratie et d'espérer des libertés, comme à Londres, Madrid, New-York ou Paris ! Délire pour des Arabes ! Des gens qui doivent rester, enchainés à un pervers, comme certains, à jamais !
Qu'à cela ne tienne, Russes et Chinois, contraignent l'ONU et bloquent ses initiatives pudiques, pour protéger le fils de leur frère-dictateur. Les appétits des maîtres du monde, sont freinés par le diktat des asiatiques, qui activent leurs vétos à la face de l'humanité. Question de protéger encore, et pour combien de temps, le tyran qui veut remplir les cimetières à l'instar de son père Hafez, les fosses communes, par dizaines de milliers !

LA LOI DES GRANDS NOMBRES

C'est comme l'argent des prédateurs, on ne le compte pas en unités. Les âmes, chez ces gens, c’est le nettoyage ethnique, avec en balance des milliards de dollars. C'est-à-dire que la valeur des opposants, que l'on condamne au néant ont leur équivalent en marchés ou en pétrole qu’en ce faisant on va s’accaparer. Placé sous les auspices Russes et dans les bonnes grâces des Chinois, qui le prennent en pitié, eu égard à leurs places dans la région, El Assad, le dernier figurant de sa dynastie, résiste, malgré les harcèlements, apparemment humanitaires, des Euro-Etatsuniens et de leurs zélotes.

Ceux-ci, échaudés par le cas libyen, hésitent à créer un foyer similaire à celui de Saddam ou de Kadhafi. En réalité, ils s'en foutent. Ce régime doit s'éteindre, afin d'affaiblir cet immense pays, la Syrie ! Et le ruiner, pour des semblants de démocratisation, afin de se libérer tactiquement, d'un front inopportun, s'ils devaient allumer le foyer iranien. Attaque préventive à laquelle ils se préparent tous, assurément. Israël, l'enfant gâté, le premier ! Et ils ne perdront personne à la guerre, car la vie humaine, la leur, est trop chère auprès du bon Dieu. Le leur !

Guerre des boutons, guerre atomique, limitée, portée le plus loin possible pour éviter des retombées sur Israël. Alliance contre nature et embargos, ils opèreront de loin, grâce aux engins électroniques de l'oncle américain ! Sans perdre de soldats, ils allumeront l'enfer pour enfourner Arabes et Musulmans ! Du moins les gens et les pays, qu'on appelle ainsi, depuis les Croisades et leurs successives et incessantes colonisations !

L'AUTOROUTE

La route était pleine, parsemée de voitures de gendarmes. On devine que Sa Majesté devait passer par là, avec son impressionnante suite.

Les infos ont parlé d'une implorante manif à Casa qui rassemblait des milliers de marcheurs en colère, de cadres dépités et de membres du gouvernement, bien en vue, pour dire à Israël d'arrêter ses massacres de dément ! Ou de démon ? De cesser de massacrer les Palestiniens et de tuer toutes les tentatives de paix. D'arrêter ses meurtres ciblés, ses bombardements et ses pilonnages, ses exactions sur le bantoustan palestinien. Ainsi que sa sionisation* forcenée de la partie orientale d'Al Qods qui abrite un lieu de culte, qui fédère éminemment tous les musulmans. Qu'à cela ne tienne, ça ne servira à rien. Mais il fallait manifester, pour l'honneur, par devoir, face à l’arrogance, à l'injustice et au mépris. Discriminations, manœuvres, humeurs et cynisme politique, malversation et impérialisme, basés sur la haine raciste, des riches hyperindustrialisés qui financent et qui mènent le monde…à sa perte. Vous dites civilisation et modernité… Menine ?

DE LA TECHNIQUE AU MIRACLE

LES VACHES.

Des vaches, le cuir mal tanné sur les os, paissent en silence…Aucun mâle affamé ou en manque, ne vient les harceler, pendant qu’elles cueillent pour les feuilleter, les marguerites du pré…On n’a pas décrit de suicide après viol et mariage forcé, chez les vaches ! Le cas Amina Filali et autre Bouazizi, elles ne le connaissent pas, Mme Bassima Hakkaoui ! Mais cet hiver a laissé tout le monde et la nature, la première, sur le sec.

L'agriculture qui permet de donner à manger aux gens est difficilement fiscalisable. On ne frappe pas d'impôts sur leur santé, ceux qui sont sains ; et puis, ne paient les taxes sur leurs soins et leurs maladies, que les malades ! C’est le miracle marocain.

Celui d’essorer le sang des malades des plus values santé qui lui reste ! Je parle des taxes indirectes de Douane et de TVA sur les maladies. Comprendre par là, les taxes imposées sur les soins, les réactifs et les médicaments ! Alors qu’une voiture importée ne paiera plus rien. Pas plus que le livre ou pratiquement le blé. Et que les désastres agricoles, sont fort heureusement réparés ou soutenus, comme le pain, l’huile ou sucre, ou le gaz…Un tant soit peu…Ce qui est sincèrement louable. Mais, aux dépens de quels sacrifices de l’Etat ! Vivement une nouvelle Moudawana, une réforme qui changera le régime fiscal apposé à ce troisième sexe, réellement affaibli, celui des malades !

