25/03/2008

JUSTICE FISCALE OU TAXES PUNITIVES SUR LES MALADIES ?

 
LE DEVOIR DES ELUS, EN MATIERE DE SANTE
 
JUSTICE FISCALE OU TAXES PUNITIVES SUR LES MALADIES ?
 
 
-----------
 

LE DEVOIR DES ELUS, EN MATIERE DE SANTE



Parmi les réformes qu'attendent les électeurs des élus, des Ministres, des Cadres haut placés et des Conseillers de SM le Roi, il est une reforme dont la priorité est vitale. C'est la suppression des impôts sur les maladies ! C'est-à-dire, ces quelques 24% de taxe de douane et de TVA sur les médicaments, les réactifs et les appareillages importés, qui sont nécessaires aux soins ! Or ce ne sont que les malades qui paient ces taxes iniques et honnies, qui entravent et brident les soins.


EXPOSE DU PROBLEME


Nous n'allons pas le cacher, il est malhonnête et amoral de payer des taxes sur les maladies. Dans son discours d'avant les élections parlementaires, SM le Roi se félicitait du travail des partis politiques et demandait aux ONG de soutenir leur travail civique.

Côté taxes sur les médicaments et le matériel de diagnostic, qui renchérissent les actes, nous continuons notre travail d'éclaireurs bénévoles, sans relâche. Au risque de blaser certains ! Mais un instituteur, inlassablement, se doit de répéter à chaque génération, ce pourquoi il est formé ! Vieux praticiens, nous tenons des vieux maîtres d'écoles, cette passion de construire, quitte à admonester !


Qu'attendent les électeurs, des Parlementaires et des Partis, en matière de santé et de défiscalisation des médicaments ? Ce qu'attendent les électeurs des élus, des Cadres et des Conseillers Royaux du think-tank, que nous interpellons vivement, c'est un meilleurs accès aux soins ! Avec plus de considération et de respect à l'endroit des malades, pour qu'ils ne soient plus exploités durant leurs maladies !

 
Ce n'est pas une affaire de professionnels, mais de réglementations indélicates et de lois senties comme voraces et archaïques ! Les taxes de Douane et de TVA décriées, cumulent 24 % au total, sur presque tous les médicaments et le matériel de soins, destinés aux seuls malades ! Cette discrimination est d'abord arbitraire et illogique, et, ces prélèvements sont illégitimes. Elles représentent une ineptie, amorale, une fois qu'on en a eu conscience !


C'est une injustice anti-humanitaire, anti citoyenne, que de voir persister ces pénalités sur les malades, alors que le Roi fait de l'INDH son chantier de règne ! Qui plus est, il ne peut y à voir de développement humain, sans la santé ! Aussi, aspirons-nous vivement à voir ces taxes ignobles, abolies par SM, que Dieu Le garde ! Appel que nous formulons et que nous répétons à leurs honorables attentions. Appel pour que les pauvres, les handicapés, les malades, quelles que soient la gravité ou la simplicité de leurs cas, quels que soient les avis hypocrites des dénégateurs, soient épargnés des taxes invisibles qui grèvent leurs santé !


Puissent-ils, ces Responsables et ces Partis, sortir de l'indifférence, et sauver nos concitoyens malades, de la misère et de l'ingratitude, pour les placer sur le chemin du progrès et de la dignité.

LETTRE A CELUI QUI SAURA AGIR POUR SAUVER LES MALADES


Le constat social


A l'heure où les Marocains attendent du Gouvernement de se pencher sur les infortunes, aurons-nous, enfin, un regard loyal et sincère envers les malades ? Les simples malades et leurs situations réglementaires, législatives et économiques ! Médecins et pharmaciens ne suffisent plus, face à ces calamités ! Ils réclament une Réforme ! Le Maroc nous regarde et nous sommes tous concernés !


En matière de Santé Publique et au moment où tous les espoirs sont permis, est-il socialement productif de continuer à délaisser ce secteur vital, odieusement taxé d'inutilité, au profit d'autres secteurs plus dynamiques ? Est-il défendable de saborder ainsi sa base, la population de son propre pays ? Là où la souffrance réduit même les plus aisés d'entre les gens, au statut tragique d'assistés, rendant la dignité, donc la citoyenneté, à sa plus basse expression ? Certains Partis, par voie de fait, se transforment en collèges virtuels, pendant que des arrivistes sabordent les concepts de démocratie, en niant au Peuple des pans entiers de leurs bons droits ! Du coup la signification même de Représentants, leur crédibilité d'élus se perd ! Dans cette défection des règles et des lois, des secours et de la compréhension, les laissés pour compte, cherchent n'importe quel écueil, n'importe récif pour sortir de la noyade ! Et ce, quelque que soit la main consolante, sournoise, pernicieuse ou perverse, qui se tend alors vers eux, pour les repêcher !


Les milieux, ruraux, pauvres ou besogneux, dénigrés au profit d'expédients extatiques et de pétarades de salons, sont ceux-là mêmes qui requièrent le plus l'affection et justifient des Cadres leur temps, leur énergie et leur abnégation. Par tous les temps, quels que soient les autres dossiers où la sécurité prime. Ce sacerdoce ne connaît pas de répit ! Les actes de présence, les gestes de solidarité sont la base de la vie en communauté, donc de toute politique. Est-ce abâtardir les Cadres et polluer leurs méninges que d'aspirer leurs rencontres salvatrices avec les couches qui les ont générés ?


La logique, la raison, les sentiments, la nécessité, requièrent le courage de ce retour vers les besoins élémentaires et les doléances étouffées du Peuple. Le Peuple a besoin de ses fils pour reformer la famille ! Ces immersions dans les rues, les usines et les quartiers, les appels médiatiques, sont synonymes de rencontres et de proximité avec ceux qui remplissent les urnes ! Voire avec ceux, qui avec raison, la leur, s'en détournent et fuient les suffrages et les scrutins. Ces mots sont écrits après la dernière défection de ceux qui votent par leur silence et leurs replis, mais qui expriment une déception certaine, envers et à l'encontre de tous ! Combien y a-t-il de malades déprimés et dépités parmi eux ? Faut-il négliger leurs voix et leur sort ?


Appel des familles, appel du Peuple


Le service humanitaire, acte altruiste de citoyenneté, est la meilleure audience pour les militants avec leurs électeurs potentiels. Le Peuple, ces simples sujets qui travaillent pour vous instruire, attendent qu'on étanche leur sueur. Ils attendent, non sans crainte d'être déçus et non sans espoir de fierté, un juste retour des sentiments de ces élites, de ces cigognes, qu'elles refassent leur printemps ! Ils attendent que les programmes des Partis intègrent leurs soucis et leurs justes espoirs. Ils attendent que ces militants leur rendent justice et qu'ils lavent la honte des exactions et des abus ! Que les fils et les filles se détachent des innommables amalgames et se différencient de ceux qui les subornent et les trompent ! Que les programmes, leurs volontés écrites, soient aussi réalistes, que vrais ! Et qu'on ne vole plus leurs droits, leurs aspirations et leurs rêves !


Ils veulent que leurs besoins, les plus simples, soient réalisés. Que les élus ne soient plus de virtuels pastiches, bons à placarder les murs de fausses promesses, qui restent les témoins balafrés de leurs mensonges !


Et les chantiers à couvrir sont légions, dans tous les domaines, du Travail à l'Education et de la Justice à la Santé ! Le premier travail est de leur rendre leur confiance en soi et de régénérer un sang par trop corrompu ! Le premier travail est de retrouver cette fierté légitime, cette richesse que nul adversaire n'avait pervertie, malgré les guerres de frontière qui nous son imposés depuis cinquante ans. A commencer par chasser toutes les formes de mépris et tous les stigmates de l'humiliation. Celles exogènes et celles dues au destin de tout être vivant ! Leur droit à la santé, le droit des personnes malades à être soignées, le droit de ne pas subir d'entraves ni d'être les otages muets d'un système de soins onéreux et inexorable ! Le droit de ne pas subir de surenchères, ni d'embargo sur leur santé.


LA SANTE EST UN DROIT, UN DEVOIR ENVERS LES CITOYENS


Que dire de la santé, de l'accès aux soins, du coût des actes et du prix des médicaments, et qui plus est, des taxes que l'Etat prend sur les malades, leurs souffrances et leurs maladies ? Les maladies représentent deux faces de la responsabilité des gestionnaires que l'on peut réexaminer sous un nouvel angle, plus moderne et plus contemporain. Celui qu'il est d'assurer les besoins communautaires en médications et celui des moyens et règlements d'approche pour l'acquisition des médicaments et des soins.


Sachant qu'il ne saurait y avoir de conflit d'intérêt entre les obligations de l'Etat dans ses deux rôles de régulateur et de commanditaire, ni de schizophrénie entre l'offre des médicaments qu'il organise et leur accessibilité, dont il décrète les coûts, la qualité et les obligations. Or, obligé d'assurer une couverture, il ne doit pas lui être étranger d'en abaisser les coûts, pour répondre aux besoins élargis. Et nous connaissons l'impact de la maladie dans la genèse de l'inconfort, du chômage, de la misère, du mécontentement social, dans l'origine des grèves, dans les troubles et dans la révolte et les séditions !


Il s'agit pour nous, à partir de l'AAMM, qui vous remercie de votre engagement et de votre affable soutien, entre autres associations dynamiques et ONG civiques, d'éclairer l'Etat sur un dol qu'il entretient et de faire prendre conscience à la cascade des décideurs, d'un concept nouveau, celui du DROIT DES MALADES.


Nous sommes devant des punitions collectives, perpétrées selon un système organisé et des modes légalisés qui malgré les coercitions  semblent naturels. Exactions aberrantes, devenues institutionnelles et inconscientes, revers d'un droit naturel, mais ignoré, doublé d'un devoir oublié. Nous ne disons pas dénigré, de par notre immense espoir en notre pays et en nos cadres nationalistes, car ce droit et sa solution sont simples !


Ce droit légitime et naturel est celui d'être traités, sans arnaques ni surenchères, comme il devient coutumier de le lire, de le voir, de le souffrir et de le déplorer. Droit de refus nouveau et devoir de délation nôtre, doublé d'une violente condamnation face à des prélèvements coutumiers, impropres et inconséquents. Nous dénonçons avec vigueur citoyenne, dans un esprit pédagogique inlassable, ces taxes abusives dans leur concept, qui saignent les malades ! Une aberration, dès qu'il s'agit pour le fisc de frapper les médicaments et de pénaliser les demandeurs de soins ! Dès lors, il nous parait juste de ne pas laisser le malade crouler sous la chape des TAXES DOUANIERES et autre antinomique TVA sur la maladie ! ! Nous n'avons pas peur des mots, ni des redites. Nous savons que nous avons raison ? Nous en sommes conscients et responsables 


REFORMATER LES TAXES, UNE PRIORITE DU NOUVEAU GOUVERNEMENT


La loi qu'il s'agit d'exorciser, l'abcès torpide qu'il s'agit d'inciser est donc cette ostensible et publique tare de l'Etat ! Une infamie, qui aberrante déjà, obère l'accès aux soins ! C'est-à-dire qu'il s'agit pour vous maintenant de faire raisonner le Législateur et repenser aux réglementations devenues infâmes. Des us contreproductifs, car ils pèsent sur l'accès aux médicaments et aux soins, des soins que l'Etat veut élargir pourtant par l'AMO !


Un leitmotiv libératoire s'entend ! Reformater les taxes de douane et de TVA ! Ces contraintes contraires que l'Etat nous impose, sont des pénalités sur les fièvres et les douleurs. Des charges superflues qui représentent entre 25 % (à 42 % du prix des laits de bébés) sur les médicaments les plus indispensables, comme ceux de première nécessité ! Sauf exception ! Cette arnaque est vécue comme une entrave au simple droit de se soigner et comme un carcan, un boulet, autant d'exactions punitives, qui datent de l'ère qui précède celle des droits de l'Homme !


Ces dissonances, artefacts fossiles, archaïques, dignes des gestions reptiliennes, sont gravement antisociales. Elles plombent l'accès aux soins. Vous m'excuserez de m'appesantir sur cette punition collective qu'on administre à la Nation ! Elle est indigne du Maroc, contraire aux valeurs préconisées par le ROI. Indigne du Ministre des finances, aux références socialistes, Si Oualaâlou, qui donna en son temps, des cours de droit au Roi ! Indigne de son successeur, le démocrate Salaheddine Mezouar, dont nous interpellons le courage publiquement, avec espoir !


Ces taxes sont indignes de cet Islam, si prégnant dans les valeurs du Maroc, indignes de notre ouverture moderne. Indignes de notre tolérance, qui doit être une passion envers autrui ! Mais d'abord, envers ceux qui souffrent dans leur chair, dans leur être, dans leur santé et dans leur personne. Quelle que soit la cruauté de la maladie, fut-elle aigue, grave ou chronique ! Et, nous dribler, nous anesthésier  par des demi mesures cosmétiques, nous obvier de notre droit à une vraie réforme, en excipant des quelques détaxes sur certains médicaments, est une déviance qui laisse le châtiment sur le dos de certains, parmi d'autres ! Ce serait, une manœuvre dilatoire, que nous dénonçons à priori, pour son danger potentiel ! Car nous requerrons une détaxe générale, une réforme publique générale, une grâce générale, une abolition de l'exploitation de la maladie, qui aura, certes, un impact populaire utile au ROI !


Un exemple brillantissime du Roi citoyen

 
En effet, l'école de solidarité et de défense des tranches pauvres et des handicapés, exprimée avec ardeur, en temps réel et sur le terrain, par notre Roi Sidi Mohamed, stimule notre énergie civique. Elle nous libère et nous pousse à la franchise, plutôt qu'au laisser-faire, à la passivité du mektoub et aux tergiversations ! Elle éveille en nous, médecins, vos amis, admirateurs, militants et concitoyens, une volonté de voir les Gouvernants nouveaux et les réglementations suivre, avec réalisme et dans les actes, la juste passion de SM, le Roi.


Un besoin de réformes humanitaires


Réformer les concepts, c'est donc, pour l'Etat de réviser le cadre même de sa fiscalité sur les soins, à la lumière de clairvoyance de SM. A commencer par les médicaments et leurs divers intrants. De l'usine au labo et de la pharmacie au bloc ! A titre d'exemple, nous faisons une proposition. Les citoyens sauront accepter les mesures de remplacement, les plus légères, par exemple sur le timbrage local, fiscal, sur les boissons prises en public, dans les cafés, par solidarité et civisme, « à la santé des malades ! » ! Et puis, sans gêner leurs aisances et leur susceptibilité de classe, les plus riches parmi les citoyens, accepteront les taxes sur les produits de confort et de luxe. Taxes qui viendront remplacer celles de la Douane et de la TVA, lesquelles ne font « trinquer » que les malades ! Même ceux des strates les plus pauvres ! Il ne faut pas sortir de Harvard pour supprimer les rubriques budgétaires par d'autres mieux adaptées au Maroc nouveau ! C'est une mesure salvatrice et de solvabilité de cet humanisme qui est le nôtre et pour lequel nous admirons notre Roi son initiateur ! C'est une question de force et de volonté contre les archaïsmes. Une autre forme du nouveau concept d'autorité !


UN BESOIN D'EVOLUTION DEMOCRATIQUE


Supprimons, dès lors les taxes rédhibitoires qui pénalisent l'accès aux soins ! Car ces prébendes usuraires sur les souffrances, génèrent de la haine et suscitent la sédition ! Ces pénalités révoltantes sur les fièvres et les douleurs, injustes et inhumaines, surmultiplient les mécontentements populaires ! Comme ces entraves augmentent notre lot d'incapacités et de handicaps, par les retards, sinon par l'empêchement des secours initiaux et dans les prises en charge ! La cherté mine le chemin des soins et barre leur administration.


En défiscalisant les soins, les médicaments et leurs intrants, c'est le budget de la Santé Publique, (en premier, celui des hôpitaux, civils et militaires), qui sera décuplé. Ses médicaments, ses instruments, ses réactifs !


Car l'investissement dans la Santé doit être vu, au moins, comme celui du Tourisme, pour son développement et ses privilèges, et soutenu comme l'une des priorités, aussi importantes que la fourniture du blé toute l'année, le pain qu'on subventionne, et du lait qu'on importe pour le mois de Ramadan !


Et toutes les maladies, de la plus dramatique à la plus complexe, de la moins grave à la plus simple, seront dispensés des frais injustes et superflus ! La Santé s'offrira à un plus grand nombre ! Les Marocains qui n'ont pas d'autres saints auxquels se vouer, seront plus soignés et mieux soignés. Ils seront reconnaissants au Pouvoir Royal qui aura libéré leur santé des contraintes ! Cette OPA, géniale, profitera à l'AMO et à l'INDH, qu'elle consolidera par des coûts de médicaments et de soins plus accessibles.


Cette réforme, sur nous-mêmes et nos réglementations, est à faire en bloc et d'un seul tenant pour qu'elle soit productive et efficiente.


Des lois socialement plus justes !


En supprimant les taxes décriées, messieurs dames les Ministres et Conseillers du Roi, vous les élus, vous rendrez justice à l'Etat et vous rendrez sa pureté aux lois en les ré-humanisant. Agissant ainsi et conseillant de la sorte, vous rendrez les lois plus louables, plus amènes, plus convenables, plus en harmonie avec la politique de solidarité imaginée par SM.


Mesdames et messieurs les Ministres et les Députés, vous les Cadres sains de la Nation, vous les leaders d'opinion et les responsables des Partis, vous qui pouvez avoir l'audience et l'écoute du Souverain, vous êtes des responsables, sensés transmettre les dols de la population à SM. Nous percevons pour le Pouvoir, une gloire de plus, une exaltation de l'admiration et des louanges supplémentaires, un bénéfice en popularité opportun pour tous les acteurs de l'Etat.


Ce sont des lois honnies et contreproductives pour le prestige de l'Etat. Il est donc légitime de les abolir et de solliciter cette grâce de SM le Roi, dont ont sait le pouvoir exécutif ultime et le rôle ascendant dans le Gouvernement. D'autant qu'aucun ministère, pris à lui seul n'est capable de décider et de légiférer ! Il est naturel dès lors d'espérer et d'attendre du Roi, qu'Il les abroge et qu'Il fasse un acte de justice, en graciant les malades, afin de les délivrer des taxes sur leurs maladies, et de lever cette prédation partiale et embarrassante.


APPEL A CELUI QUI NOUS ECOUTE !


En plus de la reconnaissance de la part du Peuple, l'effet produira un rejaillissement psychologique sur son imaginaire et un starter sur l'enthousiasme rouillant de certains ! Un plus en matière de solidarité, qui confortera par son effet humanitaire nos avancées et notre image de marque, au sein des Nations, les mieux développées ! A contrario, garder ces lois inconscientes, devient un défi ingrat et malveillant aux principes inculqués par le Roi. Cette iniquité équivaudrait à une arnaque amorale, perverse, traîtresse et cynique, quand on sait qu'elle est portée par les seuls malades !


Une preuve d'amour émanant du Roi


Cette réforme de la fiscalité des soins et des médicaments sur toutes les maladies, sera une opération thérapeutique du brouhaha généré par les hausses des prix dans les hospices publics et par les autres indélicatesses, qui se font plus rudes à chaque rentrée ! Une chance pour cette détaxe, qui, si elle est bien pulsée, sera capable de stimuler l'amour pour la Nation. Patriotisme qui semble passé de mode, depuis la Marche Verte ! Cette détaxe, mise en évidence et magnifiée, permettra de confondre et de dépasser le nihilisme navrant de certains dénégateurs ! Tel qu'il est exacerbé journellement pour écœurer les citoyens et déstabiliser le pays. Il est temps dès lors de stimuler l'adhésion de tous, à partir du prisme hyper sensible de la santé, pour développer l'engouement du Maroc, en entier, dans le cadre de l'INDH, telle qu'elle a été magnifiquement mise en chantier par le Roi et les cadres du Gouvernement.

EN CONCLUSION

 

L'Istiqlal de Sidi ALLAL nous a éveillés et libérés des entraves des colons, en tant qu'adversaires étrangers.

 

Peut-il, en liaison renouvelée, écoutée et respectueuse du Pouvoir, avec notamment SI ABBES EL FASSI et son équipe, nous libérer des taxes rédhibitoires et discriminatoires qui n'affectent que les malades ?

 

Les plus faibles d'entre les électeurs restent assujettis à une arnaque d'Etat ! Ces pénalités sont vécues comme une escroquerie infâmante, puisque venant de la part d'une administration, aveugle, qui se pose la question, « pourquoi les Marocains ne vont pas aux urnes » !

 

Séquestres féodaux, ces reliquats des années de plomb, d'ignorance et d'assujettissement, assombrissent la liberté de soins. Taxe de douane et TVA, malgré nos appels réitérés conjoints, lancés grâce à vous, à l'Opinion, entravent les malades.

 

Il est temps de reformer ces dîmes et gabelles reptiliennes, que les socialistes aux finances n'ont pas su faire passer comme un de leurs séméiologique acquis. Il est temps le réaliser ce voeux populaire comme une grâce de Sidna. Comme le simple exercice, le privilège indu d'un Roi, qui gouverne, avec un sens éclectique nouveau du pouvoir !

 

En effet qu'attendre de l'Initiative Nationale de Développement Humain, si on bride la santé ? Car tout développement humain, tout progrès, ne peut se concevoir qu'avec la santé. Sans la santé, même le pain devient inutile et amer. Un myasthénique, ne peut mâcher ni avaler le pain, sans médicaments. Comme bien d'autres, laissés sans soins ! Ce pain béni, dont notre pays supporte les subventions, alors qu'il pénalise, inconscient, les malades en quête de soins ! La santé conditionne toute activité humaine. Pourquoi la renchérir ?  Pourquoi brimer les électeurs ?

 

Exploiter les souffrances, les ambulatoires comme les plus graves est amoral. Vivement que SM bénéficie de cette aura nouvelle ! Succès qu'Il mérite d'engranger quand Il décidera de lever cette sombre iniquité. Libre à Son gouvernement de supprimer ces impôts, sur les douleurs et les fièvres, que le fisc exploite en les taxant. Ces pénalités partiales, ces impôts impopulaires, sournois et indirects, tant sur les intrants, le matériel, les réactifs que les médicaments !

 

En effet, dans un pays où la couverture sanitaire est incomplète et non généralisée, pourquoi rendre chers et inaccessibles les soins, qui peuvent augmenter les handicaps, ruiner les familles et empêcher les insertions ? SM mérite bien d'engranger la reconnaissance populaire. Celle des pauvres et des handicapés, qu'll entoure déjà de par  Sa royale affection, depuis sa tendre enfance. Lui qui est si proche du Peuple.

 

Ces malades et ces patient, tolérants, aimables et attentifs, Lui devront une autre forme de liberté. Celle d'être soignés sans carcan supplémentaire sur leurs maladies ! SM nous fera cette grâce générale, avant que les grandes puissances ne décident, spontanément d'elles-mêmes et mécaniquement, de la fin des taxes et des frais de douanes, sur les importations des médicaments …au Maroc !

 

Dr Idrissi My Ahmed, Président de l'AAMM


Kénitra, le 13 février 2008


ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC


112, ave Med DIOURI, Kénitra, Assistance: 061252005, Tel 037376330, aamm25@gmail.com



02:20 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! dans Général | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

22/05/2005

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES

APPEL A CELUI QUI AGIRA
POUR SAUVER LES MALADES


Ethique, Douanes et TVA sur les soins et les médicaments.

Un appel civique à Ceux qui peuvent agir pour sauver les malades

Plaidoyer


Mesdames et messieurs, les Conseillers du Souverain, Ministres et Députés de la Nation, vous qui pouvez avoir l’audience et l’écoute du Souverain, cadres sains de l’Etat, vous les médiateurs et leaders d’opinion, juristes, médecins, pharmaciens, des cliniques et de l’industrie, présidents des ONG, vous les garants des Partis, vous êtes responsables ! A ce titre, vous êtes sensés sentir les dols de la population et surtout de les transmettre à S.M le Roi. Nous percevons pour le Pouvoir une gloire de plus. C’est une action qui suscitera une exaltation immense en popularité, dont les bénéfices rejailliront sur tout le Peuple. Il s’agit ni plus ni moins que d’une mesure de justice. A savoir de gracier les malades en les dispensant de payer des taxes sur leurs maladies. Cette plaidoirie mérite Votre Haute Attention.

Une citation


« Célébrer les morts, est-ce utile aux vivants ? La civilisation est-ce de commémorer les morts ou de collectionner leurs faits et actes ? Défendre les malades à qui cela sert-il ? Supporter les malades est si lourd, mais, est-ce tellement ingrat ? Si vous dites encore que soutenir les vieux et les handicapés est une charge onéreuse et improductive, c’est que vous optez pour le meurtre et l’euthanasie ! Les Valeurs humanitaires d’un peuple se développent dans les soins attentifs aux malades et le courage exercé par tous, dans la poursuite de ce deal…Sachez qu’avant de naître, que vos enfants sont prédestinés et passibles d’une contravention originelle ! Ils assumeront des charges et des taxes que leurs parents ont laissé sévir sur leur propre santé ! »
Par Mme Student, in « Chronique des gens qui passent»

Le constat social


Serait-il utile aux militants des Partis, à tous les Cadres Responsables du Royaume, qui analysant les événements, les idées et les actes, entre la morosité et les cataclysmes, politiciens ou telluriques, de se pencher aussi sur cette autre calamité, que sont les maladies ? Les simples maladies et leurs approches, législatives et économiques ! Médecins et pharmaciens ne suffisent plus ! Ils réclament une réforme ! Le Maroc nous regarde ! Nous sommes tous concernés !
Est-il socialement productif de continuer à délaisser ce secteur vital, odieusement taxé d’inutilité, au profit d’autres factions plus dynamiques ? Est-il défendable de saborder ainsi sa base, la population de son propre pays ? Là où la souffrance réduit même les plus aisés d’entre les gens, au statut tragique d’assistés, rendant la dignité, donc la citoyenneté, à sa plus basse expression.

Les Partis, par voie de fait, se transforment en collèges virtuels où des arrivistes sabordent les concepts de démocratie, en niant au peuple des quartiers leurs bons droits ! Du coup la signification même de représentants, leur crédibilité d’élus se perd ! Les milieux, ruraux, pauvres ou besogneux, dénigrés au profit d’expédients extatiques et de pétarades de salons, sont ceux qui requièrent le plus l’affection et justifient des Cadres leur temps, leur énergie et leur abnégation. Les actes de présence, les gestes de solidarité sont la base de la vie en communauté, donc de toute politique. Est-ce abâtardir les cadres et polluer leurs méninges que d’aspirer leur rencontre salvatrice avec les couches qui les ont générés ?


La logique, la raison, les sentiments, la nécessité, le JUSTICE, requièrent le courage de ce retour. Le Peuple a besoin de ses fils pour reformer la famille ! Ces immersions dans les rues, les usines et les quartiers sont synonymes de rencontres entre condisciples et de proximité avec ceux qui remplissent les urnes, voire avec ceux qui avec raison s’en détournent et fuient les suffrages et les scrutins !

L’appel des parents


Le service humanitaire, acte altruiste de citoyenneté, est la meilleure audience pour les militants avec leurs électeurs potentiels. Le Peuple, ces simples sujets qui travaillent pour vous instruire, attendent qu’on étanche leur sueur. Ils attendent, non sans crainte d’être déçus et non sans espoir de fierté, un juste retour des sentiments de ces cadres, de ces cigognes, qu’elles refassent leur printemps ! Ils attendent que les programmes des Partis intègrent leurs soucis et leurs justes espoirs. Ils attendent que ces patriotes leur rendent justice et qu’ils lavent la honte des exactions et des abus ! Que les fils et les filles se détachent des innommables amalgames et se différencient de ceux qui les subornent et les trompent ! Que les programmes, leurs volontés écrites, soient aussi réalistes, que vrais et qu’on ne vole plus leurs droits, leurs aspirations et leurs rêves !


Ils veulent que leurs besoin, les plus simples, soient réalisés. Que les élus ne soient plus que de virtuels pastiches, les uns des autres, bons à placarder les murs de fausses promesses qui restent les témoins balafrés de leurs mensonges !
Et les chantiers à couvrir sont légions, dans tous les domaines, du travail à l’éducation et de la justice à la santé ! Le premier travail est de leur rendre leur confiance en soi et de régénérer un sang par trop corrompu par la paresse ! Le premier travail est de retrouver cette fierté légitime, cette richesse que nul adversaire n’avait pervertie. A commencer par chasser toutes les formes de mépris et tous les stigmates de l’humiliation : celles exogènes et celles dues au destin de tout être vivant ! Leur droit à la santé, le droit des personnes malades à être soignées, le droit de ne pas subir d’entraves ni d’être d’un système de soins, les otages muets ! Le droit de ne pas subir de surenchères, ni d’embargo sur leur santé.

La santé, un droit


Que dire de la santé, de l’accès aux soins, du coût des actes et du prix des médicaments, et qui plus est, des taxes que l’Etat prend sur les maladies et les malades, EN EXPLOITANT LEUR SOUFFRANCE ET LEUR MALADIE ?
Les maladies représentent deux faces de la responsabilité des gestionnaires que l’on peut réexaminer sous un nouvel angle, plus moderne et plus contemporain. Celui qu’il est d’assurer les besoins communautaires en médications et celui des moyens et règlements d’approche pour l’acquisition des médicaments et des soins. Sachant qu’il ne saurait y avoir de conflit d’intérêt entre les obligations de l’état dans ses deux facettes de régulateur et de commanditaire, ni de schizophrénie entre l’offre des médicaments qu’il organise et leur accessibilité, dont il décrète les coûts, la qualité et les obligations. Or, obligé d’assurer une couverture, il ne doit pas lui être étranger d’en abaisser les coûts pour répondre aux besoins élargis. Et nous connaissons l’impact de la maladie dans la genèse de l’inconfort, du chômage, de la misère, du mécontentement social, dans l’origine des grèves, dans les troubles et dans la sédition !


Il s’agit pour nous, à partir de l’AAMM, qui vous remercie de votre engagement et de votre affable soutien, entre autres associations dynamiques et ONG civiques, d’éclairer l’Etat sur un dol qu’il entretient et de faire prendre conscience à la cascade des décideurs, d’un concept nouveau, celui du DROIT DES MALADES. Nous sommes devant des punitions collectives, perpétrées selon un système organisé et des modes légalisés. Exactions aberrantes, devenues institutionnelles et inconscientes, revers d’un droit naturel mais ignoré, doublées d’un devoir oublié. Nous ne disons pas dénigré, de par notre immense espoir en notre Pays et en ses Cadres nationalistes, car ce Droit et sa solution sont simples !

Ce droit légitime et naturel est celui d’être traités, sans arnaques ni surenchères, comme il devient coutumier de le lire, de le voir, de le souffrir et de le déplorer. Droit de refus nouveau et devoir de délation nôtre, doublé d’une violente condamnation face à des prélèvements coutumiers, impropres et inconséquents. Des taxes abusives dans leur concept, qui saignent les malades ! Une aberration, dès qu’il s’agit pour le fisc de frapper les médicaments et de pénaliser les demandeurs de soins ! Dès lors, il nous parait juste de ne pas laisser le malade crouler sous la chape des TAXES DOUANIERES et autre antinomique TVA sur la maladie !


Reformater les taxes


La loi qu’il s’agit d’exorciser, l’abcès torpide qu’il s’agit d’inciser est donc cette ostensible et publique tare de l’Etat ! Une infamie, qui aberrante déjà, obère l’accès aux soins ! C’est-à-dire qu’IL S’AGIT POUR VOUS MAINTENANT DE RAISONNER AVEC LE LEGISLATEUR, de lui demander de repenser des réglementations devenues infâmantes. Des us contreproductifs, qui freinent la santé, car ils pèsent sur l’accès aux médicaments et aux soins ! Des soins que l’Etat veut élargir pourtant par l’AMO !
Un leitmotiv libératoire s’entend ! Reformater les taxes de douane et de TVA ! Ces pénalités sur les fièvres et les douleurs, ces contraintes contraires que l’Etat nous impose. Des charges superflues qui représentent entre 25 à 42 % du prix des laits de bébés et autres médicaments, cruciaux et de première nécessité ! Sauf exception ! Exonérer les médicaments que notre pays n’est pas capable de fabriquer et qu’il ne sait guère inventer ! Détaxer tous les médicaments et leurs intrants !

 
La chimie n’ayant pas fait d’adeptes dans les coursives de l’état, ni assez de promoteurs dans l’industrie du pays ! Des taxes donc, perçues comme autant d’exactions punitives et qui datent de l’ère qui précède celle des droits de l’homme ! Ces dissonances, artefacts fossiles, archaïques, dignes des gestions reptiliennes, sont gravement antisociales ! Ce ne sont pas nos économistes et maîtres à penser, militants es-fibres socialistes, qui nous contrediront, maintenant qu’ils sont à la barre du Ministère qui gère nos Finances ! Elles plombent l’accès aux soins. Vous m’excuserez de m’appesantir sur cette punition collective qu’on administre à la Nation ! Elle est indigne du Maroc de demain, indigne de l’Islam, civilisé antérieur et que l’on veut cautériser à présent, indigne de notre ouverture moderne. Indigne de notre tolérance, qui doit être une passion envers autrui, et d’abord envers ceux qui souffrent dans leur chair, dans leur être, dans leur santé et dans leur personne.


Un exemple de " Roi"


En effet, l’école de solidarité et de défense des tranches pauvres et des handicapés, exprimée avec ardeur, en temps réel et sur le terrain, par NOTRE ROI , stimule notre énergie civique. Elle éveille en nous, médecins, vos amis, admirateurs, militants et concitoyens, une volonté de voir les gouvernants et les réglementations suivre, avec réalisme et dans les actes, la JUSTE PASSION DE SA MAJESTE LE ROI ET DE LA PRENDRE EN EXEMPLE


Un besoin de réformes humanitaires


Réformer les concepts, c’est donc, pour l’Etat de réviser le cadre même de sa fiscalité sur les soins, à la lumière de clairvoyance de SM LE ROI. A commencer par les médicaments et leurs divers intrants. De l’usine au labo et de la pharmacie au bloc !


Un besoin de réformes démocratiques


Supprimons alors les taxes rédhibitoires qui pénalisent l’accès aux soins. Car ces prébendes usuraires sur les souffrances, génèrent de la haine et suscitent la sédition ! Ces pénalités révoltantes sur les fièvres et les douleurs, injustes et inhumaines, surmultiplient les mécontentements populaires ! Comme ces entraves augmentent notre lot d’incapacités et de handicaps, par les retards, sinon par l’empêchement des secours initiaux et dans les prises en charge ! La cherté mine le chemin des soins et barre leur administration.
En défiscalisant les soins, les médicaments et leurs intrants, c’est le budget de la Santé publique, (en premier, celui des hôpitaux, civils et militaires), qui sera décuplé. Ses médicaments, ses instruments, ses réactifs. Car l’investissement dans la Santé doit être vu comme celui du Tourisme, comme des priorités aussi importantes que la fourniture du blé !
Et tous les malades, du plus dramatique, au plus complexe, du moins grave au plus léger, seront dispensés de frais superflus ! La Santé s’offrira à un plus grand nombre ! Ils seront plus soignés et mieux soignés. Ils seront reconnaissants au Pouvoir qui aura libéré leur santé des contraintes ! Cette OPA, géniale, profitera à l’AMO prochaine qu’elle consolidera par des coûts de médicaments et de soins plus accessibles. Cette réforme, sur nous-mêmes et nos réglementations, est à faire en bloc et d’un seul tenant pour qu’elle soit productive et efficiente.

Des lois justes


En supprimant les taxes décriées, messieurs les Conseillers du Roi, vous rendez justice à l’Etat et vous rendrez sa pureté aux lois en les ré-humanisant. Agissant ainsi et conseillant de la sorte, vous rendrez les lois plus louables, plus amènes, plus convenables, plus en harmonie avec la politique de solidarité imaginée par SIDNA.
En plus de la reconnaissance de la part du peuple, l’effet produira un rejaillissement psychologique sur son imaginaire et un stater sur son enthousiasme rouillant ! Un plus en sera l’effet humanitaire, qui confortera notre image au sein des Nations ! Cette reforme de la fiscalité des soins et des médicaments, sera une option curative du brouhaha généré par toutes les hausses des prix dans les hospices publics et autres ! Une chance, qui, si elle est bien pulsée, sera capable de stimuler, sans doute, cet amour pour la Patrie, qui semble en défection depuis la Marche Verte et qui se vit dans la morosité ambiante et le dégoût navrant de certains !

Dr Idrissi M. Ahmed,
Kenitra Président de l’AAMM
ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC
112, AVENUE MOHAMED DIOURI KENITRA MAROC
Assistance : 061252005, Telfax : 00212-0-37376330, Mail : idrissi.o.a@menara.ma



04:40 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES

AAMM

APPEL A CELUI QUI AGIRA POUR SAUVER LES MALADES


Ethique, Douanes et TVA sur les soins et les médicaments.

Un appel civique à Ceux qui peuvent agir pour sauver les malades

Plaidoyer


Mesdames et messieurs, les Conseillers du Souverain, Ministres et Députés de la Nation, vous qui pouvez avoir l’audience et l’écoute du Souverain, cadres sains de l’Etat, vous les médiateurs et leaders d’opinion, juristes, médecins, pharmaciens, des cliniques et de l’industrie, présidents des ONG, vous les garants des Partis, vous êtes responsables ! A ce titre, vous êtes sensés sentir les dols de la population et surtout de les transmettre à S.M le Roi. Nous percevons pour le Pouvoir une gloire de plus. C’est une action qui suscitera une exaltation immense en popularité, dont les bénéfices rejailliront sur tout le Peuple. Il s’agit ni plus ni moins que d’une mesure de justice. A savoir de gracier les malades en les dispensant de payer des taxes sur leurs maladies. Cette plaidoirie mérite Votre Haute Attention.


Une citation


« Célébrer les morts, est-ce utile aux vivants ? La civilisation est-ce de commémorer les morts ou de collectionner leurs faits et actes ? Défendre les malades à qui cela sert-il ? Supporter les malades est si lourd, mais, est-ce tellement ingrat ? Si vous dites encore que soutenir les vieux et les handicapés est une charge onéreuse et improductive, c’est que vous optez pour le meurtre et l’euthanasie ! Les Valeurs humanitaires d’un peuple se développent dans les soins attentifs aux malades et le courage exercé par tous, dans la poursuite de ce deal…Sachez qu’avant de naître, que vos enfants sont prédestinés et passibles d’une contravention originelle ! Ils assumeront des charges et des taxes que leurs parents ont laissé sévir sur leur propre santé ! »


Par Mme Student, in « Chronique des gens qui passent»

Le constat social


Serait-il utile aux militants des Partis, à tous les Cadres Responsables du Royaume, qui analysant les événements, les idées et les actes, entre la morosité et les cataclysmes, politiciens ou telluriques, de se pencher aussi sur cette autre calamité, que sont les maladies ? Les simples maladies et leurs approches, législatives et économiques ! Médecins et pharmaciens ne suffisent plus ! Ils réclament une réforme ! Le Maroc nous regarde ! Nous sommes tous concernés !
Est-il socialement productif de continuer à délaisser ce secteur vital, odieusement taxé d’inutilité, au profit d’autres factions plus dynamiques ? Est-il défendable de saborder ainsi sa base, la population de son propre pays ? Là où la souffrance réduit même les plus aisés d’entre les gens, au statut tragique d’assistés, rendant la dignité, donc la citoyenneté, à sa plus basse expression. Les Partis, par voie de fait, se transforment en collèges virtuels où des arrivistes sabordent les concepts de démocratie, en niant au peuple des quartiers leurs bons droits ! Du coup la signification même de représentants, leur crédibilité d’élus se perd ! Les milieux, ruraux, pauvres ou besogneux, dénigrés au profit d’expédients extatiques et de pétarades de salons, sont ceux qui requièrent le plus l’affection et justifient des Cadres leur temps, leur énergie et leur abnégation. Les actes de présence, les gestes de solidarité sont la base de la vie en communauté, donc de toute politique. Est-ce abâtardir les cadres et polluer leurs méninges que d’aspirer leur rencontre salvatrice avec les couches qui les ont générés ?
La logique, la raison, les sentiments, la nécessité, le JUSTICE, requièrent le courage de ce retour. Le Peuple a besoin de ses fils pour reformer la famille ! Ces immersions dans les rues, les usines et les quartiers sont synonymes de rencontres entre condisciples et de proximité avec ceux qui remplissent les urnes, voire avec ceux qui avec raison s’en détournent et fuient les suffrages et les scrutins !


L’appel des familles


Le service humanitaire, acte altruiste de citoyenneté, est la meilleure audience pour les militants avec leurs électeurs potentiels. Le Peuple, ces simples sujets qui travaillent pour vous instruire, attendent qu’on étanche leur sueur. Ils attendent, non sans crainte d’être déçus et non sans espoir de fierté, un juste retour des sentiments de ces cadres, de ces cigognes, qu’elles refassent leur printemps ! Ils attendent que les programmes des Partis intègrent leurs soucis et leurs justes espoirs. Ils attendent que ces patriotes leur rendent justice et qu’ils lavent la honte des exactions et des abus ! Que les fils et les filles se détachent des innommables amalgames et se différencient de ceux qui les subornent et les trompent ! Que les programmes, leurs volontés écrites, soient aussi réalistes, que vrais et qu’on ne vole plus leurs droits, leurs aspirations et leurs rêves !
Ils veulent que leurs besoin, les plus simples, soient réalisés. Que les élus ne soient plus que de virtuels pastiches, les uns des autres, bons à placarder les murs de fausses promesses qui restent les témoins balafrés de leurs mensonges !
Et les chantiers à couvrir sont légions, dans tous les domaines, du travail à l’éducation et de la justice à la santé ! Le premier travail est de leur rendre leur confiance en soi et de régénérer un sang par trop corrompu par la paresse ! Le premier travail est de retrouver cette fierté légitime, cette richesse que nul adversaire n’avait pervertie. A commencer par chasser toutes les formes de mépris et tous les stigmates de l’humiliation : celles exogènes et celles dues au destin de tout être vivant ! Leur droit à la santé, le droit des personnes malades à être soignées, le droit de ne pas subir d’entraves ni d’être d’un système de soins, les otages muets ! Le droit de ne pas subir de surenchères, ni d’embargo sur leur santé.


La santé, un droit


Que dire de la santé, de l’accès aux soins, du coût des actes et du prix des médicaments, et qui plus est, des taxes que l’Etat prend sur les maladies et les malades, EN EXPLOITANT LEUR SOUFFRANCE ET LEUR MALADIE ?
Les maladies représentent deux faces de la responsabilité des gestionnaires que l’on peut réexaminer sous un nouvel angle, plus moderne et plus contemporain. Celui qu’il est d’assurer les besoins communautaires en médications et celui des moyens et règlements d’approche pour l’acquisition des médicaments et des soins. Sachant qu’il ne saurait y avoir de conflit d’intérêt entre les obligations de l’état dans ses deux facettes de régulateur et de commanditaire, ni de schizophrénie entre l’offre des médicaments qu’il organise et leur accessibilité, dont il décrète les coûts, la qualité et les obligations. Or, obligé d’assurer une couverture, il ne doit pas lui être étranger d’en abaisser les coûts pour répondre aux besoins élargis. Et nous connaissons l’impact de la maladie dans la genèse de l’inconfort, du chômage, de la misère, du mécontentement social, dans l’origine des grèves, dans les troubles et dans la sédition !
Il s’agit pour nous, à partir de l’AAMM, qui vous remercie de votre engagement et de votre affable soutien, entre autres associations dynamiques et ONG civiques, d’éclairer l’Etat sur un dol qu’il entretient et de faire prendre conscience à la cascade des décideurs, d’un concept nouveau, celui du DROIT DES MALADES. Nous sommes devant des punitions collectives, perpétrées selon un système organisé et des modes légalisés. Exactions aberrantes, devenues institutionnelles et inconscientes, revers d’un droit naturel mais ignoré, doublées d’un devoir oublié. Nous ne disons pas dénigré, de par notre immense espoir en notre Pays et en ses Cadres nationalistes, car ce Droit et sa solution sont simples !


Ce droit légitime et naturel est celui d’être traités, sans arnaques ni surenchères, comme il devient coutumier de le lire, de le voir, de le souffrir et de le déplorer. Droit de refus nouveau et devoir de délation nôtre, doublé d’une violente condamnation face à des prélèvements coutumiers, impropres et inconséquents. Des taxes abusives dans leur concept, qui saignent les malades ! Une aberration, dès qu’il s’agit pour le fisc de frapper les médicaments et de pénaliser les demandeurs de soins ! Dès lors, il nous parait juste de ne pas laisser le malade crouler sous la chape des TAXES DOUANIERES et autre antinomique TVA sur la maladie !

Reformater les taxes


La loi qu’il s’agit d’exorciser, l’abcès torpide qu’il s’agit d’inciser est donc cette ostensible et publique tare de l’Etat ! Une infamie, qui aberrante déjà, obère l’accès aux soins ! C’est-à-dire qu’IL S’AGIT POUR VOUS MAINTENANT DE RAISONNER AVEC LE LEGISLATEUR, de lui demander de repenser des réglementations devenues infâmantes. Des us contreproductifs, qui freinent la santé, car ils pèsent sur l’accès aux médicaments et aux soins ! Des soins que l’Etat veut élargir pourtant par l’AMO !
Un leitmotiv libératoire s’entend ! Reformater les taxes de douane et de TVA ! Ces pénalités sur les fièvres et les douleurs, ces contraintes contraires que l’Etat nous impose. Des charges superflues qui représentent entre 25 à 42 % du prix des laits de bébés et autres médicaments, cruciaux et de première nécessité ! Sauf exception ! Exonérer les médicaments que notre pays n’est pas capable de fabriquer et qu’il ne sait guère inventer ! Détaxer tous les médicaments et leurs intrants !


La chimie n’ayant pas fait d’adeptes dans les coursives de l’état, ni assez de promoteurs dans l’industrie du pays ! Des taxes donc, perçues comme autant d’exactions punitives et qui datent de l’ère qui précède celle des droits de l’homme ! Ces dissonances, artefacts fossiles, archaïques, dignes des gestions reptiliennes, sont gravement antisociales ! Ce ne sont pas nos économistes et maîtres à penser, militants es-fibres socialistes, qui nous contrediront, maintenant qu’ils sont à la barre du Ministère qui gère nos Finances ! Elles plombent l’accès aux soins. Vous m’excuserez de m’appesantir sur cette punition collective qu’on administre à la Nation ! Elle est indigne du Maroc de demain, indigne de l’Islam, civilisé antérieur et que l’on veut cautériser à présent, indigne de notre ouverture moderne. Indigne de notre tolérance, qui doit être une passion envers autrui, et d’abord envers ceux qui souffrent dans leur chair, dans leur être, dans leur santé et dans leur personne


Un exemple de " Roi"


En effet, l’école de solidarité et de défense des tranches pauvres et des handicapés, exprimée avec ardeur, en temps réel et sur le terrain, par NOTRE ROI , stimule notre énergie civique. Elle éveille en nous, médecins, vos amis, admirateurs, militants et concitoyens, une volonté de voir les gouvernants et les réglementations suivre, avec réalisme et dans les actes, la JUSTE PASSION DE SA MAJESTE LE ROI ET DE LA PRENDRE EN EXEMPLE
Un besoin de réformes humanitaires
Réformer les concepts, c’est donc, pour l’Etat de réviser le cadre même de sa fiscalité sur les soins, à la lumière de clairvoyance de SM LE ROI. A commencer par les médicaments et leurs divers intrants. De l’usine au labo et de la pharmacie au bloc !


Un besoin de réformes démocratiques


Supprimons alors les taxes rédhibitoires qui pénalisent l’accès aux soins. Car ces prébendes usuraires sur les souffrances, génèrent de la haine et suscitent la sédition ! Ces pénalités révoltantes sur les fièvres et les douleurs, injustes et inhumaines, surmultiplient les mécontentements populaires ! Comme ces entraves augmentent notre lot d’incapacités et de handicaps, par les retards, sinon par l’empêchement des secours initiaux et dans les prises en charge ! La cherté mine le chemin des soins et barre leur administration.
En défiscalisant les soins, les médicaments et leurs intrants, c’est le budget de la Santé publique, (en premier, celui des hôpitaux, civils et militaires), qui sera décuplé. Ses médicaments, ses instruments, ses réactifs. Car l’investissement dans la Santé doit être vu comme celui du Tourisme, comme des priorités aussi importantes que la fourniture du blé !
Et tous les malades, du plus dramatique, au plus complexe, du moins grave au plus léger, seront dispensés de frais superflus ! La Santé s’offrira à un plus grand nombre ! Ils seront plus soignés et mieux soignés. Ils seront reconnaissants au Pouvoir qui aura libéré leur santé des contraintes ! Cette OPA, géniale, profitera à l’AMO prochaine qu’elle consolidera par des coûts de médicaments et de soins plus accessibles. Cette réforme, sur nous-mêmes et nos réglementations, est à faire en bloc et d’un seul tenant pour qu’elle soit productive et efficiente.


Des lois justes


En supprimant les taxes décriées, messieurs les Conseillers du Roi, vous rendez justice à l’Etat et vous rendrez sa pureté aux lois en les ré-humanisant. Agissant ainsi et conseillant de la sorte, vous rendrez les lois plus louables, plus amènes, plus convenables, plus en harmonie avec la politique de solidarité imaginée par SIDNA.
En plus de la reconnaissance de la part du peuple, l’effet produira un rejaillissement psychologique sur son imaginaire et un stater sur son enthousiasme rouillant ! Un plus en sera l’effet humanitaire, qui confortera notre image au sein des Nations ! Cette reforme de la fiscalité des soins et des médicaments, sera une option curative du brouhaha généré par toutes les hausses des prix dans les hospices publics et autres ! Une chance, qui, si elle est bien pulsée, sera capable de stimuler, sans doute, cet amour pour la Patrie, qui semble en défection depuis la Marche Verte et qui se vit dans la morosité ambiante et le dégoût navrant de certains !


Dr Idrissi M. Ahmed, Président de l’AAMM
ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC
112, AVENUE MOHAMED DIOURI KENITRA MAROC
Assistance : 061252005, Telfax : 00212-0-37376330, Mail : idrissi.o.a@menara.ma



04:35 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

SANTE : UN APPEL DEFERENT A SM LE ROI POUR UNE REFORME DES REGLEMENTATIONS SUR LES MEDICAMENTS

RESUME DE NOTRE APPEL , ISSU DU RAPPORT MORAL DE L' AG

Envoi de DR IDRISSI -AAMM le 15 Mai 2005 16:13:39:

"SANTE : UN APPEL DEFERENT POUR UNE REFORME CIVIQUE DES REGLEMENTATIONS SUR LES MEDICAMENTS ET LES SOINS."


EXERGUE

La myasthénie demeure au Maroc plus handicapante et plus orpheline qu’ailleurs ! Parallèlement au pain qui n’est pas sanctionné, les soins et les appareillages entrant dans les actes médicaux et la fabrication des médicaments, méritent l’attention solidaire et régalienne de notre ROI Sidi Mohamed. .../...

SUBVENTIONS ET ASPIRATIONS

Malgré notre travail pour les couches handicapées et pauvres et notre militantisme pour rendre le diagnostic plus accessible et les médicaments moins chers, et contrairement à d’autres associations en vogue dan les capitales, nous n’avons reçu aucune aide des associations similaires francophones ou internationales. Pas plus, pour le moment, de celle demandée à notre propre Communauté Urbaine ! Nous avons sollicité dernièrement, à titre de partenariat à la Direction de la Famille, de nous permettre d’acquérir un pied à terre pour notre Association. C’est un vœu pieux. On va voir ce que feront pour nous, le Pr Harrouchi et Mme Baddou, si nous trouvons des intermédiaires pour les convaincre ! Une collaboration avec le Lions Club de Kénitra local, est à l’étude, pour mettre en commun nos complémentarités.

NOTRE APPEL CIVIQUE

Notre diffusion d’un message, demandant par civisme, la réforme de la fiscalité des taxes sur tous les actes, est approuvée par tous les confrères avec lesquels nous agissons. Notre appel va au Souverain, à Celui qui peut soulager les malades et qui Seul, saurait entreprendre cette œuvre de bienfaisance publique. Notre appel déférent est là, comme pour répondre à la Sa charité démontrée envers Son Peuple par Sidna. Spécialement à l’adresse des tranches les plus pauvres de notre société et pour avoir été Le Pionnier à relever la dignité, retrouvée des handicapés ! Nous lançons donc, pour vous et avec vous, une prière à Qui de droit, une suggestion, une véritable demande de grâce en faveur des malades. Celle de réformer toutes les taxes de Douane et de TVA qui frappent injustement les malades, qui sont les seules tranches, fragiles de Son Peuple à payer la dîme sur la maladie et la gabelle sur les fièvres et les douleurs !


