18/07/2004

La myasthénie, une maladie handicapante mal diagnostiquée

Zoom d'une inteview sur   MAROC HEBDO  INTERNATIONAL


La myasthénie, une maladie handicapante


Une pathologie mal diagnostiquée

La Myasthénie touche au Maroc près de 5.000 personnes. Ces derniers sont souvent confrontés à une rupture de médicaments dans les pharmacies.

Abdellatif El azizi

 

• Dr. Idrissi Moulay Ahmed.

 

La myasthénie est une affection neurologique due à un dérèglement du système immunitaire et caractérisée par une grande fatigabilité musculaire. La myasthénie est une maladie auto-immune. Elle est due à la production par l'organisme d'anticorps dirigés contre la plaque motrice, qui peuvent agir soit en se fixant sur celle-ci, soit en dégradant l'appareil sous-synaptique. Dans le premier cas, l'acétylcholine devient inopérante, dans le second, son efficacité est grandement diminuée.
Au Maroc, cette maladie concerne plus de 5.000 personnes. Ce chiffre fourni par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est calculé sur la base d’un taux moyen de prévalence. Aucune donnée statistique fiable n’est disponible sur cette maladie pour le moment, le chiffre avancé par l’OMS pouvant au demeurant être bien au-dessus de la réalité.
La myasthénie affecte les personnes des deux sexes et elle est deux fois plus élevée chez les femmes.
La myasthénie entraîne, dans un premier temps, une faiblesse des muscles oculaires, provoquant la chute de la paupière (ptose) ou le dédoublement de la vision (diplopie). Elle touche également par la suite les muscles servant à avaler, à mastiquer, à parler et à bouger les membres. Ces symptômes peuvent apparaître en quelques jours ou en quelques semaines et se stabiliser pendant de longues périodes.
Diagnostic
Selon Dr. Idrissi Moulay Ahmed, président de l’Association des amis des myasthéniques du Maroc (AAMM), “le malade est un handicapé qui ne se voit pas, qui n’a pas de reconnaissance publique et qui n’est pas encadré par les organismes sociaux”. Au Maroc, le problème de la prise en charge de cette maladie se pose avec acuité, puisque seulement une faible partie de la population dispose des prestations des organisations de prévoyance. Les personnes atteintes de Myasthénie rencontrent parfois des difficultés de respiration. Si la cause de la maladie demeure inconnue, certains pointent du doigt l’héritage génétique.
Pénuries
Une hypothèse qui n’est pas encore confirmée. Les patients doivent recourir à un traitement palliatif qui fait appel aux anticholinestérasiques, à la corticothérapie ou à la plasmaphérèse. Cette dernière technique qui consiste à « laver le sang » est très peu utilisée au Maroc. Nos médecins recourent de plus en, plus à la sérothérapie.
D’après Dr. Idrissi, les myasthéniques sont négligés au Maroc, alors que pour un patient le fait de monter une marche équivaut à un calvaire.
Là où le bat blesse, c’est que le Mestinon, un médicament utilisé pour le traitement des malades est épisodiquement porté disparu des pharmacies marocaines. Le laboratoire en charge de commercialiser le produit, Steripharm, coupait les robinets chaque qu’il essuyait un refus du ministère de la Santé d’augmenter les prix. Entre septembre 2002 et février 2003, le Mestinon était demeuré introuvable. Or, ces malades ne peuvent supporter une rupture du médicament. Les laboratoires et les importateurs doivent en être conscients vu la gravité de la maladie. Les patients, en désespoir de cause, s’adressaient à l’Association française contre les myopathies pour disposer du Mestinon.
Cette situation a d’ailleurs poussé l’AAMM à chercher à diversifier les remèdes. “J’ai bataillé pendant plusieurs années avec le ministère de la Santé, pour introduire une nouvelle variété de médicament, le Mythélase. La politique de l’accordéon dans l’approvisionnement en Mestinon porte préjudice à la sérénité du malade”, confie Dr. Idrissi.
Mis à part ces problèmes d’accès aux soins, c’est le dépistage même de la maladie qui pose problème. Les médecins ne connaissent pas bien cette maladie et il existe bien des médicaments qui peuvent compliquer l’état de santé des malades. Seuls les neurologues pouvant diagnostiquer de façon précoce cette pathologie.
A moins d’agir de concert, les autorités en charge de la santé et les associations ne pourront pas assurer aux myasthéniques une prise en charge adéquate, surtout pour les plus démunis. L’Etat doit se pencher sur ce dossier car il y va de la vie des patients.

 


01:25 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

ASOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC MERCI A TOUS LES JOURNALISTES QUI NE CESSENT D 'AIDER L 'AAMM ET A FAIRE CONNAITRE LES HANDICAPES NEUROLOGIQUES PORTEURS DE MYASTHENIES

Écrit par : DR IDRISSI | 18/07/2004

Les commentaires sont fermés.