Arbres et végétation son encore au vert, ce Dimanche Premier Avril…Une blague ! Les agriculteurs, exempté d'impôts, seront récompensés pour leurs pertes dues au climat…Les caisses de l'Etat, grossies par les emprunts extérieurs et les impôts de tous, répareront les tords dus au climat ! Au profit des agriculteurs! Ils auront perdu leur pari agricole cette année. Les aider est juste un acte de solidarité, pour réparer leurs pertes et amortir leurs crédits ! Sinon, nous et les bêtes, nous ne trouverons plus rien à manger l'an prochain ! Et tout deviendra plus cher et bonjour les manifs et les troubles sociaux ! Mieux vaut prévenir, quitte à mendier, à vendre une partie du Maroc et à nous hypothéquer.

LA ROUTE

Et la route continue d’égrener ses kilomètres, avec ça et là des conducteurs, gauches, pour attirer l’attention sinon la critique, du moins les réformes de la Droite…Pendant que toutes ces mécaniques, ferrées d’inox et de physique, toute chimie du carbone à l'appui, avalent les kilomètres en raccourcissant le temps, je pense à ceux qui nous ont précédés dans la révolution industrielle. Einstein a tout dit de l'énergie, de la vitesse et de la masse. La masse physique, en kilos et non le magma social, en politique, qu’il est dangereux de faire bouger !
Au temple du carbone, les plantes enterrées il y a très longtemps, expirent leur ère géologique en ronflant. Qui en 4x4, bonjour l'ostentation, qui en car ou en camion, qui mené en bateau, en fusée ou en avion. Et l'atmosphère que tu respires et qui fait office de serre sur terre, fait craquer le ciel laïc et sa couche d'ozone, ça et là !

LES MOUTONS DU CIEL

Des centaines de moutons, leurs silhouettes de laine vaporeuses, sautent les haies blanches que forment les nuages. Le vent qui les carde, les pousse vers le large, en les coloriant avec les ors rouges du firmament. Ainsi créés de souffles et d'airs, dotés de vie et de mouvements, les voilà au zénith, en train de jouer à saute-mouton ! De quoi endormir les anges dans leurs cages célestes azurées.

LA PEAU

Puis là, sur l'asphalte, des restes de peau collent sur le goudron. Impossible de loin de discerner s'il s'agit d'un agneau ! Un cadeau du ciel, tombé sur cet autel, pour épargner la vie d'un routard, d'un roi ou d'un simple manant ! Ou qu'il s'agisse-là de la peau et des os, les vestiges d'un lièvre ou d'un chien, offerts en curée à ceux qui roulent vers le bas…

REFLEXION

Repas d'un moment, cérémonie d'offrande céleste ou libations, que reste-t-il des amours qui défilent et des jeux de l'oubli ? De la vie, si longue et si belle et si bien remplie, soit-elle ! De ses peines, pour le plus grand nombre et de ses travaux. Que reste-t-il de ses colères, des espoirs, des foutaises ou de ses fantaisies ? Que reste-t-il des biens qu'elle s'offre en pâture ou qu'on lui prend, face au néant qui s'ouvre, inéluctable, pour tous. Démocratiquement béant, également égalitaire, pour les chefs, les êtres et les bêtes, comme pour les plus illustres des présidents et des rois. Là, devant nous, sur la route, cette rivière qui coule, ce film kilométrique du temps ou ces nuages, qui jouent sur nos têtes, en s'effilochant ou en pleuvant..

SENTENCES ET LEGENDES

Equations égalitaires…Que reste t-il de donc la vache maigre, des bribes du chien écrasé ou des amours incertains du jeunot en voiture qui fait obstruction dans la rue ? Que restera-t-il de ce loup solitaire, surgit de derrière les barreaux, de ce journaliste prétentieux, devenu escroc et malandrin. De ce soi-disant beau-fils d'un ministre, en mal de culture avant qu'il ne professe à l'étranger ?

Qu'est-il resté de ce caporal, de cet agitateur devenu tyran, puis martyr, violé lui et ses enfants ? Que reste t-il de splendeurs et des vols des Grandgousier des caisses de l’état ? De ces richards, de ces chanteurs, de ces peintres, de ces généraux valeureux et omnipotents, qui faisaient trembler les lois, de ces ministres qui faisaient trembler les hommes et les animaux ? Quid de ces faux prophètes et de leurs zélotes ? Qui hissés sur des extrêmes religieux, sbires ferrés dans leurs carapaces impériales, qui n’auront duré, sommes toutes, qu'un instant ! Qu’en reste-t-il ? Des débris mal recyclés, des vomis, des corps carbonisés, en poussière ou enfouis sous terre ? On ne sait même pas où ?

Des souvenirs, parfois ressassés, par l’histoire ? Autant de questions banales, des mérycismes ramonés comme des remugles évanescents ou des quiz persistants ! Des réponses, quasi stupides, des paraboles et des slogans. Propagandes ou vérités, des programmes d'enseignement, infos et cultures, que l'on raconte aux gens, aux moments vains de leurs fugaces instants !
Que reste-il, pour former le caractère ou pour faire des cauchemars, pour qu’ils soient tranquilles les garnements ? Qu’ils dorment et nous faire, à leur insu des enfants ! Avec comme acteurs des monstres parmi les fées et les champions, en face des sorciers et des dragons. Des histoires ou des jeux et des films, bons à faire peur aux enfants, et qu’on leur martèle insidieusement, même quand ils sont devenus plus grands ?