UNE SOLLICITATION A SM LE ROI,



Pour confirmer leur présence dans le champ communautaire, les médecins devraient donner un peu de leurs temps aux associations des malades. Créer ces cellules sociales interactives d’entraide civique, les encadrer, afin de donner plus de compétences et plus d’aménité aux relations médecins-malades. Voici enfin pour clore, notre appel révérencieux, pudique et affectueux, à SM le Roi. Nous l’exprimons à la conscience des Cadres qui dirigent le Pays, à ceux qui façonnent les lois et les régulent, afin de le soumettre, avec chaleur et espoir, à la Haute Sollicitude de SM. Parallèlement au pain, qui n’est pas sanctionné, les soins et les appareillages entrant dans les actes de soins et la fabrication des médicaments, méritent l’attention humanitaire et régalienne de notre bon Roi, Sidi Mohamed VI, que Dieu Le préserve. Nous pensons que du timbre à la cigarette, des liqueurs aux produits de luxe, que le Marocain dont la valeur citoyenne, sociale, musulmane et libérale, n’a jamais failli, saura assumer et supporter une augmentation sur ces produits de luxe ou de confort, afin de dégager des ressources compensatoires au fisc, pour contrebalancer le manque à gagner sur les médicaments, en dispensant les pathologies d’alimenter, insidieusement et par contrainte, les finances de l’Etat! Il faut peu de mots pour exprimer l’essentiel, mais beaucoup plus pour le rendre réel. Paul Eluard.



KENITRA, LE 01 05 05
RESUME POUR LE FORUM 15 05 05
DR IDRISSI M. AHMED, PRESIDENT DE L'AAMM,


ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC

112, avenue Mohamed Diouri, Kénitra, Moroc

Banque : SGMB, Kénitra, 0110005159473, Tel-fax: 0021237376330, Assistance: 061252005


04:30 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

A Son Excellence, Si Meziane Belfquih Conseiller de Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed

A Son Excellence, Si Meziane Belfquih

Conseiller de Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed

 

Votre Excellence,

 

J’ai l’honneur de vous adresser ces documents, issus de nos rapports derniers d’assemblée générale élective et de quelques travaux du bureau de l’AAMM.

 

Nous réitérons, devant Votre Excellence, avec déférence indue à l’endroit de SM le Roi, notre exhortation de voir SM, que Dieu Le garde, procéder à une réforme sur la fiscalité indirecte sur les soins. Spécialement de ce qui est des taxes de Douane et de T.V.A. Cet acte d’abnégation en faveur d’autrui, le citoyen malade, appauvri ou non, est hautement juste et éthique. Il sera, grâce à vos efforts particuliers, sans doute, Excellence, la meilleure aide pour l’AMO balbutiante et pour le lancement de l’INDH, que Sidna vient de lancer comme projet sociétal régalien, afin de restructurer du Maroc ses strates marginalisées  !

 

Ces taxes de Douane et de T.V.A. globalement, et sauf exception, Excellence, cumulent près de 24 % des coûts et intéressent tous les secteurs de la santé. Une cascade de frais supplémentaires, grossis au fils des ans, qui décuplent les prix du matériel et des intrants. Ces impôts surérogatoires vont des réactifs aux médicaments, touchant les équipements des laboratoires industriels, ceux des biologistes, de la radiologie, en affectant tous les secteurs des soins, tant ceux des hospices publics et militaires, que ceux du privé !

 

Perçues comme largement injustes, parce qu’elles ne touchent que les tranches malades, ces pénalités d’un autre âge, devraient voir leurs réglementations antisociales, abrogées en faveur des malades. Ceci par respect de leurs douleurs et par éthique, vu que LEURS PATHOLOGIES NE SONT PAS DES VALEURS AJOUTEES.

 

  En nous excusons d’insister, Excellence, les malades sont donc, les seules tranches de la communauté à souffrir du coût des soins et des médicaments, du fait qu’elles sont les seules à être contraintes de payer des taxes sur leurs médicaments ! Selon leur lecture, les malades voient en ces taxes de véritables sanctions discriminatoires, vu que le fisc ne taxe point les personnes saines ! C’est dire, qu’elles sont vécues comme des atteintes contre leur état santé, et qu’ils les perçoivent comme des IMPOTS SUR LA MALADIE.  

 

Nous vous remercions Excellence, de votre écoute, de votre compréhension et de votre adoption de cet appel civique. Appel dont les retombées de sympathie grandiront tous ceux qui oeuvreront pour en accélérer l’échéance, avant 2010. Date butoir qui verra les taxes de douanes bannies, par les seules prescriptions internationales !

 

Nous renouvelons à cette occasion nos vœux de succès et de santé à SM le Roi, et, nous vous prions, Excellence, que Dieu augmente votre prestige, d’exprimer notre confiance, nos espoirs et notre gratitude, à l’adresse de notre Souverain magnanime, que DIEU Le garde, pour la gloire de notre Nation et les progrès des Marocains.

 

  

Kénitra, le 20 Mai 2005, Dr Idrissi My. Ahmed

 


04:25 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

A Son Excellence, Si Meziane Belfquih Conseiller de Sa Majes

A Son Excellence, Si Meziane Belfquih

Conseiller de Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed

 

Votre Excellence,

 

J’ai l’honneur de vous adresser ces documents, issus de nos rapports derniers d’assemblée générale élective et de quelques travaux du bureau de l’AAMM.

 

Nous réitérons, devant Votre Excellence, avec déférence indue à l’endroit de SM le Roi, notre exhortation de voir SM, que Dieu Le garde, procéder à une réforme sur la fiscalité indirecte sur les soins. Spécialement de ce qui est des taxes de Douane et de T.V.A. Cet acte d’abnégation en faveur d’autrui, le citoyen malade, appauvri ou non, est hautement juste et éthique. Il sera, grâce à vos efforts particuliers, sans doute, Excellence, la meilleure aide pour l’AMO balbutiante et pour le lancement de l’INDH, que Sidna vient de lancer comme projet sociétal régalien, afin de restructurer du Maroc ses strates marginalisées  !

 

Ces taxes de Douane et de T.V.A. globalement, et sauf exception, Excellence, cumulent près de 24 % des coûts et intéressent tous les secteurs de la santé. Une cascade de frais supplémentaires, grossis au fils des ans, qui décuplent les prix du matériel et des intrants. Ces impôts surérogatoires vont des réactifs aux médicaments, touchant les équipements des laboratoires industriels, ceux des biologistes, de la radiologie, en affectant tous les secteurs des soins, tant ceux des hospices publics et militaires, que ceux du privé !

 

Perçues comme largement injustes, parce qu’elles ne touchent que les tranches malades, ces pénalités d’un autre âge, devraient voir leurs réglementations antisociales, abrogées en faveur des malades. Ceci par respect de leurs douleurs et par éthique, vu que LEURS PATHOLOGIES NE SONT PAS DES VALEURS AJOUTEES.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En nous excusons d’insister, Excellence, les malades sont donc, les seules tranches de la communauté à souffrir du coût des soins et des médicaments, du fait qu’elles sont les seules à être contraintes de payer des taxes sur leurs médicaments ! Selon leur lecture, les malades voient en ces taxes de véritables sanctions discriminatoires, vu que le fisc ne taxe point les personnes saines ! C’est dire, qu’elles sont vécues comme des atteintes contre leur état santé, et qu’ils les perçoivent comme des IMPOTS SUR LA MALADIE.  

 

Nous vous remercions Excellence, de votre écoute, de votre compréhension et de votre adoption de cet appel civique. Appel dont les retombées de sympathie grandiront tous ceux qui oeuvreront pour en accélérer l’échéance, avant 2010. Date butoir qui verra les taxes de douanes bannies, par les seules prescriptions internationales !

 

Nous renouvelons à cette occasion nos vœux de succès et de santé à SM le Roi, et, nous vous prions, Excellence, que Dieu augmente votre prestige, d’exprimer notre confiance, nos espoirs et notre gratitude, à l’adresse de notre Souverain magnanime, que DIEU Le garde, pour la gloire de notre Nation et les progrès des Marocains.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kénitra, le 20 Mai 2005, Dr Idrissi My. Ahmed

 


04:24 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

taxes sur les soins : quel est votre avis humanitaire, très cher lecteur ?








DR IDRISSI AHMED
Le 18 décembre 2003.

Lettre ouverte à qui la lira


Quel est votre avis humanitaire, très cher lecteur ?

Comment concevoir que la Communauté, aide pour le pain et l'huile un tant
soit peu, qu'elle nous laisse nous instruire sans taxer à l'importation les
livres, qu'elle permette, qui plus est, aux investisseurs dans les loisirs,
d'édifier de grands ensembles touristiques et des hôtels, utiles certes,
sans payer de taxes de douanes à l'importation, mais qu'à l'inverse, pour le
lait, elle harcèle les nourrissons par 42 % de taxes de douane ! Les
médicaments, paient jusqu'à 40 % de taxes iniques de dédouanement,
surmultipliant les peines et majorant en plus d'autres impôts, peu amènes,
les mécontentements. En laissant ces taxes infâmes sur les médicaments
ulcérer le bon peuple du ROI, nous souffrons dans nos prescriptions et nous
contribuons aux exactions par
notre silence.

Inconsciemment, sans remettre en cause ses ressources douanières, l'Etat
jaloux de ses fonctions sociales, continue de faire de véritables extorsions
sur les malades. Forfaiture sans éthique aucune ou simple insouciance vécue
sans réfléchir chez les cadres, et avec autant de passivité par les
citoyens, comme si c'était un arrêt inéluctable et malveillant du destin !

Oui, sauf pour de rares créneaux et encore à titre d'exception, les
cardiaques, les asthmatiques, les diabétiques, jeunes et vieux,
neurologiques, myasthéniques, continuent de payer la DIME sur leurs tares et
leur santé précarisées ! C'est là, une véritable honte à stigmatiser, si
l'Etat continuait, demain, quel que soit le degré de gravité des maladies, à
pénaliser encore plus la santé de ceux qui souffrent et de ceux qui, faute
de travail pour tous, n'ont aucune couverture sociale !

Une méchanceté inconsciente mais avérée, une perversité perfide, un
laisser-faire inique, une habitude retorse héritée des artefacts
administratifs des colons, pompe les populations, des plus pauvres aux rares
tranches des plus aisées. Celles des campagnes, celles des bidonvilles,
comme celles que l'on voudrait pourtant aider, afin de relever le défi de la
modernité et de continuer à obtenir le calme et la confiance des classes
précarisées des quartiers déshérités...Ce serait un aveuglement des
gestionnaires que de continuer à prêter le flanc aux dérives malsaines de la
misère ! Celles des maladies, sensu stricto, qui s'amplifient sur les
tertres de la pauvreté. Là où s'activent des manipulateurs et s'agitent des
populistes et des extrémistes en tous genre.
Populations qu'un rien peut faire soulever et révolter contre la superbe de
l'Etat qui les ignore ! Et cela, nous en sommes témoins, malgré le très bel
exemple de Sidna, qui nous sert de phare et de courage !

Les hausses sur les médicaments, encore récentes, quant à elles, persistent
malgré le discours humanitaire de solidarité. Des zones d'apartheid, dans
les douars crasses et les no man's lands subsistent et offensent ! Là où,
dit-on, même les Sécuritaires abhorrent pénétrer. Cette population, autant
que les couches moyennes et désorientées, seront de plus en plus mécontentes
et insatisfaites. Elles seront plus fragiles, et, l'ignorance et
l'analphabétisme aidant, prédisposées, elles céderont volontiers aux sirènes
des fanatiques des agitateurs de tous bords ! Ceux qui achèteront leurs
voix, comme ceux qui les armeront de discours malveillants ou d'instincts
révoltés. Adieu alors, pour de bon, à la sérénité légendaire du Maroc, à la
tolérance des siens et à sa sécurité exemplaire. La voie est ouverte pour
les lancer contre leurs frères, inciviques, dynamite au poing !

Très chers lecteurs,

Dès lors, soulageons un peu plus les malades, pour faire moins de mécontents
autour d'eux et pour générer moins de malades handicapés parmi eux !
Otons-leur toutes les taxes du chemin de leur droit à la santé. D'abord
celles, inopportunes de la douane et ensuite, grâce à SM le Roi, Sidi
Mohammed, TOUTES les autres pénalités et contraintes fiscales sur les
médicaments et leurs intrants ! On a bien vu le bénéfice local et
international de la leçon que SM a administrée, par Son action sur la
Moudawana !

Et que les meilleurs laboratoires et les meilleurs produits, génériques ou
de référence, soient ceux qui étant les plus abordables, puissent penser un
peu moins au lucre, mais un peu plus aux frères malades ! Avant que ne
s'ouvrent, demain, les vannes de la mondialisation !
C'est là, pour les décideurs du moment, un gain politique percutant, pour
affirmer encore plus et élargir à l'ensemble de son Peuple, la politique
solidaire et cordiale de Notre Souverain bien aimé, Sidi Mohammed, que Dieu
Le garde !

Merci de votre écoute, très cher Président et j'ose espérer grand Ami, avec
mes prières de vouloir bien transmettre ce message du coeur autour de vous,
afin que, Médecins et Pharmaciens, comme leurs amis Ordonnateurs, soient les
premiers cadres conscients de la lutte civique et civilisée, pour la santé
et le bien-être de leurs concitoyens ! Et ce n'est que juste éthique !
Parlez-en, je vous prie, autour de vous, aux oreilles généreuses des patrons
et autres gourous du Pouvoir, aux concepteurs des lois, comme aux acteurs
bienveillants de l'industrie pharmaceutique de Rabat et de Casa.

Dr Idrissi M. Ahmed,
112, ave Diouri,
Kénitra, Maroc,
Tel 037376330- P: 061252005



04:11 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

20/07/2004

2ème APPEL POUR LA PAIX A M BUSH : sahara - palestine

WWW.KENITRA.NET BBM

Re: 2ème APPEL POUR LA PAIX A M BUSH : sahara - palestine

[ Post a new reply ] [ Back to the message board ]

This message was posted by dr idrissi my ahmed , posted on March 27, 2002 at 20:29:00 coming from 212.217.72
This message is a reply to SECOND APPEL POUR LA PAIX A MONSIEUR LE PRESIDENT G W BUSH : posted from DR IDRISSI MY AHMED posted at February 18, 2002 at 09:20:21

> APPEL A M BUSH : deuxio

NE faites pas la sourde oreille M LE PRESIDENT ! Ravi, par LES AGISSEMENTS HYPOCRITES de sordides meurtriers ?! INTERVENEZ donc M BUSH !

> à Monsieur G W Bush
> *******************

> Après le travail de deuil et de revanche
> Un double appel , réitéré , pour la paix ! ******************************************

> EXERGUE
> **************

> Frères démocrates de France , d'Amérique et d'ailleurs, la politique étrangère nous est la moins étrangère de toutes, la plus familière !

> INTRODUCTION
> *******************

> Elle nous concerne et nous interpelle, sur les paraboles et les autres médias, journaux et les ondes : NET-ce-pas ?
> La mondialisation , appelle un autre civisme , qui a besoin de la réflexion de tous, dans l'incontournable interdépendance , qu'elle crée , malgré sa timide rupture des frontières terrestres entre les hommes !

> LA SUITE
> ********

> PREMIER SUJET
> *************

> M. Bush doit réaffirmer son sens de l'équité

>
> MESSAGE
> *******

> Ici , on aime et apprécie bien les Américains . Cela nous vaut des jalousie et des suceptibilités ! C'est sur qu'on les respecte toujours !

> Depuis au moins deux siècles, ce qu'ils aiment nous rappeler, dans leur superbe infantilisante et par trop paternaliste ! On veut un partenaire juste et respectueux qui sait ce que c'est que les guerres de sécession et ne les encourage pas, hors de chez lui , non plus !

> DEUXIEME SUJET
> **************

> Nul intérêt à susciter , oà laisser pourrir l'avenir de cette " rive droite de l'atlantique " par des visions pernicieuses aculées, séparatistes, " dissécantes de notre patrie " et " conomiquement parlant, égoïstes et sans horizons larges ou complémentarité !

> Comme il n'y aucune intelligence
> A créer la zizanie dans notre région ! Tout s'y oppose ! Le passe des blocs, dépassé, et l'avenir de l'Afrique, mortifiée, comme la mondialisation des intérêts de demain ( les avantages des plus gros pays et les privilèges propres aux grandes puissances et à leur tête lesmultinationales !

>
> AU TOTAL
> ********

> Nul intérêt donc à nous excéder, ni hair , ni jalouser, ni exploiter ou tromper , pour pacifier l'Orient pétrolier , ou sauvegarder l'aval océanique des futurs pompes de pétrole dans notre zone, en nous neutralisant par des nuisances guerrières régionales !

> CONCLUSION
> **********

> Comportement antinomique de l'UMA dans son sens élargi et sécuritaire, autant que celui d'Israël !!! Principes et défis que Monsieur le président des USA devrait , contrairement à d'autres puissances et/ou conseillers , passéistes ou peureux, encourager , voire privilégier au plus vite lors de sa gestion .

>
> DEUXIEME PARTIE
> **************

> En tant que parrain de la paix et superpuissance , M BUSH doit favoriser l'éclosion d'une entité maghrébine , par delà les intérêts pétroliers étroits , ennormes mais vite épuisés ! En sachant ce que c'est en AFRIQUE la maladie , le sida, les hépatites, la sécheresse, la malnutrition, l'habitat insalubre , les misères et les retards économiques , qui nous maintiennent, dans la région, dans un moyen âge militaro-prébendier , impropre à développer la démocratie, au sens où les libéraux du monde la pratiquent , les progrès scolaires et techniques qui génèrent et facilitent les migrations , fomentent les révoltes et les révolutions , les terrorismes ou le crime !

> Il doit , LE PRESIDENT, avec son équipe , quelles que soient les sorties rétroactives , les digressions tonitruantes et autres déclarations de nos partenaires ( se méfier des comparaisons IDIOTES, entre le TIMOR ou le Koweït et le Sahara Marocain ! )

> Monsieur Bush doit réaffirmer son sens de la mesure, sa foi dans l'avenir et l'équité .

> Son devoir moral de chef d’une hyper puissance, pour tranquilliser les gens, auxquels il veut montrer la paix et le model, devenu UNIQUE , américain .

> Musulmans, Arabes et autres Sémites et les laisser vivre et parfois travailler !

> Il y a des ponts à ne pas pilonner et des lignes rouges qui commencent à tomber sous la vindicte antiterroriste !
> Or c'est trop bête de lâcher des amis , sur des conseils malveillants hypocrites et pernicieux !

>
> Respectueusement
>


>
> Merci vivement aux chargés d'affaires
> AMERICAIN FRANCAIS PALESTINIEN de transmettre

>
> SALUT !

> DEJA, JE COMMANDE AUPRÈS DE VOUS UNE BELLE ENSEIGNE POUR FELICITER LES LECTEURS MUSULMANS DE LEUR FETE DU SACRIFICE ! MOUTON OU PAS ! POUR CEUX QUI Y CROIENT : UNE PENSEE A NOTRE ANCETRE COMMUN , ABRAHAM, SUFFIT A MON SENS, IBRAHIM , QUI FUT LE PREMIER MONOTHEISTE DE LA TRADITION .

> C’EST VRAI QUE CERTAINS ONT DE LA PEINE A CROIRE A UNE « ENTITE CREATRICE INITIALE » , DIEU POUR LES INTIMES , ( car la prière est une porte vers l’intimité ).
>
> DEMANDONS A CEUX POUR LEQUEKS CETTE FETE NE REPRESENTE RIEN ET A CEUX QUI LA PRATIQUENT DANS LE SENS DE LA PIETE ( ET NON PAS SEULEMENT FESTIF OU CARNASSIER) , DE PENSER SOUVENT AUX PAUVRES , AUX MALADES ET AUX AMIS , AUX CARNAGES DE LA GUERRE, INSOUTENABLES , ENCORE IMPOSEE AU XXI SIECLE !

> VIVE AVEC LA PAIX EN ORIENT , DANS LA REGION , LE TRAVAIL ET L'ECONOMIE, DANS LE RESOPECT ET LA DIGNITE RETROUVEE ET LES PROMESSE DE PROGRES ET DE TOLEARANCE POUR TOUS !


> Dr Idrissi Moulay Ahmed
> EXPERT ASSERMENTE
> Kenitra, Maroc
> maidoc@caramail.com
> 17 02 02
>


03:21 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

CONTES CIVIQUES ET NOUVELLES DU TERROIR : LA SŒUR DE SIDI ARNAUD

CONTES CIVIQUES ET NOUVELLES DU TERROIR 

                                                                                     PAR LE DR IDRISSI M. AHMED

LA SŒUR DE SIDI ARNAUD

 

 

Dans le train, sur le chemin de Fès, je lis un article cynique sur la corruption. Mon esprit tentait d'oublier le deuil de ma cousine Sabah qui vient de mourir, très jeune ! Fès, c'est aussi notre ancienne maison, qui n'est pas tombée en ruine, malgré le " meurtre juridique " du père ! Je dédie à leurs âmes ces mots et quand aux fossiles inciviques ces rêves de pierres ! Ma demi-sœur a succombé des suites d'un cancer ovarien ravageur qui s'est généralisé ! Son frère andaloux d'origine, est venu de Doha pour l'inhumer ! Francisé par une femme possessive et bretonne, il n'était pas venu voir ses frères depuis des années. Et dire qu'il a dû changer de nom pour plaire à sa belle famille, et complaire, peut-être aussi à ses clients du Golfe !? Un nom aux consonances non-arabe, les tranquilise de façon souveraine. En confiant leurs affaires aux étrangers, ils s'inquiètent moins de la qualité et encore moins du sérieux des services. C'est heureux qu'on ne lui ait pas changé de nom, le cousin, comme à Jilali, qui devint Brahim, tout en gardant un nom odieux, sujet de dérision et de railleries scatologiques! Mais là, pour moi, le cousin est devenu Arnaud !! Je me vois obtenir un visa, les yeux fermés, pour assister au baptême de Sidi Arnaud ! ! C'est mon demi-frère, pardi ! Il n'a qu'à dire un mot à Si-Rac*, pour qu'on m'évite les affres patéreuses des queues consulaires et des hontes bues devant les exactions des frères. Obligés qu'ils sont d'aller pomper l'air lépéniste, là bas, pour gagner mieux que mes confrères des CHU ! D'autant qu'il y a la gronde parmi ceux-là, et des menaces de grève généralisées, depuis que la mutuelle rechigne à payer ses arriérés, espérant qu'en louvoyant, elle n'obtienne des cliniques que celles-ci, pour continuer dans la convention du tiers payant, ( qui ne paie pas ! ) qu'elles lui fassent la fleur d'effacer son ardoise. Comme le FMI le fit, dit-on, pour le Mexique ! Pourquoi pas à nous ? Malgré nos tentatives de coller à l'Europe, dont une partie loge chez nous, à Ceuta-Melilia, on reste trop Arabe à leurs yeux ! Et pas catho pour un sou ! Qu'on nous prête à fond perdu ! Remise à Zéro pour tout le monde et on repart sur d'autres rails...de crédits. Mais la commisération des financiers n'est pas un article de l'OMC ! Demandez à Si Hassan Abou Ayoub ! T'as pas à te faire...T'es habitué aux peaux de bananes...On te trouvera bien un job honorable ici ! Ma tante et mère, est plus pâle que jamais ! Ce n'est pas la mutuelle qui est en cause ni le FMI, du moins pas directement ! Des larmes, non contenues malgré mes mots, lui coulent dans les rides qui parsèment son visage ! Elle est devenue comme une Chkifa* ! Blanche et bonne, elle était la plus belle de mes tantes. Non pas que la beauté ne réside que chez les blanches, mais il est des brunes...Tante Khadija, demeure la meilleure ! Elle raconte qu'elle vient de passer d'affreux moments avec sa fille en train de gémir et souffrir dans une chambre et sa vielle soeur, quasi aveugle, geignant et maugréant dans l'autre. Dans la foule de cette réception funéraire, voilà qu'une dame vient lui présenter ses condoléances en lui disant ceci : " Que votre deuil vous procure le pardon divin pour vos mauvaises actions " ! Traduisez par : moughfirate addounoub* ! Mais, pensais-je, ma pauvre tante, n'a jamais commis de mal envers personne ! Elle n'a rien à se faire pardonner ! Elle m'avait donné le sein. Avec un respect empreint d'estime et presque plaisamment, vu qu'elle était jeune, je l'appelais, maman, en lui baisant les mains ! Pour moi, c'est une des rares exceptions où l'on peut se targuer d'avoir deux mères ! Alors que pour la paternité, vous pourriez, alléatoirement hésiter. Certains ayant plusieurs pères ! Si l'un d'eux est le géniteur, s'il donne un nom, avec ou sans affection, c'est rare que les autres s'affichent ou se dénoncent ! Oulad Z'na* !

LES ARBRES BOUILLONNENT Les arbres en effervescence bouillonnent en giclant du sol. Là, une villa en ruine, noyée au milieu de haies devenues buissons sauvages. Non loin serpente la célèbre rivière des grenades, si chère au très courtement ministre des affaires étrangères, mais néanmoins très adorable chroniqueur mehdaoui. Avec grace, un vol de pique-boeufs flotte au-dessous du niveau de la terre ! Notre train emprunte un chemin qui nous élève. Le train roule en claquant son jeu de castagnettes sous nos fesses. Ayant quitté notre mer des sargasses, peuplée de plastics noirs et nauséeux, comme s'il n'y avait pas assez de vent pour les jeter à la mer, après usage, ni assez de bras en chomage, dans les provinces, pour que celles-ci organisent dans notre pays des semaines de propreté ! C'est pour quand notre réveil, messieurs les cadres organisateurs ? Vous n'allez pas attendre que Afak, en pâpillon, remplace les régies, ou que les fonctionnaires des régies se mettent à collecter le plactic, comme on épingle des mégots du sol par temps de guerre ! Il leur suffit de faire dans cette gabelle qu'est devenue la note électrisée des régies ! C'est pour quand notre réveil, messieurs les cadres organisateurs ? Des fois où l'alternance, tout en alternant les gouvernants, alternerait la propreté du milieu et stimulerait l'administration à se surpasser, pour faire honneur aux jeunes recrues de parmi les maroquins. Avant de changer les pratiques coquines et redoutables, on opterait sans grande lessive, à faire de la propreté ! Je parle de l'hygiène et de la rééducation sanitaire ! " Ouf, je ne veux pas rentrer dans les détails ! " Comme dirait notre Ministre ! Mais, Excellence, il faut rentrer dans les détails, quitte à leur rentrer dedans ! On n'a que le temps d'une alternance, pour bien faire les choses ! Comme ces Soltanes ettolba* qui fleurissaient, une fois l'an, à la Karaouiyine ! L'appel à l'Indépendance est bien sorti de là...Abdelkrim, Sidi Allal…Entre autres ! Rêves d'un jour, que les monarques de l'époque concédaient aux jeunes étudiants ! Sultan d'un jour, vous avez bien des vœux à réaliser. Ceux des générations de praticiens légués aux oubliettes. La pharmacie, le médicament, la dentisterie, la médecine générale et ses multiples prébendiers et incommensurables prédatreurs ! Hygiène du milieu et spécifications : dites-nous, par qui commencent les soins ? Faites-nous une fatwa qui fasse consigne, circulaire ou télégramme ! Le choix et le diplôme santifient chacun dans son rôle primordial et dans sa juste fonction. Inaliénable, incontournable, que les autres se doivent de respecter ! Est-ce beaucoup que de respecter les patients et leur conférer la dignité qu'il est de ne pas succomber aux appels des sirènes et autres pythies qu'ils consultent pour leur santé ? Question, aussi de ne pas snober les rites religieux, ceux de la propreté de l'homme et des ablutions, en optant pour de grandes et coûteuses manœuvres écologiques ! Vous n'allez pas attendre que les Verts, imbus de fondamentalisme, qu'ils prennent le pouvoir avec effraction, pour laver nos mœurs et rendre nos rues plus propres et plus sereines ! Et nos hôpitaux plus hospitaliers ! Cédons à ce que nous avons de mieux dans la religion à l'échelle de l'individu et de la commune ! Enseignons la salubrité du corps, de la rue et du milieu dans nos écoles ! Un pacte entre les ministres de la santé et de L'éducation. Avant de craquer pour d'oniriques et coûteuses singeries sur-industrialisées ! Hyper-inox et verroteries !

DES TOMBES ET DES EFFLUVES

Des odeurs flottent sous mon nez Des effluves suaves de fleurs d'oranger montent, dépassent les lignes noircissantes du journal que je quitte des yeux, sans regret, pour regarder par la fenêtre glauque du compartiment. Ce parfum ne provient pas du bonhomme d'à côté, qui a quitté ses souliers pour étendre ses pieds sur le fauteuil ! Ni de la dame d'en face ! La dame sent peut-être les pensées, l'œillet ou la violette, car elle a du goût. Elle est habillée en violet, de la tête aux pieds. Sans abus, il n'y a que sa chemise au ton bleu roi, avec son ruban aux coutures, hélas, mal finies. Ses cheveux de geai, lissés en casque, ont serrés par un nœud qui les tire les mèches vers l'arrière. Elle n'est pas très brune, elle a le teint national ! Posée, certes, sans ostentations ni ostensible réserve, elle est silencieuse, à s'excuser devant ce tas d'hommes qui lisent en face, alors qu'elle ne lit pas. Elle semble polie, classique, elle culmine sur ses 35 ans, mais ne dit rien. Les hommes lisent et ne papottent pas non plus ! Pendant deux heures, personne ne lui fait la cour ! C'est rare ! Ça a de quoi faire jaser Zorba ! Ses sourcils épais de l'intérieur, dépasent la barrière de ses lunettes ! Elle doit s'ennnuyer, car elle ne porte pas d'alliance, malgré ses nombreux bracelets ! On perçoit à peine le bas de ses yeux, quant elle commence à s'assoupir ! Un doigt sur la joue, l'autre, le majeur, lui sert de soutien ! Une piste d'atterrissage, pour sa lèvre inférieure ! Elle porte un grain de beauté sur la lèvre du dessus. De grandes lèvres, très terroir, majestueuses, qui n'ont pas bougé ! Descendante de rois, noble dans son apparence, l'ismaélienne, devinant mon geste de poser le gobelet de plastic dans le pânier mural, soulève avec grace, le couvercle pour m'aider. " Hachak a Lalla ", fis-je, presque inaudiblement, tant qu'elle incarnait une princesse qui voyage ! Mais il est des rustres qui gachent non pas les trains, comme ces nuées de sacs en plastic, qui jonchent les gares, les rails et l'esprit. Tant qu'on ferait grand bien pour ceux-là, de leur clouer les chaussures aux pieds, de peur qu'ils se déchaussent devant les dames ! A douk el mouskhène *

DES PARADIS ET DES PIERRES

Les vallées et les monticules sautillent comme des vagues de verdeur et ondulent sous les yeux qui s'ecarquillent ! Une mer exotique s'agite, chatoyante de fraicheur. Neuve, elle palpite de plaisir et de promesses paradisiaques. Des poulets par-ci, des moutons par-là ! Pas d'humains par-là, pour faire dans la métaphore ! Tandis que des vaches, baignant dans le bonheur de leurs robes hollandaises, loin des plasirs de chair carnivores, éloignées des repas toxiques et des virus de la folie; s'adonnent avec tendresse à brouter le calme onirique de cette nature voluptueuse. Des orangers en fleurs, gardant encore de leurs fruits comme pour déclarer leur identité aux passagers rapides de cette terre, exhalent vers le train qui nous emporte, le roulis onctueux de leurs parfums musqués. Le train roule, des arbres en effervescence bourgeonnent. Des peupliers fusent du sol. Un bosquet découvre un palmier solitaire. Des tombeaux passés à la chaux attendent qu'on les découvre pour emplir ce paradis. Le tien, Père. Des tombes dévallent d'une colline. D'autres plus anciennes, déballent leurs cailloux. Est-ce Volubilis, volée, vandalisée et violée qui nous lance des pierres ? Telles des " hijarate mine sijjil "*, des pierres inconnues, des poltergheïs*, giclent sur nos vitres et fracassent notre conscience. Le train roule…Incapables de nous occuper des vivants, nos morts nous lapident et nous jettent, les premiers, la pierre ! Jets de pierres sacrés! Frappé par ces vieillards, inconscients ou malvoyants, sensible à leur port sans slips , choqué parce qu'ils sont nombreux à s'aérer dans ces postures qui laissent leurs kamiss découvrir leurs organes, un jeune Hadj qui vient d'arriver du pélerinage à la Mecque, parle. Il a constaté énormément de saletés dans certains endroits, que la piété rituelle parcourt et que le civisme réprouve. Il regrette que ces sites ne puissent disposer encore de WC modernes et que ces places, éminamment sacrées, se transforment, du fait " des besoins " des gens ou leurs instincts devenus sauvages, en désolantes lattrines ! Il a aussi eu, comme les autres, à ramasser certaines de ces pierres, qui ont peut être servi à d'autres pour se torcher, dit-il, afin les jeter là où on lapide Satan. Curieuse antinomie des croyances et de l'hygiène ! La raison supplantera sans doute nos erreurs traditionnelles, monsieur Lhaj ! Soyez tranquille, merci de votre cri de coeur fait de respect et de critique constructive. Cela finira par s'arranger, car les dispensateurs de bons conseils ne manqueront pas, ici et là-bas, de signaler ces faits à Qui de droit ! Cela ira droit au cœur des gens qui sont jaloux de leur Islam et de leur modernité. Il faut bien qu'on progresse ! A Bon Entendeur, salut à la Grâce de Dieu !

DOCTEUR IDRISSI MOULAY AHMED KENITRA, LE 12 AVRIL 1999

******************************

03:16 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

A NAIM KAMAL : les sages délirent délirent et les prêtres se font hara-kiri

 
PAR QUI COMMENCENT LES SOINS ? UNE REPONSE A NAIM KAMAL...ET

A SI NAIM KAMAL

COMME SUITE A QUELQUES UNES DE VOS PENSEES GLANEES SUR LA GAZETTE A PROPOS DE LA MEDECINE EN PARLANT DES PHARMACIENS…

Coup de théâtre new wave : ceux qu'on appelait des sages délirent; les prêtres se sont fait hara-kiri sur leur piédestal, laissant des spectres de blouses blanches occire les malades…. La tr(o)nche des généralistes se classe-t-elle encore parmi les bourgeois ? Les bourgeois, résident en ville, dans des villas opulentes, des appartements cossus, aux quartiers, top de préférence, jardiniers et gardiens, vacances fréquentes à l'étranger, comptes en banque(s) fournis, économies assurées, fermage de jouissance, retraite prospère, le chic spontané, l'aisance bien apparente, la voiture au pluriel, de grand standing, sinon de style ! Plus des relations fécondes dans le pouvoir et dans les Partis, des fréquentations dans la high, snobs ou truculentes à la demande, des air(e)s de sport, des salons VIP… Echantillons d'images d'Epinal et clichés en péremption avérée ! ! On n'habite plus là-bas, tu t'es trompé d'époque, mon pote ! Les photos de l'album sont hélas jaunies ! Si le jugement de valeur(s), dans ses deux sens, reste valable, il ne l'est plus qu'au passé ! Sinon à titre (v)indicatif, pour une minorité fossile de cette tribu en phase de nettoyage ethnique ! Là aussi les dégâts infâmes des prédateurs auront été terribles ! L'intellectuel, les voit tantôt avec l'œil envieux de ses propres désirs, tantôt avec le regard ému plein de nostalgie pour une époque idyllique. Soupirs et imprécations ternissent cette profession qui fut jadis enviée, capable de s'associer au culte et de passer pour un sacerdoce. On les regarde encore avec une jalousie, insidieusement dopée d'une vindicte atavique ! Ambivalence faite d'admiration et de rancœurs, sans jamais de haine ni de mépris. Que des griefs, justifiés ! Du dépit de proximité ! Cumulés pendant des siècles et collés à tous les médecins tombés en disgrâce ! Un reproche digne de la lutte des classes, tant ces médecins, par leur brillant, pouvaient vêtir les éclats de ces castes haïes ! Les héritiers de cette grande médecine, élevée par des mécènes pour servir le peuple, ne sont plus que leurs descendants ! Dans le sens de la dérive gaullienne du petit-fils de Charles, lépénisé depuis ! En fait, les médecins de nos jours sont des intimes des quartiers où ils s'activent. Vivant au sein de la population, ils sont sensés œuvrer pour elle, sans la superbe qu'on leur attache ! Profession démythifiée, où chacun a un frère ou un cousin médecin ! Ainsi, les fils du peuple, devenus médecins, leur conduite " populaire ", chaabia*, les rapproche encore plus des classes qui trouvent auprès d'eux la bonhomie coutumière et le baume idéal. Mais, méritent-ils encore cette gloriole qui auréolait le front de leurs anciens, à l'heure où tous les métiers se corrompent ? Qu'ont-ils fait depuis pour devenir les lily-putes de la science ? Parias victimes d'un ostracisme qui élève les spécialistes et les vendeurs en marginalisant les généralistes. Est-ce que c'est la société, autophage, qui les cannibalise, comme autant de victimes expiatoires ? Les médecins cumulent cette image obsessionnelle de l'arriviste, mercantiliste, que l'on veut acheter et conspuer après l'avoir utilisé. Des corrompus de plus dans une profession qui dérive ! Parce que l'homme, dont on tire l'argile des médecins, est devenu une fange pourrie ! On fait avec ce qu'on a ! Et on voudrait sincèrement que la médecine, entre autre professions nobles ou à composante éthique hypertrophiée, fasse pousser des ailes ! Alors en attendant, pour se corriger, on se venge des symboles ! Quitte à flamber les emblèmes ! Quitte à prendre tous les médecins pour…la Droite ! Les derniers des justes dont veut se venger pour se laver de ses propres compromissions ! Sacrifiés après avoir mérité honoraires, éloges et faveurs ! Repas de noces où les femelles araignées fécondées mangent leurs mâles ! Le sévisse de la faim après la fin du service ! Les généralistes sont devenus de trop dans le paysage sanitaire de ce pays-repoussoir ! La société s'est servie d'eux et les déclasse dès l'apparition des dieux-spécialistes. Le culte du spécialiste déboulonne les prêtres généralistes de leur autel ! Finie la notion " fumeuse et désuète " du médecin de famille. Ils iront se faire pendre ailleurs ! Vers les oubliettes ou les sargasses du chômage ou il faut payer le personnel fixe et les impôts au forfait ! Après Carybde en Scylla des études et des grèves ! le Styx et l'Achéron des confrères déloyaux ! C'est le détroit en patère ! La totale en matière de déchéance sur la voie mythique ! Le choix de société en ce qui nous concerne est clairement fait. Entre la médecine des vendeurs et celles des spécialistes, il n'y pas de place pour les généralistes. Les prétendues clefs de voûte du système, les pivots de la santé, les plaques tournantes de l'accès aux soins sont autant de supercheries que de mensonges. Inventés par une société en mal de snobisme et qu'elle colporte pour abuser ceux qu'elle forme pour s'en désister ! Délestés, devenus encombrants, 5000 médecins privés ( de presque tout ), en voie de chômage ! On les élimine, comme de vieilles chaussettes, bientôt dans les manifs, à coups de godasses ! On récrimine sur leur compétence, au point que les banques leur refusent les crédits depuis des années déjà, car celles-ci sont au fait le peuple devenu snob, évite les généralistes ! La société oublie qu'ils ont bien servi et le légiste s'en fout que qu'elle les balances. Au profit disais-je des pharmaciens et des vendeurs, qui se sont fait élire à leur place ! Il a tellement de chômeurs sur les bras, que le gouvernement s'en fout ! Alors, j'en profite pour lui faire un caniche de ma chienne ! Victimes d'ostracisme et de dénigrements, sans pudeur, souffre-douleurs de toute la profession, on les marginalise de fait. Et pourtant, extrême indécence dans la cruauté, les facs continuent d'en fabriquer ! A quel prix et pour qui ? Ou, ne serions-nous que le rebut des facs ? C'est heureux de le savoir après bac plus 10 ! Et, parfois après, 5, 10 ou 20 ans d'exercice, légal de la Médecine ! Pauvre pays, pauvre gens ! Et surtout, pauvre médecine ! Il est encore vivant le prof, devenu ministre, qui jura de produire autant de médecins, que les " privés " en viendraient à le " mendier ", pour un poste en " santé publique " ! Cela fait à tente ans qu'il a réussi son défi assassin ! Quelques ministres de la santé, du même gabarit, dotés de puissants complexes.. Et subitement tout change pour vous qui croyiez être faits pour la médecine ! Doués, votre enthousiasme vous plonge dans les abysses de la Générale ! La culture de la haine et celle de la jalousie jouxte les frontons des CHU, là où le souvenir devrait encore vous faire lire sur ses frontons invisibles : " primum non nocere " ! Les zélateurs d'Hypocrate, les maîtres à penser ont renié leurs prosélytes pour leur faire subir le complexe d'Œdipe. En débarquant comme de vulgaires mercenaires dans des structures des offices. Ils concoururent ainsi à créer des hospices inexistants ailleurs. Pour plaire aux syndicat et laisser des ristournes. Ces excroissances n'existent pourtant pas dans les pays qui nous inspirent de leurs exemples et de leurs avancées en matière de médecine et de sécurité sociale ! Les maîtres du TPA, ont bravé la tradition. Débauchés, ils ont failli à leur sacro-sainte mission, avancée durant des siècles, comme un sacerdoce ! Attirés par les cliniques privées et celles du miraculeux troisième secteur, la JUNTE fit fi des principes de l'honnête fonctionnaire. Le cumul pour ces insatisfaits des fins du mois ! Le coupable est le gouvernement qui ne les a pas suffisamment payés pour leur labeur et qui les pousse à aller glander ailleurs ! Ils ont supplanté leurs jeunes élèves dans le même secteur privé où ils les poussèrent, faute de place au CHU, faute de faire des spécialités localement ! S'ils gambadent à l'extérieur, ils n'auront jamais le temps de former des spécialistes compétents localement ! Ils ont obvié le respect à leurs disciples. Et ce, en continuant d'enseigner des principes erronés à ceux qu'ils allaient faire chômer demain, en violant ainsi les principes d'une éthique qu'ils trompaient sciemment. Résultats superbes : Services extérieurs frauduleux et concurrence déloyale, portées sur le terrain de la honte. Oui, les pères apostats, couchèrent sur les mêmes litières et tripotèrent les mêmes seins que leurs fils ! Fils spirituels sodomisés ! Le serment d'Hypocrate ne mettait-il pas le maître au rend du père ! Le TPA abusif est bien le reniement du choix, c'est le reniement de soi en tant que maître, et la rentrée sans gloire dans la concupiscence ! Et l'on voit les maître, faire les murs, et courir, extra-muros, après les fils, pour flirter avec les privés ? Ils laissent les internes faire ce qu'ils peuvent faire, face à une population en désarroi. A l'image du parlement vide ! Ils négligent la formation des futurs médecins, leur administrant les plus mauvais exemples. Ceux de leur inconduite. Leur "quequête" du Graal s'arrête comme un chien devant sa proie, EDDARHAM ! Honnis soient-ils ! La quête du lucre, fort heureusement, laisse à nos yeux, en dehors des corsaires, de véritables saints, des prix Nobel ignorés, dont nous nous honorons de leurs disciplines. Leur rareté augmente leur valeur intrinsèque, dans ce milieu pollué où leur extrême gentillesse, doublée d'amour pour les malades et pour la médecine, furent les flambeaux qui guidèrent bien des médecins au terme de leur formation. Longtemps après, ils forcent l'admiration ayant imprimé un peu de leur force de caractère chez nombre de médecins ! Bénis soient-ils ! L'argent e(s)t l'oubli du devoir ! Et l'on voit les spécialistes, en province, débarquer à leur tour à l'instar de leurs maîtres-penseurs, comme des nuées de corbeaux, sur les lits des privés. Pourquoi les privés ne vont-ils pas aux hôpitaux démarcher des malades ou faire des conventions ? Ce sont les autres, les fonctionnaires, qui le font pour eux ! Pourquoi le courir quand le gibier vient à vous ? Ne me parlez pas de recherche ni du prestige qui se déteindra sur nous et sur vous ? Les méritocrates du système furent les premiers à le médiocriser. Les premiers à détruire l'image furent les maîtres à penser, eux-mêmes ! Ils ne restait ainsi plus rien à la plèbe généraliste à dénaturer qui ne soit déjà pollué par ses aristocrates ! Ces clichés de l'inconduite sont tout l'opposé du généraliste. Il est la victime des exactions des comptoirs où les revendeurs portent la blouse et le nom du Tbib ! Là où, le pharmacien, docteur de son état, comme vous docteur en politique, use du fond de commerce et de la confusion des titres, pour faire office de médecin ! Pas seulement lui, mais tous ses collègues de derrière le comptoir, qui usent sans retenue ni limite, sans la moindre formation, du label et de la place de ceux qu'ils font chômer, les généralistes ! Le système de la médecine de comptoir lui a asséné le coup fatal. Les aides pharmaciens ont pris leur place auprès d'une population qui se trompe de blouse. Abus de confiance, médecine de comptoir, médecine frelatée, donnée gratuitement pour attirer dans leur nasse, une population privée de fierté qui admet d'être soignée, sans être examinée ! La médecine de souk, exaltée en public ! Les mystères de la halka* où l'on s'impose guérisseurs, sans faire d'études. On en est là ! La médecine qui ne respecte pas la dignité des Marocains est là, dans toute sa splendeur. Prétextant le manque de pouvoir d'achat, pour vendre et asséner n'importe quoi ! Elle est là derrière le comptoir, dans toute son ampleur. Seul le conditionnement change, les gens n'ont pas évolué ! C'est le même gars qui vend sa voix à un maquignon pour le prix d'un kilo de kefta* en l'élevant député, qui est abusé à son tour par le système des comptoirs. Les Marocains, plus snobs que jamais, ne parlent que de bilans, de prise en charge et de médecine de pointe et ne consultent que de spécialistes ! Ne sont-ce pas les pharmaciens qui leurs donnent ces bons conseils ? Ainsi que les médias férus de spécialistes ! Depuis trente ans qu'on invite à la radio des spécialistes, ça a eu de l'effet ! C'est vrai que le généraliste ne sait pas parler ! La baisse du niveau est bien coupable de cela aussi ! Le vendeur, payé par certains pharmaciens en proportion du chiffre de vente réalisé, devient une véritable machine à vendre, une réelle force de vente ! Des génériques vendu 15 à la douzaine et qui dépassent en avantage ce qu'ils appellent des produits de comptoir. Il ne vous lâchera pas, le vendu, craignant que vous n'alliez chez le voisin, et de vous perdre, à jamais au moindre refus ! Etant généraliste, lui-même, par la force des choses, il ne peut pas, il ne voudra pas vous adresser un patient qui relève de sa propre compétence, la même que la vôtre ! Le client de pharmacie ne peut aller chez un autre généraliste, l'alter ego donc du vendeur. Il ne peut l'adresser que chez un spécialiste ! Ainsi la boucle est bouclée : c'est ce qu'on appelle la dichotomie ! La médecine générale que vous décriez pour la décrire en contrepoint, cher Kamal, vit encore ses belles heures…ailleurs ! Dans des pays culturellement plus crédibles, plus civilisés, où l'analphabétisme est rare et où les gens lisent médical et s'informent. Là où la couverture sociale est plus que solvable et ses généralistes dignes et plus qu'honorables. Ce sont des banalités, des facteurs élémentaires et connus, mais il ne faut pas les " scotomiser " afin de rendre un jugement honnête. Salut Si JAMAI, ça s'arrange pour Boubker ? Pour la dignité qu'ils inspirent en restant près des malades et en aidant les plus pauvres, ils vous reste quelques praticiens. En voie de liquéfaction ! Avant de devenir efficients et opérationnels, un long sacrifice est consenti pour devenir généraliste. Bac plus 10, avant d'ouvrir un cabinet de praticien ! MG, c'est la croix et la bannière, avant et après les études. La spécialité, c'était pendant ces " 40 " ans, une affaire de choix, mais tout aussi pénible. A quelques année près, pour quelques dollars de plus, on pouvait faire une spécialité. En s'expatriant, et en se mariant, à moindre frais, avec une troublante blancheur aux yeux verts-amande, que vous diriez une Sefriouie de Bhalil ! ) Et ces difficultés restent, malgré l'alternance, encore la godasse et l'exploitation ! Je me suis subitement rappelé l'année 68 où la police nous sortit de la Cité U de l'Agdal, il y avait Dlimi, la police, les goumiers, et les coup de gifles et de savates ! Le Ministre concerné aura eu honte de ce traitement, nouvellement fait à ses ressortissants! Antan, il n'y avait personne pour nous défendre au conseil du gouv' ! C'est la seule satisfaction qui nous reste, avec l'Alternance ! ! Le ton a changé, les coups sur la médecine restent ! Les médecins généralistes s'oublient dans le travail. Leur culture et leur engagement de vivre parmi la société les obligent à laisser la chose politique aux autres étudiants. Bac plus quatre, les licenciés, les avocats, s'en font un beau métier ! Un prof de fac ou un assistant, scorant le même nombre d'années d'études que le généraliste, travaille 8 heures par semaine, des fois moins ! Le généraliste ahane 8 heures chaque jour et parfois plus. D'abord cloîtré dans son bureau, dans son moquef* assis, à attendre qu'on le sonne ! Et ça c'est une donnée économique que je ne suis pas le seul à vous livrer ! Il y a eu maldonne dans notre profession ! Pendant ce temps, les autres, comme de vrais mecs, une petite bière, une raquette ou quelques trous, une affairette au café du club, voire une virée sur la côte, sinon au fermage… La suite.. Si KAMAL, j'échangerais bien, mon diplôme ou ce qu'il en en reste, avec un passe pour un pays qui reconnaisse encore ses Généralistes ! Ici, même le bac lui-même s'épuise au bout de deux ans ! Dites le, SVP, aux Ministres Alternatifs comme au Gars qui va revoir la copie de notre système d'enseignement ! Ils ne vont pas nous enlever le garrot en nous en-seignant ? Ce métier que j'aime le plus et que je vous souhaite tant de redécouvrir, tient encore pour certains du pédagogue que du journaliste engagé ! Pour le pédagogue, c'est clair ! Mais, pour le journaliste, c'est qu'on épuise la littérature, en plus des grilles des journaux, en même temps que vos confrères !

KENITRA, LE 22 MAI 1999 AMITIES PROSPERES ET PLAISIR DES MOTS PARTAGES ! J'AI UN PEU DEBORDE, VOUS ME LIREZ AU MOINS EN RICANANT ! MAIS VOUS AVEZ UNE SACRE HABITUDE, C'EST DE NE PAS REPONDRE ! JE CROIS QUE LES JOURNALISTES DOIVENT ETRE BIEN DEBORDES PAR LES CONNERIES DU LECTORAT. AU POINT DE NE PAS SONGER REPONDRE. CELA DOIT TENIR DE LA DEONTOLOGIE ? JE LE VOIS SINCEREMENT COMME CELA….ET JE VOUS COMPRENDS, PARFOIS !

DOCTEUR IDRISSI 112, AVE DIOURI,  00212 37376330

**********************************************************


03:11 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

BEN, L’EMPIRE ET LA LOI DU TALION

BEN, L’EMPIRE
ET LA LOI DU TALION

OU

RELIGIONS, LIBERALISME ET CARNAGES

 

AVERTISSEMENT

Voici cher lecteur un effort d’écriture engagée, après mure et sereine réflexion ! Je ne sais pas si dans la benladénophilie *ambiante et si face à Ben Laden , la stigmatisation de ses erreurS et de son calcul, court, seront indexés, par les cadres musulmans et lecteurs fondamentalistes, comme synonymes de parjure ou d'apostasie ? Je ne parle pas des Juifs, honorables, tolérants et démocrates, qui ne verront dans ma « charge » de MONSIEUR Sharon, que justice. Quant aux dénégateurs de nos droits, qu’ils se réveillent ( merci) ! Pour les Américains, certains parmi ceux qui vont me lire, grâce à vos traductions, ne verront pas Bush, super Star, taxé de terroriste, avec trop de ferveur !

EXERGUE

Quand de grands chefs modernes, déclarent pour assouvir leurs « croisades », lutter contre Satan, on ne sait plus s’il faut croire en Un Dieu et s’Il est encore le leur ! Trop de mal est toléré, ici-bas, au nom du Diable et des Libertés !