AME OU AMALGAME

Et ce n'est pas une de conclusion pour cet intermède. Nous avons vu ailleurs que l'esprit qu'abrite ce corps est comme une chenille qui doit devenir papillon. Aspect d'un mutant, qui doit faire une sorte de stage dans une usine complexe que l'on appelle un corps. Un organisme fait à base d'argile et d'eau. Un corps, vivant, capable de se réparer et de se multiplier. Un être composite, sensé contenir un esprit, afin de le développer et d’en faire une âme, plus méritoire ? Une personne sensible, dont l'essence spirituelle est capable de vivre, un jour, éternellement. Enfin, une bonne mécanique, biochimique, capable de faire vivre en elle ce quelque chose, d’impalpable et d’invisible, qui la fait vivre…

Faut-il qu'il réussisse son passage, cet esprit ! Et qu'il se cultive et s'améliore d'abord, afin de ne pas rester un esprit faible, une conscience, un esprit fantomatique. Un semblant de lueur, une forme en peine, un spectre quelque part entre le ciel et la terre, surnageant ou engrangé dans les oublis. Vapeur de lumière, avatar ? Là, dans un univers plein de planètes, de lumières et certainement d'autres formes de vie ! Faut-il encore croire qu'on soit les seules créatures, douées d'intelligence, dans cette minuscule navette, ce berceau, cette éprouvette ? Cette petite planète où l'on pense qu'on est des êtres supérieurs ? Demandez au sieur Guéant ! Et les meilleures créatures de Dieu ? Demandez aux hommes de Sion ?

Toute cette morale, tous ces égards et ce civisme ne sont que des actes de piété. Moralisme de poète ? Suspect comme un rêve anticipé ! Des offrandes de la pensée, en partage à autrui…

Nous sommes tous égau x. Seuls ceux qui en profitent prétendent le contraire. Et nous avons le même Dieu. Car, s’il était absent on en aurait besoin. Et s’ils étaient nombreux ils se seraient fait la guerre ! Et l’Univers, pas plus que la Terre, n’aurait pas tenu !

Plus que la prière, les bonnes actions ou l'aumône, la conscience, le civisme, sont des exercices qui font de l'abruti ou de la bête, des êtres améliorés, élevés, muris et soignés. Plus cultivés que nous sommes et meilleurs que ce que l’on dit de nous. Si l’on peut comparer l’homme dans sa chute matérielle aux anges déchus, l’homme par-delà la matérialité de sa biologie, accédera à des concepts et des élévations plus proches de l’esprit. Plaisants, aptes à vivre, loin de l’égocentrisme et de l’individualité, éternellement admiratifs et reconnaissants, laudateurs du Seigneur, tout près du bon Dieu qui les aime….Sinon, il ne les aurait pas conçus !

Kénitra, le 03-06 Avril 2012, DR IDRISSI MY AHMED

Écrit par : DR IDRISSI MY AHMED | 08/04/2012

O MA PATRIE ! JE SUIS VENU TE SALUER.

Mais ta rue est une impasse, un labyrinthe…Un mythe. L’intention est chargée de regrets, d'actes manqués, de défis et d’interdits. Les libertés sont bridées de par les moyens limités et les privations, quand elles ne sont pas entravées de menaces, de peurs ou de sanctions exagérées.

CITOYENS !

Voici des paroles de nihilistes. Ceux qui jaloux, espèrent beaucoup, mais trouvent si peu de satisfactions autour d’eux.

« On n'est pas des parents, on n'est pas une famille, ni un pays uni ! Ni nationalisme, ni civisme, ni citoyenneté, ni idéologie, claire, ni religion apaisée, encore moins la culture, ne viennent renforcer nos liens, pour faire de nous un pays, jaloux de sa terre et une communauté soudée. Tout autour de nous n’est que frasques et apparences, discriminations, fractures sans honte et ostensibles prédations. Les gens râlent en silence ou s’époumonent en marches, en manifs et en cris. »

« La cause du déni et l’essence de la crise de conscience sont dans la perte des référentiels et de leurs oublis. On en vient à dédaigner notre histoire. On nous pousse à la dénigrer et à la mépriser. On ramollit nos convictions pour les affaiblir, certes. On incrimine nos clans, nos races, nos frères, nos amis, nos métissages, et notre entité plurielle. On nous déracine, on nous pousse à nous renier. Devenus traîtres et apostats, on parjure notre identité pour la dénoncer, volontiers. On affaiblit nos liens antérieurs pour les rompre, afin de nous amoindrir devant les autres pays et nous humilier devant les grandes nations. Nous avons réussi à nous dégrader et à abîmer notre image de nous-mêmes. Dépréciés, nous renonçons à nous-mêmes, en annihilant tous les efforts, toutes les opportunités qui peuvent ressusciter le ’’ sens de la patrie’’, que nous ont légué les plus anciens. »

A PAS DE BELGHA* POUR LE DEVELOPPEMENT !

Ou à pas de babouches vers la modernité. La zerba âla çlah ! Avec autant de retards, de crédits, de chômage, d'analphabétisme, d'exclusion, de racismes divers, de régionalismes fanatisés, de guerres larvées et de pauvreté, comment voulez-vous qu'ils se relèvent, qu'ils aident autrui ou qu'ils fassent plaisir à leurs maîtres ou au bon Dieu ? A fortiori qu'ils se sacrifient pour autrui, quand cet autre les néglige ou les pompe, s'il ne les asservit. Directement ou de façon téléguidée ! Comment voulez-vous qu'ils votent ou qu'ils aiment leur '' résidu de pays'' ? Je parle de l'endroit où ils sont nés et où ils passent leur temps et leur unique vie. Celle qu'ils tentent de gagner un tant soit peu !