REFLEXION

« Dégénérés supérieurs », cette « ispice di counards », est en voie de disparition. Dommage ! Le premier des chefs terroristes en question, verra des milliers d’enfants, nés après le 11 septembre 2001, se prénommer Oussama. Des clones, en hommage de leurs parents, à celui qui comme David, osa défier pour eux celui qui leur apparaît comme le Goliath des Nations ! Saint Belladen, qui cherchait l’extase, le voici évaporé, sublimé ! Faute d’en faire un vénérable martyr, au corps introuvable, il demeurera ubiquitaire dans l’inconscient collectif de bien des gens, et pas seulement aux pays de l’Islam ! Seulement, voilà qu’on reprend le baroud céleste pour le déloger de ses supposées tanières ! Réduit en poussières, éradiqué avec ses afgheux Talibans, ou volatilisé, il lui faudra ériger une statue ! Dans un musée des horreurs, avec ses comparses de guerre ! Les autres sauriens de l’équipée meurtrière, qui en les traquant, sèment toujours des milliers de morts, sous les bombes ! C’est aux innocents que je dédie cette colère !
Ben Laden, Bin pour les intimes qui ont suivi son thriller, hypertrophié, radicalisé, a si bien « défoncé » les valeurs, au lieu de les défendre, qu’on se reconnaît très peu musulman dans et à cause de ses travers ! Par lâcheté, dira-t-on ! Ou par incapacité, peut-être ? Ses laudateurs bernés, conditionnés, fanatisés, tout autant que les fans choqués de Bush et les adeptes de Sharone, devraient le fêter cette année. Grâce à leur collusion rigide et obscurantiste, l’année Bin-Bush-Sharone, va s’allonger en de longs et nombreux jours de chasse, au Pakistan et au Cachemire ! Là, on nous promet de belles séquences atomico-mystiques, dans la région des Paks et des Indes ! Voilà, une guerre de mieux pour les rambos et autres chasseurs de têtes. L’Orient s’avèrera encore être un inépuisable filon. Un casino pour les financiers militaro-industriels !
Il lui faudra donc ériger une statue à ce Big Ladden ! Une vraie, un mausolée, pas un tombeau d’un saint de troisième classe, mais par ses acolytes yankees ! Oui, pourquoi le tuer, si on arrive à le garder vivant, si utile aux armées en campagne ! Bin et Bush, qui ne savent plus qui a commencé emmerdifier l’un ou à narguer l’autre, font tour à tour, une paire de choc ! Si active et si utile pour ce qu’on appelle les Civilisations ! Les pièces du jeu d’échec sont la Palestine, avec ses entités antinomiques sémites, l’Irak et le pétrole d’Orient, puis très accessoirement les terroristes du vivier des mécontents, qu’ils alimentent et faisandent. Dans la dynamique thanatologique du monde vivant et de la mort, quelqu’un avait dit dans le passé, que « Nous autres civilisations, savons que nous sommes mortelles » ! Oui, mais doucement, et de là, à les tuer, brusquement, par l’erreur incongrue, d’un seul homme ! Wanted, l’homme le plus recherché des mâles et qu’il faut abattre, dead or alive, vaut 25 milliards ! Paradoxal sacrilège, un saint-terroriste, qui vaut des milliards ! Si ce Bin fait la fortune de Bush et celle de l’Amérique, de son invincible mondialité, il mériterait d’eux, au contraire, des congratulations ! Ben Ladden, l’homme qui tua sa civilisation est poursuivi par toute une armada !
Trépaner l’islam ! Le toupet est ce qu’on colporte comme idées d’audit sur notre religion ! Le révisionnisme à la mode n’est plus celui du nombre de morts de honte ou dans le combuis, nazi, mais de Versets coraniques, de pratiques princeps et de Chariaa qu’il faut remiser au placard ! Autant et qu’il faille dans la même mécanique d’idées, exogènes et généreuses, que la plus récente des religions du livre, celle des plus humanitaires, des plus cohérentes et raisonnables, qu’elle se fasse laïciser, comprenez circoncire, pour complaire à ses détracteurs des autres bords du même Dieu ! Pardi, mais on parlera de çà une autre fois ! Tolérez-moi de fait, car je respecte vos concepts qui ménagent les miens ! Mais, attendez les civilisés et dites-moi, sérieusement, quand des hommes meurent de froid, de faim, d’ignorance et d’aliénations, il ne devrait plus y avoir un seul Américain digne de sa Liberté ni un Occidental, digne de chanter la Démocratie ! Sinon que des menteurs. Oui, vous ! Nos « héros », dès lors, sont soit de grands malades, soit des ignorants soit des canailles, sans plus, dans leur ignorance vautrée qui suinte l’opulence et l’orgueil ! Il n’y a pas de quoi être jaloux, dès lors de ces confortables prophètes !
A coté de leur célèbre Statue de la Liberté, voici donc celle de « Ben ». Dans une potence, au bout d’un derrick, tenant un drapeau étoilé, à six branches, avec pour le soutenir Bush et Sharone ! Ce n’est pas une caricature, mais un mérite au groupe ! Sauf que ce preux héros, ce chevalier pied-nus, cette star, est un cyclope ! Un homme déchaîné, seul, contre l’Univers. Cruel crâneur, ce brave est un fou ! Il est un leurre de plus, qui devient une réalité. Dans un monde où le cinéma et les fantasmes se côtoient, sans peine, dans un jeu de massacre, de poussière et de sang où les figurants éclatent par milliers. C’est une partie inextinguible, démesurée, vraie et interminable ! Une guerre des symboles, qui va chercher ses causes dans les arcanes du passé ! Une dispute entre le réel et le virtuel, qui n’a jamais déclassé la lutte entre le bien et le mal et qui rejoint cette classique croisade des « purs » contre les parias et les barbares !
Bush contre Bin Laden. Pas seulement ! Les Don Quichiote* se font nombreux ! La preuve ! Au terrorisme réactionnel, Bush II, répondra par la terreur aveugle ! Sans respect des valeurs démocratiques ni des conventions internationales ! Sans possibilité justice, de jugements ni de recours aux prisonniers ! Aucune reddition ne sera admise, tortures, inquisition et massacres des ennemis seront la règle d’exception. Avec comme seule devise pas de prisonniers en Afghanistan ! Bush nous promet de continuer « la guerre antiterroriste » en Mésopotamie . Un ricochet en Iraq en souvenir du père ! Et puis, comme du temps d’ Alexandre le Grand, il se défoulera sur la Perse et s’installera aux Indes ! Il y aura, même les Pakista-niais et de vrais lndiens, les Apaches de l’Inde ! Voilà que, par milliards, des affidés du gourou Gandhi, qui vont renier la non-violence, quand des terroristes, ont voulu faire cramer leurs parlementaires chéris ! Cette crémation non programmée, qui n’a rien de pieux, jète des craintes froides sur nos sénateurs des deux chambres ! Ces joyeux lurons asiatiques, qui ont des bombinettes, des savants et des généraux, eux aussi, se permettent, pour la circonstance, d’honorer la Campagne de Bush ! Aussi vont-ils lui allumer des cierges pour éclairer la voie aux Amis Ricains ! Sauf que leur feu, va faire de l’ombre à la cabale des States ! Véritable amalgame, un affront sur leurs parcours, les torches atomiques risquent de briller plus fort qu’à Hiroshima ! Qui dit mieux pour la Civilisation ! Merci Bin d’avoir allumé Satan !
De ces faits terroristes et méfaits politiques, l’Ami Ben, vient d’être qualifié de héros des Sous-dév. Il est classé homme de l’année 2001, pour avoir eu des idées de cinéaste ! Sa gloire, au gladiateur barbare, est d’appartenir à une caste de riches qui a bourlingué à l’américaine. Il aurait connu et fricoté avec les Bush, le fric et les services secrets interlopes ! Ainsi, son mérite, renié par ses ingrats amis, est d’avoir rappelé à tous, la suprématie de la toute puissante Amérique. Il vient assurément de servir sa cause en lui permettant de déployer, ce par quoi elle est forte, les armes sophistiquées ! Ce mercenaire, ingrat (?), ce raseur de têtes, avait tourné casaque, il vient de les défier en prolongeant la barbe ! Suprême gageure, l’Empire, « s’est fait mettre » des avions dans ses stèles, par le dernier de la classe ! L’instructeur, le mercenaires anti-russe, va s’avérer être un tricheur malsain, car il vient de surprendre les services qui n’ont rien percé de son diabolique secret ! Si l’on cache maintenant du plastic dans les Nike des éclaireurs terroristes, demain, il faudra craindre les poitrines refaites des hôtesses ! Elles regorgeront de nitroglycérine, pour faire péter leurs clients d’avion, en plein septième ciel ! Pour vous rassasier, messieurs, méfiez-vous des dames qui affichent de palpitants gros lolos ! Elles ont de quoi s’éclater !
L’impérialisme saugrenu, terme déchu remplacé par celui de mondialisme, est devenu si anachronique qu’il est honteux, sinon tabou, de le galvauder encore pour parler de La Fédération. L’Amérique, jalousée même des Euro-païens*, si loin, si ostensible, si froide, reste hautaine et narquoise. Les insupportables States, nantis, enviés et haïs, dictent leur démocratie sur un seul mode au reste du Monde, le leur. S’ils célèbrent le Libéralisme ( sauvage) et se comportent comme la cruelle Rome en son temps, ils ont leur pécher mignon, leur exception de justice, qui s’appelle Israël ! Ravaillac le fou, ce sujet révolté, est entré dans l’histoire en tuant un Roi ! Il fallait un révolté, un illuminé de la trempe de Ben pour affoler l’Amérique, en lui violant deux Tours ! On comprend, la rage de la vengeance ! Voilà que cet antihéros de Bin Laden, qui perpètre une vilenie, contre sa propre cause, s’il s’en est reconnu une ! La religion, comme il la voit, et la Palestine comme il le prétend ! Ou la cause plus universelle, celle d’une idéale Justice, face à un empereur despote : les USA ! Vision absolument surréaliste, mais qui a vu d’autres « Che », mourir pour des Sous-développés ! Messianisme voué aux visions des colonisés musulmans, des islamistes, voire des palestiniens, comme une militance, un martyre, une renaissance comme un courage ! Lesquels, peuples ulcérés et déchirés entre factions adverses, ne lui auraient rien demandé !
Cet homme des cavernes, devenu subitement Star des trous et des ombres, ne savait-il plus, à l’heure où il fait des discours paraboliques, pendant que les américains le disent tué dans une grotte de Tora Bora, qu’en jouant aux échecs avec la Superpuissance, qu’il devait penser à la répartie de celle-ci ? Qu’il fallait supputer la réplique, prévoir la vengeance aveugle et anticiper sur la cruauté des ethnocidaires représailles ! Cette dimension de l’irresponsabilité, du délire et de la déraison, cette radicalisation de la foi, s’est exacerbée dans les coursives de la politique et les discours de haine.
Curieusement, si haine il y a, elle transparaît à peine, tant le froid des discours les rend sereins, tels qu’ils furent exprimés sur les cassettes d’Al Jazeera ! Autre paradoxe, cette dimension du héros « des rues vides et marches sans échos », qui par tactique ou impuissance, n’avait pas osé affirmer, ni avouer, au début de sa saga, sa responsabilité dans la chute tragique des Twin-Towers ! Défection, faiblesse, lâcheté ou suprême outrage, il renie la culpabilité, mais assume l’Ouvrage ! Vous parlez d’une stratégie ? Laguerre est fourberie, tromperies, manigances et leurres ! Seuls ses désastres sont réels. Attention qu’on ne vous prenne pas pour un terroriste, en publiant cette page ! La duplicité arabe n’ayant, selon vos détracteurs, pas de limite ! Lecteur, lisez autre chose de plus décent, de moins intrigant et subversif, parce que l’empire a des yeux dans nos murs ! Là, juste derrière vous !
Or, c’est cette absence de prospective, cette hypothèque sanglante et inéluctable des siens, arabo-islamiques, leur exposition du pauvre peuple afghan, que son malheureux « coup de génie » devait calculer. Il se devait de s’attendre et prévoir la règle de réplique automatique et les conséquences de son « criminel » poker. C’est la Loi du Talion que lui applique l’adversaire judéo-chrétien, accueillie par une large et œcuménique Croisade ! Il aura ainsi engagé toute l’évolution de son espèce et de ses congénères, arabes ! Il aura permis de défaire dans sa volatile déroute ses « coreligionnaires » et toute leur théologie islamiste. Il aura ainsi, privilège de milliardaire, vendu La Civilisation arabo-musulmane, et multiplié contre ses ressortissants, innocents, les préjugés adverses les plus xénophobes.
Cataclysme culturel ! Il aura pour des siècles à venir, « consolidé la faiblesse », creusé les abysses qui séparent le monde laïc actuel, des cultures religieuses, devenues pour beaucoup préjudiciables, inaptes et archaïques ! Leur credo moyenâgeux, se fera plus abscons, leur morale, tartuffe et machiste, plus louche et déplacée et leur projet de société plus inepte encore ! Il était plus facile de jouer au Messie ou à Jeanne d’Arc, que d’oser le coup-bas de si haut ! Le casseur de statues, l’iconoclaste a humilié l’Amérique, en fracassant ses monumentaux gadgets. Certes, la preuve est là, plus que ses cassettes. Il n‘a pas pensé aux décours de sa surprenante attaque du WTC. Il n’a pas pensé à ce que l’Amérique, en réagissant, allait commettre comme belligérance et comme bavures collatérales !
A coté des bavures de ses poursuivants, la taupe fugitive et ses rats, en un mot, Bin Laden n’a pas évalué la toute puissance de l’Amérique, la force de son feu ni de sa frappe, la rage de son extrémisme qui déborde, sans éthique ni retenue, sur toute la Terre ! L’Amérique ulcérée, ne peut plus contenir ses foudres, une fois celles-ci déployées ! Pour elle, à travers son prisme de Terminator, il y aura les gens normaux et les autres, les Terroristes ! Aussi simplet ! Bin Laden en semant « la merde » allait faire récolter le déshonneur et régénérer les exactions en remettant au goût du jour l’arabophobie et ses humiliations comme toutes ces haines, déjà prospères ! Il y aura, dans son voisinage de héros anachronique et d’ Attila de quartier, Saddam, là, juste à coté de la Statue de la Liberté ! Non loin et pour toujours, sur la rampe des criminels de guerre, à la place des premiers, la paranoïaque et boudhiforme créature, celui par qui le scandale arrive, l’obsédé assassin, le carnassier ethnocidaire, le fils naturel de Hitler, l’antéchrist Charogne.
Sharroune, dont le nom signifie « Le Mal » et un expert des massacres en gros et du yoyo machiavélique « exactions-émeutes puis répression- expansions » Le premier des assassins de son état, le monstre raciste est un terroriste démesuré ! Les mots sont hélas, trop faibles pour le qualifier. Il vient d’empêcher Arafat de faire un geste symbolique, de paix et de ralliement, en allant prier, malgré le blocus et les barricades, à Bethléem ! L’érosion du pouvoir et de la personnalité de Arafat, avaient été subitement brisés. Charogne, malgré lui vient de lui agrandir son aura et lui faire plus de gloire ! Le mépris de sa stature de Président, sympathique au demeurant et internationalement reconnu est une insulte à tous les chefs d’état du monde auxquels il a eu à serrer la main ! Conséquence, traitée au burin de Charogne et des entraves qu’il lui a semées comme des ordres, contre-nature, dictés par une pernicieuse stratégie, avalisée par Bush et épaulée par les contrepèteries tordues du Hamas et consorts ! Amoindri, humilié, anéanti, quinze jours auparavant, l’usage forcené du front médiatique juif, la nauséabonde manœuvre du charognard n’aura servi à rien, sinon à renverser l’eau bouillante sur sa face de Charogne!
Cette bavure doublée d’échec pour Charonne, vue selon l’optique des siens, leur a fait dire : « Charonne s’est tiré une balle sur la jambe » Si la sa gangrène tarde encore, on se demande sur laquelle des jambes il aura si bien tiré ? Et s’il en a encore une tierce, après les meurtres consécutifs à son arrogante et narquoise marche maléfique et hypocrite sur l’Esplanade d’al Qods ! Incursion qui allait, vous le savez, provoquer directement, la Deuxième Intifada. Cette guerre des cailloux et ses deux milliers d’enfants martyrs ! Les héros des infos, méritent tous des statues, dans un musée des horreurs ! En face des tours fantômes de New York !

Conclusions. Pensait-il Ben Laden, que l’empire soit mis à genou, et qu’il ferait amende honorable à la suite de ses actes ? Qu’il changerait pour ses beaux yeux, les aspects critiquables de sa civilisation ? Pensait-il, l’Idiot, que par ses actes illuminés et barbares qu’il puisse écraser les défenses de la super-puissance ? Ou que celle-ci, toujours invincible ailleurs, soit clémente envers lui et moins radicale et barbare dans sa vengeance ? Fâcheusement isolationnistes, mais tellement voraces en pétrole, ( d’autrui ) , voilà les USA, qui, installés dans leur tour d’ivoire, ne demandant rien, qui grâce à cette espèce rare et sublimée de roublards, vont saisir cette opportunité, tombée du ciel, pour asseoir avec plus de poigne leur suprématie sur toute la Terre ! Ils réalisent un vœu anachronique, leur Empire Colonial sur la Terre ! Après avoir été gendarme, les voilà Empereur ! « Imperator sanglant.».
Les pays d’Europe, colons par essence, responsables d’ethnocides et de résistances pour se libérer des hégémonies impériales, n’ont-ils pas compris l’aliénation de la mondialisation ? Face aux revers expansifs de ce mondialisme, vont-ils subir la coupe de l’Amérique, sans se révolter contre la prépondérance odieuse de l’étroit colonisateur ?
Le premier souci de la mondialisation, serait la liberté de mouvement des gens et pas que des biens seulement ou des seuls financiers des grandes puissances ! Avec à l’actif de l’humanité, redécouverte, une nouvelle éthique. Celle d’un civisme universel, où les petits états ne seraient pas que les laquais silencieux d’un potentat supranational, l’Amérique.

MERCI, LE   01 01 2002 DR IDRISSI MY AHMED
112 Ave Med DIOURI, KENITRA 00212 0 37376330 , MAROC


03:05 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

UN JOINT POUR LES CANAILLES OU LA VIANDE DE CANARIS

VIANDE DE CANARIS, DROGUE POUR SINSITRES CANAILLES
Envoi de dr idrissi my ahmed le 14 Janvier 2002 02:49:12:

UN JOINT POUR LES CANAILLES

OU

HACHIS DE CANARIS POUR SINISTRES CANAILLES

 

 

Vous aimez les canaris, je n’y vois pas d’inconvénients ! Sauf que s’ils sont en cage, ça me fait mal aux libertés ! Car, je n’aime pas voir ces êtres souffrir, encore moins les tuer, pour en manger la chair.
Que vous leur lanciez de la fumée de kif pour les faire chanter, passe encore ! Deux plaisirs en un pour vous distraire ! Mais de là, à les meurtrir pour leurs couper les ailes, clouer le bec ou arracher les griffes ! Si vous les enfumez, passe, mais que vous ignoriez comment on produit et d’où vient le kif, est une injure, un affront à l’histoire et au génie de ces zones dites inutiles, pour les exploiter ! Une sinécure pour la minorité des avertis qui en deviennent des pervers nantis ! Mais, c’est plus un trait d’ignorance caractéristique de mecs développés, superflus, gonflés et superfétatoires ! C’est qu’on nous les gonfle plus que supportable avec cette histoire d’anxiolytiques doux et fumables !
C’est l’occasion pour les jeunes cadres euro-pensant de leur rappeler, que cette herbe, qu’ils grillent à la place des cigarettes ( mind : smoking may be hazardous for your health ) est pour un produit de colons ! Apportée d’ailleurs, des Indes, pour être plantée par des colons ibères ! Un fait aussi colonial que les carcans qui ne quittent plus nos têtes, les chaînes aux pieds des esclaves et les entraves faites aux gens pour s’exprimer dans leurs langues ou pour bouger sans visa malgré la mondialisation ! Vous souriez, c’est gratuit ! Herbe pas chère donc, pour les pobrès d’entre les desperados, que ceux-ci furent entre leurs guerres civiles et autres européennes qu’ils ont naguère mondialisées !
Pas chère non plus, comme drogue douce, pour servir de chimie et de tranquillisant mineur aux pauvres bougres de canaques que les séides asservissaient au Nord et au Sud de ce qui nous reste comme bled ! Ce sont quelques une de ses vertus ! Cette herbe permet aux riches, qui la commercent, de JOINdre les deux bouts ! Comme pour payer leur justice, quand ils se font prendre, ou avant qu’ils ne se fassent pendre ! L’exception justifiant la règle, permet parfois d’appliquer la loi ! C’est tout ce que je lui dirais, à ce beau monde, qui vit des paillettes dorées que lui procure l’herbe, dans les îles exotiques, où la banane aura supplanté le chanvre, à la place des amandiers, du maïs ou des fleurs !
Oui, pour revenir au canari, en tôle, que l’on encense de fumées de kif, pour le faire chanter, malgré sa présence derrière ses barreaux, semble s’être habitué à sa prison ! Né dedans, il n’en a pas conscience ! Comme les jeunes Sahraouis de Tindouf, kidnappés, tout petits, enrégimentés de force, embrigadés et lavés du cerveau, jusqu’à aimer leurs gardes chiourmes, depuis leur rapt, pour servir de monnaie d’échange ( et de chantage ) Ou que, plongés tout petits, ils ne s’en rappellent plus ! Comme nos soldats, « invités » pendant vingt ans chez nos frères hospitaliers, les Poligériens*, pour égayer leurs bagnes, par de vrais militaires ! Cruauté et vice pour traduire les sentiments possessifs de cet ancien département d’une puissance coloniale, qui avec le bagou de son orgueil hypertrophié, en a saisi l’esprit et la méthode ! L’Afrique de l’apartheid n’est pas loin ! La sainte ingérence des colons, non plus, pour ces fils de caporaux, devenus pour la diplomatie des choses, de vrais généraux ! Et des industriels !
Revenez compagnons ! On devrait les inviter au Bled, question d’humanitaire, une fois l’an, pour l’Aïd, afin de leur permettre de revoir les leurs de parents, qui n’ont jamais renié leur pays ni qui se sont alliés avec l’adversaire ! Question d’enseigner plus de cœur ou de morale, voire de préceptes religieux, à ces renégats, non encore repentis, pour calmer leurs tendance impubères de mutins. Cette graine de révolutionnaires, ringardisés, qui se sont embourbés les méninges dans une utopie slave qui aura lâché même les siens, auront-ils encore de la nostalgie pour regagner leurs pénates ! Rendez-nous nos canaris, chers voisins et frères !
Autre canari, voici Arafat, qui continue d’agiter la feuille d’olivier et de montrer ses blanches colombes, au regard assassin des faucons et des rapaces qui le séquestrent et détiennent son sort ! Triste épreuve, dans laquelle c’est notre honneur qui souffre de l’embargo, pendant que notre liberté se ternit et se meurt ! La faute est à ce paranoïaque de bourreau, devenu premier geôlier en Israël, et qui refuse, ostensiblement, la paix en soufflant par toute son haleine de monstre, la mort et les crimes ! Malade d’embonpoint dans les idées, cet évadé des tribunaux de guerre est un ennemi de toute l’humanité ! Bien sur qu’il a des adeptes…Fanatiques, aliénés et démoniaques !
Arafat, le Président qui a serré avec sympathie la main de presque tous ses pairs de la Terre, leur fait honte ! Aucun n’aura été assez diligent, assez puissant et fort pour le sortir des griffes de la Bête perfide ! Otage piégé, prisonnier de conditions fourbes et machiavéliques, il est emmuré derrière les catacombes de maisons. De là, il sent les affres de son peuple embastillé qui lutte pour sa dignité et son indépendance. Ils ont plus de prestige que leur funeste égorgeur ! Hier, l’Amérique était, dans sa Maison Blanche, le témoin de ses droits et l’acteur unique de sa reconnaissance ! Or voici le parrain qui épouse subitement les effronteries folles et la cause des assassins imprévisibles et qui renie par la même ses engagements d’arbitre et ses garanties !
Arafat et ses millions de concitoyens, auxquels l’Occident, en maître absolu, parangon civilisé, veut faire apprendre la démocratie et le respect des droits de l’homme et des femmes, sont maintenus prisonniers. Ignominieusement, dans des camps bourbiers, sans travail et sans toits, sans médicaments ni soins, asservis par ceux-là que les Puissances ont sauvé des Nazis ! Interdit d’avion et de bateaux, pour cause de destructions de ses élémentaires infrastructures ! Poursuivi dans sa maison et en dehors, on détruit ses bureaux et sa police. Comble de paradoxe, on lui demande de rechercher, sans moyens, des militants, que les colons perfides ont transformés en kamikazes ! Arafat reçoit encore de la visite dans sa cellule ! Qui sera le prestigieux grand chef d’état à le visiter dans sa taule lors de cette épreuve ? Y a-il des amateurs de canaris vivants, parmi vous ? Mandéla ?
Ta main tendue, Arafat, ton sourire et tes baisers, ta sagesse et ton âge, sauront-ils assagir le Fils Bush et le convaincre pour dompter cette nuisible et cruelle canaille. Charonne, puisqu’il faut le citer, dans son entêtement cynique de meurtrier, ternit l’image de l’Amérique comme celle de son Président. Qui plus est, il répand la honte et la terreur, indirectement sur la nation d’Israël ! Quelle paix et quel avenir, garantir en Israël et aux Israélites, si l’inquiétude des siens les fait vivre dans l’injustice et la guerre ? Où est alors la Démocratie juive et les préceptes bibliques que l’Occident avec Israël, partage ? S’il n’est pas décrié et fustigé par le siens, quel paix quelle sécurité garantir aux Juifs de partout dans le monde ? L’abominable Sharonne ne peut pas être partout où il a y des gens devenus fous !
Oui, j’oubliai Monsieur Bush de vous rappeler le cas de ce grand chef, qui dans son implacable amour de l’Orient et de ses chants d’oiseaux, avait poussé la finesse jusqu’à manger avec délectation, des langues de canaris, en hachis !

Dr IDRISSI My Ahmed 13 janvier 2002

Maidoc2@caramail.com

MERCI DE VOTRE LECTURE ET DE VOTRE BONNE TRADUCTION

IDRISSI My Ahmed 112, DIOURI, , KENITRA, MAROC, TEL 00212-0-376330

02:54 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Des Dieux et des hommes

« Des Dieux et des hommes "

Par : My Ahmed Idrissi.

Exergue

Je préfère la douceur des câlins aux guerres civiles, Mon Général ! Des disputes contre soi-même, maladies auto-immunes, véritables myasthénies sociales, détruisent ces constellations de cellules que chacun de nous représente dans la Cité !

Nos conseillés sont riches de suffisance, avides et blasés ! Vous en êtes offusqués : Tant mieux ! Dès lors, travaillez ou…sauvez–vous ! Notre état de santé, nos humeurs en sont affectées. Malgré soi, nous en sommes atteints et survivons perclus par la morosité ambiante de faire notre deuil de leur vivant. Déviance de soi à l’image de nos rues dénaturées et violées par l’atmosphère délétère. Nous subissons de nos rues leur état d’âme. Nos rues paupérisées et sales sont devenues des souks sordides. Voulez-vous un exemple ou chercheriez-vous des poux chez les coupables ?
Les réfugiés économiques et les naufragés du simple droit et du détroits partiraient moins profondément ailleurs si la rue les retenait ! Et, si on rendait propres nos rues que de travail en vue ! Quels sont les joyeux Ministres que la rue intéresserait ? Tous ! Vous avez virtuellement raison ! Sauf qu’ils ne vont jamais à pieds ! Pour ne pas être harcelés ni agressés ?!
Nos rues paupérisées et sales sont devenues des souks sordides, vous disais-je ! Vous pouvez me réfuter de généraliser ! Nos gérants nous y confinent. Piégés comme des rats parmi par les amoncellements de détritus ! Nos cités sont devenues les belles enseignes de leurs incompétences aigries. La cité, c’est la rue que riches puissants et pauvres partagent ! La cité, le marché, l’école sont le milieu ambiant où se développent la vie et l’action des hommes. Là es y le creuset de l’exercice des libertés publiques et de la démocratie. Vos villas surnagent au bord des précipices. Vos palais n’ont pas la valeur de vos tableaux ni celles de vos zelliges. Ils sont affectés par une moins-value : la sordidité du voisinage !
Les rues sont la vitrine de l’Etat et la preuve du savoir-faire du gouvernement. La complaisance et le laisser-aller ont fait le reste. Les accointances, la permissivité et les concessions décuplent leur cécité malveillante. L’insanité des responsables locaux dont on nous affuble, irrite et décuple nos plus vifs ressentiments. Prières et plaintes de martyrs, face à des potentats mercenaires ! Après maints courriers laudatifs et d’inutiles péroraisons à nos tyrans de parmi les fonctionnaires disons-leur : Que ceux qui veulent vivre, vous saluent ! Partez, allez à vos fermages intaxables, laissez la place aux jeunes ! Dieu, entendra-Tu, celles-là ?
O vous qui avez des jambes et des yeux pour voir où vous marchez, d’en haut L'Organisateur du LOFT terrestre, met un microscope condescendant pour vous regarder jouer ! Dans l'Oeil divin de Sa conscience vous ne voyez rien se réfléchir, car vos récepteurs censoriaux sont bornés; insensibles à ce qui n’est pas matériel et commun ici bas ! Des planches où des acteurs non préparés, se font luxer et exclure de la partie ! Pour mourir sans autre place demain sur la scène qui les a vus vivre et où ils auront vécu, une petite seule fois. Parties libres sans textes, sans imprésarios, psychodrames où les acteurs sont aussi des spectateurs, insensibles, trahis ou désabusés. Pièces cyniques qui se terminent toujours tragiquement ! Même pour les plus grands acteurs !
Dieu voit nos misères sans télescope ! Spectacles inintéressants dans la poussière de mondes qui tournoient dans le cosmos ! IL zappe dans Sa Sainte semence d'étoiles pour retrouver les traces interstellaires, allant d'une prière inaudible, d'un conseil intangible à Dieu, d'une musique ou d'une humeur introverties qui Lui seraient adressées ! SOS, disent-elles toutes ! Dieu, Tu es capable sauve-moi ! Sauvez, Seigneur ce que ne peuvent sauver ni Vos Saints, ni Vos Démons ni les Rois ! Tout un chacun d'entre-nous qui s'adresse à Lui ! Même pour les anges auditeurs, ce n'est guère une sinécure ! Notre micro-planète déchire ses viscères par des guerres fratricides et des affrontement entre les humains ! Ces carnassiers et prédateurs bibliques qui exploitent les autres espèces et leurs propres congénères !
Il avait quelque chose de sublime et de pathétique comme de simple à la fois ! Tel un curé novice de paroisse, passionné qui s’adresserait à Dieu par delà les ouailles des hommes ! Ce chef d’état, orateur hispanisant de son état, s’adressait à la raison avec le langage du cœur ! Les chipies n’ont vu que la chéchia rouge ! Comme si l’on devait se moquer des turbans ou s’enticher des chapeaux ! Connards et rieurs de l’assistance huppée, qui que vous soyez, il fallait l’écouter. Un grand Roi et des Princes de sang l’ont estimé et ont compris son cordial message ! Que pensez-vous que les nôtres racontent aux manitous étrangers ? Donnez-nous de l’aide, de l’aide et de l’argent l’argent pour les pauvres, pour les écoles rurales, de l’eau pour la santé et l’électrification de nos villages. Des médicaments, pour les PSD, pas des armes, pour composer économiquement et pour ne pas creuser des écarts. Des plus grandes chairs on s’adresse à Dieu ! Quand on fait une quête de soutien pour les enfants ou lorsqu’on lance un appel de solidarité pour les handicapés et autres fracturés sociaux, mélanger Dieu, l’économie, la morale, les droits et la politique, a-t-il quelque chose d’incongru, monsieur ?! Même si vous êtes agnostique, épargnez-nous les pleurs de vous en voir en rire !
A Dieu, on Lui demande de mettre de l'Ordre dans nos Constitutions, nos Partis, nos médias, nos Ordres, nos familles, nos affaires, nos études, notre santé et surtout dans celles de notre gouvernement atteint de gâtisme par anticipation ! Débiles prières et aléatoires disputes, toutes issues de la faconde délirectuelle d'élections morbides et cocasses. Les premières « élections » étant, mes chéries, celles des rencontres hasardeuses de nos comètes, pardon, de nos gamètes aveugles, dans ce chaleureux, combat, pardon, dans ce pays de nos ébats !
Des cadres pervers, incrustés comme une malédiction dans les arcanes byzantines de nos administrations kafkaïennes, ( pas vous, mon Frère lecteur ! ) ! Pompeux cadavres, disent les jeunes démunis, fossilisés et archaïques et inopérants dans « leurs » privilèges. Lois privées et cryptiques qui immunisent ces gérants incertains ! « Obséquieux et voraces » comme dirait le poète, plus subtilisateurs que subtils, profitant de " l'éloignement prudentiel " de Dieu" de nos « affaires » terrestres, ils ( les maffieux ) assument leurs desseins sur les Libertés parcellaires qu’Il nous octroie ! Je parle de Dieu !
Heureusement qu’Il n’en donne d’ailleurs que peu ou prou à ces rustres pervers ! Car, imaginez les colons moins cons, ils seraient restés ou revenus, les criminels plus intelligents, seraient incoffrables, les microbes plus serial-killers, les matons plus doués et inattaquables, les nazis moins bêtes, leurs héritiers encore plus nombreux, cela fait beaucoup d’ennemis à l’homme libre !
« Homme libre, tu chériras » la mère…patrie ! Virile et hautaine fierté de nos valeureux aïeux, les Amazigh entre autres, qui réveillés par les colons, ailleurs, crient déjà ici, leur révolte souterraine ! Millénaires brimades et marginalisations, pour ne pas laisser décimer leurs cultures autochtones et rendre anachroniques les particularismes qui les meuvent et les distinguent, comme pour ne pas sombrer, soumis, sous la roue insensible et sans âme de la mondialisation !
Lui, El, IL laisse faire ! Le Ciel ne va pas tonner à chaque Indien que l’on charcute, messieurs les Américains , A chaque enfant Palestinien que l’on trucide, parce qu’il ose imaginer un culte, une terre !
Il laisse faire ! Lui qui par délicatesse divine, donne libre parcours, même aux sbires que L’on manipule, qu’on parachute pour s’ingérer dans nos gènes argileux et s’ingénier à influencer dans leurs dérives criminelles les décours labiles de nos destinées ! IL laisse agir, vous n’avez qu’à agiter ! Suprême chimie du social qui tourne sa réaction effervescente vers Dieu, l’Activiste suprême des barbus aigris !
Ces zonards de la plus petite planète du système, la Terre, ces sous’dev du système, désireux de le rester pour illustrer l’enseigne, manipulent nos existences et nos mœurs en nous mentant ! Du ciel et de ses trous, aux vastes puits de pétrole qui trahissent l’enthousiasme, à l’écologie qui ne fait pas encore école dans notre société civile, il faut encore parler des campagnes qui devraient bénéficier, tout de suite, des concessions de sables volés et des centaines de camions qui ravagent nos côtes et ravinent nos avenues. Parler sans mépris ni offenses, à titre d’exemple du poisson qui nous fait mal et qu’on manipule sans vergogne, autant que les sables sahraouis !
Précisément pour ne pas être taxé de delirium ni de vague en parlant des mers et des plages. Penser à nos eaux rares qu’on dévitalise ! A celles qui sont sales comme les malpropres qui les laissent en pleines villes s’étrangler, à ces façades pourries qu’un article bienveillant est capable de ravaler et ces trottoirs sans carreaux, Pièges à piétons attablés de misère. Je creuserai encore nos trous pour y enterrer nos sac de plastics et nos poubelles avec ce qui leur sert d’âme !
Terminons cette chronique miscellanée par ce rappel que j’ai promis à un contrôleur témoin de ma rage ! Nos trottoirs défoncés se révoltent : Nos rues assassines, si peu sures, nos « égouts de gares sales » ; eh ho l’ONCF ! Il faut nettoyer vos rails, l’amie. Il y a des chômeurs qui n’attendent que votre bon geste solidaire, pour l’honneur de rendre vos gares et leurs alentours plus accueillant et plus propres, grand-Chef ! Sans vous railler, faites curer la misère, Dieu vous le rendra ! La misère, mauvaise conseillère, qui colle à la sortie des stations ! Faites quand même travailler vos frères chômeurs, sans diplômes, même si vous n’avez rien pour les handicapés ! Et comme nous autres, ils pourront travailler pour un pécule ! Vous y gagnerez, non ? Cela fera moins de crottes dans les statistiques de la banque mondiale, car la misère trahit et attire vers le bas ! Les touristes qui veulent plus de wagons de première, ceux qui vont en TGV à trois cent à l’heure, nous surveillent ici ! Ils regardent nos misères antidémocratiques, dès la sortie de quais franchie, ils rendront grâce à vos patrons de vos bons offices ! Les citoyens, nationalistes, aussi !

02:42 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Elle, ou symphonie solitaire en neurasthénie majeure.

 A I C H A   Q A N D I S H A


Elle,

ou symphonie solitaire en neurasthénie majeure.


MONOLITHES ECULES

Scène entre deux êtres vivant côte à côte, dans la même demeure. Un lit et un homme, voulant se reposer et dormir. Dormir sans le bruit de cette saleté, dormir sans penser à tous ces problèmes insolubles…
Loin des bruits de bottes des armées yankees, de leurs croisades machiavéliques bornées , des fosses communes et des pogroms talibans, loin des traquenards et des crimes subis par les algériens, loin de l’élimination programmée du peuple palestinien, loin de la folie extrémiste qui les colonise et les aliène, loin des délires racistes, loin de la suprématie des riches qui râlent pour le pétrole des autres, des blancs qui craignent de se tacheter de noir et des athées qui craignent la liberté d’expression… des religieux obtus…loin des scandales humanitaires…qu’on photographie pour la gloire du titre et les primes du cinéma…
Loin des fantasmes autour des urnes transparentes et de l’achat des troupeaux de voix bêlantes, loin des programmes analphabètes et des simagrées de démocratie de souk pour peuples arriérés par des tribuns archaïques qui dispersent leurs opposants à coup de volant en quatre-quatre…Loin des polémiques ironiques....
Loin des crises de conscience des indigène aigris, de la béatitude des civilisés contre gré, des arrivistes nantis par effraction, modernisés sous un seul label, au nom de la civilisation par des explorateurs avides d’or et des curés doublés de colons négriers, je dis : mais où sont les droits des indiens et autres assimilés à travers le monde ? Vous les défenseurs de la Démocratie et des Libertés à travers un monde, un globe que vous avez fait village, mais où chacun est sensé vivre la mondialisation, humanitaire, encarcané et agenouillé !
Le monolithisme puritain conquiert le monde. Pensée unique et justice à deux visages ! Yankees et affidés contre bédouins, Rome face aux barbares ! Procureurs et juges concernés, vous voulez les dissuader de vouloir défendre leurs frères palestiniens et les pénaliser de suivre des valeurs nationalistes, arabes et musulmanes ! Où sont en dehors de vos états, les libertés tant vantées ? Prophètes patentés de l’Apocalypse, vous voulez, en sauveurs du monde, les instituer dans nos états démocrades* ! Merci de penser surtout aux petits moribonds dénutris d’Afrique et d’Asie, pas à leur pétrole, en ôtant le ‘’cruel et pas démocrate’’ Sadam, de vos pattes ! Mais si vous vous apitoyez tellement, maîtres imperators, sur les crevards dénutris, il y a tout un continent qui ‘’tue’’ ses gosses, si ce n’est de faim, de sida et de bien d’autres affections ! Dont, la peur, la peur de leur ôter la vie ! La vie, le seul bien que Dieu leur a donné, en plus des tyrannosaures ( à votre solde), pour leur parachuter quelque sacs de démocratie, à doses chirurgicales ! Allez donc, les cow-boys, à leur secours et oubliez le Middle Est et ses problèmes coloniaux et ethniques, et cessez de féconder les faiseurs de crimes, les architectes du nouvel apartheid et les cannibales fanatiques ! Ah, vous n’écoutez que votre bonne conscience !


PROPOS LUNATIQUES

Fantasques délires et soupirs sur un oreiller de deux âmes. L’une, ennuie l’autre et le dérange, sans répit.
Je venais de me coucher ou j’essayais de le faire, seul, sans médicaments, contre les vents de douleurs qui poussent dans les entrailles et les marées d’idées aussi inutiles que nuisibles en ce moment dans mon corps humilié par la maladie et ma conscience endolorie que ces délires attaquent et que je viens de vous énumérer ! Un sommeil serein, ne vient jamais après un thé servi contre gré et des gâteaux aux amandes ! (Que des veinards se voient facilement servir, le soir, sans faire chicaner personne).
Cependant Elle est là ! Elle, vous veut et cherche à vous atteindre, à vous sucer ! Comment l’oublier, comment oublier ses harcèlements et dormir ?
Retrouver le sommeil, malgré des montagnes d’idées qui s’entrechoquent, est une guerre, une gageur, un leurre, et vous le savez, insomniaque, mon frère ! Pernicieuses, vicieuses comme ces quelques gouttes d’urine, qui vous gâchent le repos, les idées vaseuses persistent et changent. Elles se déploient, lunatiques et s'implantent, libidineuses et fantasques. Elles vous font refaire le monde ! Votre seul repère dans le réel est en vous. Vous avez beau tenir, pincer votre gland, tournoyer votre meilleur « segment corporel » au milieu de ses propres phanères, évitant de peu la pollution nocturne, rien ne vient assagir la veille cruelle qui vous tenaille. Rien ne vient tranquilliser votre esprit éclaté, vos lombes courbatues par le tournis et vos idées corrompues.
Elle. Tout ce qui vous excite, l’exaspère, d’autant que l’idée même de rondeur molle du traversin vous fait penser à elle. Elle vous a énervé avec ses bruits zélés, perçants, aigus et intenables, ses harcèlements torrides de prédatrice et ses piques écœurantes de parasite ! Elle vous pousse à la révolte, à la vengeance et aux représailles. Elle vous incite à la poursuite, au meurtre, mais par pitié, vous l’avez crûment chassée à l’autre bout ! Deux êtres disparates, contraints à partager la nuit, séparés, en pensant l’un à l’autre, pour se détester et pire ! Deux êtres, vivant sous un même toit, condamnés à se gêner mutuellement et à se nuire. Quels que soient vos subterfuges et les siens, à Elle, lumière éteinte, elle est là à vous narguer, lascivement couchée sur les rondeurs. Elle vous considère comme un reliquat, une opportunité, un oubli raté ou un souvenir de repas mal terminé, un plaisir de chair inefficace, une raclure à embraser, dont elle n’a pas pu se piffrer. Vous l’imaginez agrippée sur les rondeurs blanches, goûtant aux tiédeurs de son corps haletante, vigilante, immobile, vous épiant sournoisement ! Elle vous nargue, mais, vous lui manquez drôlement !
Chacun son globe ! Elle oublie la terre qui tourne à une vitesse vertigineuse, sans vous désarçonner de votre lit et sans lui relâcher les griffes. L’ignorance est un repos, une paix qu’elle lape et savoure. L’ignorance la laisse dormir pendant que, plus conscient, vous soupirez et vous pensez à elle! La tête vers l’occident et les pieds au levant, vous avez beau réciter des litanies entières et dix fois le même verset, son idée vous obsède, vous déconcentre et égare prières et sommeil ! Votre esprit est malade et ne plus se détourner de cette nymphomane qui vous empêche de sommeiller et tient à vous harponner !


ROGATIONS SACERDOTALES

Perclus par cette fatigue dictée à votre corps par votre esprit, vous vous levez quand même, pour l’approcher sans bruit, pour la chasser. Mais cette idée vous effraye, votre respect du vivant vous inhibe et vous glace. Pas comme Dabliou ! Elle a des droits et ses biens authentiques et inaliénables sur son corps ! Elle a probablement une âme, plus que les grenouilles et Houelbeq ! Vous n’avez nul droit sur elle ! Car vous ne l’avez pas créée et ce n’est pas votre bien mobilier ! Elle n’est pas non plus, votre chose, pour tenter de l’éliminer. Fragile, comme n’importe quelle femelle du harem publique urbain ! Elle est plus libre que vous et vos femmes ! Car elle sait jouir de sa propre vie ! Même si vous avez de l’amour ou de la haine pour Elle ! Vous pensez au mal que vous ont causé les terroristes, les putschistes, les geôliers, futurs leaders de partis, les félons devenus chefs d’états, et leurs fils devenus écrivains, quand ils échappent au destin, et vous vous dites incapable de porter du mal contre Elle. Vous invoquez Dieu, dont le respect et la crainte habitent vos prières, pour retrouver la paix. Sauf que rien ne la touche, hermétique et obsédée comme Diabliou Bush, arrogante et têtue comme Arhioul Sharogne ! Vos stériles méditations et vos appels à la raison, simples élucubrations et prières, n’ont pas de réponses : Elle est là.
Vous Lui dites, à Dieu, d’intervenir pour faire retourner à la paix les êtres humains, nés bellicistes, égoïstes et cruels, sachant qu’à l’ONU, on ne fait pas de requête ni de prières à Dieu ! Rien ne la touche Elle, ni l’atteint par vos piètres dévotions ! Rien de positif dans vos pitoyables et éculés sermons ni dans vos piètres rogations sacerdotales ! Allez sermonner les Talibans et les Gia, ça marcherait mieux avec ces rigoristes armés ! Quant à Elle ?


PERFIDES ET TROMPEURS

Elucubrations éculées et débridées, troubles et sans repères philosophiques précis, sans référents religieux, bien vaseuses et imprécises, protéiformes et lassantes, pour être écrites…
D’autres avaient fait philo ou politique, avant de s’adresser à Dieu, dans leur simple apparat, (en slip et en sous-vêtement, par ce qu’il fait chaud), d’aucuns ont étudié la religion, les bibles des différentes races, les récits des disciples, les hadiths et les psaumes de chaque religion, les contes et légendes, les prospectus des médicaments, les génériques et le texte de la constitution, avant d’empiéter sur le mur des lamentations ou le barreau, avant de Lui adresser des requêtes ! Le magistère religieux est tout un programme. Et de longues années d’étude et de contraintes, séparent les savants de leurs potaches. Mais voilà que, avec une effronterie impudente, une apostrophe indigne du moindre cheikh, vous vous lancez dans d’épiques envolées, des invocations plus proches des sermons et des philippiques que des simples implorations ! Apostasie, parjure ! Les messes, les grandes, les raves, ne manquent pas, même chez les athées, pourtant les religions sont ‘’salies, instrumentalisées ’’, par les politiciens ! Mécréants abjects, opportunistes racés, renégats professionnels, hypocrites de services, rognures apatrides et simples honnêtes gens embobinés dans des utopies pour consommateurs moyens, plongent dans des rêves fictifs, en guise de lavements pour leurs cerveaux et de clystères ! Le tout servi aux néophytes par des mécènes et leurs gourous, tout extrémismes confondus, en guise de projets de société. Desseins taillés pour chaque caste assujettie et strate de société ciblée, en vue de loger les adeptes dociles, dans un monde surréaliste, un éden futur, situé dans les limes des nirvanas et les arcanes des paradis. Que du virtuel, rendu crédible et digestible, pour fantasmer les badauds de l’audimat.


DEFIANCES

Zut, Elle est là ! Elle me pilonne de ses regards, malgré ma fuite et ma cache sous les draps ! Essayons de l’oublier !
Par les temps qui courent, vous ne croyez plus en l’homme, ni en ses dires, quel qu’il soit, ni en ce qu’il prétend représenter. Encore moins en ses promesses ou dans les rêves dont il vous berce, mais qui ne l’engagent que lui. Sauf pour les croizillons* (comprenez croisés et nazillons) et les prophètes politiques ! Regardez Bush, Diableyou*, hélas il fait encore bonne recette. Mais, il faut être américain ou idéologue sioniste pour le croire ! Il s’est démasqué, il s’en fout des Juifs et des Européens ! Il n’en veut qu’au pétrole Arabe et qu’à Sadame ! Obnubilé par ce tyran, il martyrise tout un peuple, toute une civilisation, pour le descendre et avec lui le cours du pétrole ! Bien sûr qu’il l’augmentera de prix quand il pompera moins de barils ! Le héros des Jumelles ne doit plus vraiment fantasmer pour sa Première Dame ! La preuve ? Il en fait de Sadame, une obsession qu’il cristallise ! Malgré les retenues intimidées l’Onu et les avis versatiles des Européens ! Vite, vite, une Monica, pour sauver le nouveau Ponce Pilate ! Et le monde avec ! En retour ce sera Sharon, à la place de Salomé, qui lui apportera la tête de Sadame sur un plateau. Mais il en veut à tout le monde ! L’Iran, l’Arabie, la Chine. Il lui en faut plus, comme à un drogué, pour le rendre heureux ! Bin Ladden, Sadame, Arafat, d’abord, et il reprendra ses esprits ensuite ! Car ceux qui ne sont pas avec l’Amérique, sont contre elle ! Donc, des ennemis avérés, des terroristes par contumace, à commencer par les tyrans et les voleurs qui sont à la tête de tous les états du monde arabo-islamique ! Gare à ceux qui osent dire, Ah comme Chirac ou Aha, comme moi ! Je ne parle pas des truands, ils se défendent tout seuls !

Pendant ce temps, cesse de m’attaquer ! Toi ! Tu me persécutes comme Sharon son Arafat dans son cagibi. Sans eau, ni médicaments, en décimant sa garde ! Arrête de me poursuivre ! Va t’en ! Attend que je refroidisse pour me bouffer !

Pour pousser donc les gens à vous croire et à croire en vos sornettes, il faut une bonne dose de charme et une idée porteuse ! Question de bagou pour certains, d’aura et de brio pour d’autres et d’une certaine force de rappel de l’anthologie culturelle ancestrale ! Le vivier des regrets et du passif, le nationalisme, les principes de papa et les préceptes de grand père ! Ce sont les héritages qui font mouvoir l’homme contemporain, moderne ou en avance rétrograde sur son époque ! L’idée fondatrice rejaillit en surface dès qu’un heureux gratteur lui frotte l’estampillage et voilà le démon qui sort de la lampe ! Idées antiques, revanches posthumes, croisades antédiluviennes, fantasmes zombies, l’histoire revient en surface et fait du slalom ! Shalom Israël !
Dès lors, si vous épousez les thèses de ceux qui ont créé Israël et lui ont permis d’éteindre les Palestiniens ou de les astreindre à l’esclavage, il faut déloger les américains blancs les noirs et les hispaniques de l’Amérique et rendre l’Amérique aux incas et aux indiens ! Tout comme l’Australie qui doit être rendue aux aborigènes ! Façon de dire que plus personne n’est plus chez elle depuis les explorations, les colonies les conquêtes et les mélanges ethniques ! Ce que ignorent savamment les Sionistes et leurs lobbies, qui arguent du credo antique de leurs traditions pour en imposer à toute l’humanité ! Les ricains en pétroleux*, néoconquistadors*, justiciers iniques et industrieux militaristes, à la fois, les appuient sans se défendre de rouler leur mécaniques et de rouler pour eux ! Pire, ils en viennent à justifier les expulsions, les expatriations et les croisades pour déloger les ‘’résistants’’ qui s’opposent à leur céder leurs parcelles de terres ridicules ! Il y trop de guerres et trop de meurtres au mètre carré, dans ce foutu patelin ! Et dire que les Juifs d’antan, l’avaient trouvé trop exigu, il y a deux ou trois mille ans pour le solder ! Pulsions ataviques : alors un petit d’exode à contre courant et l’on revient chargés de haines pour les colonisés qui le gardent. Allez expliquer tout cela aux compères de Bush et aux adeptes de Sharon. Lavés du cerveau ou délavés du bulbe, à tort ou à raison, ils s’en foutent, comme vous des dettes de votre voisin envers sa concierge !
Shalom Israël, encore ! Tu ne daigne pas répondre ? Fille de Babylone ? C’est à toi que je cause ! Je te cause donc tu existes. Alors, écoute Israël, libère tes gens ! Yahvé, l’Allah dont se targue d’amitié Israël, tarde à agir et répondre ! Il a ses raisons que la conscience de l’homme ignore. Dieu, gavé du sang des justes, va user de sa poigne. Il a longtemps laissé l’homme livré à son libre arbitre. Mais, les chefs ont en trop usé. Il va se lever pour venger les innocents. Il va prendre la Terre abhorrée, ensanglantée et ivre de carnages, et l’essorer comme une tomate, pourrie, et plouf dans la poubelle d’un trou noir !
Elle, la fille de Judas. Elle est encore là, elle va m’attaquer ! Vous en êtes témoin, dites-lui quelque chose ! Pitié, à mon tour, je te conjure au nom de mon Dieu, je te demande, au nom de tes dieux de t’en aller.


PRIERES ONANIQUES

Elle sème la zizanie et récolte la rage. Les malheurs vous rendent athée ou hyper religieux. Deux faces d’une même pièce où la colère jouxte en voisine, l’espoir !
Elle est encore là, votre lubie obscène et cruelle…Sa seule présence vous persécute.
Votre tête va éclater dans ce bruit de réfrigérateur dans les oreilles. Les poussées de pression dans la carotide et la jugulaire palpitent sur votre oreiller, devenu subitement trop dur sous votre cou, courbatu ! La perversion de La Bête va jusqu’à vous distiller des douleurs un peu partout ! Votre corps est une bombe, une ‘’mine antipersonnelle’’. Le moindre écart est allégué pour expliquer l’état contrit de votre organisme. Vous vous surveillez, on vous surveille, on vous guette !
En fait vous êtes victime de la simple politique et elle vous affecte vous, votre sommeil et votre libido ! Votre tête surchauffe, à blanc, pendant que vous cherchez, fébrilement des doigts à soulever les élastiques qui enserrent votre slip et à retrouver un repère pour vous attacher au réel et vous ancrer au présent ! Les traces humides sont encore là, preuves de vos nombreuses mictions de prostatique et du dérangement que ces giclées occurrent sur votre sommeil ! Vous faites appel à Dieu. Bien ! Les mots se rassemblent et s’échappent. Sur quel ton Le prier ? Quel texte néologique Lui préparer pour privatiser l’écoute et symboliser le rapprochement avec Lui ?

Vous errez toute la nuit, en restant clouté au lit. Elle est là, oblongue comme un missile et velue...Elle va vous attaquer, malgré vos talismans ! Elle ne vous lâche pas, vous êtes occupé, encerclé. Elle vous assiège ! Vous êtes prêt à mourir en martyr ? Vous êtes un homme fini !

Appel à Dieu : Prière de faire cesser les guerres et de libérer Arafat et la Palestine. Prière de faire éviter les guerres punitives et sans éthique de Bush contrer Saddam…De me donner la santé, à moi et à mes patients, les biens, autant que je veux et le paradis, pour plus tard. Allo, je n’ai plus de carte de votre Parti, ni pile ni rechange pour vous appeler longtemps. Comprenez plus vite, ça m’évitera de perdre des unités ! Car vous êtes Le Dieu ! Je veux un réabonnement gratuit, prolongé et privilégié à vos faveurs ! Parce que je Vous aime, c’est certain, plus que les autres ! Je le sais et je sais que Vous le sentez ! Et que Vous ne me décevrez pas !
Je sais aussi, que Vous ne m’en voudrez pas de détester, humaine faiblesse, cette femelle, vorace et cruelle, qui ne m’apporte rien ! Allo Dieu, faites qu’elle cesse de m’importuner et qu’elle s’en aille. Car par respect pour la vie, ce que m’ont appris Vos livres, je ne veux pas me salir les mains…et la tuer… ce soir ! Allo Dieu, faites qu’elle comprenne ! Mais, c’est toujours moi qui vous appelle, ça grève la facture, je vous ai dis, quand c’est dans un seul sens…Faites un effort et signalez Vous à moi, en direct, dans Votre ineffable présence. On craint pour les rois l’impudence, or Vous qui nous connaissez dans la nullité et la nudité, et bien avant même qu’on ne vive et qu’on en prenne conscience. Notre impudique franchise ne vous émeut pas ! Au contraire, Vous nous recommandez d’insister et de Vous rappeler plusieurs fois par jour, nos demandes et nos suppliques, avec ferveur dans nos prières !
Alors, avec fureur, faites qu’Elle s’en aille et qu’elle me laisse dormir, car je suis très faible pour Elle et trop fatigué ! Qu’elle s’échappe et que sa présence qui me tourmente ne m’importune plus !

ELLE EST AICHA QANDISHA ?

Attention, Elle ricane et elle vole ! Ne voyez-vous pas ses pattes fourchues et ses cornes ?
Le petit matin est déjà là, le muezzin s’est rendormi après avoir appelé les hommes aux dévotions et au labeur. Toute une nuit de struggle dans ma seule pensée, Elle en est la cause et Votre mansuétude la voit me narguer ! Je ramasse mes idées et je les retourne pour les mémoriser, afin de Vous raconter mes épreuves dans l’ordre et dans le détail. La terre tourne le jour se lève, merci mon Dieu de me prêter encore vie. Superbe comme Sharon et Bush, sans crainte de Ta vengeance, mon Dieu, Elle est là sur son globe, en train de me regarder et de me narguer. Elle est une espionne, envoyée par eux ! C’est sûr, c’est une démone, une espionne, envoyée par le Roi Salomon à son fils Ariel !
Hautaine et agressive, comme une tigresse chaste en chaleur, la Comtesse Aicha, Djinn arrogante , suintante de mépris, orgueilleuse comme une star de cinéma, vautrée dans ses brillants comme une pute de nabab, est aux aguets ? La bave lui coule du ventre et du sang lui descend des canines ! Qu’elle aille fourrager un Djinn comme Elle, dans les terreaux méphitiques où Elle est née ! Tfou, tfou ! Bismi Allah, le Matriciant, Le Matriciel !

Sauvez-moi de ses griffes de la concupiscence ! Je ne suis ni un chef séditieux ni un agent subversif ! Ni un cadra voleur de Caisses, ni un gourou intégriste ! Lâche-moi, vipère ! Vade retro Satanas ! Je ne suis ni un bougnoule corrompu ni un activiste du kif ! J’ai du sang français dans les veines (merci aux donateurs d’immunoglobulines). Je suis immunisé et de hmaya neglize* ! Je suis comme le pauvre Arafat, exposé à ses tirs hargneux et à ses regards hostiles. Vous la voyez Seigneur ? Vous dites qu’elle…Elle est vraiment partie? Elle s’est tirée sans que je la tire ! Elle s’est réveillée avant Votre juste colère ! Vous sentant décréter de la réprimer, Elle a fuit Votre immanent courroux ! Votre revanche sur eux tous, reste dans mes prières, Seigneur ! Votre divin châtiment est inéluctable. Amen !


Elle est partie fureter et fouiner ailleurs, échappant à ma vindicte et à Vos réprimandes. Comme ses maîtres, Elle ira selon la qaéda qu’ils pourchassent, se réfugier dans une grotte. Elle ira perquisitionner d’autres têtes et traquer d’autres quéquettes ! D’autres peaux plus fragiles que la mienne. Des charognes ! Celles des victimes handicapées et celles encore plus douces, des bébés martyrs et des enfants de l’Intifada, qui jouent avec des pierres pour faire peur aux blindés ! Et que l’on tire, avec hystérie, à balles réelles, Monsieur Bernard Henry Lévy.


ELLE, C’EST UNE SIMPLE MOUCHE !

Telles des vautours et des vampires, les mouches sont les plus horribles des femelles ! Je comprends que certains mâles détestent ce genre de parasites voraces ! Ceux qui haïssent ce genre de prédatrices, les traitent comme des rapaces !
Mal aimées comme Elle, d’exécrables arachnides, des reptiles, accrochés aux frasques qu’ils tarissent, horribles et collants comme des insectes, des mouches comme Elle, continuent à nous harceler et butinent sur nos urnes!

Kénitra, le 21 septembre 2002 Dr Idrissi Ahmed
Maidoc@Caramail.com

LES EDITIONS ARTISANALES





02:37 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

DICHOTOMIE, DELIRES ET VISION STENOPEIQUE

DICHOTOMIE, DELIRES ET VISION STENOPEIQUE

pétition

MOTION POUR ECARTER LA GUERRE



« DEVOIR » DE REPONSE A MONSIEUR SIMON LEVY



JE SOUTIENS ABSOLUMENT LE PR. SIMON LEVY. Il nous manquait de le lire ! Heureux retour sur les pages d’Al Bayane et de Libé ! Comme nous manquent les multiples collaborateurs des Yata et tant de belles plumes, celle de Khalid Jamai, celles de Meg et d’un tas de profs… Seulement une chose, je lui propose en tant que patriote, humaniste, engagé et inaltérable, de s’élever un peu mieux, un peu plus… contre d’autres ineptes invectives et sordides prévarications. De se lever contre d’autres détracteurs, qui outragent, à mort, leurs frères sémites et d’objecter, en peine conscience, sur les journaux où ils sévissent.


Il s’agit ni plus ni moins que de répondre point par point, à ceux de parmi les philosophes insidieux et les bien-pensants du tout Paris, de New York et de Washington. Invités gouailleurs et pétillants, ils «gambadent » sur toutes les chaînes et nous font crever, face aux écrans ! Ils s'agitent sur TFJ, ils sévissent sur d’autres revues, contre cet AUTRUI dont vous appelez plus de circonspection et de tolérance, l’ami ! Vous connaissant, à travers le Pcm et le Pps, pour votre amour de notre pays, le Maroc, de Fès et de par votre proximité amicale des autres Marocains, il me semble que l’on peut attendre de vous, de votre honorable dignité, que vous vous démarquiez de la ligne belliciste et dure. Ouvertement, pour nous rassurer tous, et pour stigmatiser le sérail du Potentat américain qui nous sert d’Imperator ! Agir, au même titre que les adeptes des autres confessions, qui ont marché et crié leur vaste opposition, en Amérique, en Espagne, en Australie, en Angleterre ! Pour faire face, intellectuellement, poliment et radicalement, à l’invasion prophylactique mais carnassière du Moyen Orient ! Nous sommes en droit d’attendre ce « devoir de réponse » de nos autres concitoyens, qui relèvent de votre solidaire communauté, à travers le monde, celui de continuer à plaider la cause de la paix. Pour qu’ils se lèvent, malgré le chaos des bombes et la vue de la violence, pour manifester, avec l’éloquence qui est la leur, contre tous les suppôts de la ligne impitoyable et odieuse préconisée hélas par notre ami, Monsieur Bush ! Nos avons adopté, pour la crise de l’Irak, selon la même vision pacifique du monde, la méthodologie diplomatique, promue a contrario, comme une nouvelle éthique et magistralement assumée, avec brio et courage, par ce même Chirac que vous invoquiez ! Plus religieusement encore, par Sa Sainteté le Pape ! Aussi convaincus que ces foules séculières, effervescentes et multicolores, qui descendront dans les rues, pacifiquement encore, pour continuer de crier non à l’agression illégale, nous prônons le retour à la voie pacifique !


SAUF QUE MONSIEUR SIMON LEVY, IL Y A DES NON-DITS, flagrants que l’on veut obvier et laisser en filigrane ! Des tabous, que par pudeur et par calcul, l’on évite de soulever, en termes dialectiques, pour ne pas faire d’ombre ni d’accroc ou d’amalgame avec la Croisade Sacrée du Fils Bush. La chevauchée apocalyptique, le Busher de l’Irak, nous désoblige et nous déconcerte ! Cette guerre ultra coloniale, commet le crime et nous ment, en prétextant exporter des valeurs de démocratie avec la « Liberté à l’Irak » ! Conduites fanatiques, jeux fantasques et leurres mystiques ! Vivons-nous au vingt et unième siècle, Maître, ou dans un moyen age, spatio-temporel, qui se passerait en pays de Far West ?
Comment vous tromper et faire les hypocrites, en ne reconnaissant pas les mêmes symptômes de la même paranoïa et associer les deux conduites comme un terrorisme d’état. Menées et dérives, selon les mêmes principes d’exclusion avec les mêmes pratiques, basées sur des différences de race et de culte ! Raidissement et flagorneries d’ethnies supérieures, axés sur le principe de deux poids, deux mesures ! Les larmes et les exactions en Terre Sainte de Palestine, se sont-elles tues ? Les manigances, la duplicité, la fourberie et l’arrogance sharoniennes ne cachent pas ses ignobles procédés barbares d’apartheid, de barbarie et de carnages industriels ! La Nation de Dieu, (la vôtre, qui a tant payé depuis le moyen age, en pogroms et en holocaustes), fait payer en retour les innocents, en commettant sur eux les pires abjections qu’elle avait subies dans le passé, par d’autres mains criminelles ! Autrui ! Tout le monde reconnaît ses droits, elle, Israël seule, ne (re)connaît pas ses limites !


NOUS AURIONS DIT « OUI » A LA CAMPAGNE D’IRAK, SI LES VALEURS universelles de l’Onu étaient respectées de tous et par tous ! Sauf que vous voulez ignorer et faire passer sous silence les convoitises impérialistes ! Israël et par les Usa, s’en foutent de l’Onu ? Victoire, demain l’Amérique vaincra ! On le sait et on a dit qu’on le craint !

Mais au prix de quel injuste « Holly Cost » hollywoodien ? Nous savons que Hitler a sévi, mais, il a laissé la rancœur et ses consignes de vindicte au Peuple qu’il a sauvagement déchiré et transmis à la fière Amérique ses visions de peuple expansif !
Depuis, la fin de la deuxième guerre mondiale, la guerre semblait être devenue une horreur, or voilà que Junior en fait un war game. Saddam, « wanted dead or alive », son « game is over » ! La raison, la politique, la justice semblaient être devenues les seuls critères susceptibles de gérer le monde ! Capables de régler la tragédie israélo-palestinienne vers la paix et de guider la région vers un judicieux équilibre, un partage de la terre, des hommes et des lieux de culte. Des temples et des mosquées élevés au même Dieu par les fils éclatés d’Abram ! Ce qui parait être un leurre ou un rêve aujourd’hui, la paix, sera la nécessaire réalité de demain ! Regardez comment les foules des pays aliénés par Bush dans sa coalition s’opposent avec vigueur à la sale guerre qu’il incarne ! Capricieux, gâté par sa mère puritaine, toutes les simagrées, tous les louvoiements qui caractérisent, Israël, l’enfant chéri de l’Amérique, devront bien cesser, un jour ! Pour considérer, Autrui, Monsieur Simon, le Palestinien, notamment, avec plus d’égards et afficher moins de mépris aux valeurs de notre monde musulman et de son imprescriptible civilisation.


IL EST EVIDENT QUE NOTRE AMI SIMON LEVY, en homme politique avisé des manœuvres que s’offrent « les services », se rappelle du jeu d’un certain lobby et d’une spermatique stagiaire, appelée Monika. Un bel instrument qui a servi de bouche de sortie, dans une déstabilisation tactique, qui devait chasser l’équipe Clinton pour asseoir celle des Bushs à sa place. Il sait la composition puritaine, les éminences bibliques, grises et industrielles, des armées et de leurs finances dichotomiques, les alliés de Dieu de l’argent, de l’industrie de guerre et du pétrole, affairistes, qui font les méninges de son brain trust à JWB. Si sa plume, avisée et honnête le peut, pourquoi le Professeur ne se range-t-il pas, plus ouvertement avec les Pacifistes, pour contrer vertement, ceux qui minimisent la responsabilité d’Israël et entrent en kabbale contre les efforts de paix ? Les soulèvements résistants, les jets de pierres et autres malheureuses bavures terroristes, ne sont que des ferments, des artifices qui céderont quand Israël leur offrira à la place des ses faucons indécrottables, des démocrates, non militaristes. Des hommes de dialogues et non des terroristes extrémistes patent et fanatisés, confiants et fiables, qui cultiveront la paix et inspireront la sérénité et la confiance de leurs alter ego, les Palestiniens ! Nous osons parier sur la paix, alors que tonnent les bombes et meurent des milliers d’innocents, nos frères, et les frères de tous les marcheurs contre la guerre ! Nous attendons la « feuille de route » de Monsieur Bush, pour vérifier ses données et le sérieux de ses dires, afin de croire en un gendarme, sympa, un grand frère, capable de se montrer plus juste, pas trop prêt de la gâchette, ni des quatre Cavaliers de l’Apocalypse !
En attendant nous ne justifions guère cette flash war, ni les dérives barbares que commettent les Alliés sur une population civile, effondrée. Une population sérieusement affectée, victimisée durant plus de vingt ans par de sordides machinations et de guerres. Comme nous stigmatisons la continuation de sévir du potentat, honni ou déifié, sur lequel ils se cristallisent et s’ingèrent, et, qu’ils furent les premiers à armer en toxiques et en gaz, durant la guerre froide !


Cependant comme vous, monsieur Lévy, nous décrions les injures mièvres et les chants stupides, qui autant que les armes insultent aussi gauchement l’avenir. Nous leur préférons, l’entente et la tolérance, que nous offrons, en bons diplomates, cultivés sur cette terre hospitalière des Juifs, des Berbères et des Arabes, où la civilisation de l’Islam connut ses plus belles heures, en Andalousie, en Perse et en Irak !
Voulez-vous faire revire à nos enfants, ces belles inventions de la pensée humaine ? Mais, c’était au temps des mille et une nuits, avec Sindbad et Shéhérazade, quelque part entre Bagdad et Bassora ! Croyez-vous au retour de ces rêves fastes d’Orient, de tapis volants et de princesses de légendes ? Dites-le donc, Cher Monsieur Simon, à ceux qui ont peur…de la paix !


DR IDRISSI MY AHMED
maidoc@caramail
112, avenue Diouri
Tel 037376330, Kénitra

Ecrit le 27 -28 03 03
Adressé par fax précédemment
A AL BAYANE ET LIBERATION

EDITE SUR MAROC HEBDO DU 04 04 03


[Edité le 4/4/2003 par maidoc]

  

02:30 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

 July 19, 2004     We the undersigned, e

homesign a petitioncreate a petitiondiscuss this petitionquestions 

July 19, 2004  
  We the undersigned, endorse the following petition:
Sympathie Mondial
Target: George Walker Bush President of the United States White House
Sponsor: Idrissi Moulay Ahmed

pen nibSIGNATURES: 10

pen nibGOAL: 1,000

pen nibDEADLINE: 9-20-2002

Au Monde: Signer pour illustrer votre sympathi et concerne. AU NOM DE L'EQUITE ET DE LA RAISON regardez les siecles qui vous regardent

EN RENOUVELANT AUX AMERICAINS MA PLUS PROFONDE SYMPATHIE, LA PLUS SINCERE, POUR LES PERSONNES QUI ONT PERI OU SOUFFERT, MA REPROBATION VA SANS RESERVE A TOUTES LES PARANOÏAS QUI EXACERBENT LA VINDICTE, SUSCITENT LES EXTREMISMES, ET FOMENTENT LES GUERRES ! ..... See full petition below

  

STEP 1. Enter your name:

Display in public list as "Anonymous"
MOST RECENT 25 of 10 SIGNATURES
NumberDateNameStateCountryJe le signe Pourquoi.
10 11:39 pm PDT, May 15Tammy HilburnARUSc'est vrai, les idees ici sont formidable et peut etre trop sophistique pour la majorite des americans, dommage, eh?
9 4:01 pm PDT, Sep 12Anonymous--MAMadame Student Les chroniques barbares LE 23 ème CHAPITRE LA PAIX, LE SANG, LES DIEUX ET LES RACES L’îlot de Leïla, Torah ou Perejil Entre deux regards MAIDOC EXERGUE « L’équilibre du monde voudrait que les pays civilisés soient les moins bellicistes. Sauf que Machiavel en décide autrement. Les pays industriels et leurs multinationales, tels des grossistes, se développent et se renforcent par les guerres qu’ils livrent aux détaillants. » Maidoc, in Mme Student. PREFACE INDISPENSABLE Ce Soir est inoubliable. J’avais prévu de dîner à la chandelle, avec ma solitude, devant un litre de Lacrima Christi, de fromage de chèvre de Torah, garanti sans listérias ni cholestérol, saucisses halal, expressément préparées par David Lévy. Un ami juif qui avait écourté le lycée Moulay Slimane, avant moi, pour reprendre le commerce de son défunt père. Une échoppe de brochettes, près du cinéma, Le Bijou ! Vous connaissez ? Je ne vais pas vous servir de guide, mais je vous donne, comme adresse, un des fondateurs du Groupement des Guides de Fès, Driss Faceh, qui n’est pas, dyslexique pour un sou, afin de vous servir d’éclaireur. Un fils béni de la région, qui enfant est tombé dedans ! Son le père mourut avant les frasques de la DST locale et le congé humiliant de Si Driss ! David, qui aimait, comme nous, Cinémonde, Fernandel puis Coluche et l’Abbé Pierre, est l’un des rares enfants de Fès à ne pas renier le passé commun multimillénaire, au Maroc. Dwidou, comme on aimait l’appelait, a préféré y rester, avec sa femme, Zouleikha. Avant que vous ne courtisiez l’indomptable Nasri, du même sigle, qui nous sert de conseillère, sachez que c’est un très beau et vieux prénom, que l’on retrouve, comme Zohra, Messouda, Radia, Aïcha et tant d’autres, chez les filles de toutes les confessions de la zone. Daoud, est resté, accroché à ses chapelets de merguez, malgré les sirènes religieuses qui aspiraient tous les Juifs du monde et du Maghreb en particulier vers la Palestine. Le but étant de grossir la population déracinée, qui allait servir de nation (dans une contrée déjà peuplée) ! Autrement, c’était un peuple heureux et travailleur, solidement ancré à ses traditions, vivant avec une euphorie proverbiale, parmi les berbères, les arabes, musulmans et ceux des autres confréries, les espagnols et les portugais. Hazqines ( complètement pétés, dégarnis, quasi miséreux et dé-friqués à l‘époque), mais tellement sympas ces Ibères, avant cet iznogood de franquistador* : Aznar ! Nous l’étions tous un peu, hazqines : il n’y avait pas de ministres, pas de corruption, pas de juges véreux, tous égaux, sous le protectorat, du bon Dieu. Cela avait quelque chose de presque équitable ou d’égalitaire, l’ère coloniale ! Les Portugais et les Wastis n’étaient pas du reste. On appelait ainsi Algériens, gens du milieu, « ces deuxièmes françaisses*», susceptibles et querelleurs même, pour des broutilles ! Cousins sympas ou frères et voisins, ils brillaient par la nationalité de l’occupant et la silhouette des occupés, avec en épigraphe, un long nez sur un air arrogant, monté au zénith. Nos frères de destin, je les adore, se réfugiaient ou travaillaient, aux affaires indigènes, chez nous. Ils étaient volontiers, traducteurs, maîtres d’arabe ou techniciens, parfois jardiniers municipaux, avec le soutien indu et privilégiant de leurs mentors et tuteurs les super-français. Sauf que les parrains montraient un bagou ambivalent envers les Juifs. Ils laissaient des exclus parmi les indigènes, qui allaient sentir monter en eux, la grogne ! La flamme nationaliste réquisitoriale est née ! Une volonté de libération, une montée du nationalisme, à l’instar des Français, eux-mêmes qui ne s’empêchaient pas de lever, chez nous et chez les noirs d’Afrique, des armées de fantassins pour se libérer ! Des nègres et des maures, bons pour le front et la chair à canon, afin de débarrasser la France de ses envahisseurs nazis et des colons aryens, dont ils n’avaient rien à foutre chez eux ! Ni peuple privilégié, ni tribus indociles, même pas une entité clanique extraterrestre ! Nos cousins juifs ne sont certes pas plus purs que les autres canaques ! Puisque leur grande khaïma se réclame d’Ur, la ville de Abraham, qui est d’origine babylonienne, dans l’actuel Irak ! (Le pays de Sade-damne, autre Sodome des dieux, que veut annihiler à leur place le frère chagrin, GW Bush, poussé en cela par l’exterminator Sharon ! ). La croisade des impérialistes, vous avez dit ! Sauf qu’à cette époque bénie, oui, oui, à l’ombre de notre enfance, nos cousins judaïques étaient des pacifistes, sereins, conviviaux, civilisés. Commerçants ouverts, ils furent, plus des familles, des notables, sinon des bijoutiers et des bourgeois en vue que des n’importe qui ! Kouwwaye, rakkaêe el ghessaï, kheyate el mataréb, couturières modernes, es-jupes et robes, ils étaient étonnants par un savoir-faire, dont ils brillaient dans la pénombre de notre Moyen-Âge commun ! Ere décalée, celle-là, de cinq siècles, plus deux heures, de fuseau horaire ! Nos co-assujettis et souvent amis Juifs, étaient partout reconnus des musulmans comme des nationaux. Ils étaient chez eux et ne venez pas me contredire ! Jamais, au grand jamais , ils ne furent reconnus comme étrangers, ni étiquetés comme des parias, ou marginalisés, comme ils le furent dans les autres pays d’Europe. Honte à l’Occident ! Minorité, non-exclue, je tiens à le repréciser, ces sujets émérites, avaient la caution des Rois. Lesquels, par estime, les prenaient comme intendants ou fournisseurs. Parfois, avec plus d’aval que les sujets ‘’ rangés ’’ comme musulmans ! Nos juifs étaient toujours chez eux. Et même quand ils résident depuis quelques décennies, un peu plus loin de leur berceau, ils demeurent chez eux, au Maroc. Ha, a khay ! Hospitalité et convivialité valent mieux que tolérance ! Le berceau n’était pas synonyme de tombes ou de pateras ! Notre brave pays s’avère l’héritier, sinon le fondateur indéfectible, le centre de référence universel de la Tolérance ! Cette fraction de notre nation, qui fut d’abord privilégiée par nos colons, fut ostensiblement protégée par nos Souverains et cela en leur période de sultans assujettis, contre les dérives racistes et holocaustiques des français de Vichy, eux-mêmes ! Avant qu’elle ne soit vendue, par tête et par troupeaux à la future Israël, par le mercenaire et félon régicide, le général Oufkir, pour grossir l’armée des kibboutzim et radicaliser les juifs en terre sainte ! Nos sémites, mal tournés faisaient de la cuisine tout un art, une civilisation, un plaisir et un cérémonial qui adoucissait toutes les fêtes auxquelles ils s’évertuaient à inviter leurs amis musulmans, avec un bonheur partagé. La seule différence que notre enfance notait est qu’ils priaient dans des mosquées différentes, sans minarets, le même Dieu, que mon grand père, Lafquih Lyazghi, Rahimah Allah, disait qu’il s’appelait Yahvé, c’est-à-dire ; ‘’ Ya Ba’’ , littéralement « Mon Père ». Ils priaient dans leurs synagogues debout ! Alors que nous le faisions, bien plus souvent que le week-end, sans chaussures et sans calottes, couchés ! Couchés, debout, couchés… Après que l’on se soit bien lavés, (les ablutions, bien entendu). Cérémonial un peu plus dur, quasiment un calvaire, qui décourageait bien des ados, rebelles avant terme ou paresseux que nous étions ! Notre enfance n’avait pas de préjugés et notre camaraderie fut des plus cool ! Bref, (pour un écrivain, grammairien de surcroît, vendeur de mots par excellence, c’est une gageure, une erreur de marketing, risquée, que de commencer une phrase par bref ! C’est qu’il ne sait pas, cestui-là, raconter, ou qu’il veut en venir au plus vite à la conclusion. Les préliminaires sont plus appétissants que les conclusions ! Le bref est moi c’est une butée pour ne pas perdre le fil, et, secondairement un stop, télégraphique, pour ne pas ennuyer les plus patients de mes lecteurs, avec des banalités comme cette parenthèse ( J’ai entendu vos mercis ... C’est de l’autodérision…continuons ! )… Ainsi donc, vous me suivez… j’avais toujours l’impression d’être poursuivi (On ne passe pas impunément pilier de grève de la vieille corpo d’étudiants !) Quel ne fut mon étonnement, quand je vis des rangées de voitures inaccoutumées, toutes neuves et du dernier cri, des Land-Rover militarisées et des forces de polices, nombreuses et de toutes les couleurs, devant mon immeuble ! J’eus de la peine, au ventre ! Où voulez vous qu’elle soit pour déclencher une diarrhée, si ce n’est pas au ventre ? J’adore les sciences et la biologie en particulier…Je vous fais un rappel d’anatomie ? De physiologie de la digestion et des décharges d’adrénaline politique sur le péristaltisme intestinal, le plexus solaire et les glandes ? Blache gaaê ! Passons dessus les cultures, comme certains. On fouilla donc ma voiture…vous les voyez faire ! On fouilla mon coffre, pardon, j’étais piéton…. (Je n’avais pas encore reçu mes deux milliards, d’honoraires, qu’on me doit, pour les idées que j’ai offertes à la Monarchie ! A ce jour, en fait, si vous avez des entrées sérieuses, voulez livreriez bien le message à qui de droit !) On me fouilla, comme « un vulgaire Palestinien » ! …Ça me rappelle mon grand père, lorsque j’avais six ans, et que nous montions par Talaâa Lekbira sur le chemin de son atelier de menuiserie : la Maquina* de Fès-Jdid ‘’. Vous connaissez ? Alors, on se faisait fouiller par des blonds et des nègres, des lalijou et des Saliganes*, juste à côté de l’échoppe des adoule* Zitouni et Lacheheb. On déshabillait d’autres, je présume, a posteriori ! Pourquoi est-ce que je pense immédiatement « Palestinien » qu’on offense et dénude, dès que je vois, même dans le souvenir, « de la police », arme au poing et des barbelés ? Mentalité de colonisé ? Va, alors ! Et pourquoi que ça continue, ici même ? Alors que nous sommes « libres et indépendants » et que nous fêtons le retour et l’allégeance au Roi de la province de Oued Dahab ? Secouez-moi, si je rêve ! Zut, mais que font, entre temps et ostensiblement, les armadas hispaniques du kommandantur Aznar, autour des villes spoliées de Ceuta et Melilla et des ’’prisons sur rochers’’ qu’ils appellent Présides espagnoles ? Les Affaires Extérieures, notre kharedjia kherjate alina* elle est à repenser ! Merci, Sire ! Bref ! Je vous l’avis dit ! On me fouilla, in extenso, la sécu, mes froques, mes feuilles, mon itinéraire, mes idées, mon plan de vol … (Descend de là-haut, Doc !) On retourna le sac de papier où je cachais ma dive bouteille, (Il ne faut pas être musulman quand on boit et vice versa, pensai-je, à demi repentant, en ces temps de retour au divin… moyen âge, dans les quartiers où fermentent les terreaux ). Et on goûta même mes bananes ! Je leur dit, timidement, aux inquisiteurs, que : DEBUT DU TEXTE _ Je ne suis pas un agent subversif, messieurs de la CDT, de la DST ou du DTT ! **Je suis un antirévolutionnaire, antédiluvien ! Tranquille, comme un myasthénique, inoffensif, comme un handicapé. Un peu, par conviction, plus par inadvertance, mais surtout par réaction anticipée, contre les algériens, (Salut les frères!) et ceux des autres nationalités, qui n’ont rien compris, malgré notre enfance partagée) face au piège dans lequel ils ont placé la Gauche Marocaine, la sahraoui et la citadine, si naïves et terriblement si gauches, à l’époque ! Je leur dis que : j’habite dans cet immeuble pourri depuis 20 ans. (Il était déjà pourri, avant que je ne m’y installe et que ça fiente malgré mes plaintes aux « Bourreaux d’Hygiène ») . _ Je n’y suis pour rien, messieurs, malgré mes plaintes aux Gouverneurs ! Leur dis-je. ** PS : J’aurais du écouter le Pacha Si A. Tayeb, l’un des derniers vrais pachas, avant qu’ils ne deviennent des secrétaires ! Il m’avait conseillé de m’installer plutôt dans un quartier populaire, en besoins de toubab, hélas ! Alors populo pour populo, autant l’abondance des braves et dits ‘’ awbaches*’’ que des snobinards de ville ! ** Ya Sayédi*, ça ne fait aucun progrès dans ce centre-ville, de ville trouée. Depuis que des vendeurs de ciment, des zombis sans charisme ni urbanité ou autre culture, sont venus en prédateurs patentés, privatiser la ville. Au point de l’aliéner et de s'abandonner la ramasserie municipale d’ordures, en vendant ce genre d’affaires, des régies des plus banales en fait, aux anciens colons ! Hchouma * ! Nous, nationalistes attardés, de la cinquième roue, qui attendions quand même, modernité, apports de savoir faire et de technologies nouvelles de cette putain de privatisation ! Idéologie nouvelle, qui par la vente même des services les simples, aux étrangers, sous le rouleau compresseur de la mondialisation, fait rentrer le protectorat, par les hublots, quand nos prédécesseurs les avaient renvoyés du pont de ce bateau….ivre ! ** Là tout, près Sidi, passe le cortège de Sidna, quand SM daigne venir pour y distribuer les diplômes de fin d’année aux Ecoles de la Base. Ils ne sont fichus de réparer ce bout d’avenue et ce rond point fictif de l’Horloge ! Je me fais avocat de la ville et délateur, par civisme… Et que, ajoutai-je aux flics : _ Je suis Maidoc, le médecin soignant de Madame Student et l’ami de S.A. David Salomon 60e, le Prince d’Israël ! ** Rien n’y fit ! _ Taisez-vous, Docteur ! M’ont-ils intimé ! Shuuut ! Tout ce que vous allez dire pourra être retenu contre vous ! _ Je n’ai pas d’avocat, mais j’en connais beaucoup ! _ Calmez-vous, Doc ! Pas de menaces dissimulées…Et dire qu’on reproche aux médecins leur manque de loquacité ! Celui-là, les rachète, les gars ! Ont-ils fini par cracher et pour se mettre à rigoler, grassement ! _ Ça y est, khlat* ! (J’imaginai déjà un vampire, du genre introverti, un Boukhari, aux écoutes téléphoniques, en train de prendre des notes pour faire un livre sur mon cas…et sur mon dos !) ** Se moquer est déjà une plaisanterie, qui libère ! Amusons-nous de nous-mêmes, lecteurs ! De nos rêves et de nos délires ! Sans rêves pas d’ambitions ni de fantasmes ni de réussite ! Amusons-nous de nous-mêmes, au moins nous en comprendrions le sens…. ** Finalement un grand bonhomme, comme j’en ai rarement soigné, me dirige vers la porte de mon cabinet (qui me sert depuis la récession du métier de généraliste, d’appartement de résidence, aussi !). N’allez pas croire qu’ils m’aient fit subir des exactions inciviles. Hram* ! Une quelconque incorrection contre ma personne, de type ‘’ main du poulet sur le collet’’, avec les pieds du prévenu, raclant les rebords de marches d’escalier. Image que l’on verrait dans une scène de film politique traitant des années de plomb marocaines ! Le Géant tape, pas sur moi, mais à la porte ! Entrez ! Dis-je ! On lui ouvre ’’ma porte’’ ! Des énergumènes patibulaires, d’une autre race, nous accueillent, le menton en l’air, comme des colons des années cinquante ! _ Tiens, des Alliens ! Il y a des gens, d’une autre planète, qui habitent chez moi ! Xfiles-ai-je * ! ** L’armée espagnole occupe Sebta, Mellilia, les Îles Jaafarines, le rocher Leïla Tauwra, et même mon domicile ! Eh, padre caudillito, Jose Maria Aznar de la Cervessa, je n’ai pas de poisson à t’enlever…. Ni de sardines à t’offrir pour ta tapa ! Alors que je te sais gourmand de connivence avec les frérots algérois….J’aurais pu, encore, te les concéder, comme aux Russes ! Et te les laisser déguster en pâture, s’il n’en tenait qu’à moi ! Non pour calmer ta faim alimentaire, mais pour tenter d’étancher ta hargne de colon attardé! Encore moins de sable à te céder, ni à toi ni à tes fieffés acolytes du Polisario ! Je sais que toi et les franquistes avez enfanté avec l’Algérie, sœur, un hram.*i, un bâtard embarrassant ! Même pas un hectare de perejil à te fourguer ou de maâadounès* pour décorer ton assiette ! Nixt, walou, sir bhalek, Allah sehhel* ! ** Donc, on m’a emmené, chez moi, messieurs les lecteurs, mesdames les lectrices ! Avec un attirail de policiers inquiétants, tout autour de moi, « chez moi » ! La Halqa de Marrakech, le tout sécuritaire, qui s’est déplacé, place de l’Horloge ! Basri, en moins ! Il avait cours à la Fac de droit (sic) ! Mais il n’a plus cours à l’intérieur ! _ Je n’ai envahi personne et l’on m’envahit ! Pourtant ma situation, sur ce rond point virtuel, n’a rien de stratégique ni de géopolitique ! ** Un peu comme le rocher de cette Leila ! La lubrique lubie, Leila, devait être dure pour que son amant dénomme le rocher de son nom ! N’est-ce pas ? Ici, comme sur Persil, rien qui menacerait l’équilibre mondial ni celui des colons arriérés, rien qui menace les flottes de l’Otan ou qui viserait les flancs des bateaux de guerre de l’Amérique qui passe le Détroit pour guerroyer ailleurs. Rien je vous jure, contre les sous-marins nucléaires israélites, qui menacent nos capitales arabes de leurs fusées atomiques ! _ Otez votre armada de mon soleil, les Lévy, les Cohen et consorts ! Ajoutai-je. _ Je n’ai rien ici ! Fouillez ! Ni crack ni coke ! Ni filles, ni FIS ni flous ! Que des pots de plantes, sur mes balcons, pas de kif comme au rif, que des khadouj el khaneza* et autres pélargoniums ! Avec plein de mégots et de crachats de malades, dessus le terreau ! Et meilleur comme engrais recyclable, on ne rejette pas mieux ! _ Docteur, c’est répugnant ce que vous dites ! Fit une dame que j’ai vue de dos, avec l’air d’une femme enceinte qui ne trouve pas où vomir… _ Nous y travaillons, madame, dans ce nouvel art de dire en termes policés et vertueux, nos douleurs pour votre bon plaisir ! Mes sordides images sont hélas moins abjectes que certains ripoux de la pourritique* que vous protégez ! Qui êtes-vous d’abord ? _ Pas de fleurs pour les kidnappeurs ! Dit une voix à côté ! _ Pensez-vous, monsieur le détenu ! Ajoutais-je ! Même pas dans mon vase de bureau !l Lequel, dans son assolement s’assèche et craquelle comme nos terres du Sahel ! La récession, quoi ! On y fait pousser des aloès et des cactus ! Le cabinet, mon cher monsieur, est-il à l’image de nos pays ? A sac, sec et asséché ! Hal fahemtou ? A sehab derb wa darriba * ? _ Nos yeux veulent pleurer, mais ils sont secs ! Il ne reste que le sang pour féconder notre lutte ! Souffla le prisonnier au turban grillagé. LE DIALOGUE SENSU STRICTO _ Du calme Docteur ! Excusez-nous. Nous vous avons certainement un peu surpris. Nous n’allons guère vous importuner plus longtemps…Vous avez de la visite ! _ Des consultants ? Ya hlili* ! Fis-je en me frottant les mains de bonheur ! _ Maidoc ! _ Toubiiiiib ! _ Madame Student, et vous cher Prince David ! Vous avez encore grandi ! La taille de Charlton Heston dans le film Moïse ! Quelle noble allure ! Vous avez embelli, mme Student ! Vous vous êtes mariée ? Ou, que c’est l’effet d’un lifting intégral ? Je m’excuse pour les mots affront-tu-eux * de toute à l’heure ! ! _ Prince, je vous avais bien dit que le Docteur est très affectueux et qu’il est fier de vous ! _ Et qu’il aime bien rigoler ! Effrontément, ma chère Mamy ! _ Quelle bonne surprise ! J’avais juste, il y un instant, parlé de vous deux ! Comme une prémonition. Je me suis même recommandé de votre amitié, à tous les deux, devant vos amis gangsters et gentils gardes chiourmes d’opéra ! _ Maidoc, vous commencez déjà les tirs ! Attendez de voir qui vient dîner ce soir ! _ Vous êtes iciiii, chez vooooous ! Vous êtes iciiii, chez vooooous ! Vous êtes ici, chez vous ! J’ai déjà aperçu Arafat, du moins sa keffieh ! ! _ Taisez-vous ! Encore cet affreux leitmotiv ! J’ai honte pour vous et pour ce manque d’imagination atroce. Vous ne connaissez personne à la RTM ou au Palais Royal pour faire arrêter ce massacre ? J’ai horreur de cette litanie idiote et mièvre que matraque votre téloche aux RME, à longueur de journée ! Pauvres oiseaux migrateurs, pauvres cigognes, on vous apprend l’orgueil ! Eh, vous Lahrichi, on se laisse encore faire, par le chef d’opinion, le Wali de la Radio ? C’est pour quand le faraj* ? _ Passons, laissez votre message à la Directrice de la Fondation Mohammed V ! Mais, dites-moi, au préalable, vous êtes ici, comme invités aux fêtes du mariage royal ? _ Non ! Nous n’avons pas eu cet honneur ! _ Ou est-ce qu’on vous a parachutés pour assister à nos premières élections transparentes ! _ Non, non…. Détrompez-vous ! _ Alors, vous êtes les sycophantes de Sion ! Ou mieux des agents algériens ! _ Mais noooon, Maidoc ! _ Alors des espions espagnols ?! Hum hum hum ! Vous venez fureter sur nos Nouvelles Zones Economiques qui vont étouffer les Ceuta et les Melilla ! _ Entrez, entrez d’abord, Maidoc, la surprise va vous étouffer à vous ! ! Nous parlerons après ! ** Là, chez-moi, autour de ma table de salle à manger, messieurs, mes dames, mes filles, un ogre sanguinaire, un vaste criminel recherché par le TPI ! Le Sharon en ‘’personne’’ ! Façon de parler ! Le Sharon de votre journal parlé ! Le Sharon, en chair et en vrac ! _ Hé là, fis-je ! Vous vous êtes trompé de pays ou d’écran ? Ici ce n’est ni la télé ni les infos ! Ou, on vous a déporté chez moi ? Je ne loue pas aux criminels de l’histoire ! _ C’est ça le pays du dialogue et de la tolérance ? Ha, La Student ! L’hospitalité dont vous m’agacez depuis des lustres ? La paix des cultures que vous me ressassez ? Le dialogue des civilisations, mon cul, préceptrice de mes deux ! Et ce con, sans blouse, pour qui qu’il se prend ? _ On va nous censurer à cause de vos gros mots, l’Hébreux ! _ N’est-ce pas lecteur ?_ _ Tu ne connais, Sharon, qu’un seul dialogue, celui du feu et des gros mots ! Et qu’une paix, celle des cimetières ! _ Et des fosses communes ! Tonna Sharon vulcaniquement ! _ De quel droit vous vous êtes emparés de mon home, la M’hala? _ Je t’emmer… ! Sortit le gros insolent. _ Haaa ! Vous jojez ? Fis-je, sémitiquement, par manque et de mots et d’oxygène ! _ Ça y est, ça y est ! Calmez-vous ! _ Dites bonjour à monsieur le Premier Ministre et asseyez-vous ! Maidoc ! _ Shaloom *, monsieur le Premier Ministre ! _ Madre de Dios ! Je continue les présentations, Maidoc. _ Et voici, Pérez, le hâbleur élégant, le Ministre qui a trahi son prix Nobel ! Je le reconnais ! Shaloom, monsieur Pérez ! _ Hello Doc, ensshanté ! Ne dites pas comme ssha ! Vous jallez fâcher vos jôtes ! _ Je suis éberlué ! Et vous, vous Yasser Arafat ! Pour de vrai ! _ C’est moi, venez ! Venez, venez, Maidoc, vous asseoir à ma table ; il fait si froid dehors….Venez, j’ai lu vos articles pro palestiniens ! Venez, je vous fais l’accolade ! Mmmouah* ! Vous voulez nous acheter des timbres pour la Palestine ? _ Vous m’avez laissé du rouge !! Et j’en vibre encore ! Comment êtes-vous arrivé à vous libérer, monsieur le Président ? Ou que l’on vous ait exilé dans votre deuxième patrie, le Maroc ? Et Marwane el Barghouti ? Pas trop de puces, en tôle ! Sa femme, on l’entend l’avocate, et la vôtre elle ne fait pas dans les barreaux ? _ Bah ! Partout je suis aliéné, moi et les militants, tant que ma patrie n’est pas libérée et qu’elle reste sous les scellés sionistes ! _ Marhabane bika, wa bi âïlatika, wa ahlika lkirame* ! Bienvenue ! Madame est là ? Et la petite ? Comment s’appelle-t-elle déjà ? On est un peu inquiets pour elles ! _ Je suis un otage de la Paix ! Un pigeon de la paix, qui roucoule… avec une branche d’olivier dans le bec ! C’est ça ma famille ! _ Un pigeon très court ! M le Président ! _ Ne roucoulez pas trop large du bec ! Shinon, il y a la branche qui va tomber ! Et les jolives avec ! Lâcha Pérez. _ Pan, pan, sur le bec ! Fit l’affreux Sharon. Au point que vous pourriez voir de la fumée de poudre, lui sortir de ses ‘’ grandes lèvres’’ ... _ Arrêtez vos conneries, Sharon, vous allez blesser quelqu’un ! _ Je ne veux pas discuter avec lui, il n’existe pas ! ** Je n’avais plus assez de souffle pour rester debout. Je me suis affalé sur la première chaise vide qu’on m’offrait Je perdis ma lividité et ma stupeur, plus lentement que dans les rêves où cela se fait plus vite et c’est l’avenante madame Student qui me remit d’aplomb. _ Nous vous attendions Maidoc ! _ Maidoc, vous nous avez oubliés, le Prince et moi ! _ Hacha a lala ! _ Ce sont les événements renversants de ces derniers qui vous ont bouleversé ? _ Des catastrophes interactives, arrivées avec les trombes du 11 septembre, puis accumulées, des événements renversants, certes, qui ont saturé mon potentiel temps ! _ Vous ne nous auriez pas dénigrés, quelque peu, au point de nous croire enterrés…dans les décombres des deux tours…ou simple oubli ! Fet Le Prince ! _ Votre amitié nous restaure et vous restitue à nous ! Grâce à vos soins, nous sommes là et nous sommes revenus. Nous continuons de vivre et nous participons à donner sa texture à ce monde factice. _ Et si peu vertueux, ma très chère amie Student ! ‘’ Que ferais-je sans toi… _ La chanson est de qui, déjà ? Fit l’un des gardes ? _ Il est déshtabilijé, Prinche David , votre pauvre docteur! Je crains qu’il ne faille le shoigner pour qu’il puisshe parler. Et ce là, dans l’eshpoir de nous illuminer de ses jidées, comme vous le prétendiez. Haha haha ! Susurra Pérez. _ Ca ca, caca caaa ! Des événements bouleversants ! C’est renversant, rigola grassement le Grossier Personnage, qui, enclavé dans mon fauteuil expérimental, débordait de chaque coté des accoudoirs ! _ Voilà Docteur, nous javons traité shous les balles ! Puis, lâché. Et le dialogue des labyrinthes et des coulisshes nous ja amené chez fous. . Fit plus posément Pérez. _ Alors que ça siffle et ça pète encore sur le champ de bataille ? Sûr ? _ Sur……..recommandations de Collin Powell et de Gorges Thenet, eux-mêmes ! Alors nous voulons continuer de faire un effort sur le chemin de la paix, chez vous ! _ Alors que les balles sifflent encore à mes oreilles et que je suis ligoté ?! Fit Arafat. Lâchez-moi, d’abord, a Sidi ! C’est indécent comme posture ! Ou, que vous auriez peu de moi, à ce point ! _ Mais lâchez-le, messieurs ! C’est humiliant, on ne traite pas dans ces conditions ! Pour consulter sur vos troubles labyrinthiques, il vous faut un Orl ! Mais à mon humble avis, vous auriez besoin des lumières d’un psychiatre ! Un fquih* politiquement formé, qui soit averti sur les questions psychiques et métaphysiques…Un démonoloque, par exemple ! La preuve est dans l’état de votre détenu et la façon dont vous le maltraitez! _ Sans plaisanter Doc ! _ Je ne suis pas Benaïssa, ni le chambellan du Comité d’Al Qods ! Je ne peux rien vous apporter ! _ Nous le savions ! _ C’est juste, mais qu’attendez-vous de moi, au juste !? Une potion magique…pour démons instables ? _ Partager votre dîner ! Hahaha ! Dit Arafat en se léchant les babines et en reniflant…comme pour ramasser ce qui reste incompris de sa blague ! _ Ça se voit, Votre Honneur, que l’embargo vous a laissé comme des crampes de faim ! _ La faim n’est rien à côté, de-de-de, de La Peur ! La peur qu’on n’ose pas s’avouer et qu’on refuse d’admettre ou de montrer ! Ça, vous ne la sentez pas aux infos ni dans vos pires cauchemars ! _ Si, si, c’est une émotion qui nous clampe ! Nous avons de la peine pour vous et nous avons vécu vos bombardements, comme un séisme moral sous un déluge d’humiliations ! Nous sommes consumés, sinistrés, horrifiés et dégoûtés à la fois ! La raison et le constat sont à l’échec ! Et cela nous éprouve, face à un espoir qui s’amenuise ! Pourtant tous, adversaires et militants, compris savons, que la lutte doit continuer jusqu’à la victoire ! _ C’est vous Docteur ou moi, Arafat, qui parle ainsi ! L’humiliation est un coupe-faim, qui donne soif de vengeance ! _ Et de justice, d’abord, Monsieur Arafat ! _ Oui, c’est ce que nous disons et que nous requerrons, en premier et des américains, en particulier ! Tout ce struggle avec ces messieurs est basé sur le vol d’avant et les crimes consécutifs ! _ La soif de reconnaissance vous martyrise plus que le blocus ! _ Certes, Docteur ! ‘’ L’incarcération ‘’ sous les tirs obsessifs et subintrants de salves, ininterrompues, haineuses, nourries de cruauté gratuite, par des psychopathes sans vergogne, des hystériques sans noblesse, des criminels, sans âme, que l’on a délavés du cerveau, pour ne pas dire, Docteur, ‘’la claustration’’, la détention sous les décombres, et pire….un peu d’eau….merci….Le meurtre animal, froid et sordide, les massacres programmés, l’abattoir rituel, ourdi abjectement et programmé, soutenu sous le regard humiliant de milliards de spectateurs, quasi détachés, tout ceci nous est atroce et d’une lâcheté insoutenable ! _ Mais, vous avez bien tenu ! Malgré la méconnaissance….. ! _ Plus que les murs, le regard ingénu de millions de personnes, insensibles et silencieuses à notre drame ! Cette tragédie interactive, je vous dis, est une des plus viles injustices qu’un esprit digne de ce nom puisse supporter ! Pourtant ces crimes ostentatoires paraissent bénins et les gens les confondent avec les effets techniques du cinéma ! Le monde s’amuse de notre tragédie, comme d’une série télévisée… _ Ça c’est le degré le plus aberrant de l’humanité ! Osai-je avouer _ Et que de simples témoins officiels objectifs, nous soient refusés, pour constater les crimes de guerre et voir, en live, les gens mourir à Jenine ! _ C’est ça la duplicité de l’Occident ! _ Donnez-moi un verre d‘eau… Merci….Et qu’ils ne puissent venir constater la perfidie perpétrée par les oppresseurs sur notre peuple ! Ça, c’est la négation de l’Onu, la négation de l’humanité, entière. Le monde s’amuse de notre tragédie ! Compléta stoïquement Arafat, dans un réquisitoire sans faille. C’est ça la duplicité de l’Occident ! _ Arrêtez votre revue nécrologique ! La fin de votre tragédie est pour bientôt ! Incha Allah, fit le « méchant Sharon » ironiquement ! _ Pléonasme ! Alliez-vous dire ! _ Hou hou, hooooou ! Fit l’assemblée en désapprobation ! _ Arafat est ma raison d’être ! Et je veux perdre la raison….pour le voir mourir ! _ Hou hou, hooooou ! Fit encore l’assemblée agacée, en signe de protestation ! _ Quoique la faim des miens - reprit Arafat, nonchalant- me martyrise autant que nos pertes en vies humaines ! Mais ce n’est rien, comme sacrifice, car nous vaincrons, pour arracher la Liberté et l’Indépendance, dont le manque nous torture, plus que la terreur sioniste ! _ Je te donne la liberté sans la terre ! Sortit le ventru indécent ! _ Ça ne se peut pas ! Dis-je bêtement, sans réfléchir à la reprise de Sharon, qui me regardant de travers, continua, comme par défi : _ Sans la terre ! Car ces nomades peuvent toujours aller migrer en Jordanie et aux multiples pays arabes et musulmans ! Oust ! L’exode, Exodus, version arabe ! _ Comprenez, messieurs, sachez madame Student, et c’est là le but rêvé des Sionistes, qu’il signifie vouloir exiler tous les Palestiniens ou de les annihiler ! _ Bannir et déporter sheulement, nous ne shupporterons pas de vous janéantir, ch’est trop dire, nous ne shommes pas des Najjs ! Dit Pérez, en se lissant le nez, entre le pouce et l’index gauches ! _ Redondance, stoppa net madame Student. Laquelle fut la prof de français de mon fils Djo ! _ Traduisez, Pérez ! Que dit la dame du pléistocène ? _ Il a besoin de vitamines. - Souffla le Prince David pour faire diversion sur le crime d’ethnocide que ses ministres viennent d’avouer ! - Il vient de se marier, le brave Arafat, le repos du guerrier, quoi ! _ J’ai des réserves de ce coté-ci, Mon Bon Prince…N’empêche que même ma fille me manque ! _ Arafat, on n’a pas eu besoin de vous pousser pour faire l’amour ! Hein ? Attaché, vous bougez déjà, tout seul ! Et même sans sentir de femme ! Hahaha ! Récidiva Sharon qui aime charcuter autant Arafat que de vouloir le broyer ! _ Je n’ai pas besoin de miroir, comme toi, pour regarder mes appendices sexuels, Gros Méchant ! Tes rabbins, en te mordant la quéquette, pour la circoncision, ne t’ont laissé que le prépuce ! Hi hi hi ! _ Messieurs, le Prince est encore un enfant ! De l’éthique dans la guerre et de la décence, même dans la bataille des mots ! Ce n’est pas un texte porno que vous allez me livrer, là ! Je note cela pour la postérité ! _ Sharon, toi avoir besoin, boire, beaucoup, sang palestinien ? Cannibale ! _ Madame Student, arrêtez ce char-arabia ! Arrêtez cet arabe anthropophage et sanguinaire ! C’est lui le vampire ! Regardez, à son âge, il coure encore des jeunesses ! Eloignez de lui les chrétiennes, éloignez de le Prince. La corruption, le terrorisme et la pédophilie, toutes les tares, toutes ces menaces doivent disparaître de chez nous et leurs promoteurs arabes avec ! Oust les arabes… Exit… _ Salaud, charogne, tu iras en enfer ! _ L’enfer, c’est toi ! _ Messieurs ! Vous avez un besoin urgent en calmants ! N’est-ce pas Docteur ? Sinon on ne peut pas progresser ! _ Oui, quel est mon rôle dans votre belle foire ? _ Le même qu’en société ! _ Prendre des honoraires ? _ Kae kaka ka kaaa* ! Ça c’est plutôt notre métier ! Plaisanta Sharon en tournant autour du pot et en frottant sa bedaine contre la table qui en trembla N’est ce pas Arafat ? _ Rendez-nous l’argent du fisc que vous prélevez aux Palestiniens et les dons américains que vous nous volez… et… et .aussi celui de l’Europe, que vous coincez dans vos banques. _ On va le prendre comme celui des Iraniens, des Irakiens et des Saoudiens ! Fis-je ingénument. _ Le flous, c’est pour quand tu seras grand, mon fils ! C’est pour nous dédommager les clubs et les bus que tu as fait péter ! Précisa le Gros _ Non, c’est injuste : Tu es un ogre, tu le sais, Monstre ? La rapine de notre argent en plus de nos terres ! _ Ça, en fait, c’est parti dans les urnes, pour ma présidence ! _ Comment ? Fit le prince d’Israël, c’est ça la démocratie que nous illustrons face aux ennemis Arabes d’Israël ! _ Je plaisante, Votre Altesse ? Soyez serein de ce côté-là ! Il n’y a pas un Juif plus correct que moi ! _ Et, où est l’argent ? _ Ça, c’est parti ailleurs, dans un autre monde ! _ Le Nouveau Monde ? Pour les élections de Bush ? _ A peine pour assurer le recomptage des voix, pour le séparer de l’Al Gore. Demandez à Si Driss Brasserie, qui fut de nos conseillers les plus dévoués et des plus énergique ! _ Tu plaisantes… ? _ Non Arafat, ce sera, en espèce, le prix de ton exil ! Disons ta pension de retraite ! Après ton échec que tu dois préparer, gérer et assurer ! Les élections que je te demande d’activer et que te recommande de faire le frère GW Bush ! Pas d’alternative ni d’atermoiements ! _ C’est toi qui le lui as dit ! _ Suggéré, seulement, mon pote ! Mais c’est moi qui mène la partie ! Alors des élections ! Pas des zéléctions* zarabes*, à la manière du makhzen de Basri, des années 99.99 % ! _ On n’a pas assez de Palestiniens, hors de bagne, pour faire tous ces scores, pardi ! Je ne suis pas Zine el Abidine à ce point. Relâche mes hommes et mes enfants, si tu veux me faire voter _ Te faire sauter, ça oui ! _ Tu sauteras avant moi, Sharon ? J’ai la peau dure, a Batouz Bouzouk* ! _ Sept vies, comme un chat : mais tu as terminé ton décompte ! Je ne veux rien savoir. Sinon tu fais tes élections dans mes prisons ! C’est moi qui dicte les règles et la loi ! _ Et les scores des meurtres d’innocents, des deux côtes ! C’est toi ! Nous sommes tous prisonniers dans vos geôles. L’Europe le sait… _ On s’en fout de l’Europe ! _ Vous nous avez cernés, séquestrés dans des enclos ! Le peuples vit dans un bantoustan. _ Bof et alors, tu ne veux pas que je t’organise des colonies de vacances ? _ Vous avez élevé des remparts… _ Vous êtes des gens pétés ? Vos suicides nous dérangent ! Il faut vous isoler jusqu’à ce que mort s’en suive et que vous compreniez qu’il vous faut fuir et partir ailleurs ! Je te le rediiiiiiis devant les témoins de l’Histoiiiiiire ! Prenez-moi la tension ? Docteur ! _ Des témoins de vos légendes infâmes ! Vous encerclez les villages et vous maintenez leurs habitants sous le joug de vos chars… _ Ça c’est dans toutes les infos, tu ne m’apprends rien…Elections urgentes, sans Te représenter ! _ Je serais plébiscité ! _ Elections, fissaaêe*, sinon tu es un homme mort ! Tu ne l’es pas un peu déjà ? Faites-lui ‘’ une épreuve de la docimasie ’’ Docteur ! _ Je le suis, « Je n’ai que la peau sur les os, un squelette je semble, décharné, dépulpé » _ Tu seras mort, politically dead ! Tes frasques seront dans toutes les bouches arabes ! Et le téléphone arabe, heim, c’est pire que le Gsm . La perestroïka, la glasnost, di babak ! _ Madre de Dios ? Je vais aller au Caveau, te faire allumer un cierge ! _ Cesse de trembler, tu vas renverser, tout ce qu’il y a sur la table….de discussion ! Et nous gâcher le dîner à la chandelle ! Celle que tu tiens, Arafat ! Arafat, pschitt ! Hahaha ! _ Sharrrrrrrrron ! Fit la dame des lettres ! Il y a un terme ! _ Madame Student, vous êtes les bienvenus, mais qu’est-ce que je gagne dans ce souk et ce charivari ? Quel est mon rôle ? Lançais-je, en formule de politesse (pour ne pas dire merde à ce foutu merdier !). Zut, le péristaltisme et son péril fécal ! Dès qu’on parle du loup, il sort de sa tanière ! Et ça vous donne comme des envies d’aller aux toilettes, d’are d’are ! Et de prendre du Flagentyl ! _ Propos éminemment scatologiques ! _ Mais avec Sharon, vous étiez avertis des retombées et autres bavures de ce type _ Gardes, suivez-le Toubib, aux toilettes! S’il se prépare à quelque coup foireux, tirez-le ! Attention qu’il ne s’échappe pas par les voiries ! Il est chez-lui, là ! Avec les rats et nos ratonnades, on ne sait jamais ce qu’ils sont capables de… chier ! _ C’est, toubib or not toubib ! Sois sans crainte, Sharogne ! _ Etre palestinien, c’est déjà reconnaître notre existence, notre drapeau, notre état et son chef Arafat, avec comme capitale Jérusalem ! _ Être Israélien, c’est bien naître ou vivre, quelque part …Pourquoi pas chez nous en Palestine ? _ « Occupée » ? _ Sortez….et tirez la chasse ! _ Sur qui ? _ Messieurs ! On se calme ou nous allons tous « sentir » ! _ La moiteur de la peur a plus d’odeur que celle du sang ! _ Le sang des justes et des innocents que vos bombimen* lâchent dans les bus, les boites de nuit et les marchés ! Explosa Sharon, en exorbitant ses yeux globuleux sur Yasser. _ Les pleurs des bébés et les larmes des enfants ne pénètrent-elles pas votre cœur ? Où que la carapace qui vous gonfle, le camoufle, en effaçant votre âme ! Éperonna Arafat sur un air de tragédie lyrique ! _ Qui vous dit qu’il a un cœur ! _ Mon cœur palpite pour le Grand Israël et ma poigne écrasera ceux qui veulent le réduire ou qui tentent de lui nuire. Fit Sharon en levant les bras au ciel dans un geste théâtral. Je travaille sur une idée cinq fois millénaire. Et, elle est là, à portée de ma main ! Le rêve de millions de morts se réalise ! Celui de ma Nation est à ma portée ! Israël, Israël, sans voir un arabe même à la télé ! _ Avec nous tous dans vos tombes ! Et nos fantômes dans vos rêves ! _ Allez mourir ailleurs ! Je n’ai pas besoin de vos os séniles dans mon espace sacré ! Cassez-vous plus loin ! Israël est trop étroit pour deux peuples ! _ Vous tuez autrui comme du bétail, pour le confort des vôtres ! Envahisseurs, colons, criminels voleurs ! _ Nous sommes revenus chez nous, c’est à vous de déguerpir ! _ Je ne vous ai pas chassé de vos terres, j’y suis né, j’y reste ! _ Mon peuple est chez lui, ici, depuis cinq mille ans ! _ Mon peuple est chez lui, bien avant que vos hordes, sorties de leurs prisons d’Égypte ne viennent nous envahir, au nom de vos insupportables légendes…Que vous imposez à tout l’univers qui se dit laïc ! _ Au nom de Yahvé, espèce d’apostat ! _ Ni votre dieu, ni vos supposées légendes, ne vous donnent droit sur nos biens, sur nos vies et sur nos terres ! _ Sacrilèges, anathèmes ! Révisionnisme impie, tranche de renégat, énorme païen ! Vous reniez la parole de Yahvé, « la Bible, le Coran et les sciences » ! Mokhazni dih lebniqa ! _ Nous expulser, nous coloniser avec racisme de surcroît, jusqu’à annihiler notre espèce ! Vous êtes des fourbes… abjects ! Votre histoire antique, c’est un leurre ! L’opinion d’une tribu et de ses rabbins ! Qu’est-ce que mes ancêtres ont dû faire à votre Yahvé, colérique et atrabilaire, pour mériter son méchant et inique courroux ? _ Haï! Haï, Haï Haï ! _ Votre mythologie sémite, construite à nos dépens, est si peu « démocratique » pour un Dieu « juste », qu’elle est loin d’être humaine ! _ Ou simplement équitable ! Ajoutai-je, impudemment ! Question d’actualité et de droits de l’homme ! _ Et vos gènes malades de haines ataviques sont en train de leurrer le Monde ! Continue Arafat ! Et, Sharon ou Sharoune, Le Mal, malade en sa personne, vous ne vous prenez pas des fois pour l’Antéchrist ? _ Celui qui va avancer son règne, pour que vienne la Fin du monde ! L’Apocalypse ! S’éleva Sharon. _ Sous-traitant de Bush, pour plaire à vos amis fascistes d’Amérique, aux extrémistes qui squattent le Sénat, comme aux autres clubs de fous de caricature et de lobbies extrémistes ! _ Ha le vieux méchant ! Gardes, cassez-le ! _ Je n’ai pas dis de le cacher ! _ Je n’ai pas allumé les feux de l’holocauste et vous nous faites payer vos souffrances passées sous Hitler, en éradiquant notre peuple de sa Palestine natale ! En nous expulsant, morts ou vifs de nos terres, devenues un infernal calvaire. Les exactions et les souffrances que vous suscitez sur nos gens ne peuplent-elles pas vos cauchemars ? Mitrailla encore Arafat de l’intérieur du sac de jute où les gardes l’avaient placé ! _ Vos peines, Arafoute, ne me font guère souffrir ! Je ne suis pas votre Ministre de la Santé ! Allez consulter Thami El Kheyari…Il s’y connaît, en crabes et en vieux requins, l’affameur des ibères ! Hé, Docteur, donne-lui une lettre de recommandation, pour ton Ministre ! _ Propagande, endoctrinement, mystification, illusion d’un pays, soi-disant vivant dans une démocratie, fanfaronnade, fantasme de légende, fantaisies idéologiques, basées sur le racisme tribal et l’exclusion des autres ! Marmonna Arafat qu’on essayait de libérer de ses entraves. _ Pour tes jeteurs de pierres, tes kamikazes imbéciles, tes dinamiteros idiots ! Et cesse de te répéter, radoteur, tu alourdies le texte ! Tu as mouillé la table de ta bave, fasciste ! Gardes, scotchez-le ! _ Une nation de haine et de mépris, une enclave ennemie, peuplée de desperados kidnappés de partout…Voilà ce que vous avez réussi à implanter au milieu de nos sables et nos oliviers ! _ Des canailles arrachées à leurs foyers, des repris de justice, que nous devons surveiller par nos étudiants, nos pionniers et nos agriculteurs….Lança Sharon, dans un bruit de char, qui démarre. _ Des colons plutôt que agriculteurs, qui les exploitent ! Quand ils ne les tirent pas,! Pseudo primate, antédiluvien, pachyderme archéopétreux ! Tu trouves, Sharon, grosse vermine, que le vol et le meurtre des colonisés soient licites ? Allez cultiver vos graines de violence, ailleurs ! _ Fissurés, fracturés, balkanisés, bantoustanisés*, émiettés, pulvérisés, paupérisés, sous blocus et embargos, dans vos patchwork de villages, colonisés et après ?! C’est ça la légalité légitime ! Fit l’homme de Sion ! Allez cuire à la casserole de l’histoire ! Mouthou kelkoum*! _ Hou Hou Houuuuuu, fit l’assistance en chœur. _ Satan archaïque, vaurien, démon chthonien, gras saurien ! Invectiva Arafat. * La qualité du texte se détériore avec ces gars, Lecteur ! _ Alors vous subirez le cycle infernal de la damnation ! La vengeance instinctive, la vendetta religieuse, nos réflexes de haine et d’autodéfense, la juste et vindicative loi biblique du talion ! Vous crèverez sous les invasions et les raids à chacun de vos attentats ! A chaque bravade vous sentirez nos justes répliques, nos représailles sans freins ni tabous ! Nos coercitions légitimes et nos châtiments divins sont justice ! La Bible nous a donné la Terre pour la dominer ! Allez ailleurs ! Pesta Sharon. _ Hou Hou Houuuuuu, fit l’assistance en chœur, contre le gourou d’Israël. _ Je suis sidéré, Sharon ! Mais, je sais que je discute, depuis longtemps et bien avant que tu ne déclenches la deuxième Intifada, avec des extrémistes religieux, des terminators militaires, des fanatiques du mirage, qui ont construit une état sur une vision archaïque, des généraux fous, des aliénés fous et des criminels de guerres fous, qui deviennent par le miracle de votre démocratie douteuse des Premiers Ministres, avec lesquels il me faut pourtant négocier ! Vitupéra Arafat _ Vous vous plaignez à l’ONU des répressions collectives et des expulsions ! L’Amérique, notre amie, est au fait de vos fausses déclarations, de la guerre psychologique que vous menez contre nous ! Fulmina Sharon _ Mensonges, mystifications, leurres sont des faits qui vous ont rendus célèbres ! Les Musulmans (qui attendent de l’au-delà plus que du matérialisme de l’existence terrestre) étaient colonisés par les mêmes impérialismes qui vous ont châtiés et décimés pour vous abandonner, en réparation de leurs outrages, cette terre volée ! Pogroms et holocaustes ne furent jamais le fait des Arabes ! _ Arafat, vous avez des traîtres parmi vous et des espions bien à nous. D’autres sont prêts à tout pour vous culbuter, le temps venu. Vos militants, ces piètres terroristes et rebelles, une fois pris entre nos mains viennent vite à la confidence ! Ils vous dénoncent et nous donnent les listes et les preuves de vos responsabilités dans les crimes. Ils vous dénoncent et crient contre vos abus. Ils nous donnent vos positions, vos noms, vos ressources et vos codes secrets ! Comment arrive-t-on à assurer nos tirs précis : vous deviez vous en douter ! Ricana Sharon _ Les délateurs, les manants, tournesols nains sur les bateaux ivres qui les transportent vers des mirages convulsifs, ont chacun un trou devant qu’ils laissent béants pour laisser s’infiltrer des eaux sales des vermines ! Quand il ne s’agit pas de se gausser sur autrui et de le saborder pour que leur pays fasse naufrage. Le bateau tangue et les rats se sauvent, attendant qu’il échoue pour s’y réinstaller. Ils se noient ou se mordent. Mais, personne en, Israël ne nous survivra ! Voilà le destin de votre Israël ! Lui renvoya Arafat. _ Mon coeur palpite pour… _ As-tu un cœur, Ariel ? _ Mon grand coeur palpite pour le Grand Israël ! _ Gros et fous, et du meneur et du pays qu’ils détourne ! _ Grands et forts, pour l’exemple, tous les deux ! _ Messieurs, un verre ? Buvez à la santé du Toubib ! De son propre vin ! Puisse-t-il être un élixir de paix ! _ Amen ! Sauta Arafat ! _ Tu ne sais pas boire toi, l’Arabe ! On te coupe l’eau ! _ Libérez mes mains ! Libérez le Jourdain ! Assoiffeur, affameur ! _ Tu ne saurais pas boire ! C’est pour cela que tes vœux de paix ne collent pas ! Ça ne trinque pas sérieusement, un Arabe, ça se soûle ! _ La paix, Sharon, un peu de répit, bon Dieu ! Laisse-nous nous désaltérer à la fin ! Desserre l’étau lâche le carcan, tu nous étouffes ! _ Je vais le perdre si je le relâche ! _ Laisse-nous nous desserrer la gorge. Tu nous la noues à force de t’entendre proférer des menaces et déblatérer ! _ Ce sont les « Larmes du Christ »? _ Il nous doit à tous un devoir de paix ! _ C’est le seul messager qui n’ait pas fait de guerre sainte ni tué son prochain pour aller au paradis ! _ Le Christ n’a rien à voir là-dedans ! Il ne concerne pas les Sémites ! Lança Pérez ! _ Pardon ! Reprit Arafat ! Nous y croyons ! _ Toi, tu crois à tout et en tout, même aux mirages de la paix ! Reprit Pérez. Il ne nous concerne pas comme Dieu et partie de Dieu ou comme simple prophète. C’est pour cela que nous avons inventé la laïcité dans les pays que nous occupions…Enfin où nous campions, depuis le moyen âge, avant de nous réinstaller, chez nous, ici, en Israël _ Si, si, nous y croyons, Madame ! _ Il n’est pas Dieu, mais nous y croyons. Dis-je ! _ Il est Dieu et nous y croyons ! Fit madame Student ! Trois en Un, Un en trois ! C’est la le miracle ! Croire ou ne pas croire, tel est le clou de l’histoire. Il n’interpelle pas la raison, mais la foi et cela ne se discute pas ! Fit la Student, avec un signe de croix, en se mettant à genou sur mon tapis de prières. _ Il n’est ni dieu ni messager, ni pour vous ni pour nous ! Voilà ce que nous croyons ! Fit sentencieusement le Prince David ! _ Il est prophète et nous ne l’avons pas tué ! Continuais-je ! _ Depuis quand tue-t-on les dieux ? _ Depuis que leurs mères sont humaines ! _ Depuis que les Arabes occupent Israël ! Décocha Sharon _ Quand les Hébreux occupaient la Palestine ! Relança Arafat. _ Messieurs laissons les dieux tranquilles ! Occupons-nous des humains ! Laissons les querelles divines aux autres saintetés ! Ai-je dit avec philosophe à Mme Student. _ Dieu n’est pas dieu et vous l’avez tué ! Et les uns et les autres… Fit l’extraordinaire madame Student, sur un ton de colère Nietzschéenne ! _ Mais, messieurs dame, on n’était pas là, pour Jésus ! Osa l’ Arafat ! Ce sont les gens du Hamas et de la Haganah ! Je condamne vivement cette lâche agression ! J’en ferais une lettre à Bush et un fax à son black boy de ONU ! Et au Pape ! _ Il a une carrière très courte, finalement, le pauvre Jésus ! Hein Mamy ? Fit gentiment le prince David, comme pour désavouer un passé, où des religieux juifs étaient politiquement incriminés dans le meurtre présumé d’un agitateur, dénommé Yashoue. Jésus ! Passé flou, où la région était sous mandat romain ! _ Il n’est pas mort ! Vous divaguez ! Vous vous trompez tous sur son compte. Dis-je, avec foi à Pérez. _ Et vous les, Moussulmans, les derniers des parvenus, vous avez assisté à la vérité ? Lança-t-il pour me contrarier ! _ Tout le monde fait une carrière tronquée, là-bas ! Regardez-vous Pérez ! On vous espérait Président ou Premier Ministre. Et vous continuez à décevoir vos supporters Arabes ! Ai-je fini par lui faire observer ! _ C’est à cause des Juifs... qu’il est… qu’il est…qu’il est… ! Quoi, au juste ? Martela Arafat, indépendamment de son parkinson ! _ Non des Romains ! Non des Romains ! Répéta à son tour Pérez, à son jumeau nobélien de la Paix ! _ Qui n’est pas été étêté chez vous, des enfants aux adultes ? Rien ne pousse, Attila(s) ! Depuis que vous avez foulé cette malheureuse terre de Judée et de Samarie ! Vous avez corrompu l’histoire de la Terre, de l’ère des dinosaures à celles des égyptiens…de Ramsès et Moise…à nos jours ! Eclata avocatement* l’Arafat. _ Amalgames ! Fit le Pérez. _ A moua lih kida had el hogra ! Ka teharchou âalina hakada ! Ajouta le Prince David ! _ Pourquoi tout le monde, nous hait-il et nous en veut à mort ? Sursautèrent Sharon et Pérez ensemble, comme pour traduire l’expression de leur Prince ! _ C’est vrai ! Reprit le Prince. Sur un ton frétillant au duo Des choses graves ! _ Pourquoi tout le monde se ligue, complote, conspire et trame-t-il contre vous ! Dis-je, innocemment, ou presque pour les amener à s’amender. _ Kae kae, kae kae, kaaâe ! Traduction du fou rire onomatopéique et beuglant de Arafat ! Lequel comprit la manœuvre, mais qui par sa grasse intelligence, du moment, en cassa la maïeutique ! Le résultat escompté ne vint pas ! Pas d’autocritique qui vienne. Un simple silence général pour une fois. On sait les impératifs et les contraintes des régisseurs du monde. On sait les impérialistes, les colons et les sionistes, sans autorité ferme, sur leur protéiforme et hypertrophique surmoi ! _ Messieurs, quand le vin est tiré, il faut le boire ! Interrompit encore, la Student ! _ Je ne suis pas un saint, je suis un vieux militant, un martyr de la paix, on m’a emmené ici, menotté, malgré ma condition de malade et pire… de Président ! Et l’on me met dans un sac ! Devant un toubib assermenté ! Allah et ses anges vous regardez aussi ! _ Démissionne, vieillard ! Va rejoindre Youssoufi Abderrahmane à Cannes. Fait des élections correctes ! Inscris-toi à la fac de droit de Rabat ! Dit pour se moquer, Sharon. _Qui les fera, les élections, si je ne suis pas Président ? Fit Yasser innocemment ! Ils ne connaissent que moi. J’ai été élu démocratiquement, mieux que Bush ! Elu à 200 voix, d’écarts, de l’Al Gore ! Je suis quand même, mieux formé, que lui, politiquement ! _ Ta stupide et franche idiotie, te fait faire des ennemis et elle joue contre toi à Washington… et contre toi au Sénat ! Notre Sénat ! _ On s’égare, bavard ! Revenez au texte ! Sinon dehors, Sujet ! _ C’est à ce Président, inachevé, élu avec anfractuosité, après révision des cahiers de vote, n’est-ce pas, que tu as soufflé cette ridicule stupidité, Sharon…Mais je me représenterai ! Et ce sera la gloire certaine ! Je vaincrai, si je vis encore ! _ Toi, Arafat ? Toi, dont le profil est déjà tout tremblant ! A force d’oublier tes médicaments. Ceux que je te permets d’acheter ! Toi, dont les photos sortent floues, comme les bulletins de vote des trente partis marocains! Donne tes comptes, rends ton sceptre Autocar ! Tu es brûlé, calciné ? Pars au Maroc, Hrég* ! Va à Tunis ou chez Bongo ! Ils te feront un meilleur prix ! Va chez ton affreux jojo de Libye, gratos, ou bien…. à coté, dans un sarcophage, au musée du Caire, chez notre ami le pharaon, Moubarak ! Cae caca caaâe ! (Ça, vous l’avez compris, c’est le rire intelligent de Sharon). On viendra te rendre visite et ajouter du camphre pour te conserver ! Champion ! _ Il est Président, Sharon ? Plaça Mme Student! Hchem al sgaêe di sharoune ! _ Il est président de quoi déjà, la Copine de Chirac ! Ou de Lyautey ? Se moqua Sharon. _ Toi le Gros, la ferme ! Sauta Pérez, pour défendre la dame des piques ! _ Voilà une insurrection de plus, une tentative séditieuse de renversement du pouvoir ! A cause de ce gueux d’Arafat ! Je vais te placer à Tazmamart, en garde à vue, chez notre ami le Roi ! Méfiez-vous les Arabes !! Et là, voici que ce ministrion* de façade, Pérez, qui classé aux archives étrangères, ose défier son Premier Ministre ! Moi, Sharon, le Chef de l’Etat d’Israël ! Fit Ariel, en montant le ton et en tapant sur la table ! _ Attention au mobilier, les amis ! Fis-je ! _ Entre truands de carrière, on ne se respecte pas ! Ça fait partie du jeu d’oublier les fausses hontes et d’enterrer la pudeur ! De se libérer des pseudos respects ! Quand on n’a pas de morale et qu’on tue des innocents…la politesse devient superfétatoire ! _ Taisez-vous, à la fin le Shar. ! Utilisez des mots moins pompeux, on n’est pas dans un dico ! Fit la Student avec son autorité de vieille maîtresse (qui n’a jamais cédé à un homme, quoi que ce soit !) et qui, vieille jeune fille, déteste les superflux ! _ Mais, on est venus nous disputer, chère madame Stud.! Salut Najat… On n‘est pas dans une écurie ! Hahhaha, ou dans un salon de lettres, fin de règne de Louis XVI ! _ Dites, nous sommes venus ! Rétorqua-t-elle, pour le corriger ! Même sous Arhioul Sharone ! Injuria-t-elle, pour se gausser comme les autres du Monstre I _ Madame Machin ! Laissez-nous nous défouler à la fin ! On est venus au Maroc pour ça ! ? Foutez-nous la paix ! Osa Sharon ! _ Moi, Maidoc, je vous dis que chez moi, ce n’est pas un bordel comme à Tulkarem ou sur un stade à Naplouse. Ni un bal de vampires pour démons défigurés ! Il y des voisins, des amis juifs, dont il faut respecter le sommeil des enfants. Ils ont classe demain et peut-être des examens à passer… _ Ah bon ! Ah bon ! S’excusa Pérez ! _ Hé les auto invités, ni une foire d’empoigne, pour ministres désavoués, encore moins un marché où vous laisseriez vos explosifs perpétrer un massacre chez mes voisines de palier ! Continuai-je ! _ Ils n’on rien a craindre, c’est la Qaéda ! Votre prophète vous a recommandé de respecter les voisins ! On respecte, dès lors ! _ Certes ! Sauf ceux qui habitent le même quartier que les chefs des brigands terroristes ! Là, c’est la roquette qui fuse, la fusée en érection qui jaillit des hélicos ou des torpilles…et qui font boum ! _ Et pourquoi tu as sabordé le leader du Hamas avec plein de voisins civils innocents… _ Parce qu’il n’était pas caché dans une voiture ! _ Il était chez sa femme ! _ Il mal choisi son heure de conjugaison ! _ Nous nous faisons pêcher par les moindres de nos moindres péchés. _ Il ne savait pas, que se cacher sous les jupons de sa femme, est une lâcheté ? Qui plus est au milieu de la population si vile ! Il lui fallait mieux comme façade ! Les seins de vos femmes ne sont pas des sanctuaiiiiiires pour vous ! Hahhaha ! _ Et les gosses, ça se pète aussi, comme des cacahuètes grillées, pour votre plaisir culturel…. de criminel …l’ami Sharon ! _ Contretemps et malchance, tel fut leur destin ! Celui de se trouver sur la route ! Ce sont des bavures connexes ! Ça se pardonne…Je l’ai dit à Bush ! _ Non, des crimes de guerre ! Assassin ! _ Non de simples …erreurs de martyrs. Tu te trompes de Vocable ! _ Des échantillons gratuits en surnombre, des êtres en surplus malthusien, un cadeau complémentaire à vos tableaux de chasse ou des innocents certains à sur la liste de vos crimes infâmes ! _ Devenus grands, ils auraient lancé des Molotov et dynamité des bus ! Ces erreurs, ces impondérables, ne sont finalement que des actes de prophylaxie, de justice immanente, de prospective et de prévention prédictive ! _ Arafat, Mme Student, Prince, Maidoc, évitez ce fou ! Il ne veut rien discuter, rien céder, tout prendre et ne rien leur laisser ! Finit par lancer Pérez ! _ Il veut tout : la terre, toute la terre et le prix de la terre, à soutirer de préférence aux Américains ! _ Et pourquoi pas un doublon, et faire payer aussi les Arabes ! _ Lasse-moi parler. Il veut tout le Moyen-Orient, en fait ! Sans l’ombre d’un Palestinien, quel qu’il soit. Il veut les exterminer d’abord, pour qu’ils ne reviennent plus. A moins de les réduire en esclavage ! De les emmurer dans leurs camps du nouveau Bantoustan ! Sinon dans des fosses commune ! Avec à chaque village un char pour les tenir en joug. Et en face de chaque Palestinien un soldat du Tsahal, pour le mettre en laisse ! Comme moi, menottes aux poings. Regardez monsieur Bush ! Car je sais que vous avez des caméras de surveillance toujours braquées sur nous ! Et que, comme le bon Dieu, vous nous écoutez ! N’est-ce pas ? Clama Arafat sur un air de piété ! _ Je ne veux pas de Palestinien, ici ou ailleurs ! Ce sont des truands et des terroristes qui finissent par produire des afghans et endoctriner des islamistes. Ils font la guerre sainte et la propagande dans les écoles laïques ! Et de la culture de « prosélytes » dans les rues et les mosquées de quartiers, pour se venger de notre justice et poursuivre les nôtres partout où ils résident ! Riposta le Gras. _ Alors pourquoi les extrader, s’ils sont dangereux, même dehors ? Pourquoi les culpabiliser et les empêcher de revenir, sachant que ta guerre consomme un grand nombre et met les juifs où qu’ils sont à la merci de votre vindicte folle et sous la menace des terroristes que votre traque éperdue renforce et aguerrit pour mieux se dissimuler ! _ Mais je les extermine plus vite qu’ils ne se reproduisent ! J’en extermine plus qu’il ne s’en cache ! C’est arithmétique 10 pour un et 100 pour dix ! _ Vous entendez madame Student ? Rapportez les déclarations de ce monstre à votre monde civilisé, qui l’arme et qui le soutient contre nos droits les plus élémentaires ! Voilà la démoncratie* de votre démon crasseux ! _ Je les « nettoie » pour vous assurer la paix en Occident, ma Sœur ! Eux ? Ils ne peuvent pas vivre en paix avec vous ! Ils ne servent à rien ! La preuve, c’est qu’ils ne sont ni Chrétiens ni Juifs, ni blancs ni beaux ! La preuve aussi, c’est que ça fait cinquante ans qu’on les protège, parmi nous, qu’on les tolère sur nos terres sacrées, pour rien ! Des paresseux et des ingrats ! _ Ha, le pharisien ! ha les mensonges, les mystifications, les fourberies, les amalgames et la duplicité ! Tu t’es vu sur une glace ? Ou, que celle-ci ne te renvoie pas ton image ? Démon que tu es ! _ Messieurs, c’est assez, vous me fatiguez ! Buvez, mangez, relaxez vous, avant d’entamer les déflagrations…Je veux dire les discussions, avec sérieux, calme et plus de sérénité _ Mais ça y est, on les a entamés ! _ Les discussions ? _ Les Pâles-Estimiens ! Tannés, exsangues et déshonorés ! Demain ce sera le jour des irakiens, des perses, des égyptiens et des saoudiens... Etc. _ Comment diable de Sharon, osez-vous, sans autre formule de politesse ni la moindre digression ou réserve diplomatique nous découvrir de la sorte et fausser notre jeu ? Nous identifier sous un angle aussi fâcheux que péjoratif ? Nous exhiber de la sorte, comme des racistes immondes et des irrespectueux des autres peuples ?! _ Toi Le Pérez, cesse de flirter avec hypocrisie, « contre » les Arabes ! Je sais que tu te prépares à ma succession. Tu as toujours voulu être calife à la place du Calife. Mais toujours cassé, KO, à coté de la plaque ! Raté de peu, ton numéro de diplomate, pseudo gentleman! _ Monsieur Le Premier Ministre ! _ Je goûte au charme du struggle avec toi pour la primauté ! Avec ton génie de champion de deuxième catégorie ! Et ton Nobel, toutes races confondues ! Beurk ! Ha haha, hahahaaa ! Haganah ! _ Je suis supposé rire, Monsieur Le Premier Ministre ? _ Je te l’accorde ! Mais, supposé, seulement ! Je vais bientôt rigoler de toi ! Gardes, donnez-moi ma ceinture de sécurité ! Vigiles, tous à vos postes ! Ha haha hahahaaa !! Sabra, Jenine et Chatila ! Sabra, Jenine et Chatila… _ Il n’est rien arrivé, zut, il n’a pas éclaté ! Piqua Arafat ! Abracadabra, Sabra, Jenine et Chatila ! _ Regagnez vos postes, surveillez Arafat ! Réplique Sharon ! Il connaît la formule kabbalistique qui fait péter ! _ J’aurais pu te faire un long sermon funèbre, Sharon, et chanter ta gloire et ton amour de la paix et qui sait, partager avec toi, un autre prix ! Mais tu as raté ta sortie ! Souffla Arafat ! _ Toi, tais-toi ou je t’emmure dans une fosse commune, tout seul ! Pérez, tu sais ! Tu m’es sympathique à la fin ! Tellement stable que je table sur toi et tes ratés ! Ha haha hahahaaa ! _ Dis, tu ne peux pas me le prêter, pour ma réélection ? Sortit Arafat, en pointant son célèbre nez de palestinien ! _ Toi, Pérez, t’es comme moi, mais tu es le seul à ne pas le savoir ! Le seul qui ait le courage de ne pas l’affirmer violemment ! Que Diable ! Et le diable surgit ! _ Vous m’avez appelé, grand frère Sharon ? _ Mais, Sire, restez discret, ne sortez pas devant les gens ! Vous allez divulguer nos accords et les effrayer ? Que Diable ! _ Oui, Chef ! Fit le diable du chef en montrant ses cornes parmi ses boucles blondes et les poils blancs mal aplatis ! _ Bismi Allah Rrahmane Rrahim ! Balbutia Arafat en crachant sous son veston ! _ Vade Retro Satanas ! Trembla madame Student, en s’appuyant sur le dossier de la chaise et en s’accrochant au Prince David, qui sentait qu’il n’y avait plus de glande sous son corset ! _ Maman ! Je fais un cauchemar ? _ N’ayez pas peur Altesse ? Il ne s’attaque pas aux fils du Roi Salomon ! Sortit Arafat. _ Ce n’est que le Shitane ! Marmonne quelques mots d’hébreux et il partira, Prince David ! Fit cérémonieusement Arafat, en indiquant du regard, son talisman juif ! Un pendentif en cuivre recouvert d’une espèce de derme de daim, qu’il arborait au cou ! Un bruit court que c’est la peau d’un soldat émérite, adverse, qu’avait terrassé Victor Mature, dans le film ‘’ Samson et Dalila’’ ! _ Talisman, Taslima, taliban ! Selmane Rushdi, Houelebeq ! Oufkiiir, Dlimiii, Basrii !! _ Hé le vieux chnoque, ça ne sert à rien, d’invoquer les monstres ! J’ai lu leurs livres tarés ! Dit le diable, en américain ! Ses pieds bottés, étendus sur ma table, il agitait son chapeau texan en guise d’éventail ! C’est de la foutaise indigente ! C’était valable avant que les djinns n’aillent aux States, chez moi, en faculté… _ C’est à moi que vous parlez monsieur du Diable ? Chuchota Arafat ! _ Je n’ai pas dit « fucked » ! Ca caca, caca caaa ! Eclata le Démon ! _ Comment Savez-vous que j’ai shlingué, monsieur du Démon ! _ Je rigole, car tu n’es pas le seul à être assis dessus le caca ! Ca caca caca ca ! Je rigole, non parce que ça sort, mais parce que tous, vous n’avez plus rien dans le ventre ! _ Ha haha, haha haaa (Rires sharoniens, classiques !) en écho, à ceux du maître ! _ Monsieur Satan, vous êtes un djinn, jaune, vert ou rouge, juif, chrétien ou musulman ? S’aventura Arafat, face au Démon, en tremblant crescendo ! _ « Je suis noir ô mortels, comme un rêve de pierre » ! Comme tu le vois, d’ailleurs et athée ! Et poilu ! Caca caca, caca ca ! Mais, qu’est ce que tu as à trembler carcasse ? Je ne suis pas Sharon ! Je suis végétarien ! Regarde bien, je viens de faire un détartrage ! _ Pourtant on disait que le démon, ça ne rigole pas ! _ Regarde mes dents, sont-elles pointues ? _ Elles ne sont pas blanches ! Mais juste un peu pointues ! _ C’est pour mieux te manger mon fils ! _ Il ne te suffit, que Diable, de voir Sharon me dépecer, vivant ! Regarde les menottes me blessent ! « Je n’ai plus que la peau sur les os, un squelette je semble… » Raka shalo
8 6:10 pm PDT, Apr 12moulay ahmed--MACaricature politique épistolaire Avertissement : Avec toutes mes cordialités, les plus sincères les plus chaleureuses, à ceux des juifs et des arabes, des israéliens et des palestiniens, qui ne sont pas ni racistes ni xénophobes ! 12 04 02 LETTRE A MON CHER AMI SHARRONE, Je ne sais pas s’il me faut t’appeler « Ami ou frère », moi qui n’ai ni père ni mère ! Et, tu serais le seul sur Terre à jouir de cette subtile et sublime affection ! Un mérite pour toi et un privilège pour moi ! Ton nom, mon digne fils, est la traduction du mien et va dans le même axe que celui de ce cher Bush Junior ! Noble famille s’il en est, sur votre planète damnée, les bons Bush, sauf que avec cette histoire de guerres d’Orient ! Grâce à eux, les ventes d’armes se multiplient, les crédits d’armement augmentent et les perfections surpassent mes projets ! Exterminer devient une prophylaxie, une hygiène l’épuration est proche, la race pure vaincra ! Grâce à toi, sadique profanateur, mon semblable, mon frère, j’ai pu prospérer et faire malgré les émules austères de vos ennemis, des prosélytes enthousiastes ! Bien plus radicaux que ces obsolètes fanatiques et ces extrémistes, aux cagoules endeuillées ! Tu es le meilleur de mes compagnons de destinée, l’accro le plus fidèle, le mal sanctifié ! Je sais que tu liras ma lettre avant d’effacer du globe ce peuple, ingrat ( qui ne t’a rien fait, en fait, ) et qui porte la guigne, avec prédestination et masochisme prémédité ! Honnis soient leurs ancêtres ! Le feu que tu rallumes, est une aurore pour mon règne ! Cet horizon m’emplit d’extase et me baigne dans le bonheur, au point que je regrette tous ceux qui sont passés à la tête des états et qui n’ont pu suivre le modèle de mon fils Hitler ! Je sais qu’on te traitera de malade, de fasciste, de sioniste, de raciste, de monstre, d’assassin, voire de criminel; or, c’est à ce prix que tu as pu glaner tes lauriers et mérité d’entrer dans ma famille ! Et, je suis si fier de toi ! Je sais qu’on te maudira, sûr que ça me va ! C’est ça le rite de passage, qui te sangtifira*, pour entrer dans mon clan ! Malgré les tabous de la démocratie qui t’a élu ministre, tu as devoir de nettoyer de la carte ce peuple archaïque ! Les mécréants n’ont nul droit aux libertés que tu respires, ni aux terres que tu leur aspires, pas plus qu’ils n’ont compris que ce sont les paris de l’histoire qu’ils ont perdus et qui les ont déshérités de leurs terres ! J’aime voir tes bataillons jaillir des rues et se ruer sur les foules d’enfants et de femmes. J’aime te voir faucher leurs voitures comme des fétus de paille, renverser les murs sur les réfugiés et les harceler même dans les églises ! J’aime te voir pulvériser leurs toits et leur affaisser dessus les murs. Je me réjouis de te voir ravager les champs, arracher les oliviers et me plait de regarder ta force s’exhiber dans la poudre ! Martial esthète, qu’il est merveilleux de sentir ta compilation de chairs et qu’ils sont magnifiques tes tableaux de chasse, gavés d’asphalte et de sang ! Superbes, ces rangs de canaques refroidis, marchant nus en civil, pour servir de pare-chocs humains à la progressions des chars ! J’aime, par-dessus toutes les sombres litanies, les larmes et la poussière des clameurs confuses ! Echos vengeurs, je suis fasciné de te voir répliquer, par ces tirs musicaux, aux hurlements des indigènes ! Verse sur ces masses ahuries, l’encens de tes gaz, inonde-en leurs macabres processions et répand l’effarement et la panique sur le passages de leurs enterrements ! Riposte aux cris des « rats » et à leurs jets de pierres, par de beaux tirs, civilisés et de pieuses mitrailles ! Qu’ils sont beaux les tumulus de sables frais et de boues au sommet des fosses communes ! La musique savante, les éclats adroitement orchestrés entre les rafales qui pétillent et les obus qui explosent, déchaînent mes instincts et j’exulte, mon frère Sharrone ! Les chars qui rugissent au milieu des partitions des avions qui sillonnent les nuages, écrivent de fantasques symboles où tinte la mitraille ! La musique est l’aliment des dieux, et je suis de ceux-là ! Les mélodies qui fusent dans le ciel et font briller de mille feux la nuit, sont les chefs d’œuvre de tes virtuoses et de la création ! Comme des jeux de lumière et d’amours fauves, les complaintes qu’ils jouent m’enchantent quand elles déchirent les anges et le Ciel ! J’adore le feu et les gaz qui flambent : ce sont les plus beaux des nuages ! Le parfum des chairs qui crépitent, l’odeur de poudre qui exhale ! Ah, Sharrone si tu pouvais m’offrir le plus grand méchoui de ce siècle : un met dont l’odeur nucléaire, ferait fondre les couches d’ozone et les arabes dans une étreinte de führer ! Et leurs âmes perdues, remonteraient jusqu’à moi, portées jusqu’aux étoiles, pour frétiller dans le frémissement de mes naseaux ! Ahhkhhh ! Mon cher fils, Ariel, Je t’ordonne en Fatwa ceci : Casse leurs symboles ! Humilie leurs rois, leurs chefs avec les recours de paix qu’ils colportent de l’Europe, devenue séditieuse, pour nous narguer, éradique leurs religieux ! Bafoue leurs idoles, culbute leurs mosquées et leurs tours, renverse leurs dômes et va jusqu’à Bethléem et Nazareth ! Expulse leurs évêques, leurs curés et leurs moines ! Le vieux Pape recourbé sur ses ans, ne dira rien qui puisse te froisser avec ses exordes latins ! Ses esthètes adorateurs d’Europe, occupés à s’élire, ne feront rien pour se nuire ni pour endiguer ta rancœur victorieuse ! Car ils sont affairés, affalés sur leurs affaires, inondés dans leur mea culpa, depuis l’Holocauste des Juifs, en Allemagne ! Exile leur chef, Arafat qui te défie par sa tremblante volonté, de vouloir mourir en martyr ! Abou Amar, aura été touché par la grâce chrétienne et contaminé par son épouse ! Tu ne vas pas faire l’erreur de le laisser suivre, en Jésus dans sa candeur, ni être apitoyé par ton ennemi récalcitrant ? Ils osent se dire résistants ces canailles colonisées ! C’est lui le grand manitou, le sorcier retors des terroristes, des rebelles, des bombimen* et de filles kamikazes ! Empêche les chefs européens de lui téléphoner et de le rencontrer dans l’isolement où tu l’as mis avant l’égorgement total ! Casse leurs chefs, torpille leurs maisons et fait renaître des cendres le Peuple Elu, des cendres des fripouilles! Exile-les chez leurs odieux frères sémites ? Ils ont pleins d’états pour les recueillir ! Empêche-les de remettre leurs pieds calleux et suants sur ces terres prophétiques ! ‘’ One way ticket ‘’ for Arafat ! Tu l’as dit, sans rigoler et j’ai pouffé de rire en pensant à la chanson ! Sacrée Sharogne, tu es le meilleur du Peuple Elu ! Silence, on tourne ! Sus aux journalistes ! Détruis les « chiens », les radios et les télés ! Démoli leurs écoles, démantèle leurs camps, rase leurs hôpitaux, sans pitié ! Ravage les rues et fait les vomir leur asphalte et leurs cailloux ! Détruit leurs prisons, sans reculer, efface-les, avant de faire face aux interventions et aux suppliques étrangères ! Froidement empêche-les d’enterrer leur pourriture ! Qu’ils les jettent dans des fosses communes ! Affame les récalcitrants, coupe les vivres et surtout les médicament ! Mieux vaut prévenir que soigner, tire sur les médecins et les ambulances, il y a des terroristes réfugiés dedans ! Fait piller les magasins, fait éclater les conduites d’eau, coupe leur le phone et l’électricité ! S’il fait froid et s’ils en meurent, c’est tant mieux ! Empêche-les de se voir et de se parler, interdit-leur d’alerter les nations et les médias, surtout ! Anéantis les aéroports, pour empêcher les missions de venir t’importuner et la Croix Rouge de leur apporter remèdes, jusqu’à les éradiquer ! Réduit à néant leurs garnisons et tire sur les prisonniers ! A la guerre comme, à Sabra et Chatila, tu as la recette finale, sabre-les et châtie-les ! Neutralise, pour anéantir ! Vise bien les tempes, et entoure tes chars de civils pour éviter les ripostes ! Installe tes snipers dans chaque angle et recoin. Ils sont crédules et naïfs, leur chasse en sera aisée et fertile ! Offre aux réfugiés dans les maisons, aux assoiffés, à ceux que tu affames, comme à ceux qui ne peuvent enterrer leurs parents morts, de sortir sans crainte ! Mais, cueille-les, par surprise, la guerre est faite de trahisons et de leurres ! Tu es un maître en la matière ! N’hésite pas à laisser tirer dans le dos ceux qui se sauvent, les lâches ! Les enfants qui balbutient la peur, les fillettes qui rampent, les vieilles édentées et les vieillards malveillants, sus aux handicapés, ce sont des fanatiques qui te trompent ! Dis à tes milliers de soldats, aux vingt milles appelés, aux milices extrémiste aux colons, de viser les tempes ! Tirez bien les balles, près de l’oreille : le son en sera amplifié et la terreur tuera avant la mort ! Je le sais d’expérience ! Que les crânes sont beaux quand ils éclatent et essorent les cervelles vides au travers de leurs orifices ! Quel plaisir de leur faire craquer les côtes et de les réduire en cendres ! Régale-toi Sharonne et partage mes joies ! Chaque tête que vous cueillez vous démontre l’absence d’intelligence chez votre ennemi héréditaire et l’absence d’âme dans leurs crânes ! Ils veulent leur indépendance, tien, et leur terre et la liberté, en sus ! La paix, disent-ils, contre la reconnaissance et les terres ! Quand on est puissant et riche, Sharonne mon frère, on n’a pas besoin de la reconnaissance des faibles ! Ils sont naïfs et ne méritent pas de se multiplier comme du bétail sur Vos terres ! Inutile, Sharrone de les laisser végéter, ils sont impropres à vivre, sauf pour être immolés ! Allez-vous demain, libérer, par humanité, votre cheptel et rendre leur indépendance à vos vaches idiotes et vos moutons boiteux ? Eloigne-toi des sensibleries indignes, des Chefs Européens et de leurs représentants Parlementaires ! Ce sont des gêneurs, des curieux, qui s’ingèrent dans tes affaires ! Tu n’es pas l’Afrique ! Tu risques des faiblesses morales, qui fragiliseront ta force et ton caractère ! Enseigne aux tiens la rigueur, face aux ennemis et réprime tous ceux qui s’en approchent ! Ils risquent de les contaminer avec des notions désuètes de commisération et de les moraliser selon leurs préceptes dérisoires de respect des droits de l’homme ! Encore faut-il être homme pour cela ! Tuez même les gosses de la vermine prolifique, offrande pure, jouant avec des cailloux ! Tue-les avant qu’ils n’éclatent sur la face de nos chérubins ! N’est-ce pas Mon Général ! Qu’ils se noient dans la haine que tu multiplies chez eux, qu’ils crèvent dans la faim qui les enserre et qu’ils se morfondent dans la honte et la misère ! Qu’ils goûtent à la rancune et fassent leur exode, en attendant que tu prépares pour eux l’holocauste purificateur et la crémation après la nouvelle guerre des religions, que tu as allumé hier ! Il est dépassé le temps de tuer à la pièce et de décimer : il faut industrialiser leur anéantissement final et l’optimiser ! Rassure les tiens et ceux de ta Nation qui habitent hors d’Israël ! Après nettoyage de leurs villes des ethnies brunes et les purifications religieuses, militaires, nationalistes et salvatrices de la région, toutes ses richesses vous appartiendront ! Et vous pourrez allumer tout le pétrole que vous voulez et fêter la victoire attendue de votre Nation ! Je reviendrais alors, je reviendrais combattre les Légions des Cavaliers de l’Apocalypses et préparer avec toi et tes frères, votre règne dans l’Eden sur Terre ! Le Paradis promis vous reviendra par la grâce de votre Maître Saigneur* ! Votre rétribution seront les richesses accumulées d’Orient, votre supériorité sur les peuples qui vous ont exploité, les états qui vous ont humiliés et haïs, l’Egypte où vous étiez esclaves, vous sera rendue ! Fais la purge, Sharonne, avant le Purgatoire ! J’arrive ! Ton frère qui t’aime, t’approuve et t’admire : SATAN BELZEBUTH ! PAR DR IDRISSI MY AHMED le 04 04 02 , Kénitra Maidoc2@caramail.com AVERTISSEMENT MEME LES GRANDS ET LES JUSTICIERS DE L’OUEST TERGIVERSENT ALLEZ BUSH, NE VOUS LAISSER PAS MENER PAR LE BOUT DU NEZ….REAGISSEZ ! J’espère qu'il n'y aura nulle naïve pudeur ni aucune pusillanimité à indexer cette inepte ordure et lancer cette lettre à la face de la cruelle caricature de canaille ! Par delà le colonialisme infâme et les dépossessions des droits, par delà les spoliations des terres et des lieux de cultes, par delà les exactions brutales et les tergiversations politiques hypocrites et sournoises, qui aliènent les libertés et inhibent l’expression de la volonté du Peuples, les colons suscitent les révoltes des adolescents. Ils les poussent à s’immoler et les massacrent à grande échelle en représailles. Chars, charniers, Sharone, charrient des moyens financiers terribles, des actions médiatiques terrifiantes et nous imposent de vivre complaisamment, en direct, un nettoyage ethnique. Celui d’une population désarmée et terrorisée dont on usurpe même le désir de vivre. Leurs chefs sont pourchassés, les réfugiés châtiés, leurs emblèmes indexés, méprisés, reniés, leur leader dénoncé alors qu’il est piégé et emmuré ! La civilisation est clashées par une croisade archaïque, remise à la mode mondialiste, pour chasser « un axe du mal » qui ne fait sa rotation que dans des cervelles fossiles ! Des misères ostensibles et des réactions punitives furieuses de malades au pouvoir, agissant sans vergogne ni freins, au-delà du supportable et des simples répliques guerrières ! Après tout, les amis juifs, les athées, les gens normaux et les autres, les laïcs, les Médecins ont tous vu que ce démon incarné a empêché les malades d'accéder aux secours et détruit les ambulances avec leurs contenus ! Préférant astreindre et humilier encore plus ses adversaires, en laissant pourrir les cadavres de sa curée immonde, refusant même de leur administrer un dernier devoir, en empêchant leurs proches de les enterrer ! Plus de lignes rouges ni d’éthique ! Ne vous demandez pas comment sont traites les prisonniers après dévastations de leurs campements ni ce qu’on fait des jeunes qui sont incriminés dans la milice ou la résistance palestinienne ! Avec toutes mes cordialités, les plus sincères les plus chaleureuses, à ceux des juifs et des arabes, des israéliens et des palestiniens, qui ne sont pas ni racistes ni xénophobes ! 12 04 02 PS lire bientôt IN série des lettres pamphlétaires BUSH CHIRAC POPPEY ARAFAT IDRISSI
7 3:29 pm PST, Mar 17Anonymous--FRje le signe parceque le moins que je puisse faire.
6 1:56 am PST, Mar 15romain lefebvre--FRcontre la position actuelle des usa
5 7:24 pm PST, Jan 25OUDGHIRI M A--MABUSH A LQODS DIEU ET LES AUTRES Monsieur BUSH n'est pas employé chez Monsieur Sharrone ! Il doit se détérminer en fonction des intérêts américains, indépendamment des visions étriquées racistes , nihilistes et réductionnelles du Premier ministre d'Israel ! Sa dernière déclaration, commanditée vissiblement, alors que se déroule la session AL QODS à Marrakech, est particulièrement nocive et prèche par son aveuglement PATENT ! Quand est-ce que les frangins ALGERIENS et TUNISIENS rejoindront-ils leurs pairs des autres pays du comité de soutien à AL QODS y a-t-il un dieu sur cette terre ? ********************************* CERTES ! Mais, lorsqu'on voit un Ersatz de bouddha, déïfié par une colonie démonisée, habitant le corps d’un rescapé de la shoah et des prisons pour ethnocides, s’empiffrer de crimes, provoquer l’ire des autochtones d’un pays volé et, profaner ses lieux de culte, violer les accords hypocrites, détruire les maisons et les forêts , coloniser, emprisonner, tuer, dilacérer les corps des patriotes, en toute impunité, narguer la morale, la conscience internationale, violer l’éthique de tous les peuples, bafouer l’humanité et scandaliser tous les démocrates de la terre, en livrant à la vendetta un peuple colonisé par les siens, hypothéquant et jouant avec la paix des siens propres et refuser la paix ….Le ventre monstrueux du goule, barbare ostentatoire, monté sur ses chars , écrasant tout ce qui vit sur son passage , trépanant la conscience des européens, forçant l’anesthésie de ses amis-ricains…Il torpille les écoles , les maisons, la télé et stations de radio, un aéroport, un port, des bois, des quartiers entiers , la résidence d’un Président, lauréat du Nobel de paix, reconnu par tous les pays du monde , honteux, et le réduire à l’état de prisonnier, à porté de tirs des blindés, l’assiéger, harceler ses chefs, les saborder à partir d’hélico, mettre un peuple entier en prison dans un patchwork de pays, à l’état de puzzle, auquel il manque des pièces , derrière des barbelés de haine et de mépris !
4 12:18 pm PST, Jan 9Anonymous--DZmonsieur le president. je crois qu'il es grand temps pour vous de changer de politique et prendre le combat des kabyles en consederation et ne plus occupe des problemes des arabes,car ceux ci sont entrain de s'unir contre vous et d'apres les renseignements l'homme le plus recherrche du monde "oussama be laden"se trouve acctuellement en algerie chez mahfoud nahnah faite vite.
3 11:44 am PST, Nov 10Karl Sadil--GBarretez cette guerre! liberte et justice pour tout les individus du monde
2 10:22 pm PDT, Oct 10Anonymous--AR 
1 7:25 am PDT, Sep 29Christiane Paquet--FRJe signe cette pétition parce qu'elle est JUSTE.