Comment voulez-vous qu'ils se dévouent ou qu'ils pensent seulement au devoir de défendre, ce pays-leur, malgré les privations, contre les forces contraires à nos progrès ? Ou qu'ils soient, un tant soit peu, jaloux de nos retards, de nos besoins et de nos nécessités, pour les satisfaire ou les éponger? Non, il y a une INDH, morale, citoyenne nationaliste, civique, patriotique à faire entendre, à enseigner, à perfuser, à greffer A faire aimer et à développer !

Je ne généralise pas. Mais, le plus important pour positiver les acquis est ceci. Et ce sont les exceptions qui sont les cadres et les moteurs, les starters auxquels il revient de persévérer pour déployer cette dynamique renouvelée. Faire aimer son pays, cela s'enseigne…Il y a tant de chantiers pour développer cette culture à travers bien des thématiques…Mais elle a besoin d'abnégation et de rigueur sans faille. Pas de mensonges ni de tergiversations mais des exemples à multiplier pour donner confiance et lancer ce chantier ! Et la première entreprise est de stigmatiser les mal-acquis, les privilèges indus et la corruption. Les trafics de douane, les taxes antisociales, qui doivent commencer par une fiscalité encourageante et progressive, de tous les métiers productifs, qui échappent depuis des décades aux impôts.

FRACTURES CIVIQUES ET SERVICES COMMUNAUX…

Droit de grève, manifs et excès dans celles-ci, pénalisant les seuls usagers…Sabotages des études et des services de santé, de justice, les scolaires en premier...Voilà une des raisons de nos retards divers, de la baisse du niveau, voire de la démocratie ! Greffiers et profs, en grève ou en fonction, la différence est mince, pour certains ! Relation que beaucoup vivent comme des sévices et des exactions.

Ramed, extraits, cartes, permis, passes, papiers divers et compagnie, labyrinthes, au bout desquels, un sphinx en quête d’obole, vous persécute de sibyllines questions ! Le Graal des papiers. Le Procès de Kafka ne soulevait pas directement ce pan, obligé ou latent, de la ‘’corruption’’. Esperanto, langue universelle, que l’on parle quasiment dans toutes les nations, quelles que soient leurs administrations. Complexes, difficultés, entraves, que l’ignorance exacerbe. Monde dépravé et climat relationnel interhumain, de mépris, d’arrogance et de bassesses, où les abus, le pillage, les prébendes sont les manifestations les plus courantes de sordides concussions.

Il nous serait plus loisible de faire la queue sous la pluie battante ou le soleil de feu, pour un visa Schengen. Voire d’aller forcer le blocus, dans un pays sous embargo guerrier, que de subir les affres de nos frères du makhzen. Ce qu’on fait en leur mendiant de nous faire un simple papier en leur bonne administration. Ou, de nous indiquer, simplement et parfois encore, nos droits, avant de payer un impôt quelconque. Le collecteur, infime ou majuscule, devient un agent pénal, un monstre odieux, un maton punitif, qui exécute en s’enrichissant, les sanctions !

LA STRATEGIE DE LA CORRUPTION

Ils sont nés, esclaves dans leur pays, exploités par leurs concitoyens, qui les voient comme des êtres inférieurs, des gadgets gênants ou des proies. Les vermines infâmes, devenues des ronds de cuir, collent de sales réputations à leurs supérieurs et rares bons administrateurs. Au point que les cadres ont remplacé les colons, les plus haïs par leurs outrances routinières. Les administrés sont leurs assujettis obligatoires. Ils respirent mieux, ils jouissent, quand ils les méprisent et se sentent supérieurs quand ils les écrasent. Par leurs façons froides, détachées et narquoises, cyniques, voire méprisantes et hautaines, ils regardent les administrés, comme des gêneurs ou des offrandes obligatoires, qu’on leur sert pour les apaiser ou pour les payer, les soudoyer, quand ceux-là viennent chercher un service quelconque ou demander un droit.
Sans parler de l'accueil et des services, de la qualité de la réception et des locaux, des conseils sensés y être rendus, avec politesse, justesse et rigueur, aux citoyens dans leurs administrations. Des brimades, oui ! Les assujettis ressentent alors une forme de mépris et d'arrogance, une frustration, qui les éloignent de la citoyenneté véritable. Avec cette alternative qui s’impose aux administrés pour amadouer les forces contraires, celle de faire un sacrifice. De concéder une faveur contre un don, une offrande de cadeau. Le pourboire est une forme de reddition, un tribut dans ce lâche complot tactique. Le geste de corruption est vu alors comme geste libérateur, face à un mal pervers vivace, incontournable et persistant. Sinon un paiement, non facturé, qui ramollit l’adversité instrumentalisée, dans le but d’obtenir in-fine des droits ou pire de détourner à la loi à son avantage, dans un milieu qui ne sait vivre que de cela et comme cela !

L'INCIVISME FAIT RAGE

Là, sur les trottoirs et dans les rues…Voilà au demeurant, une concitoyenneté forcée, qui s'appelle un pays, un état, une patrie, une nation, c’est trop dire, avec des génériques d’homo sapiens, comme figurants. Mais, est-ce vrai ? Ils ne sont pas chez eux, puisque rien ne leur appartient ni ne les interpelle ! Fracturés sociaux, mal ligotés au bled et à la nation, fâchés avec leur pays, leurs maîtres, leurs langues et leurs gérants, ils sont incapables de se définir eux-mêmes. Ils n’ont pas ‘’d’identité’’ ! Le mot ayant perdu de sa valeur et de sons sens, colle mal à notre ‘’entité’’ ! Sont-ce des Personnes, ces gens que l’on rencontre et ces individus ? Déracinement, pulsions claniques, déshérences, perte des repères, errance aventureuse et désir passionnel de partir… Partir même en patère, le Styx et la galère, le sacrifice ultime ! Et ce, pour aller travailler chez les anciens maîtres réactualisés. Comme domestiques ! Peu considérés, chez des gens qui vous détestent, à cause de la crise, à cause de votre profil, du chômage qui est le leur.

Désintégration ! Qu’ont-ils de commun, qu’ont-ils à partager ? Savent-ils ‘’être’’ pour pouvoir donner ? Ou s’offrir et se sacrifier, pour une idée noble, un idéal, une terre, un pays, un deal ? Les leçons qui nous proviennent de l’extérieur ou du passé, de notre passé, ne peuvent pas être nous appliquées, maintenant et ici. Et les leçons scolaires, voire celles de la rue, de l’usine et du chantier montrent d’autres horizon, où la haine sévit et où la jalousie, la volonté d’avoir pour être, l’insatisfaction ne permettent pas qu’inculquer le ‘’minium vital de civisme’’, le ‘’minimum social d’amour’’ pour ce pays ou d’amitié et de respect envers autrui.

VOILA UN TERRAIN VAGUE,

Voilà un terrain vague, où des montagnes d’ordures s’étalent au nez du makhzen, défiant les autorités ! L’un de ces multiples espaces qui valent des milliards, qui sont sis au centre ville…Des centaines de ce type de propriété sont devenus des dépotoirs pour les voisins du quartier. Cet espace est livré aux détritus les plus immondes. Des vagues de déchets qui se déversent sur le trottoir et qui vomissent leur surplus sur le macadam, empêchant de marcher là où il le faut et gênant et les piétons et les autos. Au su et au vu de tous les cadres !
Les grands comme les petits, qui devraient circuler, chaque jour, un calepin à la main, régulièrement dans les quartiers, pour relever ce qui va de travers et qu’il faut restaurer en laissant des notes de travaux, aux services concernés ! Seulement, ils seront vite dépassés par le laisser-aller des apaches et des hooligans. Des horreurs sur le plan de la qualité de vie, de la santé, comme des apparences de propreté de la ville. La plaque d’immatriculation de notre sous-développement est vissée sur nous, sociétale, organique quasi génésique. On serait trop dépaysé si on nettoyait tout ça ! Et les Autorités n’ont pas d’autorité sur ces affres-là !


NOUS SOMMES DONC DANS UNE RUE.

Une ruelle devenue trop étroite et qui le devient encore plus, à cause d'une voiture ! Une auto, stationnée dans l’angle gauche, quasi parallèlement à une autre empêche toute tentative de passer entre les deux véhicules. Car le pauv'type d'ado, mal équarri, se permet d'ignorer le droit des gens. Celui simplement qu’il est de passer. Voici donc un droit qu’on a tendance à ne pas réclamer…Passer, là simplement où c’est public de passer ! Ce blocage est à l'image de certains fonctionnaires qui refusent comme des mules de bouger. Casé dans son véhicule, le chauffeur fait obstruction. Lui seul est le Cerbère de la rue, sinon de l’administration.
Dans notre cas, c’est seulement parce qu'il est occupé ! Et qu'il est en train de conter fleurettes, de discuter sans gêne avec une fille, laquelle est en train de se pâmer debout, sur le trottoir attenant. Après plusieurs coups de klaxons, il bouge. A peine, et ostentatoirement encore, pour montrer sa virilité. Et pour ne laisser qu'un passage difficile et très étroit. Un défi, une sorte de ‘’je t’emmerde, tu me déranges’’. Je le dérange en voulant passer ! Interpellé, lors de ma manœuvre pour tenter une issue, il refuse de comprendre qu'il obstrue la rue ! Les imbéciles et les cons, ont trop de classe, pour qualifier ce freluquet, cette gueule à claques, de ces noms. Ma kaïye makhzen, ma kayene oualdine, wa la qraya ! Et, le voilà qui répond avec insolence, le mépris que l'on peut deviner chez cette espèce de hooligans de quartiers, qui n'ont pas été concernés par l'évolution. Sans morale aucune dans leurs comportement, sans respect ni politesse et encore moins de droit.

EDUCATION ET CIVILISATIONS

Alors, ne leur reprochons pas à nos tuteurs, de parler de civilisations supérieures ?! Ni à la race des dieux de s’entendre sur toute la terre. Maîtresses qu’elles sont des finances, des armes, de la technologie et des lois. Et cela, malgré les guerres immondes qu’elles ont commises et qu’elles continuent de fomenter pour s’approprier les ressources et à susciter à pour dominer les états et nations…inférieures. Les races transcendantes et leurs civilisations éminentes, jusqu’à quand le resteront-elles encore, avec cette acrimonie et cette féroce voracité qui sont les leurs ? L'impolitesse n'a qu'un maître. Celui qui brime toute démocratie, pour écraser les velléités de libertés des gens, à cause justement de ces malappris, des sauvages en civil, restés pire que les bêtes, à qui ne conviennent, ad vitam, que les brimades, la prison et les sanctions. Diriez-vous !