Sympathie Mondial
Ethique pour une Stratégie de Riposte



EN RENOUVELANT AUX AMERICAINS MA PLUS PROFONDE SYMPATHIE, LA PLUS SINCERE, POUR LES PERSONNES QUI ONT PERI OU SOUFFERT, MA REPROBATION VA SANS RESERVE A TOUTES LES PARANOÏAS QUI EXACERBENT LA VINDICTE, SUSCITENT LES EXTREMISMES, ET FOMENTENT LES GUERRES !



Ceci est un autre message aux démocrates objectifs à travers le monde, une question : quelle est la faute des populations asservies que l’on voudrait réduire à l’âge de la prière ? Le but de la coalition est–t-il de détruire la faune arriérée ou les prédateurs ! Où commence la notion de terrorisme que l’on veut éradiquer chez les peuples honnis et quelles sont ses causes premières !


Dans l’éthique d’une justice conforme à la vérité, la coalition punitive doit se ranger, comme un juge équitable, du côté de la vérité. Et cela, quelle que soit la passion de la riposte américaines et son désir de vouloir appliquer, la toute sémitique loi du talion. Loi qu’ils sont en droit d’appliquer contre les responsables de leur drame, pour répondre à l’humiliante supercherie que leur développement sophistiqué vient d’essuyer, malgré leur suprématie planétaire. Le danger et le piège qui frôlent la revanche résident dans le délire qui emballe parfois une juste cause. Elle en devient un moyenâgeuse croisade ! Si le but est de répondre, de façon viscérale, au peuple américain tragiquement blessé, la méthode doit, par delà la superbe et l’arrogance coutumière, ménager l’avenir des peuples amis de la toute puissante fédération. La sauvagerie de la surprenante prouesse, traitée de terroriste et de scélérate, n’apporte que plus d’ardeur à la vengeance. La réplique se voudra aussi hollywoodienne et spectaculaire que furent les précédentes guerres américaines que les USA ont mondialisées.


Donc les risques de la Riposte résident dans le surdimensionnement de cette rage qui causera un choc de civilisation et conduira sans doute à un affaissement cataclysmique des pays les plus pauvres. Lesquels sont de façons plus ou moins organiques pauvres et déjà tragiquement arriérés, quelles que soient les théories tendancieuses et les rhétoriques qui établissent les causes de leurs retards sur des concepts, raciaux, religieux et/ou constitutionnels, par ce que différents de ceux des maîtres à penser occidentaux ! Fascismes et fanatismes ne sont pas le propre des Islamistes et les représailles dont on voudrait les entourer, devraient assagir tous extrémismes. Et, c’est là encore que l’équité, la plus sereine, voudrait que les USA et leurs mentors de galerie, plus égocentristes que jamais, fassent en ces temps de douleurs, leurs propres autocritiques ! Est-ce leur demander trop de courage, ou que leur suffisance est telle, qu’ils se complaisent dans l’autosatisfaction des êtres supérieurs ?


Mais, si cet appel ne peut calmer ni les armées vindicatives et surexcitées, ni ceux qui veulent voir du sang en spectacle et des bombes, gicler de leurs télés, aux états frères d’armes, engagés par l’ONU et l’OTAN, qui veulent garder leur self contrôle, de combattre outre un injuste embrasement planétaire, le cumul des haines que cristallisent les peuples affaiblis. Attention aux vengeances aveugles et aux pernicieuses insinuations, attention aux amalgames pervers, à la fabrication manipulatrice et au martèlement des images falsifiées, attention à l'utilisation des larmes américaines, attention à la manipulation que beaucoup applaudissent, pour exacerber la peine des Américains afin de fanatiser la coalition des occidentaux et du monde civilisé, contre les Palestiniens et les autres peuplades réduites à l’état d’esclaves colonisés. On les a vus recevoir des frappes, même de nuit, pour les faire taire et pour réduire leurs justes revendications et civiles colères. Attention à l’indexation et à la victimisation supplémentaire des peuples opprimés d'Asie, par leurs chefs !


Ce serait une injure contre l'intelligence de G W Bush et des Européens, que des intelligences ont subornés à leurs votes. Et, voilà que ""leur protégé dans une région "" qu’il survolte, qui profite de façon nauséabonde et usurpatrice de la juste colère des Américains, pour récupérer la rancœur mondiale. Ce chef qui jette l’anathème sur le vieil Arafat en le diabolisant pour l’investir du grade de terroriste et de Bin Laden, bien à lui ! Triste besogne, puérile machination, qu’il voudrait faire avaler à G.W. Bush, pour l’instrumentaliser à sa cause ! Une majoration des haines fomentées est en cours depuis un demi siècle ! Vous qui allez aider l’Amérique, ne terrorisez pas l’islam dans votre inquisition ! Faire croisade contre l’Islamisme est une croisade civilisationnelle cynique qui n’a rien de démocratique ni de moral ou de religieux. Si elle est à peine économique au départ, elle ne sera que sordidement matérialiste au décours ! Demandez aux historiens ! La revanche s’oublie, il ne reste que les affaires ! Voulez-vous en faire avec le sang de vos fils ?


Vengeurs, civilisateurs ou pacificateurs, chacun des états selon ses mobiles et sa conviction, sachez garder donc une honnête et équitable raison ! Une distance raisonnable avec la curée et l’emportement ! Méfiez-vous des fourberies intarissables et des amalgames geignards et odieux ! Mettez un doute scientifiques dans vos s méthodes : que la stratégie de revanche ne serve pas d’autres conjectures ni d’autres causes ! Que la coalition ne desserve ni les préjugés de certaines Races ni de celles des Religieux !




GOD BLESS ALL OF YOU,
MOSLEMS AND AMERICA

Sincerely,
The Undersigned,

Click Here for More Info

To the Top/Sign Petition

E-mail this petition to your friends.

Note: This Sympathie Mondial petition was submitted by Idrissi Moulay Ahmed. ThePetitionSite.com is a free service provided to help concerned citizens rally support for issues they believe in. The opinions expressed by this petition do not necessarily reflect the views and opinions of ThePetitionSite.com or Care2.com. There is no express or implied endorsement of this petition nor any newsletter offers (except those from Care2.com) by Care2.com, Inc, ThePetitionSite.com, or our sponsors. If you believe this system is being abused, please send a message with the title and URL of this petition to support@earth.care2.com. If you disagree with the opinions of this petition, speak out in the Care2 discussion boards.

Questions about this petition? Contact the petition sponsor: Idrissi Moulay Ahmed
Questions about thePetitionSite.com? Visit our FAQ page.

 
Home  |  Create a Petition  |  Discuss a Petition  |  Questions  |  Contact  |  Terms of Service
Learn How to Contribute More

We are a non-partisan organization, dedicated to providing you a voice to the world.
Powered by © 2004 Care2.com,Inc.





02:25 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

DES POEMES POUR VOTRE BOHNEUR

 

" CRIS AU KOSOVO " PAR DR IDRISSI MY AHMED

Les fous furieux, Sous la musique des tirs, S'allument au firmament !

Noyés dans les gravats , Qui pleurent du ciel Les cendres rougies Sous la colère des siens.

Les pieds coupés, Les mains déchiquetées, Sa gorge est nouée, Sa voix s'est cassée : Il ne respire plus ; Il ne peut plus être !

La terre violée tremble, Comme ces filles éclatées Par les hordes sauvages.

Les fosses s'ouvrent Avalant par milliers Des innocents, expiés A jamais, de leurs péchés !

On viole nos filles, On tue nos mâles ! Les fleurs brûlent, Leurs chairs pourrissent !

You go, sale vie ! Fosses communes ! Union de chimères, You go Slavie !

Adieux tes chantiers ! Les camps d'esclaves, Attendent du Nord: Que les frères Serbes, Creusent pour eux, De vastes charniers !

Kosovo, Terre promise, Jérusalem sœur Iraq, Ruanda en Bosnie ! Que valent tes églises Quand tes adeptes Sont des meurtriers ?

Les vieilles, dans les brouettes, Pleurent, de honte et regardent Les convois morbides des charrettes Voler en éclats sous les obus, Que nul dieu serbe n'arrête !

J'ai déjà vu cette femme, Une maja aux grands yeux, Pleurer sous le mur en Algérie ? Etait-ce l'Iraq, Babylone ! Ou les Somalies, peut-être ?

Ses cris, criblent le ciel, De flammes d'espoir, Mêlés de fiers reproches, Teints de sang et de fiel !

Pleurs du soir que la vie emporte, Espoir du matin que le feu damne ! Le soleil ahuri se cache derrière Tes volcans, humanité en flammes !

Des usines vides, Des cimetières sans âmes, Des marchés qui explosent Comme les temples orientaux Sous nos salves de prières !

Des hôpitaux flambent, Sous les tirs affolés, Comme les ministères vides Et les prisonniers des commissariats.

Les fous furieux, Sous la musique des tirs, S'allument au firmament ! Pour devenir amnésiques !

Combustibles du soir, Comme dans un cauchemar, Les édifices allumés par la guerre, Illuminent les concerts de rock, De stupides soirées !

Blanchies, les torches de l'Union, Mêlées au flambeau des Libertés, Eclairent la victoire de l'Occident, En allumant ses propres guerriers !

Vacillante, comme un mirage, Qu'on craint de rencontrer le soir, Sous le tir fourbe des snippeurs, La silhouette d'une djin Kosovare, Sort son nez aquilin du guêpier !

De son sac, perce ticket ! Est-ce un bon de farine, Ou un billet de ciné oublié ?

Non, c'est la page arabesque D'un Livre Saint de prières, Un talisman de Soulaeymane Arrachée au prophète Guerrier !

Quoique belle, l'Odalisque, Comme une turque laïque, On refuse ton dieu œcuménique, Même, s'il te plaisait de L'adorer !

La couleur que tu portes, Est un défi, une honte ! Une erreur, que t'avais de naître, Dans le compartiment Europe, Qui n'est plus le tien !

Nul besoin de films d'horreurs, Les acteurs de cinéma, sont là ! Des siècles qu'ils nous épurent, Nos cousins serbes de race pure !

Exilés de nos terres Cette Palestine est notre ! Parqués au milieu des camps, Sur le chemin des frontières, Vos superbes et aimables bombes Nous déciment par milliers !

Ouvrez-nous, l'Amérique Les cœurs de notre pâle Union, Et donnez-nous le secret génétique De sa lumineuse portée !

Il vous suffit de voir, les Héros, Qu'on est blancs comme vous, Laïcs, vaccinés et pratiques, A ne plus croire en Zorro !

Nos fils n'ont plus de cris ! Ils n'ont pas besoin de pleurs ! Ils n'ont plus besoin de lumière, Mais ils respirent encore, Aux rythme des sirènes !

Si ce n'est en l'amour, De nos beaux enfants ! On n'attend que la mort, Notre vie, c'est ça !

Vous avez compris, Hommes de bonne volonté, Qu'on n'est pas si différents Des autres humains, Qui attendent le trépas !

MERCI DE VOTRE LECTURE

DOCTEUR IDRISSI MY AHMED

A NARJIS RERHAYE CONTRE TOUTES LES RAILLERIES

PHASE DEUX, DE MONDOC

RUMEURS ET STERCORS

Laïcs, pieux ou païens, Extrémistes de la morale, Pauvres ou puant le fric, Ils citent l'amour, Pour l'occire, en mangeant !

Il est dommage que les purs, Qui se croient du moins tels, Vivent sur cette terre, Pour se ternir en chiant !

Participe exécrable, Rune scatologique, Forfait naturel, alors, Répétez le mot avec moi!

Le mal pour lequel tu râles, Excréments et fiel, Fientes, cacas et purin, Engrais de leurs nourritures, Est la juste conséquence, Du manger cannibale De la chair des autres.

Ils sont l'essence, De l'impérieux mouvement, L'origine première, Qui t'essore du cœur, Et s'allège en chantant !

Même chez les gens bien, La gente parfumée, locale, Qui pète d'ostensibles rôts, S'accompagne d'ordures ! Outrage ! Encore un mot, De ce style infâme Et je te boucle, Pour censurer ton drame, Petit bout d'homme ! Et toi, ta gueule, Petite femme !

LES MAINS SUPERIEURES

Leur orgueil, Est que nés, anges, Ils souffrent du ciel, L'azur éthéré, Criant à son imperfection !

Journées banales, sans âme; Corps sans esprit ! Acrimonieuses imprécations, Des ventres avides et des poches, Qui insultent, et fauchent Sans jamais donner !

Des mains, La paresse en pire, Aux ailes cassées, Si ce n'est de vampire.

La mort, spectre infâme ! Ses doigts, comme des chicots, Son squelette, ses griffes Aux arrêtes de faux, Plonge son venin Dans ta chair et tes os !

Des mains, Qui grossissent les barreaux Des libertés barbelées, Aux limites acérées, Que sous sa tutelle, Nous sommes !

Des têtes, cela s'appelle ainsi, Dont on n'utilise que les dents ! Fronts abscons, offensés, Par ton ecg plat !

Des narines, sans nez Comprenez fierté, Manquant d'honneur, Avides de ton air superbe, Et du servage de nos libertés.

LA RUMEUR

Et là, au fond, Entre les dents qui saignent, Aux cafés, dans les rues, Autour des tables en fête, Qu'elle assiège souvent, Jure, palpite et ment, La Bête.

Satan le Diable, le monstre, Véhément seigneur, La haine en furie, l'horreur, Ce tout qu'est à la fois, La Rumeur !

Sa langue, fourchue sordide, Dans son assassine fureur, Souffle des vents putrides, Pour que geigne l'amour !

La rumeur qui s'occupe de vous, Balaie la fierté de son souffle, Et éteint de votre imperceptible Degré zéro d'intelligence, La lumière et le chant !

Naissances sans youyou, Anniversaires sans fête, Fêtes sans éclats, Défilés de voyous ?

*********

COURBETTES ET PRIERES

De quoi je me mêle Si t'est heureux ployé, Dormant sur ta pelle ? Devant Dieu, l'Eternel, Pioche et prie, mais va, va !

La prière est pour toi ! Tes ablutions, Il n'en a cure. La prière est pour toi, LUI, a ses anges qui L'adorent Prie, mais relève ton dos ! !

De quoi je me mêle, Si t'es heureux courbé, Sous les affres d'une morale, Qui pue d'hypocrisie ? PLUMES ET CROCS

Ils invoquent du ciel la loi, Ses dix commandements, Dénoncent tes frasques, Et odieux scandales , Et récitent leurs litanies, Contre tout entendement !

Tenue de parade, factice, Pureté en apparence, Index et délations, Charriant des livres de morale !

La vérité ondule sa balance, Laissant tes juges émus, Et les médias en latence !

Ils comptent tes misères Les plus intimes, je vois, Aux grains de leurs chapelets : Le m'as-Tu-vu, hypocrite, Elevé comme des Prières Au Seigneur !

Des cendres d'épaves, A l'effigie humaine, En robes, burnous et boubous, Adorent des totems, Divinisées en tabous !

Riche comme Crésus, De tes promesses d'ors, Fière des luttes, Que t'a confié le sort : Que aimer est le défi L'essence et l'arôme pour exister !

Dis-toi : Que m'importent les richesses, Si je suis comblée par Toi Seigneur; Une plume, comme arme, A la place des crocs !

PAR DOCTEUR IDRISSI MY AHMED PAR LE DR IDRISSI MY AHMED

1 °) FIEVRE APHTEUSE ET RME

Les cimes des arbres flottent, Comme des nues dans le vent. Spectres d'articles ténébreux et longs, Tels ces écrits, qu'au Bayane, je rends !

Dans ta charité secrète, Science, accepte mes défis, Pour que les politiques, Lisent avec amour, mes écrits !

Sur un pont de navire, en rade. Ton cœur, nostalgique, chavire. Tremblant au froid du temps, Tes mains sur la balustrade, Tu lèves au ciel le front !

Tes yeux ont percé là-haut, L'étoile filante, qui lit les visages, Et réalise du chômeur et des sages Les vœux et les justes présages.

Plaît-il au ciel, que la vue, Qu'un rancard avec une comète, Une touriste, l'espoir, la patère, Te sortent brûlant de la réalité !

Je leur dis, voisins et frères, Que tu es l'otage des sables, Et des visées insatiables, Du polisario et des ibères.

Mort ou vif, sans visa, Si les anges viennent, Comme les avions au ciel, Toi, tu ne peux y aller, va !

Je jure par l'Espagne et la CEE, Nos poissons et leurs barbelés, Qu'au retour, tu deviens mulet !

Tu as la fièvre équine, TME ! Grande Question chez les râleurs, Quand pour du poisson leurs docteurs, En deviendront les inquisiteurs !

Inquiet, tu doutes des valeurs, Quand nous recevons les leurs ! Restent-ils immuns, s'ils n'ont rien ? Nous laissent-ils indemnes, au retour ?

Humble, calme et travailleur, Foulard de Dieu, chez les laïcs, Esclave, humilié chez eux , Tu souffres de ce qu'on fut, Et qu'on ne veut plus être !

2° °) DES YEUX DANS LE CIEL

Dans le noir qui t'avale, tu pars, Laissant au pays tes enfants ! Etoiles du ciel profond, Qui vous crée ? Qui en a mis tant ?

Molécules de lait sur une assiette, Offertes en obole aux chats, Fossiles sous un microscope, Sabliers pour calculer l'instant !

Des mots que tu ne peux chanter, A la gloire du passé défunt ! Des songes que tu ne sais lire, Ni encore interpréter ou retenir?

Des trilles, sur une portée, Des hiéroglyphes, pour toi ! Enfant pauvre, nu, analphabète, Eternel malade, sous développé !

Immenses Etoiles, Brillantes par milliers, Lointains Soleils, Lequel est Le Premier ?

Ils disent que T'es Dieu ! Et ils se tuent, N'ayant qu'une mort, A Te chercher !

Ils disent que t'es la Grande Ourse, Sais-tu que tu t'appelles ainsi ?

Ils disent que t'es la Lune ! Sais-tu que ma mie, S'appelle ainsi ?

Des larmes sur tes tresses, Nattes de prière ou presque, Livre, dont tu es le feuillet, Destin, je te confie leur détresse !

Conscient de nos faiblesses : Paix, justice, tolérance, liberté, Je lis dans tes yeux, ô Lumière, Que tu peux venir m'assister !

PAR LE DR IDRISSI MY AHMED

KENITRA, LE 25 / 05 / 1999

" CRIS AU KOSOVO " PAR DR IDRISSI MY AHMED

Les fous furieux, Sous la musique des tirs, S'allument au firmament !

Noyés dans les gravats , Qui pleurent du ciel Les cendres rougies Sous la colère des siens.

Les pieds coupés, Les mains déchiquetées, Sa gorge est nouée, Sa voix s'est cassée : Il ne respire plus ; Il ne peut plus être !

La terre violée tremble, Comme ces filles éclatées Par les hordes sauvages.

Les fosses s'ouvrent Avalant par milliers Des innocents, expiés A jamais, de leurs péchés !

On viole nos filles, On tue nos mâles ! Les fleurs brûlent, Leurs chairs pourrissent !

You go, sale vie ! Fosses communes ! Union de chimères, You go Slavie !

Adieux tes chantiers ! Les camps d'esclaves, Attendent du Nord: Que les frères Serbes, Creusent pour eux, De vastes charniers !

Kosovo, Terre promise, Jérusalem sœur Iraq, Ruanda en Bosnie ! Que valent tes églises Quand tes adeptes Sont des meurtriers ?

Les vieilles, dans les brouettes, Pleurent, de honte et regardent Les convois morbides des charrettes Voler en éclats sous les obus, Que nul dieu serbe n'arrête !

J'ai déjà vu cette femme, Une maja aux grands yeux, Pleurer sous le mur en Algérie ? Etait-ce l'Iraq, Babylone ! Ou les Somalies, peut-être ?

Ses cris, criblent le ciel, De flammes d'espoir, Mêlés de fiers reproches, Teints de sang et de fiel !

Pleurs du soir que la vie emporte, Espoir du matin que le feu damne ! Le soleil ahuri se cache derrière Tes volcans, humanité en flammes !

Des usines vides, Des cimetières sans âmes, Des marchés qui explosent Comme les temples orientaux Sous nos salves de prières !

Des hôpitaux flambent, Sous les tirs affolés, Comme les ministères vides Et les prisonniers des commissariats.

Les fous furieux, Sous la musique des tirs, S'allument au firmament ! Pour devenir amnésiques !

Combustibles du soir, Comme dans un cauchemar, Les édifices allumés par la guerre, Illuminent les concerts de rock, De stupides soirées !

Blanchies, les torches de l'Union, Mêlées au flambeau des Libertés, Eclairent la victoire de l'Occident, En allumant ses propres guerriers !

Vacillante, comme un mirage, Qu'on craint de rencontrer le soir, Sous le tir fourbe des snippeurs, La silhouette d'une djin Kosovare, Sort son nez aquilin du guêpier !

De son sac, perce ticket ! Est-ce un bon de farine, Ou un billet de ciné oublié ?

Non, c'est la page arabesque D'un Livre Saint de prières, Un talisman de Soulaeymane Arrachée au prophète Guerrier !

Quoique belle, l'Odalisque, Comme une turque laïque, On refuse ton dieu œcuménique, Même, s'il te plaisait de L'adorer !

La couleur que tu portes, Est un défi, une honte ! Une erreur, que t'avais de naître, Dans le compartiment Europe, Qui n'est plus le tien !

Nul besoin de films d'horreurs, Les acteurs de cinéma, sont là ! Des siècles qu'ils nous épurent, Nos cousins serbes de race pure !

Exilés de nos terres Cette Palestine est notre ! Parqués au milieu des camps, Sur le chemin des frontières, Vos superbes et aimables bombes Nous déciment par milliers !

Ouvrez-nous, l'Amérique Les cœurs de notre pâle Union, Et donnez-nous le secret génétique De sa lumineuse portée !

Il vous suffit de voir, les Héros, Qu'on est blancs comme vous, Laïcs, vaccinés et pratiques, A ne plus croire en Zorro !

Nos fils n'ont plus de cris ! Ils n'ont pas besoin de pleurs ! Ils n'ont plus besoin de lumière, Mais ils respirent encore, Aux rythme des sirènes !

Si ce n'est en l'amour, De nos beaux enfants ! On n'attend que la mort, Notre vie, c'est ça !

Vous avez compris, Hommes de bonne volonté, Qu'on n'est pas si différents Des autres humains, Qui attendent le trépas !

MERCI DE VOTRE LECTURE

DOCTEUR IDRISSI MY AHMED




02:16 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

« BOUCHERIE DE COLOMBES, CHATS ET CRAPAUDS »

« BOUCHERIE DE COLOMBES, CHATS ET CRAPAUDS »
 
 

> Chronique biaisée. Une allégorie animalière, en marge des réunions stipendiées par un parano aseptisé et ambivalent, auquel nous ressemblons sur le plan des instincts, des faiblesses, du courage et des peurs, parfois !

> Qui a permis aux chats d’envahir ce jardin ? Ce temple où la vigne enlace l’olivier, n’a-t-il aucun dieu pour lui servir de gardien ? Que ne restent-ils près de leur mur à miauler ? Leurs riches partenaires les soutiennent et comblent leurs échos !


> C’est vraiment une grande peine que de trouver un oiseau mort dans votre jardin !

C’est encore plus dramatique, quand ces plumes sont fraîchement maculées de sang ! Lorsque ces plumes sont celles de pigeons, c’est encore plus tragique ! Le pire c’est quand devant ces emblèmes, les criminels ne sont pas loin. Des chats qui profitent, parce que vous n’avez pas de chien de garde qui puise les effrayer ! Hargneux et ventrus, ils déambulant en vous dévisageant comme un ennemi ! Mieux, ils vous défient, vous et vous principes pacifiques, dans votre propre jardin !


> Chats, vous n’aviez pas le droit de tuer ces pauvres bêtes ! Vous êtes suffisamment bien nourris par les vôtres ! Qui plus, après vous avoir choyés, leurs poubelles regorgent encore de restes ! Et voilà que vous cassez les œufs des nids et arrachez les pacifiques pigeons de leurs arbres ! Trois cadavres sur la seule esplanade de ce petit jardin et en une seule nuit ! Il n’en reste que des plumes sanglantes, là juste à côté du projecteur !


> C’était d’autant plus perfide que c’était aisé pour les chats ! D’autant plus lâche et odieux qu’il est plus aisé pour les chats de tuer de jeunes palombes ! Criminels insolents, ils sont arrogants et ostentatoires ! Les chats sont des prédateurs pernicieux ! Ils ont des griffes quand les pigeons n’ont guère pour arme pour se prémunir que leurs branches d’oliviers !


> Or, c’est plus machiavélique quand on sait que les plumes des pigeons étaient mouillées. Lourdes des pleurs ou des pluies de l’orage de cette nuit ! Le ciel n’arrange pas les choses, pour les pigeons, quand il s’y mêle ! Nous aimons du ciel les nuages roses et les rayons de soleil ! A la rigueur, les bleus ! Et même les gris, quand c’est l’hiver ! Afin qu’il pleuve pour que percent les feuilles du printemps !


> Curieux, les tortues nonchalantes vaquaient à leurs moutonnantes obligations. Les herbivores pacifiques rampent, illustrant la permanence du règne reptilien ! Les cabales rampantes, isolées chacune dans la secte coriace qui lui sert de véhicule et de toit, ignorent le malheur qui arrive aux voisins ! Les proies ignorent-elles, que des représailles les mettraient en soupe ? Les grenouilles, qui avaient bien chassé leur roi, croassaient dans un délire de joie cette nuit ! Il pleut sur la parabole !


> Les images sont déformées. Le crapaud, ténor attitré du jardin, placide dans la pleine lune, lustre son kaki de parade. Plus moqueur plus que de raison, il invective et injurie ses pairs ! Il se fait une belle jambe, à jaser en poussant des coassements ! Des cris de dépit, à la face des grenouilles et des tortues, faute d’aller lui se défendre les colombes contre les Chats !


> L’ermite dans sa caverne est plus probant dans ses prières que les révoltes démagogiques de ce braillard de Crapaud qui ne peut rien ! Il ne fait qu’alerter les chats et leurs maîtres zélateurs, ils leur donnent raison de venir chaparder nos colombes ! Il n’y pas de chien de garde dans le jardin ! Cassez la Maison, leur dit-il ! Regardez leur papier ! Venez envahir, le dôme, nous n’y pouvons rien ! Le Bon Dieu l’a quitté !


> Or, les tortues n’aspirent qu’à l’au-delà ! Venez les chats, il y a encore des palombes sur le bord du toit ! Vois-tu, Maître du chat, j’ai cassé leur réunion ! Venez les chats, là sur le parvis de ma demeure ! Bech bech, mon sanctuaire est à vous ! Les pigeons vous dérangent par leurs roucoulades ! Zut, y a un oiseau qui m’a souillé le turban avec ses déjections ! Je n’aime pas ces oiseaux ! Maître-chat, je préfère les aigles : vois ma sympathie envers toi ! Tu peux donner leurs colombes à tes chats ! Je sais que tu es occupé, avec tes érections, alors que moi, je suis menacé par mes présumés « terroristes » ! Dis à tes juges que je vous fais mon mea culpa ! Tes élections ! Nous, nous, ici, ne savons pas que c’est ! Chez nous, c’est plus populaire, plus communal et commensal !


> Mes frères, le crapaud vous a dit : mea culpa ! Les chats ne peuvent et ne doivent manger que des colombes. C’est de la philosophie stratégique ! Je rends hommages aux foules qui se défoulent ! C’est ma conception : relisez mon livre ! J’encourage les colombes à jeter des pierres ! Les pigeons qui ont une branche d’olivier dans leur bec, doivent la lâcher ! Toute concession est une trahison, toute discussion est inutile, tout ce que vous faites n’est pas de la politique ! La politique, c’est la guerre ou la reddition ! La solution pour les colombes est de continuer de se faire plumer par des chats étrangers ! Jardiniers, tortues, vaches, dromadaires, vous n’avez pas le choix ! Toutes vos réunions sont vendues et inutiles ! La civilisation est ainsi ! Il faut des proies aux prédateurs ! Les félins et leurs maîtres ont gagné ! Rien ne sert plus aux colombes de parler de tolérance ni de paix chanter ! Il ne faut plus jeter les pierres aux chats ! Il ne faut plus faire des réunions entre vous, basse-cour, pour les encourager ! Bech Bech, bghéti chi oullayed falastini !


> L’idéologie de « massacre d’autrui » prévaut ! La barrière des « espèces », entre développés et pauvres, connaît un sujet tabou ! Dans leur discours de tolérance le mot paix est frappé d’interdit ! Les politiques en instance de compromissions ou mal élus, ne savent plus que mentir à leurs sujets-électeurs, qui les ont compris ! Lesquels, quoique maintenus en couveuse, veulent plus de liberté ! Avec la dignité et la paix en sus, à la place de l’humiliation habituelle et des exactions ! Ils ont désaffecté les discours fossiles moisis.


> Les promesses anesthésiques locales les ont finalement éveillés aux valeurs universelles. Celles-ci se sont infiltrées des médias, à travers les traits de fractures sociales. Les propos lénifiants et les pratiques sécuritaires n’empêchent plus les enfants de jeter des pierres sur les « chats ». Les enfants ont perdu les repères idéologiques de leurs pères. Au lieu des imprécations vocales adultes et des prières stériles vieillies, ils jettent à la place du pain, des pierres « aux chats agressifs et meurtriers » de leurs insoutenables voisins ! Pour l’amour des colombes, les mutants de parmi les enfants s’assument.


> _ Quoi, tu oses dire que je ne serais pas chez moi ? Moi, te serrer la main ? Jette d’abord ta pierre !
> _ Voisin, si tu dis m’aimer, jette tes armes et va plus près de chez toi !
> Crise de civilisation ou crise d’adolescence de refoulés ? Expression de révoltés sans cause, sinon de jaloux des nantis ? Crises de révoltés sans cause et leur instrumentalisation ? Péril géopolitique occidental par transposition ! Antisémitisme juvénile ou sionisme qui n’ose plus mettre un masque sur son identité expansive ? Au nom du judaïsme, on nous dit généreusement que ce n’est point une guerre de religion ! Va ! Alors confiance brisée ! On se croyait victime d’une croisade, pardon, d’une étoilade*, fruit avéré d’une expropriation, qui pratique l’exil et enseigne l’ethnocide !
> _ IL faut changer les dirigeants palestiniens, dit l’un,
> _ Go to hell, répond l’autre !
> Pour continuer à discuter de paix, ne faut-il pas s’accorder sur le sens du mot ? Pour parler paix peut-on ôter la défiance, la susceptibilité ! Et, comment soustraire l’impact des élections américaines sur les provinces d’Orient !

 

> Kénitra, 22 octobre 2000,
> My Ahmed Idrissi , Kénitra, Maroc
!

                                      Maidoc@CARAMAIL.COM

01:42 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BIENVENUS SUR LES PAGES DE MAIDOC

YOU'RE WELCOME IN MOVING ON MAIDOC2'S PAGES .

 

BIENVENUS SUR LES PAGES DE MAIDOC2

 VENEZ FAIRE UNE HALTE ET VOUS ABREUVER,POUR ALLER DE L'AVANT !

LISEZ ET FAITES LIRE .
             CETTE PAGE EST A VOUS,

 

 

 

From Morocco.







 

 

A LA VUE

A LA VUE

DU CIEL PASTEL DE TES PAUPIERES, PETALES DE ROSES,

PALPITENT D'EMOTION LES COEURS ASSOIFES DE TENDRESSE.



LACS D'AZUR, CHIMERE IRISE, IRONIE BACHIQUE,

ILS TRAITENT L'ARC EN CIEL DE FRASQUE ANTIQUE.



GALBE PETILLANT DE SANTE, CHANTANT LE RYTHME DES JOIES,

FEUX D'ARTIFICE FETANT LES NUANCES DES TONS,

ILS DONNENT AUX FETES DES COULEURS ET AUX FLEURS DES NOMS.



TON COEUR ASSOIFE SOMME LES SOURCES DE L'AME

D'ASSECHER LEURS COURS ET DE TARIR LES LARMES.



UN ZEPHYR DE FRAICHEUR, ETHER BALSAMIQUE,

PARFUM DE PLEURS, SOURD SANS RIGUEUR DES FARDS,

ET CONFOND LA TRAGIQUE SECHERESSE DES REGARDS .





TON SOURIRE, ONDEE MAGIQUE , PRINTEMPS DES ANGES,

VOLE AUX DIEUX LEUR DOUX ET ETERNEL LANGAGE .





LE GLOBE ENTIER REMUE, Ô VERTIGES PULSATILES

SOUS LES ENVOLEES LYRIQUES DE TES CILS VIBRATILES.



CE SONT D'ETERNELS MIGRATEURS EN QUETE DE FIRMAMENT,

QUI BATTENT DE LEURS AILES , EN LIBERTE, NONCHALAMMENT.



VAGUES DU DESTIN QUI SE BALANCENT AU GRE DU TEMPS

DANS L'ENTRECHOC DES FEUX QUE TU JETTES SCIEMMENT.



CES FULGURANTES FLAMMES QUE TU ARRACHES AUX ENFERS,

HARPONNENT D'ECLAIRS L'ENVIE MUETTE OU EXULTENT

LES HUMEURS ET GONFLENT DES TORRENTS D'AMOUR

ASPIRANT DU DIALOGUE MUET LES RIRES D'UN MOITE FESTIN.




In the meantime why not check out the link below to get your own 20MB of free webspace?

www.fortunecity.com






                            Souwbouli yeddi, bache n'boule ! 

 

         FAITES MOI UNE MAIN POUR

                                        QUE JE PUISSE PISSER   !

 

CE TITRE EST LE CRI D'UN DES TEMOINS DU TELETHON !

 



Vestige d'une aventure,
Rescapé des poubelles;
L'honneur est intact,
Je vis hors d'un sac
Qu'on n'a pas jeté !

On m'enchaîne dans les toilettes,
On m'enferme dans les placards,
De peur que les voisins m'entendent gémir,
Ou que mes géniteurs n'affrontent,
Outre le mépris et la pauvreté,
La dure pitié des hommes,
Comme ça a toujours été !

Légèrement inadapté,
Si je suis né difforme,
Vous êtes nés avec quoi ?
Et, qu'allez-vous emporter ?

Légèrement inadapté,
Si je suis né difforme,
Devenu par accident différent,
Je compte parmi les humains,
Peut-être mieux, ou plus encore !

Ce que la soirée a voulu vous dire,
C'est qu'il n'y pas de services spécialisés.
Les bêtes ont les leurs, pardi !

Sauf qu'ici, dans sa chair, on doit tout payer,
Pour ne pas sortir, plus handicapé encore,
Des mains des Mulets et des Ogresses,
Qui sévissent dans les écuries et les hospices !


Or pour nous autres Humains,
Nés malformés ou devenus tels,
Différents du moule ordinaire,
Que vous avez eu et bien mérité,
Il y a comme un kyste, un mur,
Qui enveloppe vos habitudes,
Et laisse nos âmes, errer !

Faut-il attendre, marginalisés,
Que nos mères aient leurs droits
Pour obtenir les nôtres ?
Ou, que nos pères puissent crier
Pour qu'on nous entende rugir ?

Faut-il attendre que notre Pays
Ecarte à jamais les menaces de guerre,
Qu'il retrouve les siens du Sud,
Avec son intégrité et le respect au Nord,
Pour qu'il nous rende l'honneur, enfin ?

Faut-il attendre que les intempéries cessent,
Et qu'on découvre le pétrole et l'or ?
Ou, que ceux qui ont spolié nos terres,
Tout en excuses, nous les rendent,
Avec l'Orient et la Palestine en prime,?

Faut-il attendre, vous qui marchez,
Qu'il y ait un Ministère bien à nous,
Dans un autre Gouvernement,
Plus socialiste encore,
Ou qu'un pays vienne nous privatiser,
Pour qu'on s'occupe de nous ?

Si ce n'étaient les injustes menaces,
Les subversions et les actes de nuisance,
Au lieu de nous armer, ô les gens d'à côté,
Nous aurions déjà fait L'UMA !

Nous aurions eu les moyens de prévenir
Les malformations des chérubins,
De mieux les voir et de les surveiller,
Sinon de les placer et d'aider sans attendre
Les médias qui font le Téléthon !

Vous qui entendez, vous qui voyez,
Où sont les Partis et les moyens de l'Etat ?
Faut-il attendre que nos écrits,
Subissent de la gauche la censure,
Ou qu'ils se lassent de vous prier ?

Apartheid dans mon corps,
Exclu de mes parties
Faites-moi une main,
Pour que je puisse pisser !
Fabriquez-moi une prothèse,
Un pif, un nez, pour être fier !

Donnez-moi la main,
Ne serait-ce que pour manger !
Une canne pour marcher,
Un œil pour sourire,
Une fleur de synthèse,
Et des lèvres pour dire merci,
Sinon un alphabet pour maudire !

Editeurs de tous les pays, unissez-vous,
La journée mondiale des handicapés,
Est une fête sacrée, qui vous attend !

Faites lui un livre dans toutes les langues,
Et l'offrez, aux millions que nous sommes,
A titre de solidarité avec les handicapés !

Faites un livre dans toutes les langues,
Un livre signé de tous les écrivains,
Les philosophes, les Nobels, les savants,
Les champions, les médaillés, les stars…

Un livre préfacé par tous les Chefs d'états,
Qui soit béni des cultes et des représentants,
Des sages aux palmes académiques,
Des députés des parlements et du sénat,
Comme des minorités politiques,
Qui sont des infirmes, aussi !

Faites un livre dans toutes les langues,
Un livre signé par les premières dames…
Toutes celles qui ont gagné une médaille,
Un titre de gloire, si ne n'est de l'argent !

Faites un livre dans toutes les langues,
Donnez le au Pape à titre d'hommage,
Et d'amour pour ceux qui peuvent aimer,
Et savent, en donnant, nous le dire !

Faites un livre dans toutes les langues,
Facile à vendre et qui chante :
Ce n'est pas un appel à la pitié,
Mais, un refrain, une danse,
Qui rappelle au droit la raison !

Apartheid dans mon corps,
Exclu de mes parties,
Faites-moi une main,
Pour que je puisse pisser !
Fabriquez-moi une prothèse,
Un pif, un nez, pour être fier !

PAR DR IDRISSI MY AHMED

 

                   VENT DE VERDEUR

                            Dr Idrissi My Ahmed

Que dit le vent aux branches qui courbent le dos,
Sous le ramage bruissant de son souffle chaud ?

Le vent tend son arbalète, décoche des flèches,
Griffent des cœurs sur l'écorce des arbres,
Qui chantent, unis, dans le musc des brises.

Le vent s'insinue entre les branches jusqu'aux feuilles
Qui palpitent et se pâment sous ses harcèlements.

Dis, badin rimeur, que je suis jaloux des branches,
Qui trouvent l'air enchanteur qui les fait vibrer.

Le vent souffle sur les branches et susurre,
Des notes de parfums qui fécondent les roses,
Aux couleurs sublimes qui fascinent les sens .

Le vent souffle sur les pétales moirées,
Des bouquets de fleurs que tu vêts sur ta robe,
Agitant des effluves aux arômes des pans qui enflent.

Le vent souffle sur les hanches diaphanes qui disent,
L'odeur suave des courbes nubiles,
Et le parfum musqué des jasmins juvéniles.

Le vent qui souffle, médite et projette,
Des mains tremblantes qui défont le feuillage,
Comme toi ma chère, le jour du pucelage.

Le vent médite sur tes bras plantureux,
Que l'œil arrose de ses colliers de regrets.

Le vent qui souffre sous les yeux qui méditent,
Verse une larme de piété sur tes pétales roses.

Le vent souffle et égrène, mon ange,
Les grains purs d'un chapelet de prières,
Pour sertir de brillants et d'ors ton auréole d'argent.

Le vent qui souffle entre les branches qui méditent
Se recueille furtif sur les anges qui s'évadent;
Pareils aux rêves des houris qui oublient les calins.

Le vent qui souffle entre les branches médite
Les rêves ravissants de ton sommeil innocent..

Mon vent gémit à ta porte et frappe aux fenêtres…
Je râle de ces réveils futiles qui ruinent mes rêves.

Le rêve est ce que j'ai de gratuit et de cher;
Il est le paradis interdit, où tout m'est permis !

Il est la liberté que j'ai et que je ne puis céder,
Celle de pouvoir rêver des images qui repassent,
Où des festins de noces sont offerts sans amende.


Dame critique, jalouse, aux réveils revêches ,
Me flagelle, si fort, que je regrette l'inquisition !
Et me mets à espérer des rêves que le fisc contrôle,
Avec la douane, pour ne pas faire d'intoxication !

C'est dire le point extrême des mœurs d'exaction,
Qui oppriment la psyché, le moi et l'inconscient,
Chez les gens policés que nous sommes !
Cette hypertrophique excroissance, gluante,
Grossit sur le magma de nos cultures difformes.

Grouillant comme des zombies de cadavres
Tordent leurs viscères sur des terreaux immondes,
Entre les interdits charnels et les autres voluptés,
Ils terrassent nos fantasmes et musellent nos envies.

Depuis l'antiquité biblique, si mal interprétée,
La chose intime prend l'allure de souillures,
Et transgresse l'action même dans le songe, d'aimer,
Sans admettre l'innocence ni absoudre la blancheur.

C'est le délit infâme d'intention que l'on arnaque,
Visible à votre silhouette différente qu'on attaque,
Ou, selon les climats, à vos idées qu'on traque.

Méfiez-vous de rêver de lendemains farfelus.
Ceux qui chantent l'espoir, la tendresse, l'école,
L'occupation des jeunes, le travail des chômeurs,
Et des vieillards indigents la santé et la rente.

Votre épouse par les ébats, brutalement réveillée,
Sur les décombres de vos effusions chastes,
Croyant à tord, aux miasmes d'un esprit en révolte,
Veut connaître l'intruse qui vous fait délirer.

Et, si par malheur, elle écoutait des voix,
Elle verrait que le rêve sait parfois ouvrir des portes.
Les portes d'une vitrine où vous preniez la queue !

Non celles des visas que le racisme importune,
Ni celles des administrations et autres maisons closes,
Mais juste celles des houris que nous versent
En parabole, ces modernes pénates des logis.

Allo, muse, donne-moi ton téléphone, vert ,
Pour chercher un travail où je puisse rêver.
Car mes appels avec l'au-delà sont chers,
Et je me surprends, visiblement, à t'aimer.

C'est le vent qui courbe le dos des branches,
Et s'insinue sous les portes des dormeurs.
Il souffle aux oreilles assoiffées et pudiques,
Des amours élevés sans être platoniques.



00:59 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/07/2004

POSTEZ

http://communication.skynet.be/index.html?l1=communicatio...


21:40 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

D'UN RER A " L'AUTRE "


 
D'UN RER A "  L'AUTRE " !
 
L'amalgame, la mystification , l'erreur rencontrent la mythomanie et les crimes de société , sur la même voie !

20:22 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

SOS A CEUX AGISSENT POUR SOULAGER LES MALADES

APPEL A CEUX QUI DOIVENT AGIR POUR SAUVER LES MALADES

:

VOICI LE NOUVEAU TEXTE QUI DOIT PROFITER DU RETOUR DU ROI MOHAMMED VI  DES STATES A NOS CONSEILLERS DE S.M .




" APPEL A CEUX QUI DOIVENT AGIR POUR SAUVER LES MALADES"

Une citation
------------

« Célébrer les morts, est-ce utile aux vivants ? La civilisation est-ce de commémorer les morts ou de collectionner leurs faits et actes ? Défendre les malades à qui cela sert-il ? Supporter les malades est si lourd, mais, est-ce tellement ingrat ? Si vous dites encore que soutenir les vieux et les handicapés est une charge onéreuse et improductive, c’est que vous optez pour le meurtre et l’euthanasie ! Les Valeurs humanitaires d’un peuple se développent dans les soins attentifs aux malades et le courage exercé par tous dans la poursuite de ce deal…Sachez qu’avant de naître, que vos enfants sont prédestinés et passibles d’une contravention originelle ! Ils assumeront des charges et des taxes que leurs parents ont laissé sévir ! »


Mme Student, in « Chronique des gens qui passent…. »

 

APPEL A CEUX QUI DOIVENT AGIR POUR SAUVER LES MALADES

Dr Idrissi M. Ahmed



Le constat social
-----------------

Serait-il utile aux militants du Parti, à tous les Cadres Responsables du Royaume, qui analysant les événements, les idées et les actes, entre la morosité et les cataclysmes, politiciens ou telluriques, de se pencher aussi sur cette autre calamité, que sont les maladies ? Les simples maladies et leurs approches, législatives et économiques ! Médecins et pharmaciens ne suffisent plus ! Ils réclament une réforme ! Le Maroc nous regarde ! Nous sommes tous concernés !
Est-il socialement productif de continuer à délaisser ce secteur vital, odieusement taxé d’inutilité, au profit d’autres factions plus dynamiques ? Est-il défendable de saborder ainsi sa base, la population de son propre pays ? Là où la souffrance réduit même les plus aisés d’entre les gens, au statut tragique d’assistés, rendant la dignité, donc la citoyenneté, à sa plus basse expression. Les Partis, par voie de fait, se transforment en collèges virtuels où des arrivistes sabordent les concepts de démocratie, en niant au peuple des quartiers leurs bons droits !

Du coup la signification même de représentants, leur crédibilité d’élus se perd !
Les milieux, ruraux, pauvres ou besogneux, dénigrés au profit d’expédients extatiques et de pétarades de salons, sont ceux qui requièrent le plus l’affection et justifient des Cadres leur temps, leur énergie et leur abnégation. Les actes de présence, les gestes de solidarité sont la base de la vie en communauté, donc de toute politique. Est-ce abâtardir les cadres et polluer leurs méninges que d’aspirer leur rencontre salvatrice avec les couches qui les ont générés ?
La logique, la raison, les sentiments, la nécessité, requièrent le courage de ce retour. Le Peuple a besoin de ses fils pour reformer la famille ! Ces immersions dans les rues, les usines et les quartiers sont synonymes de rencontres entre condisciples et de proximité avec ceux qui remplissent les urnes, voire avec ceux qui avec raison s’en détournent et fuient les suffrages et les scrutins !

L’appel des parents
--------------------

Le service humanitaire, acte altruiste de citoyenneté, est la meilleure audience pour les militants avec leurs électeurs potentiels. Le Peuple, ces simples sujets qui travaillent pour vous instruire, attendent qu’on étanche leur sueur. Ils attendent, non sans crainte d’être déçus et non sans espoir de fierté, un juste retour des sentiments de ces cadres, de ces cigognes, qu’elles refassent leur printemps ! Ils attendent que les programmes des Partis intègrent leurs soucis et leurs justes espoirs. Ils attendent que ces patriotes leur rendent justice et qu’ils lavent la honte des exactions et des abus ! Que les fils et les filles se détachent des innommables amalgames et se différencient de ceux qui les subornent et les trompent ! Que les programmes, leurs volontés écrites, soient aussi réalistes, que vrais et qu’on ne vole plus leurs droits, leurs aspirations et leurs rêves !


Ils veulent que leurs besoin, les plus simples, soient réalisés. Que les élus ne soient plus que de virtuels pastiches, les uns des autres, bons à placarder les murs de fausses promesses qui restent les témoins balafrés de leurs mensonges !


Et les chantiers à couvrir sont légions, dans tous les domaines, du travail à l’éducation et de la justice à la santé ! Le premier travail est de leur rendre leur confiance en soi et de régénérer un sang par trop corrompu ! Le premier travail est de retrouver cette fierté légitime, cette richesse que nul adversaire n’avait pervertie. A commencer par chasser toutes les formes de mépris et tous les stigmates de l’humiliation : celles exogènes et celles dues au destin de tout être vivant ! Leur droit à la santé, le droit des personnes malades à être soignées, le droit de ne pas subir d’entraves ni d’être d’un système de soins, les otages muets ! Le droit de ne pas subir de surenchères, ni d’embargo sur leur santé.

La santé, un droit
------------------

Que dire de la santé, de l’accès aux soins, du coût des actes et du prix des médicaments, et qui plus est, des taxes que l’Etat prend sur les malades, leur souffrance et leur maladie ?
Les maladies représentent deux faces de la responsabilité des gestionnaires que l’on peut réexaminer sous un nouvel angle, plus moderne et plus contemporain. Celui qu’il est d’assurer les besoins communautaires en médications et celui des moyens et règlements d’approche pour l’acquisition des médicaments et des soins. Sachant qu’il ne saurait y avoir de conflit d’intérêt entre les obligations de l’état dans ses deux facettes de régulateur et de commanditaire, ni de schizophrénie entre l’offre des médicaments qu’il organise et leur accessibilité, dont il décrète les coûts, la qualité et les obligations. Or, obligé d’assurer une couverture, il ne doit pas lui être étranger d’en abaisser les coûts pour répondre aux besoins élargis. Et nous connaissons l’impact de la maladie dans la genèse de l’inconfort, du chômage, de la misère, du mécontentement social, dans l’origine des grèves, dans les troubles et dans la sédition !


Il s’agit pour nous, à partir de l’AAMM, qui vous remercie de votre engagement et de votre affable soutien, entre autres associations dynamiques et ONG civiques, d’éclairer l’Etat sur un dol qu’il entretient et de faire prendre conscience à la cascade des décideurs, d’un concept nouveau, celui du DROIT DES MALADES. Nous sommes devant des punitions collectives, perpétrées selon un système organisé et des modes légalisés. Exactions aberrantes, devenues institutionnelles et inconscientes, revers d’un droit naturel, mais ignoré, doublé d’un devoir oublié. Nous ne disons pas dénigré, de par notre immense espoir en notre pays et en ses cadres nationalistes, car ce droit et sa solution sont simples !


Ce droit légitime et naturel est celui d’être traités, sans arnaques ni surenchères, comme il devient coutumier de le lire, de le voir, de le souffrir et de le déplorer. Droit de refus nouveau et devoir de délation nôtre, doublé d’une violente condamnation face à des prélèvements coutumiers, impropres et inconséquents. Des taxes abusives dans leur concept, qui saignent les malades ! Une aberration, dès qu’il s’agit pour le fisc de frapper les médicaments et de pénaliser les demandeurs de soins ! Dès lors, il nous parait juste de ne pas laisser le malade crouler sous la chape des TAXES DOUANIERES et autre antinomique TVA sur la maladie !

Reformater les taxes
---------------------


La loi qu’il s’agit d’exorciser, l’abcès torpide qu’il s’agit d’inciser est donc cette ostensible et publique tare de l’Etat ! Une infamie, qui aberrante déjà, obère l’accès aux soins ! C’est-à-dire qu’il s’agit pour vous maintenant de faire raisonner le législateur et repenser aux réglementations devenues infâmes. Des us contreproductifs, car ils pèsent sur l’accès aux médicaments et aux soins, des soins que l’état veut élargir pourtant par l’AMO !
Un leitmotiv libératoire s’entend ! Reformater les taxes de douane et de TVA ! Ces pénalités sur les fièvres et les douleurs, ces contraintes contraires que l’état nous impose. Des charges superflues qui représentent entre 25 à 42 % du prix des laits de bébés et autres médicaments cruciaux et de première nécessité ! Sauf exception !

Exonérer les médicaments que notre pays n’est pas capable de fabriquer et qu’il ne sait guère inventer !