Hélas, ça couterait cher de leur construire des pénitenciers et trop cher encore de leur donner à manger et de les surveiller ! Mieux vaut investir dans des écoles, à plein temps, sans récré, pour y placer leurs pères, faute de s’être correctement occupés de leurs mioches ! Alors, pour les rééduquer, leur inculquer la politesse et les manières, leur faut-il une république ? Comme celle des grenouilles de la fable de Jean De La Fontaine, avec comme chef, un roi, qui les gobbe et les croque !

A DEUX PAS DE LA, L'ENFER

Le fils du despote. Ce drôle d’oiseau, sur ses longues pattes élancé, ce tyran à contre courant, existe pourtant. Il est encore là, sévissant des plus belles en Syrie, où il prodigue aux siens, les mêmes exactions et répète, en plus haïssables encore, les scénarios de meurtres à grande échelle, qu’exécuta son assassin de père. Grand fossoyeur qu’il fut devant l’Eternel.

El Assad fils, planche sur la version ‘’guerre civile’’ afin de finir en grande pompe, comme Saddam et Kadhafi. Il semble persister dans le struggle envers Israël, encouragé par l’Iran, au lieu de suivre la voie démocratique, celui de la reddition et de la paix, il poursuit sa chute, dans le vide prescrit. Le piège et les plans machiavéliques des superpuissances, qui le vouent aux gémonies. Le plan est une décision vitale pour la liberté de l'entreprise et la place de leader du monde libre, qu'occupent dans le monde, les States et son filleul Israël. Il s'agit d'effacer toutes traces de forces contraires de même que les menaces, fussent elles verbales, qui viserait l’état d’Israël. Ce pays qui fut offert par les grandes puissances aux Juifs du monde, en réparation de l’holocauste nazie. Qui plus est, on laisse la Tribu de Dieu pratiquer avec arrogance son sport céleste favori ! S’étendre à perte de vies, étendre sa domination sur tout le Moyen-Orient, en volant avec plus de zèle, plus de terres à la Palestine engloutie, avec en agrément des arpents du bon dieu sur le voisinage. Un voisinage brimé, révolté par le silence de leurs parrains et maîtres permissifs, ou simples esclaves, inconscients et identitaires, qu’ils sont ?

C'EST UN HITLER DONC, QUE CE DESPOTE POURRI !

Mais seulement sur ses propres coreligionnaires ! Il tue, nargue et assassine pour raison d’Etat ! Un seul but qu'il manifeste celui de persister, accroché au pouvoir sur des gens, qu’il élimine par milliers, parce qu’ils ont le malheur de naître en Syrie et de crier barra*, dehors ! En se réclamant depuis le Printemps de faire dans la démocratie et d'espérer des libertés, comme à Londres, Madrid, New-York ou Paris ! Délire pour des Arabes ! Des gens qui doivent rester, enchainés à un pervers, comme certains, à jamais !
Qu'à cela ne tienne, Russes et Chinois, contraignent l'ONU et bloquent ses initiatives pudiques, pour protéger le fils de leur frère-dictateur. Les appétits des maîtres du monde, sont freinés par le diktat des asiatiques, qui activent leurs vétos à la face de l'humanité. Question de protéger encore, et pour combien de temps, le tyran qui veut remplir les cimetières à l'instar de son père Hafez, les fosses communes, par dizaines de milliers !

LA LOI DES GRANDS NOMBRES

C'est comme l'argent des prédateurs, on ne le compte pas en unités. Les âmes, chez ces gens, c’est le nettoyage ethnique, avec en balance des milliards de dollars. C'est-à-dire que la valeur des opposants, que l'on condamne au néant ont leur équivalent en marchés ou en pétrole qu’en ce faisant on va s’accaparer. Placé sous les auspices Russes et dans les bonnes grâces des Chinois, qui le prennent en pitié, eu égard à leurs places dans la région, El Assad, le dernier figurant de sa dynastie, résiste, malgré les harcèlements, apparemment humanitaires, des Euro-Etatsuniens et de leurs zélotes.

Ceux-ci, échaudés par le cas libyen, hésitent à créer un foyer similaire à celui de Saddam ou de Kadhafi. En réalité, ils s'en foutent. Ce régime doit s'éteindre, afin d'affaiblir cet immense pays, la Syrie ! Et le ruiner, pour des semblants de démocratisation, afin de se libérer tactiquement, d'un front inopportun, s'ils devaient allumer le foyer iranien. Attaque préventive à laquelle ils se préparent tous, assurément. Israël, l'enfant gâté, le premier ! Et ils ne perdront personne à la guerre, car la vie humaine, la leur, est trop chère auprès du bon Dieu. Le leur !

Guerre des boutons, guerre atomique, limitée, portée le plus loin possible pour éviter des retombées sur Israël. Alliance contre nature et embargos, ils opèreront de loin, grâce aux engins électroniques de l'oncle américain ! Sans perdre de soldats, ils allumeront l'enfer pour enfourner Arabes et Musulmans ! Du moins les gens et les pays, qu'on appelle ainsi, depuis les Croisades et leurs successives et incessantes colonisations !

L'AUTOROUTE

La route était pleine, parsemée de voitures de gendarmes. On devine que Sa Majesté devait passer par là, avec son impressionnante suite.

Les infos ont parlé d'une implorante manif à Casa qui rassemblait des milliers de marcheurs en colère, de cadres dépités et de membres du gouvernement, bien en vue, pour dire à Israël d'arrêter ses massacres de dément ! Ou de démon ? De cesser de massacrer les Palestiniens et de tuer toutes les tentatives de paix. D'arrêter ses meurtres ciblés, ses bombardements et ses pilonnages, ses exactions sur le bantoustan palestinien. Ainsi que sa sionisation* forcenée de la partie orientale d'Al Qods qui abrite un lieu de culte, qui fédère éminemment tous les musulmans. Qu'à cela ne tienne, ça ne servira à rien. Mais il fallait manifester, pour l'honneur, par devoir, face à l’arrogance, à l'injustice et au mépris. Discriminations, manœuvres, humeurs et cynisme politique, malversation et impérialisme, basés sur la haine raciste, des riches hyperindustrialisés qui financent et qui mènent le monde…à sa perte. Vous dites civilisation et modernité… Menine ?

DE LA TECHNIQUE AU MIRACLE

LES VACHES.

Des vaches, le cuir mal tanné sur les os, paissent en silence…Aucun mâle affamé ou en manque, ne vient les harceler, pendant qu’elles cueillent pour les feuilleter, les marguerites du pré…On n’a pas décrit de suicide après viol et mariage forcé, chez les vaches ! Le cas Amina Filali et autre Bouazizi, elles ne le connaissent pas, Mme Bassima Hakkaoui ! Mais cet hiver a laissé tout le monde et la nature, la première, sur le sec.

L'agriculture qui permet de donner à manger aux gens est difficilement fiscalisable. On ne frappe pas d'impôts sur leur santé, ceux qui sont sains ; et puis, ne paient les taxes sur leurs soins et leurs maladies, que les malades ! C’est le miracle marocain.

Celui d’essorer le sang des malades des plus values santé qui lui reste ! Je parle des taxes indirectes de Douane et de TVA sur les maladies. Comprendre par là, les taxes imposées sur les soins, les réactifs et les médicaments ! Alors qu’une voiture importée ne paiera plus rien. Pas plus que le livre ou pratiquement le blé. Et que les désastres agricoles, sont fort heureusement réparés ou soutenus, comme le pain, l’huile ou sucre, ou le gaz…Un tant soit peu…Ce qui est sincèrement louable. Mais, aux dépens de quels sacrifices de l’Etat ! Vivement une nouvelle Moudawana, une réforme qui changera le régime fiscal apposé à ce troisième sexe, réellement affaibli, celui des malades !

Arbres et végétation son encore au vert, ce Dimanche Premier Avril…Une blague ! Les agriculteurs, exempté d'impôts, seront récompensés pour leurs pertes dues au climat…Les caisses de l'Etat, grossies par les emprunts extérieurs et les impôts de tous, répareront les tords dus au climat ! Au profit des agriculteurs! Ils auront perdu leur pari agricole cette année. Les aider est juste un acte de solidarité, pour réparer leurs pertes et amortir leurs crédits ! Sinon, nous et les bêtes, nous ne trouverons plus rien à manger l'an prochain ! Et tout deviendra plus cher et bonjour les manifs et les troubles sociaux ! Mieux vaut prévenir, quitte à mendier, à vendre une partie du Maroc et à nous hypothéquer.

LA ROUTE

Et la route continue d’égrener ses kilomètres, avec ça et là des conducteurs, gauches, pour attirer l’attention sinon la critique, du moins les réformes de la Droite…Pendant que toutes ces mécaniques, ferrées d’inox et de physique, toute chimie du carbone à l'appui, avalent les kilomètres en raccourcissant le temps, je pense à ceux qui nous ont précédés dans la révolution industrielle. Einstein a tout dit de l'énergie, de la vitesse et de la masse. La masse physique, en kilos et non le magma social, en politique, qu’il est dangereux de faire bouger !
Au temple du carbone, les plantes enterrées il y a très longtemps, expirent leur ère géologique en ronflant. Qui en 4x4, bonjour l'ostentation, qui en car ou en camion, qui mené en bateau, en fusée ou en avion. Et l'atmosphère que tu respires et qui fait office de serre sur terre, fait craquer le ciel laïc et sa couche d'ozone, ça et là !

LES MOUTONS DU CIEL

Des centaines de moutons, leurs silhouettes de laine vaporeuses, sautent les haies blanches que forment les nuages. Le vent qui les carde, les pousse vers le large, en les coloriant avec les ors rouges du firmament. Ainsi créés de souffles et d'airs, dotés de vie et de mouvements, les voilà au zénith, en train de jouer à saute-mouton ! De quoi endormir les anges dans leurs cages célestes azurées.

LA PEAU

Puis là, sur l'asphalte, des restes de peau collent sur le goudron. Impossible de loin de discerner s'il s'agit d'un agneau ! Un cadeau du ciel, tombé sur cet autel, pour épargner la vie d'un routard, d'un roi ou d'un simple manant ! Ou qu'il s'agisse-là de la peau et des os, les vestiges d'un lièvre ou d'un chien, offerts en curée à ceux qui roulent vers le bas…

REFLEXION

Repas d'un moment, cérémonie d'offrande céleste ou libations, que reste-t-il des amours qui défilent et des jeux de l'oubli ? De la vie, si longue et si belle et si bien remplie, soit-elle ! De ses peines, pour le plus grand nombre et de ses travaux. Que reste-t-il de ses colères, des espoirs, des foutaises ou de ses fantaisies ? Que reste-t-il des biens qu'elle s'offre en pâture ou qu'on lui prend, face au néant qui s'ouvre, inéluctable, pour tous. Démocratiquement béant, également égalitaire, pour les chefs, les êtres et les bêtes, comme pour les plus illustres des présidents et des rois. Là, devant nous, sur la route, cette rivière qui coule, ce film kilométrique du temps ou ces nuages, qui jouent sur nos têtes, en s'effilochant ou en pleuvant..

SENTENCES ET LEGENDES

Equations égalitaires…Que reste t-il de donc la vache maigre, des bribes du chien écrasé ou des amours incertains du jeunot en voiture qui fait obstruction dans la rue ? Que restera-t-il de ce loup solitaire, surgit de derrière les barreaux, de ce journaliste prétentieux, devenu escroc et malandrin. De ce soi-disant beau-fils d'un ministre, en mal de culture avant qu'il ne professe à l'étranger ?

Qu'est-il resté de ce caporal, de cet agitateur devenu tyran, puis martyr, violé lui et ses enfants ? Que reste t-il de splendeurs et des vols des Grandgousier des caisses de l’état ? De ces richards, de ces chanteurs, de ces peintres, de ces généraux valeureux et omnipotents, qui faisaient trembler les lois, de ces ministres qui faisaient trembler les hommes et les animaux ? Quid de ces faux prophètes et de leurs zélotes ? Qui hissés sur des extrêmes religieux, sbires ferrés dans leurs carapaces impériales, qui n’auront duré, sommes toutes, qu'un instant ! Qu’en reste-t-il ? Des débris mal recyclés, des vomis, des corps carbonisés, en poussière ou enfouis sous terre ? On ne sait même pas où ?

Des souvenirs, parfois ressassés, par l’histoire ? Autant de questions banales, des mérycismes ramonés comme des remugles évanescents ou des quiz persistants ! Des réponses, quasi stupides, des paraboles et des slogans. Propagandes ou vérités, des programmes d'enseignement, infos et cultures, que l'on raconte aux gens, aux moments vains de leurs fugaces instants !
Que reste-il, pour former le caractère ou pour faire des cauchemars, pour qu’ils soient tranquilles les garnements ? Qu’ils dorment et nous faire, à leur insu des enfants ! Avec comme acteurs des monstres parmi les fées et les champions, en face des sorciers et des dragons. Des histoires ou des jeux et des films, bons à faire peur aux enfants, et qu’on leur martèle insidieusement, même quand ils sont devenus plus grands ?

AME OU AMALGAME

Et ce n'est pas une de conclusion pour cet intermède. Nous avons vu ailleurs que l'esprit qu'abrite ce corps est comme une chenille qui doit devenir papillon. Aspect d'un mutant, qui doit faire une sorte de stage dans une usine complexe que l'on appelle un corps. Un organisme fait à base d'argile et d'eau. Un corps, vivant, capable de se réparer et de se multiplier. Un être composite, sensé contenir un esprit, afin de le développer et d’en faire une âme, plus méritoire ? Une personne sensible, dont l'essence spirituelle est capable de vivre, un jour, éternellement. Enfin, une bonne mécanique, biochimique, capable de faire vivre en elle ce quelque chose, d’impalpable et d’invisible, qui la fait vivre…

Faut-il qu'il réussisse son passage, cet esprit ! Et qu'il se cultive et s'améliore d'abord, afin de ne pas rester un esprit faible, une conscience, un esprit fantomatique. Un semblant de lueur, une forme en peine, un spectre quelque part entre le ciel et la terre, surnageant ou engrangé dans les oublis. Vapeur de lumière, avatar ? Là, dans un univers plein de planètes, de lumières et certainement d'autres formes de vie ! Faut-il encore croire qu'on soit les seules créatures, douées d'intelligence, dans cette minuscule navette, ce berceau, cette éprouvette ? Cette petite planète où l'on pense qu'on est des êtres supérieurs ? Demandez au sieur Guéant ! Et les meilleures créatures de Dieu ? Demandez aux hommes de Sion ?

Toute cette morale, tous ces égards et ce civisme ne sont que des actes de piété. Moralisme de poète ? Suspect comme un rêve anticipé ! Des offrandes de la pensée, en partage à autrui…

Nous sommes tous égau x. Seuls ceux qui en profitent prétendent le contraire. Et nous avons le même Dieu. Car, s’il était absent on en aurait besoin. Et s’ils étaient nombreux ils se seraient fait la guerre ! Et l’Univers, pas plus que la Terre, n’aurait pas tenu !

Plus que la prière, les bonnes actions ou l'aumône, la conscience, le civisme, sont des exercices qui font de l'abruti ou de la bête, des êtres améliorés, élevés, muris et soignés. Plus cultivés que nous sommes et meilleurs que ce que l’on dit de nous. Si l’on peut comparer l’homme dans sa chute matérielle aux anges déchus, l’homme par-delà la matérialité de sa biologie, accédera à des concepts et des élévations plus proches de l’esprit. Plaisants, aptes à vivre, loin de l’égocentrisme et de l’individualité, éternellement admiratifs et reconnaissants, laudateurs du Seigneur, tout près du bon Dieu qui les aime….Sinon, il ne les aurait pas conçus !

Kénitra, le 03-06 Avril 2012, DR IDRISSI MY AHMED

Écrit par : DR IDRISSI MY AHMED | 08/04/2012

Les commentaires sont fermés.