Détaxer tous les médicaments et leurs intrants ! La chimie n’ayant pas fait d’adeptes dans les coursives de l’état, ni assez de promoteurs dans l’industrie du pays ! Des taxes donc, perçues comme autant d’exactions punitives et qui datent de l’ère qui précède celle des droits de l’homme ! Ces dissonances, artefact fossiles, archaïques, dignes des gestions reptiliennes, sont gravement antisociales. Elles plombent l’accès aux soins. Vous m’excuserez de m’appesantir sur cette punition collective qu’on administre à la Nation ! Elle est indigne du Maroc de demain, indigne de l’Islam, civilisé antérieur et cautérisé présent, indigne de notre ouverture moderne. Indigne de notre tolérance qui doit être une passion envers autrui, et d’abord envers ceux qui souffrent dans leur chair, dans leur être, dans leur santé et dans leur personne.

Un exemple de " Roi"
--------------------

En effet, l’école de solidarité et de défense des tranches pauvres et des handicapés, exprimée avec ardeur, en temps réel et sur le terrain, par NOTRE ROI SIDI MOHAMED, stimule notre énergie civique. Elle éveille en nous, médecins, vos amis, admirateurs, militants et concitoyens, une volonté de voir les gouvernants et les réglementations suivre, avec réalisme et dans les actes, la JUSTE PASSION DE SM.

Un besoin de réformes humanitaires
----------------------------------

Réformer les concepts, c’est donc, pour l’Etat de réviser le cadre même de sa fiscalité sur les soins, à la lumière de clairvoyance de SM LE ROI. A commencer par les médicaments et leurs divers intrants. De l’usine au labo et de la pharmacie au bloc !

Un besoin de réformes démocratiques
----------------------------------


Supprimons alors les taxes rédhibitoires qui pénalisent l’accès aux soins. Car ces prébendes usuraires sur les souffrances, génèrent de la haine et suscitent la sédition ! Ces pénalités révoltantes sur les fièvres et les douleurs, injustes et inhumaines, surmultiplient les mécontentements populaires ! Comme ces entraves augmentent notre lot d’incapacités et de handicaps, par les retards, sinon par l’empêchement des secours initiaux et dans les prises en charge ! La cherté mine le chemin des soins et barre leur administration.


En défiscalisant les soins, les médicaments et leurs intrants, c’est le budget de la Santé publique, (en premier, celui des hôpitaux, civils et militaires), qui sera décuplé. Ses médicaments, ses instruments, ses réactifs.

Car l’investissement dans la Santé doit être vu comme celui du Tourisme, comme des priorités aussi importantes que la fourniture du blé !


Et tous les malades, du plus dramatique, au plus complexe, du moins grave au plus léger, seront dispensés de frais superflus ! La Santé s’offrira à un plus grand nombre ! Ils seront plus soignés et mieux soignés. Ils seront reconnaissants au Pouvoir qui aura libéré leur santé des contraintes ! Cette OPA, géniale, profitera à l’AMO prochaine qu’elle consolidera par des coûts de médicaments et de soins plus accessibles. Cette réforme, sur nous-mêmes et nos réglementations, est à faire en bloc et d’un seul tenant pour qu’elle soit productive et efficiente.

Des lois justes
---------------

En supprimant les taxes décriées, messieurs les Conseillers du Roi, vous rendez justice à l’Etat et vous rendrez sa pureté aux lois en les ré-humanisant. Agissant ainsi et conseillant de la sorte, vous rendrez les lois plus louables, plus amènes, plus convenables, plus en harmonie avec la politique de solidarité imaginée par SM.
Mesdames et messieurs les Ministres et les Députés, vous les Cadres sains de la Nation, vous les leaders d’opinion et les responsables des Partis, vous qui pouvez avoir l’audience et l’écoute du Souverain, vous êtes des responsables sensés transmettre les dols de la population à SM. Nous percevons pour le Pouvoir, une gloire de plus, une exaltation de l’admiration et des louanges supplémentaires, un bénéfice en popularité opportun pour tous les acteurs de l’ETAT.

En plus de la reconnaissance de la part du peuple, l’effet produira un rejaillissement psychologique sur son imaginaire et un stater sur son enthousiasme rouillant ! Un plus en sera l’effet humanitaire, qui confortera notre image au sein des Nations ! Cette reforme de la fiscalité des soins et des médicaments, sera une option curative du brouhaha généré par toutes les hausses des prix dans les hospices publics et autres ! Une chance, qui, si elle est bien pulsée, sera capable de stimuler, sans doute, cet amour pour la Patrie, qui semble en défection depuis la Marche Verte et qui se vit dans la morosité ambiante et le dégoût navrant de certains !



                 DR IDRISSI M. AHMED, EXPERT, KENITRA
                                   Président de l'AAMM
ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC

assistance : 061252005
telfax : 00212-0-37376330



Kénitra,   le 30 juin 2004 ,   Réitéré le 18 juillet 2004


15:05 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

archives VINDICTE PURITAINE ET DESAPPROBATION UNIVERSELLE

Non à la guerre !


- Face à la menace d'une nouvelle guerre en Irak, véritable agression contre le peuple irakien, un collectif s'est constitué le vendredi 13 septembre pour dire non à Bush et à sa folie meurtrière. -On nous annonce une guerre préventive et sécuritaire alors que les véritables raisons sont des intérêts pétroliers, économiques, stratégiques et de politique intérieure des États-Unis.

Le collectif appelle à la plus large mobilisation, propose différentes actions dans les villes du département et appelle d'ores et déjà à une
- grande manifestation le 12 octobre à Albi à 15 heures.


- Premiers signataires : AJET, AJMA, Appel des 100, ATTAC, Cap 81-Les alternatifs, CGT, Confédération Paysanne, COT, FNDRIP, FSU, LCR, MAN, MRAP, PCF fédération du Tarn, SUD, Les Verts du Tarn, ADECR, TARAF


- Contacts : 05 63 53 91 85 - daniele.w@free.fr


- Nous demandons au gouvernement Français de ne pas entrer dans la logique guerrière et de tout mettre en oeuvre, dans le cadre de ses attributions à l'ONU pour éviter le pire.


- NB : vous pouvez signer à côté de ce texte en donnant vos noms et adresses éectorniques. Ajouer éventeullement la ville dans la partie texte libre intitulée "un message, un commentaire")..

Les signataires

Guillouche Marie-Ange
Nous ne pouvons pas rester muet face à cette logique destructrice et porteuse de souffrance dans le présent et dans l' avenir...

Bernard LOISEAU

Yasmina LOISEAU

Nadine Liévoux

 JM kolb

De Reilhan Philippe
non à toute répression préventive où qu'elle se situe, y compris dans les collèges et les lycées,

brigitte Marie Antelme

sousmarinvert
Juste une chanson... visible sur le site

 Macrophotographies de la nature
Philippe Cugnot
Je suis pour la paix, donc j'approuve tout simplement...

GALICHET
ALBI

Jean Bourdoncle
LAVAUR-81-FRANCE



 

Jean



 

 



Il y a 9 contribution(s) au forum.

VINDICTE PURITAINE L ' IRAK SUR LE BUSHER
(1/5) 25 mars 2003, par dr idrissi my ahmed


> Non à la guerre ! (A lire avant d'aller a la manif)
(2/5) 25 février 2003, par Patrice Laperriere


MOTION Non à la guerre
(3/5) 15 janvier 2003, par dr idrissi my ahmed


> Non à la guerre !
(4/5) 27 octobre 2002, par Marie-Ange Guillouche


Non à la guerre à l'Irak - texte du ceollectif Tarnais
(5/5) 26 septembre 2002




VINDICTE PURITAINE L ' IRAK SUR LE BUSHER

25 mars 2003, par dr idrissi my ahmed   [retour au début des forums]


VINDICTE PURITAINE

ET DESAPPROBATION UNIVERSELLE

 

 

L ' IRAK SUR LE BUSHER

*************************************

 

MIEUX VAUT POUR UN PAYS DE NE PAS AVOIR DE PETROLE

""VINDICTE PURITAINE ET DESAPPROBATION UNIVERSELLE ""

DE LA GUERRE CHIRURGICALE A LA GUERRE PROPHYLACTIQUE.

 

 

Détruire sans être menacé, le rêve de tous les kaisers ! Devenu messie, l'homme qui a la maîtrise du ciel est devenu un Dictateur universel ! Pour ne pas dire un despote ! L'empereur du monde, têtu et vindicatif, s'obstine. Quiconque, même de ses amis, n'est pas d'accord avec Lui, est rangé comme ami des terroristes et déclaré « ennemi ». C'est l'option Chirac ! Notre ami et puissant protecteur, s'obsède à soigner autrui, en le cautérisant ! En le détruisant ! Apporter la démocratie par l'usage du feu ! Un homme qui ne craint pas de condamner à mort ses administrés, ne reculera pas devant un possible ethnocide pour débarrasser la planète, qu'il gère, de ses alter ego qui terrorisent leurs peuples ! La justesse de sa cause divinisée, légitime et toutes les exactions. Toutes exactions, tous les crimes ? Craint pour la puissance de feu de son énorme pays, qui peut devenir dispensateur de crédits, sinon de menaces, d'incompréhension, de haine et de destruction ! Donc, une seule alternative, binaire, se ranger dans le clan de ses amis, des profiteurs inconditionnels, ou être relégué dans les castes de ses adversaires ! Des ses prochaines cibles ! Le Maître du Monde, plus fort que Hitler, plus impérial que César est un homme qui croit en sa Mission. Un être religieux qui devenu plus convaincu depuis qu Dieu lui a mis les rênes du monde entre les mains et que ses conseillers, hommes de l'industrie, du pétrole et de la religion, savent l'encadrer et le diriger vers le Bien ! Le voilà investi de l'armure du croisé depuis qu'un de ses anciens amis, Ben Laden, lui casse, sans prévenir du jeu d'échecs qu'il lui livre, trois avions et deux tours ! Faux amis, ces rustres, on ne peut plus faire confiance à ces arabes ! Ils ont tout et ils deviennent terroristes ! Dilemme olympien ? Le ciel tremble ! Théos, quel que soit le prénom qu'on lui donne dans les différentes religions, est-il d'accord ? Alors il faut désarmer l'Irak qui possède des armes capables de toucher Israël. Il faut rasez l'Irak pour délivrer le peuple affamé qui subit Sadam. Le tyran qui a gazé ses Kurdes ! Puisque Satan ou Sadam ne veut pas se rendre on va lui parachuter des tonnes de bombes ! Intelligentes et riches en uranium ! Seule façon de remettre la démocratie entre les mains des pauvres irakiens ! Combien même il n'en resterait qu'une dizaine, de ces civils rescapés des dommages collatéraux, ils viendront avec leurs youyous, fêter et applaudir les libérateurs américains. Les moins racistes des militaires blancs, les GI, qui leur donneront du chewing-gum et du coca, en plus du meilleur protectorat ! Et les rebaptiser au nom de Bush et de son Saint Esprit. Remake de mal région, on va faire de l'Irak., une nouvelle Palestine, un mega Jénine, grâce à l'expérience acquise au Vietnam et au Pakistan ! Et il pourra toujours se cacher Bil Laden, il aura servi les Américains jusqu'au bout en faisant prêter le flanc à tous ceux qu'il a invoqués pour commettre ses actes nuisibles ! Il utilise la foi de ses coreligionnaires et instrumentalise le deuil des parents des victimes du 11 septembre, pour justifier ses véhémentes visées et écraser le monde sous le rouleau compresseur de la vengeance. Taire les différences de point de vue pour s'approprier les ressources de la région entière, ravaler toute autorité incertaine et supplanter les pouvoirs des rois et des princes. Il y va contre gré installer pour tous, la loi américaine, la pax americana sur les ruines des états et des pays et des frontières nées de la période coloniale. Il y va, mépriser les rites, bafouer les particularismes et l'autonomie des états, braver la religion musulmane et les minorités chrétiennes, voler le pouvoir et faire main basse sur les richesses, sous couvert de la démocratie et du devoir de vengeance ! Malgré l'intervention pacifique des autres blancs occidentaux, celles de la France, de l'Allemagne, de la Russie, malgré l'Union Européenne et son Euro qu'il veut casser, malgré le Conseil de Sécurité que les USA ont de toujours négligé. Belliciste omnipotent, coincé sur son axe paranoïaque, il est l'adversaire de toutes les opinions qui veulent désarmer l'Irak, sans faire de mal au peuple irakien. L'Union Africaine, d'une part, la récente réunion des pays d'Afrique, levée par la France, d'autre part sont contre la guerre. Le Pape envoie ses émissaires et se déclare à plusieurs reprises contre la guerre que Bush a levée en la qualifiant de Guerre Sainte contre le terrorisme. Dans leur cacophonie usuellement agissante, les Arabes unissent leurs vœux pieux contre la guerre ! Même quand 250.000 GI stationnent impatiemment sur ses sables, de l'Arabie Heureuse, les pays islamiques se disputent pour crier contre la guerre ! Les milliards de Chinois dénoncent la volonté de guerre. Le génocide prémédité, crime que l'on appelle "la guerre" sous son label aseptisé, de guerre préventive, est illégal, odieux, lâche, coupable et injuste. Aucun pays libre et démocrate ne peut le justifier. Ces dénigrements politiques sont grossis par le mouvement de millions de marcheurs à travers le monde, qui ont condamné Bush et ses pairs belliqueux ! L'Irak est un pays déjà désarmé, détenteur d'une armée roturière, il est au bord du gouffre. Son armée, devenue une simple police, sans réalité combattante sur le terrain est un autre que leurre. Un monstre factice que mobilise la propagande américaine pour sa crédule opinion publique. L'Irak est un fond de commerce, politique, un gadget militaire, un dragon de cirque, un serpent à sornettes. C'est un tigre en papier qui a fait long feu et que l'Amérique a lourdement frappé pour justifier sa précédente Tapette du Dessert du Père Bush ! Sa population affamée est victime d'un embargo qui l'a rendu exsangue. En Irak on ne compte ni le chômage, ni la misère, ni la précarité ni l'insécurité ! Le peuple est victime d'infections, de cancers et de sous alimentation. En plus de l'absence de démocratie et des retombés des guerres, le pays souffre depuis 20 ans, d'un tyran. Un rescapée de la période antédiluvienne du communisme. Ce n'est pas l'Amérique qui craint le terrorisme, mais le gouvernement militariste d'Israël qui transforme les résistants à son agression coloniale et à l'apartheid en terroristes et les qui les exalte jusqu'à en faire des kamikazes. Israël victime de l'Holocauste est depuis sa procréation le fauteur de guerres dans la région et au-delà ! Il pousse son mentor US, en sous-traitance, à faire la guerre aux islamistes et aux arabes pour elle. Le but de Pentagone est de désarmer les Arabes de toute velléité revendicatrice en razziant, pour l'exemple, le pays du vieux mentor Sadam. Vagues de mensonges et guerre psychologique qui vont diaboliser une nation, une civilisation pour en asseoir une autre. Ce n'est pas plus difficile ! Amalgames et contrevérités angélisant la démocratie israélienne quand on sait la puissance de feu et les armes de destruction massive que possède Israël. Enfant têtu de l'Amérique, qui dès le berceau, verse des larmes de crocodile, en raflant la mise et toutes les armes ! Cette crainte d'un Irak actuellement en déconfiture et en reddition passive, est kafkaïenne ! Complètement injustifié, aux dires mêmes des inspecteurs de la mission Onusienne de désarmement. De gendarmes proaméricains et d'espions de l'ONU, ils cassent la quincaillerie de cirque dont Sadam dispose. En face une armada, aux portes de l'enfer, baroquement surarmée, sur dotée, surexcitée, est prête à en découdre ! La fédération impérialo-sioniste aiguise ses preuves, ses prières et ses armes. L'occasion inespérée de les expérimenter est là, sur le terrain. Bush multiplie les rencontres et les déclarations…de mauvaise foi ! Il aguerrit son armée de cyclopes ! Nulle opposition dans les rangs. The game is over pour Sadam. Les GI sont robotisés, le cerveau lavé, les infos dans la boîte, ils auront l'impression de faire une partie, un film ! Ils agissent pour l'argent de leur pays. Aucune crise de conscience. ils seront absout du terrible ménage qu'ils feront en Orient. Vengeurs des tours, ils feront leur boulot. La tâche que la patrie attend d'eux ! Ils n'auront pas l'impression de tuer des hommes. Des victimes toutes préparées, prêtes à être consumées sur l'autel babylonien ! Des enfants, des malades ou des innocents, qui dépassent la souffrance ! Les journalistes, rares à dire non à la guerre, les artistes opposés à Bush va-t-en guerre sont conspués. Malgré les marches dans le monde, Bush et ses pairs anglais et ibères, veulent la guerre pour la guerre. La guerre où il s'est laissé piégé ! La honte de l'Amérique. L'inquisition suivra quand la guerre sera achevée. Jésus sur sa croix, voit ses fils lui sacrifier des hommes ! Iniquité monstrueuse, cette guerre préventive est désavouée. Déniée à ce titre par les pays de la vieille Europe, humanistes et civilisés qu'ils apparaissent aux antipodes des outrageux bellicistes d'amérique. Le linkage du terrorisme d'Al Qaeda avec l'âpre tyrannie de Sadam et/ou sa possession d'armes dangereuses (pour la quiétude des israéliens) est outré et déraisonnable. C'est ce troublant rapprochement et cette errance qui a fait que les vieilles nations dénigrent ce prétendu droit à l'équipe Bush. Loin sur le principes des causes de justes représailles. La désapprobation est timide hypocrite, cachée, mais universelle ! Le problème n'est pas en la personne de Sadam mais en la technique meurtrière que préconise JWB. L'Europe, forte de lobbies juifs puissants, ne voudrait pas, non plus, léser Israël. Encore moins capable de refreiner les appétits voraces et dévergondés de leur enfant terrible….et gâteux ! Des chefs arabes en veulent aussi a Saddam, mais pas à l'Irak ! Ce qui explique la paresse de l'action arabo musulmane et son ambivalente passivité ! Le spectacle désolant que fut la prestation clownesque de cet agitateur de Kadhafi est explicite et consternant. Cette guerre préventive, inégale, raciste, puritaine et bassement matérialiste se dit religieuse ! Elle vise à désarmer un pays qui ne lui a rien fait, une population que les américains disent innocente et que les bombes vont faire pulvériser par milliers ! Elle veut, au fond, faire déposer un chef d'état, qui ne lui a rien fait, et qui plus est, est resté toléré pendant 12 ans ! Cet acte honteux est une hérésie. Elle confisque un pouvoir et colonise un pays, une région, au moment ou l'homme, libéré après la deuxième guerre mondiale, ne supporte plus à être colonisé et opte pour la démocratie, dans la pratique de sa vie à l'intérieur des pays ou de ses relations étrangères avec les nations. Pourquoi reproche-t-on à cette caste au pouvoir ce qu'on permet et facilite à d'autres militaires ailleurs ! Pourquoi reprocher son Baath ou son nationalisme arabe à ce pays, alors qu'on est naturellement gaulliste ou chauvin ailleurs ? Une juste nature de l'homme civique, de militer pour son pays ! Qui soutiendra le contraire ? Les démocraties disent non à la confiscation du pouvoir. Cette menée unilatérale subversive, d'abord, fasciste ensuite, est une bavure criminelle que l'histoire maudira ! Saddam ira jusqu'au bout pour ne pas perdre la face ! Délire ou courage d'un capitaine de bateau ? Borné, il se laissera tuer sur son bateau, plutôt que le quitter comme un rat ! Mais comment sauver l'équipage ? Quand la reddition est donnée à moins de 48 heures, avant le largage des bombes ? On conçoit les appréhensions de certains pays de dire plus qu'ils ne le font timidement, par peur de la réaction négative, punitive ou de représailles d'une Amérique, isolée et défiée ! Incompétents sur le plan des armes, des moyens matériels et financiers et de leur union. C'est le cas des arabes mais aussi de l'Europe, qui est sur le plan de l'évolution, plus avancée Que les Psd ! Africains et musulmans, se disputent les arrières et semblent autant que leur camp des Non Alignés, carrément en dehors du programme des alliés ! Minables, incompétents, les Usa s'en méfient. Ils sont techniquement si peu utiles qu'ils ne peuvent jamais leur être efficaces. Le moins que l'on puisse dire est que la désunion favorise les menées subversives de Bush et lui laissent les coudées franches ! On comprend le silence parfait des pays qui doivent quelque chose à l 'Amérique. Ils ont peur d'être mêlés à la paix et d'être confondus, dans leur mentalité complaisante, avec les pays de l'Axe du Mal. L'Amérique, vainqueur par anticipation et/ou par forfait, ne pardonnera pas à ses redevables une quelconque réserve, qui est interprétée comme une inimitié et comme une preuve de déloyauté, au moment fort d'une crise. Ceux qui attendent des prébendes, des avantages, de près ou de loin, ceux qui sont voisins du champ de bataille, ont une position plus délicate encore. La Turquie prête son sol, pour quelque trente milliards de dollars ou plus ! Mais ne donne pas assez de voix pour affirmer sa position. Double langage entre le parlement et les chefs élus qui sentent la belle aubaine d'un cadeau de guerre. Qui aime encore Sadam chez les Turcs ? Quoique ceux des nations qui aspirent l'union européenne, candidats acceptés d'office, aient « manqué d'éducation », comme a dit Chirac ! Bush récite à la perfection les leçons de ses conseillers en guerre. Son brain-trust reçoit des influences divines. Il est leur nouveau messager. Voient-ils Dieu pour être si sûrs ? Nous avons aussi des prophètes de ce genre dans notre pays. On les appelle des illuminés. Certains de ces cheikhs (chioukh) ont été « soignés » en milieux spécialisés, sans effet notable. Réchappes du struggle, ils deviennent de vrais devins. Leur délire devient la vrai religion, confusément messianique, puritaine ou exagérément radicale. Les nouveaux prophètes s'intéressent trop à la politique à en devenir des despotes à la place potentats ! Par ici, leur alter ego veulent devenir émirs des musulmans à la place des Amir Al Mouminine ! Les progrès laïques par ci, les délires hyper religieux par là, entre les fanatismes politiques et les extrémismes religieux, les bavures ne sont pas loin. La référents religieux deviennent des axes de ralliement pour se libérer, se fédérer ou pour fonder une nation : Israël naquit ! On se décolonise ailleurs, entre les contraintes et les entraves des frontières ! Des réactions contre les exactions et les extrémismes divers éclatent en pleine guerre froide ! Les préjudices coloniaux pratiqués par l'apartheid, le sionisme et par l'impérialisme se ressemblent. Le temps convaincra-t-il les révoltés de se calmer de toute sédition ? Les détenteurs du pouvoir à durciront leur poigne, des militaires deviennent partout des hommes d'état ? Où apprennent-ils la politique ? comment leur apprendre à se servir de la politique, pour moduler leur poigne sur les pouvoirs et commencer à démocratiser ? Comment leur faire comprendre de décoloniser. Voient-ils Dieu pour être si sûrs ? Qui est leur messager ? C'est toujours Gabriel ? Qui les informe ou les influence ? Sont ils sûrs de leurs causes ! A quand remonte leur dernier contact avec la divinité, avec Dieu ou ses anges ? Et s'il est le même Dieu que ceux d'Orient, qu'ils lui demandent d'être doux dans sa vengeance ! A moins de confondre apocalypse et jour du jugement. Représailles puritaines, réprimande vindicative, loi du talion ou droit de mort sur les êtres inférieurs ? Les maudites peuplades sous développées, qui faute de matérialisme ont vécu autrement en équilibre avec la déité et la nature ! Les prédateurs sont confondus par leur même Dieu ! lls confondent inquisition et croisades, avec vengeance et rédemption. Le destin des faibles, les rend impuissants et inaptes. Il est pourtant indécent de demander au Maître de taper moins for, quand on lui a offert de courber le dos. Le Pape, les marches, le monde entier, répugne à cette ivresse de poudre et de sang. A la place des meurtres et de la guerre, il faut utiliser jusqu'au bout la voie politique…Mais Bush est bouché ! Au nom des ventes d'armement, de la possession de pétrole et des terres, il veut en découdre, il veut aller vite en besogne, les gi s'impatiente et le sirocco des sables va les gêner ! La suffisance, la foi en la technologie avancée, exaspèrent et repoussent les limites. La démence est là, très voisine de l'omnipotence et de la certitude d'être dans le vrai. Dans la juste cause d'un même Dieu, qui dicte le contraire à chacun de ses groupes ! La justesse d'une vie vouée à une cause divine, le messianisme exultant de paranoïa, fait douter de ces mages et de ces monstres, qui ne supportent ni discussion ni critique. Que ce soit au nom d'Israël, de la paix, de Jésus ou de l'Amérique qu'ils agissent. Face à la « busherie » annoncée, demandons la grâce à Allah, afin d'être plus Latif. Plus miséricordieux dans Sa prédestination de nos peines. Doux dans le destin qu'Il nous choisit. Doux dans Sa justice ! Ou, faut-il croire dans la nécessaire pénalité, la dure et cruelle sanction réservée à l'homme ? Que l'âme des innocents retrouve la résipiscence, le pardon, la paix ? Sinon la paix des hommes, aspirons au moins à la protection de Dieu, avant le calme de l'ombre ! Alors que les nôtres, nos dignes Chefs, si hésitants à se regrouper pour manifester nos cris nous rendent notre fierté. Faute de marcher comme les occidentaux, faute de dénoncer le mal, qu'ils se contentent de murmurer : non à la guerre injuste, non au génocide pour la tête d'un homme…Même si celui qui le recherche n'est pas un saint ! Le murmure est le moins qu'on puisse attendre d'un croyant. Faible et inopérant ? Aussi infime soit t-il, grossi par le nombre et la persévérance, il peut souffler des montagnes ! Peut-être est-ce valable dans toutes les religions, lesquelles ne sont au fond qu'un compendium de morale, censé régir les relations entre les hommes ! Les gens d'abord et surtout ! Osons le murmure, à savoir pour nous de changer le mounkar (l'injustice) ! Si l'on n'est pas capable de changer le mal injustice que l'on voit, que ce soit en le dénonçant. Si ce n'est pas le verbe, que ce soit dans le cœur ! Entendez l'esprit ! Au temps des colons, les musulmans, aliénés et affaiblis entraient dans les mosquées pour réciter le « latif ». La citation de ces versets pouvant apporter la paix… Si ce n'est en Irak et en Palestine, au moins d e par le cœur et la conscience, osons dire non à nos amis américains ! Quel mal y a-t-il à conjurer la menace de guerre par le Latif. Chaque jour, des prières récitées, dans les mosquées, pour la paix, jusqu'à ce que ces illuminés d'Amérique fassent plus de politique et moins de guerre ! Jusqu'à ce que ces ombrageux guerriers, pris de folie, à juste titre pour les uns, leurs ego hypertrophié, nationalistes, irrédentistes, arrivent à une solution pacifique ! La reddition pour sauver le peuple d'un ennemi implacable est peut être l'expression d'intelligence et du sacrifice du chef ! Pas un acte de lâcheté, mais de courage, parce qu'il sait ce qui l'attend. La tête emportée de Bush saurait-elle se reprendre et obtenir la victoire sur un faux ennemi, sans embraser le monde ? Sauf que la reddition de Saddam peut provoquer une avalanche de chutes chez ses pairs. Un précédent que tout pays devrait craindre, pour ses sacro saints particularismes !

18 03 0 3

DR IDRISSI MY AHMED Kenitra Maroc

maidoc@caramail.com

RELU LE 24 03 0 3

[Répondre à ce message]

> Non à la guerre ! (A lire avant d'aller a la manif)

 

25 février 2003, par Patrice Laperriere   [retour au début des forums]

 

Je regardais a la tele l’engouement spontanne pour les Irakiens. A travers l’Europe et meme aux Etats-Unis, des marees de manifestants brandissaient leurs etendards contre la guerre et pour la liberte (que ca nous plaise ou non) du gouvernement Irakien. La democratie stipule qu’un peuple a le droit de disposer de soi-meme, comme il l’entend et d’imposer sa propre vision des droits et libertes. Saddam a ete approuve par un referendum, il doit donc etre reconnu par la communaute internationale comme le president de l’Irak et nul n’a le droit, sauf le peuple irakien, d’en decider autrement. Les EU jugent qu’il ne respecte pas certaines ententеs et qu’il est dangereux pour la securite internationale qu’un tel president soit au pouvoir. Le president Hussein recolte toutes les sympaties, et des millions de manifestants, surtout dans les pays democratiques et liberals, manifestent contre la politique Americaine. On observe aujourd’hui une forte division, une faiblesse au sein des democraties occidentales… J’ai comme l’impression que l’opinion publique n’evolue pas avec l’histoire.

Lorsque Hitler arriva au pouvoir en 1933, il n’a pas d’emblee installe une dictature. Pour acquerir une certaine legitimite, il a propose un projet de loi qui attribuait a son cabinet des pouvoirs dictatoriaux pour cinq ans. Vu la conjoncture economique et la confiance qu’il suscitait aupres du peuple, le projet fut adopte par le Reichstag a 441 voix contre 91, nettement plus des deux tiers exigee par la constitution. Hitler atteignait ainsi son objectif : la dictature par voix legales. Il avait maintenant plus de pouvoir que Bismark ou le Kaiser n’en avait jamais possede… il n’esita pas a s’en servir.

L’equivalent de la resolution 1441 qui empeche Saddam Hussein toutes pretentions territoriales et toutes formes de rearmement, etait pour Hitler le traite de Versailles. Mais en plus ce traite, formule par les vaincoeur de la premiere guerre mondiale, obligeait le remboursemment des pertes qu’elle avait engendrees. La severite du traite faisait douter, meme les occidentaux, de la possibilite de le realiser. Plusieurs reconnaissait une flagrante injustice a l’egard du peuple Allemand.

Hitler utilisa ce doute qui siegeait au sein meme des democraties pour se debarasser, subtilement, point par point, des clauses du traite. Chaque fois qu’il enfreignait le traite, l’occident se consolait en se disant que l’Allemagne ne voullait que corriger certaines des injustices les plus criades commises a Versailles et appliquer “le droit des peuples a disposer d’eux-memes”. A chaque “coup”, Hitler se repandait en discours pacifistes, proposait de nouveaux accords pour rassurer les Etats inquiets de sa gourmandise. L’occident ne voulait pas de guerre.

Le 16 mars 1935 il retablit le service militaire obligatoire et reconstitua une armee. L’annee suivante, les troupes allemandes rentraient en Rhetanie ; un territoire qui lui avait ete retire par le traite. Son intention etait des plus pacifiste comme il le decrivait dans Mein Kampf, “rassembler tous les hommes “de sang allemand” dans un Grand Reich”. En toute liberte il reunissait des hommes libres, qui par referendum accepterent a forte majorite de se reunir a son empire pacifiste. L’Occident fut surpris mais ne voulait pas risquer une guerre pour arreter Hitler. Pourtant a cette epoque les stocks de petrole dont disposait l’Allemagne lui auraient permis tout au plus de mener une guerre de quelques semaines. Les generaux vecurent dans l’angoisse jusqu’au jour ou le calcul d’Hitler s’avera juste : divisees contre elles-memes, les democraties etaient pretes a toutes les concessions.

Les violations du traite de Versailles devinrent de plus en plus flagrantes. Puis il renia completement le traite et lanca son pays dans une campagne de rearmement qui devait d’un cote, sortir l’Allemagne du marasme economique, et de l’autre, alourdir les negociations avec le Reich. L’opinion publique etait partage, les methodes hitlerienne etaient discutees, mais le resultat appouve. Il avait sorti l’Allemagne de l’enfer de l’apres guerre. Pourtant a l’interieur du pays, les nazis operaient une campagne de Gleichschaltung, le nivellement selon leurs vues de toute la societe allemande. Le parti intervenait dans chaque secteur social pour en faire un instrument docile : l’industrie, l’enseignement, le droit, la science, la presse, les syndicats (l’Arbeitsfront), etc. Quand la propagande et la terreur ne suffisaient pas, la Geheime Staatpolizei, la Gestapo, entrait en action, avec les methodes les plus brutales. Des milliers d’adversaires politiques furent parques dans des camps de concentration, maltraites de facon atroce ; les morts ne se comptaient plus. Les Juifs furent evidemment le groupe social le plus touche. Peut importe les atrocites commises par le parti, l’Occident se rassurait en se repetant que “la democratie stipule qu’un peuple a le droit de disposer de soi-meme et d’imposer sa propre vision des droits et libertes”.

Le 12 mars 1938 les forces allemandes entrerent en Autriche au cours de la nuit sans rencontrer de resistance si ce n’est qu’un gros aristocrate anglais fumeur de cigar. Le vieux Lord, Churchill, s’allarmait depuis deja cinq ans et son discours perdait de sa credibilite tant ses interets etaient evidents ; maintenir l’Allemagne faible, pour une Grande-Bretagne forte. Pour evincer tous les doutes et discrediter les dicours guerrier de Churchill, les nazis organiserent un referendum, non-secret, dont les resultats stipulaient que 99,73% des electeurs autrichiens etaient en accord avec Hitler. L’opinion publique etait convaincu ; Hitler voulait la paix, Churchill voulait la guerre. Il profanait un jujement tout a fait faux sur Hitler. Le journal Le Temps ecrivait le 1er septembre 1938, “M. Hitler s’est souvent pose en champion de la paix. On n’a aucune raison de mettre en doute sa sincerite”. Et l’opinion publique se disait que l’annexion de l’Autriche, ce n’est pas si grave, “les Autrichiens, c’est des Allemands apres tout ?…”

Churchill protesta durement contre cet opinion a la Chambre des communes, des le 14 mars 1938 : “On ne saurait exagerer la gravite des evenements du 12 mars. L’Europe se trouve en face d’un programme d’agression, soigneusement prepare et minutie, qui s’execute etape par etape. Un seul choix reste offert, non seulement a nous, mais aux autres pays : ou de nous soumettre comme l’Autriche, ou bien de prendre, pendant qu’il en est encore temps, des mesures efficaces pour ecarter le danger et, s’il est impossible de l’ecarter, pour en venir a bout. Si nous continuons d’attendre les evenements, quelle quantite allons-nous gaspiller des resources encore utilisables pour notre securite et pour le maintien de la paix ? Combien d’amis allons-nous alliener ? Combien d’allies eventuels verrons-nous tomber un a un dans le gouffre hideux ? Combien de fois le bluff reussira-t-il, avant que, derriere ce bluff, des forces, sans cesse croissantes, aient dresse une redoubtable realite ?… Ou en seront nous dans deux ans, par exemple, lorsque l’armee allemande sera certainement plus forte que l’armee francaise, et que toutes les petites nations auront fui Geneve pour rendre homage a la puissance toujours grandissante du regime nazi, et obtenir de lui les meilleures conditions possibles ?…”

Churchill croyait qu’Hitler etait un dictateur. Le culte de la personnalite, la repression policiere, le parti unique, restriction legislative, non-respect des droits et libertes (au sens occidental), gouvernement autocratique, annexions territoriales, referendum sous surveillance remporte a 99%, les purges… etaient les indices qui formaient sa conviction. Il etait egallement persuade qu’on ne peut mettre trop de pouvoir entre les mains d’un dictateur car il n’esitera pas a en utiliser la totalite. L’opinion publique, essentiellement pacifique, empechait Churchill de declarer la guerre a l’hitlerisme. Elle etait a l’antipode, elle croyait que faire certaines concessions au Fuhrer le rendraient plus raisonnable. Et c’est ce que pensait le premier ministre de la Grande-Bretagne a cette epoque, Neville Chamberlain.

Pour sauver l’independence de la Tchecoslovaquie, il alla voir Hitler a trois reprises pour obtenir un compremis. A chaque fois, le Fuhrer sentit faiblir les Occidentaux et accentua ses exigences. C’est sur la Tchecoslovaquie que la France et l’Angleterre accentuerent leur pression qui elle, n’etait meme pas presente aux reunions. Apres de longue negociation ou Hitler defendait les “droits et libertes” du peuples Allemand, la Tchecoslovaquie du ceder a l’Allemagne quatre territoires ou les germanophones etaient majoritaires. Elle se retrouvait amputee, paralysee, sans defense. Quoi qu’il en soit, Chamberlain et Daladier connurent un retour triomphal a Londres et a Paris. Ils avaient sauve la paix et avait prouve qu’on pouvait resoudre un conflit, meme avec un dictateur, de facon diplomatique.

Le soir du 14 mars 1939 Hitler entre a Prague. Le lendemain, la Boheme et la Moravie sont declarees protectorats allemands. L’Etat tchecoslovaque a cesse d’exister. Et le 23 c’est le tour de la Lithuanie car elle aussi detenait un pourcentage de germanophone. Hitler accumula les armes, les vivres et l’equipement necessaire pour entrer dans sa deuxieme phase, celle qui aurait une petite chance de reveiller l’opinion publique ; envahir un peuple non germanique ; la Pologne. Les sovietiques non plus ne voulait pas la guerre… ou bien ils l’esperaient mais pas chez eux. Ils signerent un pacte de non-agression avec les nazis et declarerent “criminiel de faire la guerre a l’hitlerisme”. Pourtant Hitler expliquait clairement dans Mein Kampf qu’il allait offrir au peuple allemand toujours plus nombreux un Lebensraum, un “espace vital” a l’Est par une conquete violente. Hitler voulait arreter la marche eternelle des Germains vers l’Ouest et le Sud de l’Europe, retourner l’invasion vers l’Est, vers la Russie et ses voisins, vers cet empire sovietique qu’il jugeait mur pour la grande deliquescence. Le premier septembre 1939, a 4 h 45 du matin, Hitler lanca la Wehrmacht a l’assaut de la Pologne. Les Occidentaux tentent encore de negocier et de regler le conflit par des methodes diplomatiques. La deuxieme guerre mondiale commencait…

Churchill ne voulait pas tuer des enfants Allemands pour assouvir une soif de sang ou assurer la superiorite Anglaise en Europe, il voulait arreter un virus deja installe ; c’est-a-dire couper un pied avant que la gangrene gagne le corps. Et pendant que les medecins occidentaux ne reconnaissait pas l’infection ou refusaient de porter la responsabilite d’une amputation, le cancer se renforca et l’operation fut beaucoup plus serieuse.

En six annes de guerre les chiffres officiels estime les pertes a 20 millions pour l’URSS, 6 millions pour la pologne, un million en France (qui s’etait battu que quatre semaine avant de rendre les armes) 400 milles en Grande-Bretagne… pour un total de 55 millions de morts sur une population mondiale de 2 milliards d’habitants (2,2% de la population planetaire).

En avril 1940 dans le camps adverse, le chef de la propagande nazi Joseph Goebbels, ne pouvait mieux resumer l’attitude des occidentaux : “Jusqu’a maintenant nous avons reussi a laisser nos ennemis dans la confusion en ce qui concerne nos vraies intentions. En 1932, l’opposition a l’interieur meme du pays n’a jamais su determiner ou nous allions et que nos sermons sur l’egallite n’etaient qu’une leurre… Ils pouvaient facilement nous reprimer. Ils pouvaient arreter quelques-uns d’entre nous en 1925 et ca aurait ete la fin. Mais ils ne l’ont pas fait, ils nous ont laisse passé dans la zone dangereuse. C’etait exactement la meme chose pour la politique etrangere… En 1933 un ministre francais a dit (et si j’avais ete a sa place, j’aurais dit la meme chose) : “Le chef de l’etat Allemand est l’homme qui a ecrit Mein Kampf, il explique clairement ses intentions. Cet homme ne peut etre tolere a notre proximite. Ou il disparait ou nous l’attaquons !”. Mais ils ne l’on pas fait. Ils nous ont laisse seul. Ils nous ont laisse glisser dans la zone dangereuse et nous avons ete capable de franchir tous les obstacles. Et lorsque nous les avions tous franchis, que nous etions bien armes, mieux qu’eux, alors la ils ont commence la guerre !”

Hitler connaissait tres bien les lacunes du systeme democratique. Il les a utilisees pour construire, en plein milieu d’une Europe liberale et democratique, un regime de destruction. La logique de l’opinion publique empecha de detruire le parti nazi dans son nid. La democratie stipule le choix du peuple, et ce meme s’il est repressif. De cette facon la democratie est aussi vulnerable que le communisme dans un monde de consomation. Elle se ferme et se transforme en une dictature de la majorite. Elle ne s’effoce plus d’elargir ses horizons en respectant les differences. Il serait peut-etre temps d’adapter la democratie avant qu’elle s’efondre comme le mur de berlin. Pour survivre, les democraties liberales ne pourraient qu’appliquer l’aphorisme paradoxal de St-Just : “Pas de liberte pour les ennemis de la liberte !”. C’est un peu ce qui resume la politique americaine mais l’opinion publique ne voit pas les choses du meme oeil.

[Répondre à ce message]

MOTION Non à la guerre

15 janvier 2003,

par dr idrissi my ahmed  

 [retour au début des forums]


pétition

MOTION POUR ECARTER LA GUERRE

Avertissement : Effacez les passages qui vous déplaisent, gardez l'essentiel

PUIS LANCEZ CETTE

Pétition vulgarisée à vos journalistes et correspondants... si vous voulez bien

MOTION POUR ECARTER LA GUERRE

Pour le soutien aux irakiens, contre la guerre inique et inégale, telle qu'elle leur est imposée par l'imperator mondial, la plus grande puissance militaire de tous temps et ses alliés inconditionnels. Pourquoi ne pas faire comme les marcheurs Américains eux-mêmes, les français éveillés de toutes confessions, une œuvre de conscience publique et de motivation médiatique, pour éclairer démocratiquement, encore plus les gens et servir cette l'opinion mondiale qui défraie les frontières ? Pourquoi ne pas faire à l'instar du peuple qui a manifesté, un peu partout, utilement pour la Palestine et aussi judicieusement pour les Irakiens… S'entendre avec les autres médiateurs du pays et des voisins, en toutes langues, pour continuer plus poliment, sans brûler les symboles, le mouvement des foules tel initié, en publiant régulièrement, sur vos colonnes des listes de pétitions face à la guerre injuste contre l'Irak. Avant de mettre la main sur le collet de Bin Ladden ( vivant, il reste un symbole pendable des velléités terroristes et un objet fédérateur de ce que l'union combat, son annonce de mort, contribuerait au relâchement des troupes), avant de faire tomber le régime de Sadam, un million d'irakiens risquent de périr et trois de plus d'être blessés ! Le pays subira le plus terrible des cataclysmes de tous les temps. Un pan de civilisation mondiale (la musulmane), ses monuments uniques essuiera sa déflagration finale sous les bombardement les plus haineux et les plus denses. Souvenez-vous des statues que les Talibans ont dynamité et du courroux mondial qui s'est levé contre leurs stupides dérives. Vous ne voudriez pas que les fédérés de l'Amérique, fassent les mêmes erreurs aux pierres sacrées et aux antiques monuments d'Irak qui appartiennent au patrimoine de l'humanité ? Ce haro obsessionnel sur l'Irak détruira le monde arabo-musulman, sans répit, annihilant les apports et les différences culturelles vivaces, transmises par cette tranche de l'humanité, dont les ancêtres ont découvert l'écriture, les premières cités, l'architecture, l'astronomie et les premières les lois, patrie biblique de l'ancêtre commun des Sémites, Abraham. Nation, ayan longtemps vécue comme la plus civilisée et dont le seul délit actuel est de posséder des puits de pétrole ! Si nos amis et partenaires américains savent quelque chose, sur les sites des armes de destruction massive, ils n'ont qu'à les indiquer, en priorité et d'urgence, à la commission des inspecteurs de l'ONU et de les diriger directement « sur les lieux du crime »au lieu de tergiverser et de nous prendre pour ce que nous ne voulons pas être. Ils ont seulement besoin de temps pour ramasser le maximum d'armes et d'armées afin de terrasser, sans risque pour ses troupes, un pays lourdement déchiré par l'embargo récent et ses deux premières guerres dictées ou subies. Donc, messieurs du journal, faites respectueusement, comme certains médias ( presse et sites Internet), libéraux ou socialistes, cartésiens, francophones, musulmans et autres, preuve d'ouverture sur le cœur et l'esprit citoyen de vos lecteurs. Ce afin de ne pas oublier ce rôle pédagogique qui est le votre, ce militantisme journalistique qui est fait de courage pour chercher, éclairer, encadrer, diriger. Ici il s'agit de relever le mécontentement et de transmettre aux amis occidentaux nos craintes, notre humeur et nos sentiments. Nous ne voudrions pas être les contemporains, lâches, passifs et silencieux d'une erreur « judiciaire » de ce juge, procureur et exécuteur Américain. Nous ne voulons pas voir la punition militaire se transforme en arnaque. Ni vice versa. Nous aimerons voir les USA grandis par le labeur et la création et non la destruction de ses concurrents potentiels ou des Etats les plus fragiles et les plus vulnérables ou dès qu'ils commencent à percer... Cette façon de faire et de traiter l'orient depuis le Vietnam est indigne de l'esprit des démocraties et des droits de l'homme ! Nous pensons que la conquête des marchés et du potentiel énergétique mondial peut se régler par des méthodes plus justes et moins destructrices. Nos « amis américains » ont besoin de nos pétitions pour comprendre qu'un axe, sans conscience, est capable de faire du mal. Notre réflexion aussi compte et voudrait les pousser à la retenue. Sans créer plus de haine ni verser plus de sang sur terre. Nous voulons épargner à tous les Peuples, à tous les Etats, la guerre et l'humiliation et continuer à travailler avec tous nos amis les occidentaux comme ceux de tous les azimuts et de toutes les cultures. C'est notre sens de la mondialisation, de la tolérance et des libertés. Ce que l'Amérique, qui a sauvé le monde colporte comme nouvelles valeurs !

PETITION A SIGNER CONTRE LES GUERRES DU MOYEN-ORIENT

1 VOTRE NOM ET PRENOM, OCUPATION , VILLE ET PAYS 2 3 4 5

Etc

Dr Idrissi My Ahmed, Expert assermenté, 112, avenue Diouri, maidoc@caramail.com, telfax 00212 0373763330, Kénitra Maroc

 

[Répondre à ce message]

> Non à la guerre !

 

 

27 octobre 2002, par Marie-Ange Guillouche   [retour au début des forums]

Nous ne pouvons rester muet face à cette logique destructrice, porteuse de souffrance dans le présent et dans l' avenir...

[Répondre à ce message]

Non à la guerre à l'Irak - texte du ceollectif Tarnais
26 septembre 2002   [retour au début des forums]

 

 

NON A LA GUERRE CONTRE L'IRAK

-Les signataires du présent communiqué s'opposent à l'intention de l'administration des Etats-Unis de faire la guerre à l'Irak et soutiennent les voix qui s'élèvent partout dans le monde contre cette intervention « préventive ».

-Si l'objectif des Etats Unis est d'améliorer le sort des Irakiens, une guerre n'est sûrement pas la bonne solution ; il suffit en effet de soutenir les forces démocratiques irakiennes ! Si l'objectif des Etats Unis est d'étendre à cette partie du globe son impérialisme économique et libéral et de s'accaparer les réserves pétrolières de l'Irak, G.W.Bush trouvera toujours prétexte dans le surarmenent de l'Irak et la menace terroriste pour faire « sa guerre ».

-Cette guerre serait un véritable désastre pour le peuple irakien que le blocus imposé depuis des années prend en otage, fait mourir, tout en confortant le régime dictatorial de Saddam Hussein.

-Si la première guerre pétrolière contre l'Irak a fait 200 000 victimes, si l'embargo a tué 1 million d'irakiens, c'est encore le peuple qui sera sous les feux de cette « busherie » !

-La démocratie en Irak ne peut être promue au détriment de la paix dans la région.

-Nous sommes convaincus que cette guerre ne résoudra aucun problème et porte au contraire en elle les germes d'une catastrophe généralisée. -Nous lançons donc un appel en direction de nos chefs d'Etats européens pour qu'ils prennent publiquement position contre le guerre, que celle-ci ait reçu ou non l'aval de l'O.N.U. -Nous demandons au gouvernement français de ne pas entrer dans la logique guerrière et de tout mettre en ?uvre, dans le cadre de ses attributions à l'O.N.U., pour éviter le pire.

Nous demandons à chacun de réagir et de participer, en masse, à la


- MANIFESTATION départementalE : samedi 12 octobre 2002 à 15 h place du Vigan à Albi.

Premiers signataires : AJET, AJMA, Appel des 100, Attac-Tarn, Cap 81, CGT, Confédération Paysanne, COT, FNDRIP, FSU, LCR, MRAP, PCF fédération du Tarn, SUD, Les Verts du Tarn, du Gigou à la Narva."

[Répondre à ce message]

  • > Non à la guerre à l'Irak - texte du ceollectif Ta
  • 30 septembre 2002   [retour au début des forums]

    j'ai vu un reportage "magnifique" sur nos nouvelles unités d'élite qui s'entrainent à combattre l'ennemi. Je ne savais pas que nous étions en guerre et que nous avions un ennemi. Si vous en avez entendu parler faites- le moi savoir ; je ne suis mëme pas sur que cet ennemi-là soit le mien, à mon avis il doit s'agir de mon frère. Philippe de reilhan


04:59 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

AU NOM DE LA MUSIQUE,

Surnom AU NOM DE LA MUSIQUE,

Email:maidoc@caramail.com
Ville: Kenitra , Maroc

Date: Thursday, March 13, 2003 at 09:16:46

AFFAIRE DES 14 MUSICIENS DE CASA

UN TEXTE CRITIQUE DE LA JUSTICE

POUR "  MAROC-OUEST "


Commentaires:

                                            AU NOM DE LA MUSIQUE,

 

Un radeau en flamme sur une mer en folie, des mots vides devant la puissance de la douleur ! Un rideau en pleurs, sur une scène en délire.

 

Des procédures kafkaïennes, propres à offrir le dos rond à la mort. La douleur poétique n’est pas une chimère nouvelle, elle est la fille ordurière de l’injustice

EXORDE AU NOM DE LA MUSIQUE, des poètes, des aèdes et des chanteurs, des loisirs dont il nous faut créer pour le tourisme et la vie de tous les jours, un nouveau Ministère, au nom de la jeunesse médaillée et de son magistère, de l’éducation et de ses refrains de libertés.

 

Au nom de l’éthique de la Justice, de son but, de sa raison d’être et de sa morale, au nom de sa transparence enfin. Au nom de la tolérance et de l’ouverture à la modernité et aux progrès. Au nom de la mondialisation qui nous oblige à vivre en harmonie dans son sillage, ou a mourir ! Non aux exactions de toutes natures ! Nous vivons celle des armées de Bush entre martiaux personnages ! Celle des messies déchaînés, vengeurs endiablés, des quatre Cavaliers de l’Apocalypse ! Vampires, prédateurs nécrophages, nettoyeurs ethniques des sous espèces, les Princes de l’Enfer ont fait un pacte, un sermon de clan. Faire venir le règne du Saigneur. Leurs sectes et castes de privilégiés ayant pour religion, la soif de sang, de pétrole et d’argent. Dans leur quête du Démon, ils fabriquent des armes de plus en plus sophistiquées et ravageuses et axent leurs messes noires, (appelez cela des campagnes ou des guerres), comme autant de croisades, de lutte du bien contre le Mal qui habitent leurs Satans orientaux. Ils se livrent à la chasse aux ripoux, leurs anciens acolytes, devenus des terroristes notoires. Par contre, oui à la réticence de Chirac, de se livrer contre ses fidèles clients sur le simple coup de sifflet de celui qui a cassé l’Union Européenne en trois et qui veut venger le dollar ! Chirac est devenu l’homme de la paix, un juste, qui reste amical et dans le vrai de la situation. Ni faible ni rigide, Rigoureux et responsable, serein, il restera pacifique sans aliéner l’Union Humaniste aux cow-boys impérieux !

Alors, pas d’amalgames mes frères, gardes de paix, avocats et juges ! Ne tirez pas sur la Musique ! Sauvez ces jeunes amateurs, ces innocents bardes et joyeux histrions, ces rudiments de la création artistique. Au nom de la culture occidentale et de vos racines musulmanes, au nom du rythme africain et de nos danses bèrbères. Au nom des tambourins, des tamtams et des violons, au nom du luth et de la guitare gitane. Pleurez vos faiblesses au lieu de haïr l’engouement des jeunes ! Mode passera et vieillesse vaincra ! Au nom des poètes et de moâllaquates, des classiques et des modernes, des maâlems et des chikhates. Au nom de leurs particularités et de l’existence. Au nom des différences et de la transparence Soyez honnête justice ! Soyez honnêtes, pas d’amalgames ! Car vous jugez au nom du Roi, ce Peuple, que des errements sont en train de soulever. Votre rôle d’arbitres, qui sanctionne et qui rééduque, est une émanation, une expression du sien !

 

Ne commettez pas en son nom, ce qu’il ne voudrait pas faire, au nom de la Loi que vous appliquez ! Au nom de la Justice et non des diktats et des ukases, au nom de la vérité, dites-nous la vérité. Comment s’est passée cette rafle ? Qu’ont-ils fait ces apprentis chanteurs dans leur drôle de musique ? Le rock, et après, c’est bien vieux, la hard music, la techno, ces quelques petits instruments de provinciaux ? Si ce n’est que ça, ce n’est pas si pervers ! Et puis, avec des affichettes au mur des chambres, qui n’en a pas eu, même dans ses rêves ? Avec de belles filles ? Des houris aux bustes éclatés et des gorges à vous sortir le lait maternel de la bouche ! Quatre cédéroms, c’est un peu court et minable, pour Le Diable tout ça ! Comprenez le ridicule de La Question, son côté minable, car le Diable, disait-on, Votre Honneur, il faut se réveiller de bon matin, disposer de sérieux atouts occultes, autrement plus lourds et complexes, à la fois culturels et hermétiques !! De toute façon, cela reste théorique, pour la grande majorité des gens ! Et cela ne doit se faire avec des dilettantes ! De toute façon un diable, qui a déjà vu ça ?

Messes noires, culte satanique, dans quels films avez-vous déjà vu ça, Excellence ?! Il faut fermer la RTM et la 2M, car ces télés insipides, je suis témoin monsieur le juge, ont montré des films de coucheries, pas très torrides, des diables et des succubes, dess sorciers et de loups garous, avec du sang qui gicle et des objets qui les éviscèrent et les transpercent ! ça c’est satanique , mais personne n’a voulu encore enfermer ces boites ! Ou la science fiction se mêle à la sorcellerie ! où il y des trucs, comme ça ! Et puis, lors du jugement, le juge est témoin de la chahada, et cela suffit pour faire rentrer en islam, même un gaouri ou apostat, mieux encore pour relaxer un prévenu : non ? Tiens, il y a des herboristes, des chouafates, des saharates qui professent dans nos villes comme ça ! Protégez les délateurs, ils vous montreront où se cache le diable ! Juste qu’il faut avoir assez d’armes pour le dominer, et assez de courage pour oser l’affronter ! Quant à l’asservir, monsieur le juge, vous ne croyez pas j’espère à ça ! Je continue mes prières, pour chasser le malin de mes pensées, mon voisin autant ! Nous célébrons l’Aîd et nous disons vive le Roi ! Je pense que nous n’avons pas été sous l’influence maléfique de ces quatorze musiciens du dimanche ! Ni de celles de la télévision ou de la parabole ! Celle-là, monsieur le juge qu’est-ce qu’elle déverse comme frasques, à vous faire des pollutions nocturnes ! Tenez, si le Diable, était docile, je pense que les orientaux, en quarantaine, comme Satan Housseine, en auraient envoyé quelques escouades à Sharon et à Bush. Question d’échapper à la liquidation physique promise et à l’anéantissement de leurs peuples !

 

Votre honneur, nous n’avons nullement été subjugués par Satan ! Rien de cette musique n’a « branlé » notre foi ! Oui, quand nous étions gosses, on nous parlait du diable, des colons, des Saliganes, des Bougates, du loup, et même, qu’on nous faisait peur de la piqûre et du médecin ! Les ogres et les monstres peuplaient nos murs et nos délires. Depuis cela nous fait fantasmer ! Nous n’avons plus peur de ce qu’on ne voit pas, mais peur pour les nôtres ! Ou des vôtres, quand ils se trompent à bon escient ! Dites-nous la réalité, qui sommes-nous, Maître ? Sommes-nous des anges, des adorateurs nés de la lumière, parfait, uniquement pour cela ? Sommes-nous des démons ? Non des jeunes. Des Hommes nouveaux, Souverain et citoyens, sujets de son amour et de son empagement ! Tous issus de ce peuple hospitalier et crédule, de cette civilisation du juste milieu. Nous sommes des hommes, pris entre l’étau des libertés et celui de la prédestination. Destin d’avoir des cadres qui nous trompent et qui ne nous aiment pas. Des profiteurs corrompus, qu’ils soient de droite ou de gauche ! Que chacun vive sans contrainte !

Dieu est là pour nous juger. Demain, nul n’est responsable de la charge d’aucun ! Ne prenez pas la place de Dieu, Ô Justice, bien terrestre ! Tout ce qui est humain peut se tromper, et c’est une erreur de ne pas se reprendre, comme il n’y a nulle honte à se tromper, quand on accepte de se corriger et qu’on soit capable de le faire, sans complexe ni arrogance ! La société a besoin de ses fils, travailleurs, gais et entreprenants, sans boulets ni carcans ! S’il faut, votre honneur, faire une purge et des exactions, ne le faite pas au nom du Sultan ! L’inquisition, les mœurs, les credo Les adorateurs de Satan ? Ou les adorateurs de Salon ? J’ai mal entendu et mal à mes droits, mal à mes libertés ! Voilà donc que Casa, une des plus grandes villes du monde, celle de la mosquée Hassan II, le phare de l’Atlantique, qui faute de bruler ses prisons, aliène quatorze de ses fils et les jette en pâture aux violeurs parmi les assassins ! Dis donc Gouvernement : Es-tu juge et procureur, avocat, plaignant et policier à la fois? Maître et père ou simple bourreau ? Faut-il à chaque fois, se révolter, irriter le peuple pour lui faire oublier son dessein nationaliste, ses engagements africains, ses promesses arabes et son destin musulman ?

 

Que d’outrages en ton nom, Justice ! Que d’erreurs dans l’emportement ! Justice, est tu juge ou plaignant ? Ou les deux ? Est-ce ton rôle ou la bavure soldée d’un étrange diktat ? Au nom de la raison du plus juste de tes qualificatifs, du raisonnable, de ce qui est pragmatique, et de la décence, sois douce ô Justice et moins emportée ! Qui venges-tu ? Qui s’est plaint ? Et quoi donc que je me doive d’éviter, pour te plaire ? Des tee-shirts noirs, des vestes en cuir noir, de crânieux blousons ? Au nom des laissés pour compte, ceux qui grossissent la malveillance et qui font fermenter le terreau, la rumeur concierge et l’incertitude, au nom de cette société éclatée, entre les puissants, les riches, l’élite, les maîtres et ceux qui faute de rire, veulent créer l’honneur…Au nom des infortunés et des fortunes qui récemment s’investissent au Maroc, au nom des exilés et de ceux que les flots emportent… Au nom de ceux qui viennent pour la connaissance des nôtres, de nos beautés et de leurs sites…Au nom des pauvres, des démunis sans défense, de ceux qui sont sans joies, sans loisirs ni labeur, sans espoir… Au nom des paumés, des sans religions, des laïcs sans mosquées, sans intercesseur ni église, de ceux qui adorent Allah et vont en pèlerinage…

 

Au nom de ceux qui espèrent et veulent croire en Dieu, et viennent dans notre pays pour embrasser l’Islam… Au nom des femmes et de leur juste Moudawana, au nom des fondamentalistes que l’on range injustement parmi les extrémistes, au nom des intégristes que l’on indexe comme fanatiques, au nom des militants palestiniens que l’on dit terroristes, au nom de la société civile, voilà que crie contre cette justice. Est-ce un double langage, quand on se rend compte que des prêcheurs du vendredi les contredisent et vitupèrent ! Voilà que des milliers de personnes, pudiques et engagées dans la société civile, se défient de cette errance qui vient, contre l’aveuglement et le poids des ténèbres ! Non à tous les Bush de la planète, non aux fauteurs de cataclysmes et leur intolérance, non aux fanatiques que Le Rédempteur devrait assagir, non aux criminels de guerres, non aux génocidaires racistes ! Au nom de la croix que forment les tibias et les fémurs, au nom des lunes qui font briller les crânes, au nom des fosses communes…futures…Au nom des crâneurs que nous sommes, rebelles à toutes les formes d’injustice ! Au nom de la chair qui devient poussière, au nom de l’homme qui n’est que gènes et chromosomes ! Laissez les jeunes jouir de cette flamme de liberté. Oubliez Satan et ses fils de l’oncle Sam, oubliez ! Les démons sont-ils si bêtes pour s’amuser avec nos fils, au lieu de s’occuper de ceux qui mènent le monde… à sa perte…Plutôt que de tambouriner avec ceux des quartiers, le Démon a autre chose de plus dévastateur à faire ! Satan, je le connais, il ne va que chez les gens très importants ! Ceux qui mobilisent des armées par milliers, qui torpillent les peuples, détruisent des villes sous les milliers de bombes, pillent leur économie, et fabriquent, pour en disposer seuls, des armes atomiques, des chars invincibles et des Mohab, ces nouvelle mères des bombes… Que la poudre de vos yeux s’enlève, que la poutre qui est dans les leurs soit ôtée ! De quel droit et avec que plaisir largueront-il l’enfer sur leurs frères humains ?

 

Que des larmes coulent en sang sur les pages tristes et que justice, soit faite ici et là ! Si tu veux du sang verser, Justice, va chez ces gens ! Regarde là où il y a des fous et des crimes ! Des vols par milliards et non de simples guitares ! Allez sortir les pervers de leurs cachettes. Ne faites pas l’erreur de l’Inquisition. Entrer sans frapper, forcez, défoncer les portes, forcez les serrures. , tu hésites ? Allez justice, tu es la Loi qui importes...Tu es la balance et l’idéal de Liberté. Que ta leçon suffise et que l’appel, suivi par la voix du Roi, vienne vite libérer nos enfants ! Justice montre-nous tes belles pages et non la noirceur de ta robe ! Montre-nous avec brillant ta transparence. Si la justice n’est pas politique, qu’elle se publie et qu’elle sorte des urnes ! Afin de convaincre ce peuple tranquille qui devient susceptible et qui risque de déchanter. Justice sauve ta face pour sauver la nôtre du regard du monde ! Publie les raisons et les causes ! Et si c’est le social qui est ton domaine, corrige le, éduque au lieu de sacrifier, respecte l’innocence manifeste, publie librement tes preuves et tes dires. Au nom de crânes des tee-shirts qui t’effraient, des photos et des murs qui t’offensent, des grottes et des bars, des dancings et des disc jokers, dis nous ce que tu aimes comme musique et chante en vers tes poèmes ! Au nom des fosses, que ces os représentent, as-tu peur de mourir ? Au noms des diables que tu es seule à voir et des anges qui nous protègent ou les calment, assez d’amalgames ! Montrez-nous justice, ton côté humanitaire, en bon père de famille, en mère, issue de la patrie. Au nom du dieu, Allah, Le nôtre, celui qui chez nous t’inspire; laissez libre ces gens ! Ils évolueront d’eux même, vers la sagesse et la maturité. Or ils n’ont rien commis que je ne voudrais connaître ou faire !

 

Fumer est licite et les boissons se vendent aux bars ! Que le kif, foi de médecin, n’est pas qu’un doux tranquilisant, beaucoup moins coupable que le séditieux tabac qui est cancérigène. Au nom des erreurs, des bavures et des amalgames, au nom du patrimoine culturel et de notre engagement humanitaire… Au nom de nos libertés et de notre démocratie, de notre Souverain, laissez–les libres, au plus vite et sans chantage ! Qu’ils chantent la vie et célébrent la jeunesse, qu’ils chantent comme ils veulent et s’habillent comme ils veulent paraître ! Qu’ils dansent dans leur grande patrie, le Maroc ! La jeunesse à 18 ans, elle vote ! Elle est tolérante mais intelligente et elle est la nôtre. Ses expériences passantes et volages La Justice a des millénaires, elle doit aimer et conserver ! La jeunesse aime et aspire à travailler : laissez-la souffler un peu, au lieu de la tuer et de la faire disparaître ! Ô gardiens du temple, ouvrez les barreaux, laissez les trilles arriver jusqu’à nous ! Fuyez les prétextes sataniques et les dictées cyniques, les positions intransigeantes et fanatiques, la haine primaire. Laissez-les souffler aux trompettes de la victoire ! Laissez-les tonner sur les tambours de fête ! Car la musique n’aime ni la taule ni le violon ! Laissez les jeunes jouir du temps, de la musique, du cinéma, des plages, sans carnage ni tintamarre ! Justice sous influence, exactions ou exubérance, dérapage sur le dos de futurs de desperados, ou dérive de la justice …La justice n’est pas un texte saint, un totem déifié. Ce n’est pas tabou que de la discuter, car elle est affaire humaine Et ce ne sont pas des prophètes ni des chamans qui s’occupent de la délivrer par la voix des pythies ! Autrement, si elle n’est pas évolutive, elle resterait archaïque, démagogique et néfaste, manipulable et mensongère Taxer la justice de fixisme, c’est lui faire un mauvais procès et une terne réputation. C‘est la manipuler avec la religion. Aussi dangereusement que la religion par la justice ! Manipuler le politique par le religieux et vice-versa, c’est nous plonger dans le triangle des Bermudes ! C’est faire de l’ombre au premier Arbitre. C’est ternir le domaine du Roi et polluer les pouvoirs les uns par les autres ! Justice subversive, justice politisée, qui déstabilise la société et la manipule ! Par jeu machiavélique, au lieu de la servir. Les enfants de riches ou les enfants des lycées français, sont aujourd’hui dénigrés. Quitte à les dénaturer de leur religion et à les excommunier de leur pays ! Ne sont-ils pas une des richesses de ce pays, plaque tournante multiple et diverse, dans un monde éclaté ? Cette polyculture n’est–elle pas la preuve, choisie de plein droit, du dépassement des complexes de colonisés ! Polyglottes, rien ne nous empêche d’être de bons musulmans, moraux, ouverts, et non d’hypocrites tartuffes ! Admirateurs de ceux qui conservent, se nourrissent et nous honorent en se spécialisant dans la connaissance des sciences musulmanes et de la tradition théologique ! Nous ne devons scotomiser aucun aspect des innovations culturelles, des découvertes techniques, ni taire nos richesses et nos contributions, encore moins être nihilistes et dénigrer leur valeur aux nouveautés, par crainte pusillanime des dérives, par passéisme, par ignorance ou par paresse ! Efforts surhumains derrière des portes fermées, crime d’habit, et crime de chant, pas très loin des concepts racistes que sont les délits de silhouette ! On doit coffrer toutes celles qui portent du noir, des pantalons, des habits serrés ou des jeans, des cuirs autours des fesses et de la taille, celles qui vont en boîte ou se dorent sur les plages ! Musique sacrée ou musique profane, la musique brasse les croyances et sous ses rythmes exultent la foi et ses passions ! L’oreille nous relie à autrui et au souffle du monde. Le mouvement du corps est l’expression dynamique de la vie ! L’habit devient un symbole peut-être, un choix libre, ou un manque de moyens ou de goûts ! Dès lors doit-on coffrer toutes celles qui dansent avec les Aissaoua, sur le rythme africain des Gnaoua, ? Voire ceux qui se saignent comme les Hmadcha et boivent le sang chaud des victimes sacrificielles ! Poules noires et boucs émissaires ! Ce folklore appartient plus aux us antéislamiques, sémitiques et africains, même s’il apparaît aux laïques et aux fondamentalistes religieux comme les témoins de dérives comportementales. Alors, si on accepte le folklore, pourquoi ne pas accepter, je ne dis pas tolérer, les tendances musicales à la mode et les loisirs des jeunes ?

 

Faut-il que la Police et que la Cour s’en mêlent et dépassent les attributs de l’ordre par leur contingentement de nos frêles libertés. Brider les libertés qu’octroient le Roi et la Constitution ? Tous les pratiquants, dans leurs rites divers et quelles que soient leurs religions, en querelle, ne peuvent être d’une seule et d’une même orthodoxie ! Même si le Dieu qui les a créés est Unique et le même ! Faut-il alors poursuivre les gens et les placer dans un seul moule, leur faire détester leur existence, leur pays et leur marocanité ? Faut-il les poursuivre même dans leurs oublis, dans leur genre de musique, surveiller leurs loisirs, leurs calmants et leurs rêves ? Le Maroc est-il encore un archipel carcéral, maudit par le destin, pris dans l’étau de deux mondes ? Policer, est-ce vouloir rendre poli, ou terne et dénaturé ? La prison est-ce fait uniquement pour sévir ou pour corriger aussi et guérir ? L’état ne peut continuer à être l’héritier réactionnaire de l’ancien colon, avec ses bagnes, ses méthodes punitives dépassées, ses ogres qui traquent un peuple infiniment gentil, ses couches infirmes analphabètes et souvent mollasses pour s’exprimer et voter ! L’administration est au service des citoyens et non le contraire. Le Makhzen juridique doit cesser de céder à la conspiration et à la peur ! Comme de cesser de conspuer ses ressortissants en les regardant comme un ensemble de barbares, d’indigènes indignes ou d’agents séditieux: Cette culture de la haine des administrés, cette méfiance du bas peuple, ce doute doivent être oubliés à jamais. On est chez nous, tous, ensemble ! De l’autre, qui vous dit que les marocains n’aiment pas leur administration ? Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra Le 12 mars 2003

 

AFFAIRE DES 14 MUSICIENS DE CASA

UN TEXTE CRITIQUE DE LA JUSTICE

POUR MAROC-OUEST

04:43 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

A Albert Rebibou, le Marocain : Vous devez enterrer les couleurs !

A Albert Rebibou, le Marocain
 
Vous devez enterrer les couleurs !
 
 
POEME
 
 
 
Hier, on a sacrifié à la honte, un honnête juif, Un homme de bois, un menuisier, Albert, Dont la présence, fidèle et loyale au Maroc, Est preuve d’amour pour ses racines antiques ! Dans le pays des merveilles et mystères, De la tolérance millénaire et de l’hospitalité, La haine n’a jamais eu droit de cité. Délire dans les villes, nuisances et misères, Les factions condamnent et crient de stupeur ! L’exil, le meurtre, le pilonnage des chefs, Des martyrs, des enfants et des innocents, Qui sévissent ailleurs et révoltent plus d’un, Sont des actes barbares, là où ils sont commis ! Ils ternissent ceux qui les provoquent, Les signent, comme ceux qui les invoquent. On sème l’infamie, l’injustice et l’horreur ! Odeurs de poudre et de fumées de haine : Au milieu des parfums d’épices orientales, Al Qaïda terrifie et continue, ici, de le faire ! Délire dans les villes, nuisances et misères, Allahou Akbar, faute de prier le Ciel, L’appel des mosquées exalte les prieurs ! Refuse, Ami, la flétrissure du Seigneur ! Assez de peurs et de crainte des saigneurs ! Tolérances zéro, conquête du pouvoir : On ne lutte plus, on se bat, on se combat ! Où est le civisme dans tous ça, mon frère ? Où est l’esprit nationaliste et communautaire ? On exhibe la haine des langues et des races, Face à l’injustice coloniale ! O gloire ! Qui veut plaire à Dieu, en détruisant, La civilisation et l’amitié millénaire ? On se trompe de pays et d’époque ? Las ! A Casa, faute de boulot et d’affairettes, Entre les classes se creusent des abîmes ! Vanités de castes, hommes avides, Poches creuses, lacunes et ventres vides : Fractures béantes, plus de principes, Qui veut faire l’ange aura fait la Bête ! Appels prosélytes, slogans extrémistes ! Fourmis, dans leurs besognes de proximité, Jouant aux durs avec le culte et les infos, Dans un cycle d’effroi, où les vicaires, Ont conquis les fiefs interdits aux Partis ! Dans les méandres des ruelles infâmes, La pauvreté, l’ignorance et les taudis, Livre les castes pauvres aux maudits ! Dans la crasse qui leur est due et la gadoue, Mages et Parques de la mort, prospèrent ! Bien avant la chute des Deux Tours, Ils manoeuvrent les méninges des gens ! Leurs consciences, s’ils ne les achètent, Pour les urnes au salaire de misère, Ils miroitent l’appât, faux, du Paradis ! Les fléaux, les fautes, la perfidie des clercs, Se conjuguent aux calamités et s’amoncèlent ! La Justice s’empêtre sous le poids des truands, Qui siègent aux deux cotés des barreaux, Sinon, outre les conseils, aux parlements ! Les jeunes de la plèbe se kamikazent ! Face aux tombes vides et aux bars, Casa, casse ses clubs, ses cafés et ses classes. Si ce n’est pas Albert ce serait Elie ! Passions frustes de riposte et de mort, Emir, une fatwa, je veux mourir utile ! Devenir terroriste, dynamiter le tout Rabat ! Finir avec les dépenses inutiles du Parlement ! Quand on pisse, Fillettes encore au lit… La cartel bien pensant est dans le baba ! On veut changer le cap, changer de roi, Changer la langue, les rites, les divinités ! Les clans qui en profitent ont voulu les couler ! Fuir ce beau pays, en vendre les valeurs, Livrer l’état exsangue, et ouste, le quitter ! Du berceau au linceul, sur les autels, On en fait causes et rages à tout âge ! On veut, faute de polisariens et de nobles Combats, devenir des principes, Justicier ! Après le Vietnam, libérer le Liban, Défendre la Palestine, l’Irak et la bourca ! Célébrer le 11 Sept, comme une fête à nous ! Devenir caïd, occire du juif, sans être ariens ! Est-ce mourir lâche, que de venger une cause ? Tuer pour défendre l’amour du pays ? Entrer au Paradis, bessif et vite, Quitte à se dynamiter avec les autres ? Mourir, c’est tuant et mortel, mes frères ! Mourir, en tuant, est cynique et bien pire ! C’est dans vivre et lutter que réside le combat ! Délivrer en se donnant la mort, Est une prouesse valide, un programme vital, Quand celui qui donne l’ordre de mourir, Ne s’offre pas publiquement à la mort ? Quelle belle promesse, quelle belle prouesse, Quand on sait que la vie est un don de Dieu ! Et que la Résurrection est chose lointaine ! Que faites vous, cousins sémites et frères, Dans les cultes erronés de Satan et pairs ? Des Cultes martiaux, de religions en dérive, Ivres d’un dieu de sang, un marginal antique, Qui n’est point amour ? O émirs, peu sages ! Messagers de pacotille, vampires, D’une idole dont on clame les augures ? Prophètes impénitents de peuples violés, Dont on s’érige juges et irascibles vengeurs ? Ou, sont-ce les résistants, patriotes éperdus, Soldats civils, tels ces enfants des pierres ? Etre le messie, le martyr, la victime, Le juge, le bourreau et l’assassin, Est-ce possible, pour de braves guerriers ? Est-ce possible, pour de braves guerriers, De choisir après un siècle de refus, la paix, Et opter comme loi, à la seule des vainqueurs ? Sauf qu’il n’est de pires monstres, Que ceux qui bradent les innocents ! Empereurs des pays, les plus puissants, De la terre, axe des riches et du bien, Et celui du mal, qu’on leur fait et des misères, Messie barbu de l’arabique péninsule, Tous issus des fortunes du sang des pierres ! Aussi huppés soient-ils, macaques et ignares ! Que l’appel au meurtre, vienne de Jésus, Des tables de Moïse ou de leurs saints, Qu’il vienne des papes séculiers, D’une synagogue ou d’un sombre émir, Jaunes ou blancs, noirs, arabes ou juifs, Vous devez enterrer les couleurs ! 14 terroristes mènent mille émules en tôle ! Assez, de haine dans les conférences et les cours ! Assez de semer les graines de violence sur terre ! Valable pour Israël et ses meneurs de zizanie, Dans tous les pays et leurs colonies ! A Albert Rebibou, le marocain
 
 
PREMIER ESSAI A CORRIGER PLUS TARD
 
 
COMPOSE LE 14 SEPTEMBRE 2003
 
DOCTEUR IDRISSI MY AHMED


 
 
- De dr idrissi my ahmed le 17/9/2003. Pays: Maroc Région: Kénitra

 

site supprimé


  http://WWW.REZOWEB.COM/FORUM/SANTE/ASSOCIATIONDESA.SHTML

04:32 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Epitaphe pour une stèle au Panthéon , pour AZIZI SADDIKI Saïd,

SON PETILLANT  FRANGIN  LE NON MOINS ACTEUR DE THEATRE
TAIB  SEDDIKI  N'A PAS CRU BON REPONDRE AU MESSAGE DE SYMPATHIE...
 
 
Epitaphe pour une stèle au Panthéon Saïd, prête-moi ta plume, pour t’écrire un mot

 
 
Vous avez un panel de belles plumes et la seule que je ne rate pas depuis la création, « fut » celle de Azizi…Ecrivais-je, à sa famille ! Par journaux intrposés....
 
 
Qu’il est moche, le passé simple ! Simple pour être compliqué. Car ici, le passé rend mortel et le « fut » devient détestable, du fait qu’il apporte la nuit sépulcrale, la mort finale et l’anéantissement du temps ! Même si le temps s’arrête pour ceux qui n’existent plus, et que de ce fait, « ils » s‘en foutent ! Sauf que les «ils», n’existent plus encore ! Exister, c’est pratiquer l’amour, à tous les modes, avec toutes les belles choses, tous les genres et surtout les bonnes gens ! Exister, c’est conjuguer le beau avec le bien ! Et non pas le seul verbe avoir…sauf s’il s’agit de culture et de semences de celle-ci ! Exister, c’est aussi conjurer et le mal et la laideur et leur possession ! Sinon vous en devenez l’objet et l’objet n’est point libre… Les méthodes pour ce faire et leurs limites sont lâches. La terre est une scène cyclique de ce théâtre turbulent d’ombres tourbillonnaires ! Exister, c’est respirer, parler, graver, peindre, sculpter et surtout écrire ! Ecrire sur l’argile hiéroglyphe le refus au Globe de son projet sanglant ! Ecrire pour pleurer et s’amuser en riant de nos rôles dérisoires et tragiques. Ecrire pour intimider pour conjurer le sort ! Insatisfaits conscients ou pleutres, nous nous moquons du destin terrestre, des contours bedonnants de cette Terre tortionnaire; nous levons les yeux vers le Ciel, aux limites scintillantes et lactées, avant de dormir en terre pour confier au sommeil ce que nous aurions d’éternel ! C’est écrit ! Ecrire c’est tracer sur n’importe quel support constant, pour ne pas oublier, car la mémoire est l’homme, surtout chez autrui. Ecrire pour positiver aussi afin d’honorer un mort. Saïd, le Bienheureux, qui doit penser en ces moments de liesse à autre chose, de moins existentiel ! De moins substantiel ! Le problème de la mort est celui qu’elle pose aux vivants ! Que vaut la culture, l’intelligence, la vie, si elles doivent connaître un jour, la fin ? Le rideau tombe comme un linceul ! Votre culture devient factice, vous êtes plus virtuel qu’une ombre ! Pschitt dans le baba ! La fin, la triste et néfaste fin, vaut elle tous les sacrifices ? Ceux de soi pour soi et ceux que vous opérez sur autrui pour votre suprême ego ! Que valent toutes les ardeurs que se donne l’homme pour exister ? Ne sont-ce que des combats de coqs, un divertissement macabre, une puérile débilité, des tremblements de maboules ? La fin ne justifie pas tous les moyens que se donne l’homme pour arriver à ses fins…et exister ! Exister dans la dignité ! Or, c’est quoi l’orgueil, c’est quoi la dignité, quand exister est une faculté passagère ! Une fatuité, quelles que soient la densité ou l’arrogance de l’épais personnage que se complait à jouer l’individu ! Une contrainte, une lutte éperdue d’acteurs parachutés sur une terre où la fatalité est constitutionalisée! Exister, c’est contre nature ! Car la nature est dotée d’une finalité mortifère : celle de tuer ! Occire pour recommencer, abattre pour recomposer, au hasard de ses normes, démolir en effaçant outre les brouillons, leurs copies. Un principe aléatoire, intangible et inéluctable ! Un Principe, qui sans vous en donner la pleine conscience, vous crée et vous anime, sans vous demander votre (très humble et fort inutile) avis ! Un principe, bien terre à terre, qui vous confond dans le matériau de base et vous pétrit dans l’argile ! Sans pitié, sans faiblesse ni retenue. Sans autre respect pour cette flamme céleste que les cultes vous affectent et dont la culture vous dote ! Pire, qui vous broie et vous malaxe sans besoin de vous demander votre avis ! La grande roue qui vous recycle et vous accable. Sans vous rappeler, sur Terre du moins, et sans se référer au détenteur des molécules qui vous composent. Une dynamique qui n’est pas prête à vous confier d’autres prestations pour les mêmes habits. Argile-terre-chair ! Vêtements pour un rôle, des loques usées par leurs milliards de cycles et de passages antérieurs, avant de faire de vous, des clones nourris de vos propres substances, des cannibales, ferrés de canines, férus de chair ! Gadget, copie unique Comprenez que votre représentation sur le théâtre ne connaît qu’une version, qu’une seule vision, pour tout acteur. Pas d’exception, quels que soient les couronnes le lauriers ou les toges ! Tout le monde est roi, chacun est régent du cosmos cellulaire qui le compose ! Que du beau monde dont tous les spécimens sont friables ! Jésus, l’élu de la bonne cause, peut-être ! Un homme d’exception ! Encore que certains disent qu’il est Dieu ! En tout cas il avait le Verbe ! Saïd, lui avait la verve ! Crois en l’Un, croix sur l’autre ! On ne va pas se comparer aux dieux, ou à leurs filleuls, pour devenir immortels ! Vous ne reviendrez pas donc ce soir…mon âme, pour arborer votre oscar ! Pas d’exception, c’est la règle ! C’est la loi de la démocratie ! La seule, l’équité thanatologique ! Pour nous autres, castes nanties sectaires ou plèbe d’une race putrescible, aucune permission n’est accordée ! Aucune dérogation pour se refaire dans ce jeu poker où tout le monde perd ! La perdition ! Dès lors, octroyons-nous un privilège ! Une gâterie, pour les proches du Seigneur…des agneaux…que nous sommes ! L’exception qui infirme la règle, ô miracle ? Renverser le pouvoir totalitaire de la génétique, dissoudre les chaînes l’ADN ? Se mutiner contre les cycles obstinés de la biologie ? Elle roule éperdument et nous roule dans sa propre farine, la Terre. Et pourtant sur le plateau, on tourne ! E puer se mueve ! La folle, la catin matricielle, tourne, pour afficher ses rondeurs ! Malgré le voile troué et blafard qui gâche sa fausse pudeur ! Et ces nuées honteuses qui recouvrent ses aspérités licencieuses et charnelles. Ces montagnes de fard qui balafrent sa face ridée de vieille planète mal lunée ! La molasse, l’hydre aqueuse, la mère putain, la tueuse vulcanique de ses propres fils, éructe ses reliefs et ses vallées creuses ! Comme autant de vagins et de verges, de ventres, de fesses et de fosses communes, en délire ! Pourquoi s’en cacher et taire son impudence de satyre ? Elle préfère porter les plus faibles qu’elle donne volontiers en pitance aux plus forts. La Terre-mère, berceau-autel, caniveau infanticide ! Ah, si elle avait voulu, elle aurait fait de nous des Hommes de marbre ! Et le ciel, de nous faire anges, plutôt que de nous risquer à mal tourner, sur terre ! Alors érigeons des temples pour défier ses fourberies, pour déjouer ses instincts charnels ! Ces chairs déliquescentes, ces tourbes et ces terreaux qui sont autant de labos de meurtres collectifs prémédités que de cimetières ! Alors une tour de Babel pour remplacer les Twins ? Nous élèverons aux plus méritoires un Panthéon, bien à nous, une reconnaissance publique ! Un mausolée pour les meilleurs de nos pairs ! Le marbre est impérissable, même s’il faut des sculpteurs de taille pour lui donner la vie et lui insuffler une âme. Alors, argile, même si tu re-couvres, Saïd, nous lui ferons une statue, à notre manière, pour le garder immortel. Un chef-d’œuvre, digne de la stature léonine des Saddiki. Alléluia, voici un texte viatique, un talisman pour l’au-delà ! Chantons-lui un cantique, un de profundis d’enfer, une ode pour l’aède, un poème contre les vers ! Je vous propose de nous trouver un gai luron pour faire vibrer la revue des potaches et faire trembler les comédiens sur scène ! Aussi cultivé que le maître qui est, passé, simplement ! Aussi courageux, pour rester digne et impudent, capable de dire merde en face, en s’amusant ! Aussi élégant dans la langue des contes, des plaidoyers et des soupirs, que celle des académiciens d’outremer ! Les défroqués de chez nous, les défriqués qui claquent leur temps, ont-ils donc une chance pour devenir impérissables, par l’écriture et le chant ? Et, cultivés, ils passent, en passant, de l’ignorance à la célébrité ! La mort rendrait-elle célèbres ceux dont elle dispose ? Le trépas vous hisse en vous précipitant ! C’est ce qu’on appelle mourir de belle mort ?! Mort sans avenir, éteint sans prévenir, puis parti, sans aviser, tu as des manières, ya Azizi ! Te voilà grimpant les marches du Ciel ! Faute de retraite dorée, faute de pension confortable pour ta grande famille, tu accèdes aux hauteurs de l’Olympe ! Tu nous transmets, un message, attention à la foudre ! Oui, parle fantôme ! Parle comme un expert à un procureur, pour nous défendre d’un juge inique ! Tu nous lances un projet ! Une idée qui vient du ciel pour l’avenir des morts ? Parle, Azizi ! A-t-on de quoi servir les morpions des cabanes zinciques ? De quoi soigner le mal des zombis myasthéniques ? Assez de quoi nourrir ceux qui nous protègent de ceux qui crament, dans les sables et les villes ? A-t-on suffisamment pour replanter d’espoir ces cités interdites en marge de l’histoire ? Avons-nous assez de cœur pour satisfaire l’avenir des morts ? Morts, cultivez vos cendres de votre vivant ! Ou, poussez les vivants à vous aimer ! Séduisez-les pour respecter votre souvenir ! Faute de vous célébrer suffisamment sur terre, nous vous honorerons…« Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne… » ! Merci Victor ! Par ta plume acérée, ton ciseau, tu frises les piliers du temple. Tu appelles les suivants, les survivants, les Supers-Latifs, à poser la première pierre du Panthéon ! Un Temple de toutes les religions et des cultes apaisés. Un Temple dédié à toutes les cultures, modernes et ancestrales. Rêvons d’un giga ministère des Loisirs et de la Culture, qui fasse entrer vos œuvres dans l’économie, la production et l’export ! Rêvons-en mes frères et disons-le aux Princes ! Et si nous ne cultivons pas les artistes, que serait la dite civilisation marocaine, qui chanterait ses préceptes de tolérance, qui vanterait ses principes de dialogue, qui assurerait son avenir dans le monde ? Oui, appelons Si Saïd, pour se réincarner, dans la pierre ! Que Seddiki hante ceux qu’il habite et les centaines d’artistes modernes qui l’ont précédé, sur cette terre, peu ingrate et ces lieux qu’il habite depuis et pour toujours : l’esprit des lecteurs ! Passez du bon temps les amis ! Vivez votre entracte, vivez vos instants de sursis Mais, ne tuez pas la mémoire, laissez-nous vivants nos chefs-d’œuvres sur nos avenues, nos écoles et nos pages ! Sinon, passez, il n’y a rien à voir. La foire ferme et le zoo emporte ses braves bêtes. Passez, il restera peut être, quelque trace de vous, un ticket pour le Ciel ! En attendant; si vous ne comprenez pas nos faiblesses, dormez ! Si vous pensez qu’il est inutile de publier cette larme… Prière de faire une copie pour Si Tayeb et à toute sa troupe qui n’a pas failli envers notre génération. Ou lisez, par commisération pour Si Saïd et nous tous, un Verset ? C’est la moindre des compassions, en attendant de vous lecteurs, de plus faire !
 
Dr Idrissi M. Ahmed, Kénitra                                                   Le 30 juillet 2003
 
 
 
Dr Idrissi My Ahmed
 
112, Diouri , tel fax 037376330 Kénitra ,
 
Maidoc@caramail.com 
 

04:22 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Quel est votre avis humanitaire, très cher lecteur ?

DR IDRISSI AHMED
Le 18 décembre 2003.

Lettre ouverte à qui la lira


Quel est votre avis humanitaire, très cher lecteur ?

Comment concevoir que la Communauté, aide pour le pain et l'huile un tant
soit peu, qu'elle nous laisse nous instruire sans taxer à l'importation les
livres, qu'elle permette, qui plus est, aux investisseurs dans les loisirs,
d'édifier de grands ensembles touristiques et des hôtels, utiles certes,
sans payer de taxes de douanes à l'importation, mais qu'à l'inverse, pour le
lait, elle harcèle les nourrissons par 42 % de taxes de douane ! Les
médicaments, paient jusqu'à 40 % de taxes iniques de dédouanement,
surmultipliant les peines et majorant en plus d'autres impôts, peu amènes,
les mécontentements. En laissant ces taxes infâmes sur les médicaments
ulcérer le bon peuple du ROI, nous souffrons dans nos prescriptions et nous
contribuons aux exactions par
notre silence.

Inconsciemment, sans remettre en cause ses ressources douanières, l'Etat
jaloux de ses fonctions sociales, continue de faire de véritables extorsions
sur les malades. Forfaiture sans éthique aucune ou simple insouciance vécue
sans réfléchir chez les cadres, et avec autant de passivité par les
citoyens, comme si c'était un arrêt inéluctable et malveillant du destin !

Oui, sauf pour de rares créneaux et encore à titre d'exception, les
cardiaques, les asthmatiques, les diabétiques, jeunes et vieux,
neurologiques, myasthéniques, continuent de payer la DIME sur leurs tares et
leur santé précarisées ! C'est là, une véritable honte à stigmatiser, si
l'Etat continuait, demain, quel que soit le degré de gravité des maladies, à
pénaliser encore plus la santé de ceux qui souffrent et de ceux qui, faute
de travail pour tous, n'ont aucune couverture sociale !

Une méchanceté inconsciente mais avérée, une perversité perfide, un
laisser-faire inique, une habitude retorse héritée des artefacts
administratifs des colons, pompe les populations, des plus pauvres aux rares
tranches des plus aisées. Celles des campagnes, celles des bidonvilles,
comme celles que l'on voudrait pourtant aider, afin de relever le défi de la
modernité et de continuer à obtenir le calme et la confiance des classes
précarisées des quartiers déshérités...Ce serait un aveuglement des
gestionnaires que de continuer à prêter le flanc aux dérives malsaines de la
misère ! Celles des maladies, sensu stricto, qui s'amplifient sur les
tertres de la pauvreté. Là où s'activent des manipulateurs et s'agitent des
populistes et des extrémistes en tous genre.
Populations qu'un rien peut faire soulever et révolter contre la superbe de
l'Etat qui les ignore ! Et cela, nous en sommes témoins, malgré le très bel
exemple de Sidna, qui nous sert de phare et de courage !

Les hausses sur les médicaments, encore récentes, quant à elles, persistent
malgré le discours humanitaire de solidarité. Des zones d'apartheid, dans
les douars crasses et les no man's lands subsistent et offensent ! Là où,
dit-on, même les Sécuritaires abhorrent pénétrer. Cette population, autant
que les couches moyennes et désorientées, seront de plus en plus mécontentes
et insatisfaites. Elles seront plus fragiles, et, l'ignorance et
l'analphabétisme aidant, prédisposées, elles céderont volontiers aux sirènes
des fanatiques des agitateurs de tous bords ! Ceux qui achèteront leurs
voix, comme ceux qui les armeront de discours malveillants ou d'instincts
révoltés. Adieu alors, pour de bon, à la sérénité légendaire du Maroc, à la
tolérance des siens et à sa sécurité exemplaire. La voie est ouverte pour
les lancer contre leurs frères, inciviques, dynamite au poing !

Très chers lecteurs,

Dès lors, soulageons un peu plus les malades, pour faire moins de mécontents
autour d'eux et pour générer moins de malades handicapés parmi eux !
Otons-leur toutes les taxes du chemin de leur droit à la santé. D'abord
celles, inopportunes de la douane et ensuite, grâce à SM le Roi, Sidi
Mohammed, TOUTES les autres pénalités et contraintes fiscales sur les
médicaments et leurs intrants ! On a bien vu le bénéfice local et
international de la leçon que SM a administrée, par Son action sur la
Moudawana !

Et que les meilleurs laboratoires et les meilleurs produits, génériques ou
de référence, soient ceux qui étant les plus abordables, puissent penser un
peu moins au lucre, mais un peu plus aux frères malades ! Avant que ne
s'ouvrent, demain, les vannes de la mondialisation !
C'est là, pour les décideurs du moment, un gain politique percutant, pour
affirmer encore plus et élargir à l'ensemble de son Peuple, la politique
solidaire et cordiale de Notre Souverain bien aimé, Sidi Mohammed, que Dieu
Le garde !

Merci de votre écoute, très cher Président et j'ose espérer grand Ami, avec
mes prières de vouloir bien transmettre ce message du coeur autour de vous,
afin que, Médecins et Pharmaciens, comme leurs amis Ordonnateurs, soient les
premiers cadres conscients de la lutte civique et civilisée, pour la santé
et le bien-être de leurs concitoyens ! Et ce n'est que juste éthique !
Parlez-en, je vous prie, autour de vous, aux oreilles généreuses des patrons
et autres gourous du Pouvoir, aux concepteurs des lois, comme aux acteurs
bienveillants de l'industrie pharmaceutique de Rabat et de Casa.

Dr Idrissi M. Ahmed,
112, ave Diouri,
Kénitra, Maroc,
Tel 037376330- P: 061252005
 
 
------------------------

03:26 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

OUVERT AUX BONNES VOLONTES le BULLETIN D'ADHESION A L' AAMM


*******************************************************************
VEUILLEZ TROUVER EN BAS UN MODEL INITIAL DE PARTICIPATION

             CONTACTEZ-NOUS POUR VOUS AFFILIER  A  :
L'ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC
   ******************************************************

A DECOUPER POUR L'ADRESSER

BULLETIN D'ADHESION OUVERT AUX BONNES VOLONTES

Nom Prénom
Fonction Adresse
Pays Ville Phone

* Je suis intéressé(e) par « l'Association des Amis des Myasthéniques du Maroc » et je veux y adhérer ou participer comme membre :

1 Fondateur 2 Honoraire 3 Donateur 4 Actif

5 Correspondant Régional , à : Etranger, à : 6 Conseiller

7 Je suis parent d'un malade neurologique de nom et prénom et âge : Il est myasthénique : oui , non . Il est porteur d'une autre déficience :

8 Je suis moi-même atteint d'une autre myopathie : depuis 19.
et suivi par le Dr à

* Je vous adresse :

1) Ma photo pour figurer dans le Bureau comme membre actif
2) Avec mon N°de carte d'identité :

* Je vous adresse, à titre de participation initiale, un chèque de : dirhams

* Ma société vous propose une aide consistant en

* Je vous promets une aide de

* J'en parlerai au responsable, M : Téléphonez, SVP, si c'est confidentiel 
* Je veux recevoir des informations complémentaires, en voici le genre :
* Je vous adresse les suggestions et conseils suivants et vous demande d' agir :
* Je vous rapporte le problème suivant :

 

 

 

Date Signature

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

A COPIER 

A ADRESSER AU : DR MY AHMED IDRISSI, EXPERT ASSERMENTE ,

112, AVENUE MED DIOURI, KENITRA TEL, FAX : 00212-0-37376330 MAROC,

MAIDOC@CARAMAIL.COM


MERCI.


02:58 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

REPONSE DES MEDECINS FONDATEURS DE L' AAMM AUX JOURNALISTES

*************************************


REPONSE DES MEDECINS FONDATEURS

DE L' AAMM AUX JOURNALISTES 


*************************************

                                                                        

Chers amis ,

Nous avons, mes amis et moi, été bigrement surpris par la détente immédiate et quasi « passionnelle » de votre réponse INTERACTIVE. Nous vous aimons ! Nous sommes fiers de vous et avec espoir nous continuerons par voie de presse à défendre nos frères malades.

Nous souhaitons vous voir grossir le « mouvement des ailes du papillon australien pour arriver à créer un vent jusqu'ici » ! Une brise d'espoir au Maroc.
Pensez, avec nous à la presse écrite et aux moyens que vous journalistes du Net, pourriez agiter, pour les sensibiliser à notre cause.

Ce afin « d'accrocher » par leurs adhésions celles des départements concernés et des sociétés visées. Votre sensibilité, déjà connue en fait, devrait aboutir, avec nous, à informer les médias arabophones et télévisuels. Les journaux et la conscience des lecteurs. Celles des petits et grands donateurs, des bons riches qui veulent faire un placement idéal et des religieux qui agissent en secret.

Celles aussi et surtout qui informent le plus largement les consciences de groupe et réveillent le capital « énergies stagnantes » qu'elles incarnent. C'est le but vital pour réveiller d'abord les responsables sanitaires. On n'est pas tous médecins dans la boîte. C'est pour cela que le texte circulaire tentait d'être informatif et explicite.

Eveiller les responsables et les aider à aider cette minorité « paralytique » qui ne peut même pas aller voter ! Demain un téléthon aura lieu pour honorer ces marginalisés qui ne retrouvent plus la santé. Honneur à vous d'avoir été parmi les premiers initiateurs à en suggérer l'utilité et à réunir malades méconnus et  neurologues impuissants autour d'une même foi.

Salut RTM, c'est l'occase d'inviter tes « Nassima El Hor » de 2M * et autres MADONES DE LA RTM  à s'unir pour ce même but avec ceux de 2M et de réussir enfin un vrai télé-don ! Ces malades n'ont rien d'affreux ni de pitoyable pour attirer l'entraide ! Ils n'arrivent pas à convaincre les plus proches des leurs non plus. Le diagnostic s'en ressent et c'est souvent qu'il tarde... Des mois, des années. Jusqu'à ce qu'ils fassent leurs crises.

Parce qu'ils ne sont pas spectaculaires, on les ignore... Parce que qu'ils sont porteurs d'une maladie rare qui n'est pas assez aguichante pour les labos et les chercheurs ! Sans enthousiasme et sans moyens, allez donc faire des progrès ! Et ce ne sont ni les déprimés ni les myopathes qui vont lever leur petit doigt ! Imaginez que sans médicaments, ils ne peuvent même pas se gratter le bout de l'oreille !

Oter leurs chaussettes est un marathon, défaire leur ceinture pour uriner, un risque fréquent de s'empeser. Respirer, une aubaine, sortir, un péril. Ils ne sont ni
contagieux ni laids, ils n'ont pas le coeur malade pour enflammer les passions, mais ils sont là, très las. Des intouchables, parce qu'ignorés, impuissants à tout, jetés quelques part dans des lits humides, ignorés et sans médicaments.

Cela pour être utile à nos frères malades qu'on devrait se mobiliser. Et qu'on ne prétende pas un jour que les médecins n'aient rien fait. Qu'ils n'ont pas avisé en Haut Lieu, les cadres décideurs et les grands responsables, empêtrés naturellement dans la chose électorale ou politique...

Qu'on ne dise pas, amis , qu'il n'y pas de respirateur à proximité pour un myasthénique qui « n'a plus de muscles pour respirer » ce bel air du jeune Maroc et de son aube des Libertés multiples. Ou que l'ambulance, ( Ah ! ce qu'il faut comme ambulances et urgentistes ! ) n'a pas d'essence ou qu'il lui manque de l'essence ou un boulon...

MERCI A TOUS

 

DR IDRISSI MY AHMED

 

   SUR CASANET .MA

  WWWW.MENARA.MA

 


02:55 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

APPEL AUX NOUVEAUX CADRES WALIS ET GOUVERNEURS

     Forum Association des amis des myasthéniques du maroc

AU            www.rezoweb/sante/forum/myastheniagravi.shtml
                 **************************************

ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHENIQUES DU MAROC

 

 

 

APPEL AUX NOUVEAUX CADRES WALIS ET GOUVERNEURS

LES HANDICAPES PEUVENT SOURIRE ! 


APPEL DU PRESIDENT DE L ' AAMM
A MADAME LA CONSEILLERE DU SOUVERAIN
AUX AFFAIRES DES HANDICAPES
A TOUS LES NOUVEAUX WALIS ET GOUVERNEURS
AUX MINISTRES DE L'ENTRAIDE ET DE LA SOLIDARITE,
AU MINISTRE DE LA SANTE,
ET A TOUS LES CONFRERES MEDECINS,

                                                          PAR : DR MY AHMED IDRISSI.

Les maladies neurologiques et neuromusculaires, dont la sournoise
"myasthenia gravis" sont lourdes et sombres dans leurs évolutions.

La myasthénie grave est toujours fortement handicapante. Cette affection spontanée réduit l'espérance de vie et nécessite pour sa relative prise en charge, des soins réguliers et constants, lesquels iront en augmentant.

Nul ne sait quand, lui ou les siens ni comment il peut contracter cette terrible maladie. Le patient est rapidement réduit à l'état d'infirme ! Il vit ou végète, à l'état de pleine conscience, son amoindrissement progressif. Le myasthénique constate la faillite de son organisme, il voit son humeur déprimer et sa marginalisation s'accuser, le confiant à un meuble de lit.

Il périclite avec la fonte de ses muscles vitaux et celle de ses organes de relation qu'il sent rétrograder. Peu à peu, il devient tributaire d'autrui et dépasse les possibilités de soins et de patience de  sa famille.

Actuellement notre pays réserve peu de moyens et de rares techniques à ces concitoyens amoindris. Une chirurgie lourde consiste à faire l'ablation du thymus. La glande thoracique, où siège parfois la tumeur responsable du syndrome myasthénique est extirpée par thoracotomie large.

Il reste les corticoïdes, qui sont prescrits, avec leurs dangers, à vie ! Associés ou pas aux immunosuppresseurs, avec les risques patents que ceux-ci ont de l'usage des antimitotiques.

Dans tous les cas, le patient prendra, à vie, des comprimés dont paradoxalement, une forme seule est introduite au Maroc. Ce produit, le Mestinon, fait souvent défaut dans les étalages des pharmaciens. Ces
absences ( deux longues en un an ) sont gravement coupables, puisque cette spécialité est le seul anticholinestérasique du marché ! Ce produit est régi en situation de monopole dans notre pays.

Devenues fréquentes, ces absences prolongées, éprouvent, par leurs répétitions incohérentes et sans  conscience, les responsabilités des neurologues traitants ! Ces failles  terrorisent les patients qu'ils surprennent et entraînent dans l'épouvante des crises de paralysies diverses.

Des complications préjudiciables sont  provoquées par de simples déficiences. Celles du seul marché du médicament, qui mènent certains malades à des situations bêtement tragiques !

Ces tableaux désespérants sont faits « d'insuffisances respiratoires » brutales, de « dysphagies » sévères avec les « troubles de la déglutition » et leurs immanquables « fausses routes » alimentaires.

Ces crises sont parfois dramatiques et peuvent être fatales, si elles ne sont  pas secourues rapidement et aussi immédiatement reconnues par les  médecins. D'autant qu'il faut des moyens techniques adéquats, lesquels, dyspnées sournoises ou accidentelles, si elles ne sont pas assistées à temps, achèvent le malade.

Puisqu'il faut des muscles pour respirer, comme pour boire ou manger, et que cette substance permet de contrôler l'usage  de ces fonctions vitales. Les absences en médicaments incontournables, tels le Mestinon, ( dont il faut introduire la forme retard), doivent pousser les responsables de la Santé à convaincre le Laboratoire à introduire son PRODUIT sur le marché.

Juste équilibre entre deux produits pour juguler les absences et éviter aux malades de subir l'absence néfaste de l'un d'entre eux. Faut-il hospitaliser les patients en Service de Réanimation, dès que le produit est manquant ? J'en connais qui hospitalisent, ces malades fragiles, rein que pour délivrer les rares comprimés qu'ils ont su engranger pour palier aux « manque ». Merci à eux...

Bien entendu, ces failles burlesques grèvent l'action des médecins. Confrontés au peu de civisme et au manque de responsabilité qui les entourent, les médecins perdent patience et voient leur enthousiasme s'effriter avec les dérapages « réguliers » du marché du médicament.

Paradoxe d'un pays éminemment proche de l'Europe et qui entre dans la
mondialisation, ces absences prolongées poussent les familles à agir et
s'approvisionner, pour les plus nantis d'entre elles, comme au temps des colons, par des voies parallèles, détournées et retorses.

Notre Roi, Sidi Mohammed VI, que Dieu le Protège, a su redonner espoir et dignité aux handicapés. Aussi, tout en demandant aux autorités et cadres responsables de se saisir avec passion de ce problème banal, nous invitons toutes les personnes, ayant senti les leçons du cour, telles que
prodiguées par Sidna, d'avoir des pensées identiques à son bel exemple et de soutenir leurs frères Marocains diminués, dans la quête de leur santé.

A votre tour de vous manifester pour créer une association de défense des
myasthéniques du Maroc, pour servir d'exemple dans la région. Bien des
associations de ce type existent dans les pays du Nord. Il est temps de nous réveiller de notre morosité pathétique pour encadrer et servir nos myasthéniques humiliés et de leur apporter, vivement, en plus du réconfort moral, les médicaments idoines et les techniques de pointe, en usage ailleurs.

Parce que ces handicapés peuvent encore sourire, parfois bouger et peut-être, parfois, utiles. Ils attendent le soutien de leurs concitoyens. Vous ! Aux cadres responsables, aux intellectuels, aux  personnes qui peuvent encore marcher, et donner, de leur manifester leur  amicale solidarité !

Merci de joindre, dès aujourd'hui, les médecins et les pharmaciens de votre ville pour manifester votre disponibilité agissante ou votre simple sympathie envers ces handicapés qui nous rassemblement. Que Dieu vous protège, vous et les vôtres !


02:49 Écrit par VOTRE AMI, IDRISSI , VOUS SALUE ! | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |